Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Syriza : la cerise sur le gâteau?

26 Janvier 2015, 15:48pm

Publié par Jacques Heurtault

Assurément, il se passe quelque chose dans l'Union Européenne.

 

Coup sur coup, nous avons eu droit à une remise en cause apparemment radicale de la politique de la Banque Centrale Européenne qui, après avoir constamment refusé de racheter des titres de créances possédés par les banques, se décide à se lancer dans un tel rachat afin de soulager d'autant les bilans desdites banques et ne pas les mettre en porte à faux avec les règles dites de "Bâle III" qui les obligent à se montrer un peu plus respectueuses de quelques principes fondamentaux de bonne et saine gestion des risques.

 

On devrait donc assister dans les 18 prochains mois à un rachat de créances de 60 milliards d'euros par mois. On devrait ... écrit au conditionnel! Car il ne fait aucun doute que cette enveloppe de 1.100 milliards d'euros va être allègrement dépassée ... De combien? Je n'en ai pas la moindre idée ... Puis-je me risquer à dire que ça va dépasser les 4.000 milliards d'euros dans les deux prochaines années? Pourquoi ne le ferai-je pas?

 

La Banque Centrale Européenne n'est pas la Federal Reserve des Etats Unis. La raison en est simple : l'Union Européenne n'est pas les Etats Unis d'Amérique! Si, là-bas, les Etats fédérés jouissent de pouvoirs et de libertés d'action conséquents, les Etats membres de l'Union Européenne jouissent, eux, de degrés de liberté bien plus grands ... C'est la sacro-sainte indépendance nationale! Aux Etats Unis, on est certainement "Texan" ou "Californien" avant d'être américain mais on est encore plus certainement "américain" bien avant d'être "citoyen du monde" ... Dans la plupart des Etats membres de l'Union Européenne, on est "Français, Belge, Allemand, etc" bien avant d'être "citoyen du monde" mais bien plus "citoyen du monde" bien avant d'être "européen" ...

Résumons-nous : aux Etats Unis, la "hiérarchie des valeurs", c'est "Texan, Californien, etc" puis "Américain" et, enfin, s'il reste de la place, "citoyen du monde" ... En Europe, on est "Français, Belge, Allemand, etc" puis "citoyen du monde" et, enfin, s'il reste de la place, "Européen" ...

 

Il s'ensuit que, si, dans un pays de l'Union Européenne (la Grèce, par exemple ... Pourquoi pas?), le contexte politique change assez profondément au point de permettre de croire que de grands changements vont se produire (par exemple un effacement pur et simple de la dette publique ...!), alors les rivalités intra-européennes vont se réveiller brutalement et, certainement, favoriser l'émergence d'une idée aberrante telle l'effacement de la dette publique pour tous les autres Etats membres (Pourquoi, eux, les Grecs et pourquoi pas nous, les Français, les Italiens, les Espagnols ...etc?).

 

Car si je prends acte de la nette victoire de l'extrême-gauche Syriza en Grèce et déclare tout net que je ne ferai rien pour freiner les changements espérés par certains (devenus beaucoup ...!), je reste sans illusion sur les chances de succès de la nouvelle politique grecque. Je souhaite cependant bon courage à Monsieur Tsipras ...

 

Il faut bien constater que la politique d'austérité conduite en Grèce a eu, jusqu'à présent, deux conséquences importantes :

1. Bien que partiellement effacée, la dette grecque a quand même augmenté en valeur absolue au cours de ces cinq dernières années.

2. Les richesses produites en Grèce ont lourdement chuté au cours de la même période (25%!!).

Preuves s'il en était besoin que administrer un remède pour soigner une maladie est une bonne chose ... à condition que le remède n'ait pas pour effet "secondaire" d'affaiblir le malade!

Nous savons tous cela : quand on est malade, on s'affaiblit car une partie importante de notre énergie est "pompée" par la lutte contre la maladie. Le rôle des remèdes, c'est, précisément, d'aider le malade à lutter lui-même contre sa maladie ... et non pas de l'affaiblir davantage! Généralement, le temps de guérison est, au minimum, le double du temps de "gestation" de la maladie ... Ce qui veut dire que 10 ans de laxisme dans la gestion des comptes publics nécessitent au moins 20 ans d'efforts soutenus et rigoureux pour corriger ce laxisme ... Dans le même temps, la durée moyenne d'un mandat électif n'est que de cinq ans, quelques rares fois six ans mais aussi, parfois, seulement quatre ans ... Difficile contradiction!

 

Les élections générales en Grèce, avec leurs résultats intéressants, arrivent donc à point nommé :

- la Banque Centrale Européenne va devoir augmenter le volume de ses rachats car les facilités qui vont certainement être accordées à la Grèce vont devoir être accordées AUSSI aux autres pays de l'Union Européenne d'une part,

- les Grecs vont devoir poursuivre leurs efforts de restructuration de leurs administrations publiques afin de pouvoir, d'ci à cinq ans, disposer d'un authentique Etat digne de ce nom d'autre part ...

 

Bonne chance la Grèce! Bonne chance l'Europe! C'est au prix d'une conduite humaniste des affaires que, l'un et l'autre, vous parviendrez à démontrer la supériorité de l'esprit de responsabilité face au laxisme ...

Commenter cet article