Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

L'Education Nationale en quelques chiffres. Edifiant et consternant.

25 Mai 2014, 11:15am

Publié par Jacques Heurtault

Je suis membre de l'association "S.O.S. Education" depuis, au moins, 10 ans. Dans le dernier bulletin d'information que j'ai reçu, j'ai trouvé quelques chiffres relatif à notre "éducation nationale". Je vous les livre ici afin que vous puissiez juger de la pitoyable efficacité de cette activité pourtant absolument essentielle pour l'avenir tant des enfants que du pays tout entier.

1. Mesuré en Euros constants (c'est à dire inflation déduite!), le budget de l'Education Nationale a augmenté de 87% depuis 1980. Il atteint désormais 45 milliards d'Euros par an. Ce montant ne comprend pas les dépenses prises en compte par le fonctionnement des écoles primaires (à la charge des communes) ni par le fonctionnement des collèges (à la charge des départements) ni par le fonctionnement des lycées (à la charge des régions) ... A combien le montant total s'élève-t-il? Je n'en sais rien. Mais je ne serais étonné d'apprendre qu'il faille, au total, doubler la somme ...

2. Le ministère de l'éducation nationale rémunère plus de 1.000.000 de fonctionnaires. C'est le troisième employeur du MONDE! Devant lui, on trouve l'armée chinoise (mais la Chine a un milliard et demi d'habitants soit 25 fois la population française) puis viennent les Chemins de Fer Indiens (mais, en Inde, outre le fait que la population est de un milliard deux cents millions d'habitants, les gens sont très pauvres et sont peu nombreux à pouvoir disposer d'une voiture).

200.000 de ces personnes ne sont pas enseignants (statutairement, il est donc impossible de les affecter à des tâches d'enseignement ce qui semble, au demeurant, tout à fait normal).

A ce chiffre de un million, il faut ajouter les personnels techniques qui sont, eux, rémunérés par les communes, les départements et les régions. En clair, au risque d'être schématique et réducteur, on peut dire que ces deux cent mille personnes moulinent du papier. Certes, il en faut! Combien? Là est la vraie question. Ces personnels, non enseignants, ont-ils, eux aussi, le même régime de vacances (12 semaines par an au moins voire nettement plus)? Je ne suis pas en mesure de répondre.

3. La dépense de la France, en matière d'éducation, est, chaque année, de 8.250 euros par élève. Cette dépense comprend, je suppose, l'ensemble des dépenses, y compris celles qui n'émanent pas du seul ministère de l'éducation nationale (communes, départements, régions, etc ...). C'est 19% de plus que la moyenne européenne.

4. Le chiffre précédent pourrait être accepté sans chipoter si, en contrepartie, les résultats étaient là! Malheureusement, ainsi que nous le montrent les enquêtes internationales (PISA) désormais bien connues, les résultats POSITIFS ne sont pas là.

En effet, alors que la France est reconnue mondialement pour l'excellent niveau de ses chercheurs en mathématiques (les chercheurs étrangers se "disputent" volontiers la possibilité de venir travailler en France; les plus grandes sommités mathématiques du monde sont très souvent françaises et la France est régulièrement honorée qu'un de ses chercheurs en mathématiques reçoive la fameuse "Médaille Fields".), le niveau en mathématiques des élèves formés dans les établissements scolaires en France a tendance à baisser dans des proportions CATASTROPHIQUES.

De 10ème au classement Pisa en mathématiques en 2.000, la France est tombée au 25ème rang en 2012, après être passée au 12ème, 17ème, 22ème respectivement en 2003, 2006 et  2009. Si la tendance se maintient, nous serons 28ème en 2015!

31% des élèves sortant de CM2 (avant d'entrer en 6ème, donc) ne maitrisent pas les opérations basiques (addition, soustraction, multiplication, division). L'étude ne donne aucune information sur le niveau de maitrise de la "règle de trois" et pas davantage sur le CALCUL MENTAL.

19% des élèves de 6ème (la classe qui suit le CM2, la première classe des collèges) rencontrent des difficultés graves de LECTURE.

5. Il est vrai qu'avec seulement 144 jours d'école par an (l'année comporte 365 jours), il est plus difficile d'obtenir des résultats qu'avec 5 jours par semaine sur 38 semaines à raison de 4 heures par jour (pour les enseignements fondamentaux). La moyenne dans les pays de l'OCDE (les 24 pays les plus développés du monde) est de 187 jours soit 43 jours de plus.

6. Terra Nova, un groupe de réflexion, nettement marqué à gauche pourtant, reconnait que le coût de l'échec scolaire est 24 milliards d'euros par an. Certes, ce montant mérite un examen particulièrement circonstancié car il faut connaitre les méthodes employées par ce groupe pour obtenir une telle évaluation. Moins discutable est le chiffre de 180.000 jeunes sortant du système scolaire sans AUCUNE qualification ... Sur ce dernier point, la réponse ne peut être l'envoi en apprentissage de tous ces jeunes puisque, selon toute vraisemblance, la plupart ne savent pas bien lire, bien écrire et bien compter!

Commenter cet article