Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Un petit coup d'Ukraine : ça vous dit, ce dimanche?

27 Avril 2014, 15:18pm

Publié par Jacques Heurtault

Moi, ça m' dit ...

 

Essayons de faire le point ....

 

1. Certain jour ou plutôt certaine nuit vu l'heure qu'il était (2H00 du matin), une voiture se présente à un barrage tenu par les "insurgés de l'Est" (Comment les appeler?) avec la ferme intention de forcer le barrage ou, à défaut, de PROVOQUER du grabuge. Pour autant que je m'en souvienne, trois morts dont un chez les assaillants.

Bien entendu, les journaleux de merde s'empressent de clamer, faute de pouvoir soutenir qu'il s'agit d'une provocation des "Kievistes", qu'il s'agit d'un "coup monté par les insurgés de l'Est dans le but d'accréditer la thèse de la provocation émanant des "Kiévistes".

 

2. Quelques jours plus tard,curieusement, une opération est lancée contre ceux qui occupent la mairie de Slaviansk. Des blindés sont utilisés contre de simples barricades de pneus, sacs de sables et autres matériaux habituellement utilisés dans la construction de ce genre de protections. CINQ MORTS, tous chez les insurgés de l'Est! C'est l'armée kieviste qui est intervenue, AVEC DES BLINDES, contre des Ukrainiens ... Les insurgés ont la sagesse de prier le personnel qui travaille à la mairie de Slaviansk de quitter les lieux afin de se mettre à l'abri.

 

3. Avant même le grave incident du barrage, on nous annonce que l'armée ukrainienne a repris aux insurgés de l'Est un gros village d'environ 5.000 habitants. Il s'avère que le gros village en question n'a jamais été occupé par les insurgés!

 

4. Les Kievistes annoncent fièrement avoir repris la mairie de Slaviansk. Mais, quelques jours plus tard, on découvre que la mairie de Slaviansk est toujours aux mains des insurgés ainsi que plusieurs autres batiments publics de la ville dont le siège des services de renseignements militaires (que l'armée ukrainienne ne contrôle donc pas ...).

 

5. Les insurgés prennent le contrôle d'un autocar au sein duquel se trouvaient 8 observateurs MILITAIRES de l'OSCE ET CINQ militaires ukrainiens! Preuve, s'il en est, que l'OSCE n'est pas du tout "neutre" puisqu'elle travaille AVEC l'armée ukrainienne.

 

6. Bien entendu, les pays membres de l'OTAN menacent de prendre des sanctions ... Tout le monde sait, en effet, que le meilleur moyen d'ouvrir un dialogue constructif avec quelqu'un avec qui on a un différent, c'est de menacer de prise de sanctions et de passer à l'acte! Ben, voyons!

Mais, comme ils ne sont apparemment pas d'accord entre eux, Obama vient de déclarer que chacun des pays de l'OTAN prendra les sanctions qu'il lui plaira de prendre. Solidaires ... mais pas trop!

 

7. Comme il fallait s'y attendre, les cinglés de Kiev, Premier Ministre en tête, déclarent que la Russie veut provoquer une troisième guerre mondiale! Rien que ça! Et pourquoi pas une apocalypse nucléaire tant qu'on y est?

 

De cet ensemble d'informations qui me sont, comme à tout le monde, parvenues, je tire une analyse simple :

 

1. Kiev est en train de perdre la partie car les partisans de Maïdan, rongés par leurs contradictions internes, ne parviennent pas à se mettre d'accord sur une ligne politique raisonnable consistant à reconnaitre la réalité du terrain.

 

2. Faute de dégager un consensus en leur sein, les cinglés de Kiev font de la surenchère. Le procédé est classique! La surenchère unifie les réactions ... Qui, à Kiev, oserait soutenir, aujourd'hui, que la solution est dans l'ouverture du dialogue avec la partie adverse? Personne! C'est beaucoup trop dangereux ... Le moindre opposant, même timide, risquerait rien moins que sa peau s'il manifestait ne serait ce que des réserves! J'ai l'intime conviction que l'intimidation, première étape du terrorisme, est en vigueur à Kiev et non pas dans les villes occupées par les insurgés.

Sur ce point précis, je n'exclus pas de réviser ma position. Affaire à suivre!

 

3. Tout semble fait, désormais, pour que la situation aille en se dégradant aussi vite que possible, A CONDITION QU'IL APPARAISSE, AUX YEUX DE L'OPINION PUBLIQUE, QUE C'EST LA FAUTE A POUTINE ... Pourtant, le même Poutine déclare qu'il n'a aucun intérêt d'Etat à défendre en Ukraine de l'Est et qu'il n'a pas la moindre intention d'annexer cette partie de l'Ukraine.

 

Cette analyse que je fais est confortée par la déclaration récente des "Occidentaux" disant qu'ils pensaient que le risque d'intervention MILITAIRE russe était très grand et qu'une telle intervention était susceptible de se produire dans les prochains jours. Personnellement, je n'en crois rien. La situation actuelle peut durer des semaines voire des mois. En fait, elle durera aussi longtemps que, à Kiev, on refusera de reconnaitre la réelle division du pays en deux "camps" : un camp pro-occidental et un autre camp pro-russe.

 

Le bon sens voudrait que l'on procède, au minimum, à une fédéralisation du pays voire même à une partition pure et simple. Cependant, les richesses économiques étant à l'Est, il est difficile à Kiev d'accepter cette perspective pourtant de plus en plus inéluctable.

Commenter cet article