Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Le Royaume Uni pourrait quitter l'Union Européenne.

9 Mai 2015, 09:49am

Publié par Jacques Heurtault

Le Royaume Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord pourrait, si on en croit David Cameron, quitter l'Union Européenne. Soit! Pour ma part, non seulement je n'y vois aucun inconvénient mais j'irai même jusqu'à dire que je le souhaite.

Plusieurs choses sont certaines : 1. Les Britanniques n'ont jamais conçu leur adhésion à l'Union Européenne autrement que comme un moyen d'en tirer un profit immédiat pour eux mêmes. 2. Les Britanniques ont toujours été un "cheval de Troie" des Etats Unis. C'est bien de Gaulle qui, une fois de plus, avait raison (sur ce point comme sur bien d'autres). 3. Quand on est membre d'une structure aussi importante que l'Union Européenne, on ne peut pas y avoir un pied dedans et un autre dehors. Il faut choisir entre "les deux pieds dedans" ou bien "les deux pieds dehors".

A la réflexion, j'ai la conviction que Cameron ne veut pas que son pays quitte l'Union Européenne. Ce qu'il veut, c'est renégocier les conditions de sa présence, c'est à dire obtenir toute une série de dérogations le libérant des contraintes liées à la qualité de membre. Or Cameron a très bien analysé la situation politique. D'un côté les Ecossais qui veulent rester dans l'Union Européenne car c'est évidemment leur intérêt, de l'autre une fraction très significative de l'opinion publique britannique qui, au minimum, s'interroge sur la nécessité (ou pas!) de rester membre de l'Union. C'est à partir de cette analyse qu'il a proposé, dans le cadre de sa campagne électorale, la perspective d'un référendum et qu'il s'est bien gardé de dire qu'il voulait que la Grande Bretagne quitte l'Union. Ce faisant, il a récupéré un bon peu des voix du parti UKIP, ce qui lui a permis de gagner, à la régulière, les élections. Ce monsieur est bel et bien un habile tacticien de la politique.

L'erreur - dans laquelle n'a bien sûr pas manqué de tomber Hollande - c'est de prendre les devants en annonçant dès maintenant "qu'il y a des règles", chose que tout le monde sait ou peut raisonnablement savoir ou comprendre. Dire ce qu'a dit Hollande, c'est affaiblir considérablement la position de la France - et donc de toute l'Union - dans la future négociation. Sur ce terrain, il est évidemment bien plus judicieux de laisser les Anglais prendre les initiatives qu'ils jugeront utiles de prendre. On peut donc s'attendre, dans les prochains mois, à un subtil jeu "politique" entre les différentes forces au sein même du Royaume Uni d'une part et entre les dirigeants de ce même Royaume Uni et les autres pays membres et l'Union Européenne elle-même d'autre part.

"Wait and see" comme disent les Anglais! Voilà la ligne de conduite sage qu'il est urgent d'adopter et sur laquelle il est tout aussi indispensable de se maintenir. Pour s'en convaincre, il suffit de se poser une seule question : les autres dirigeants politiques de n'importe quel autre Etat membre ont-ils fait une déclaration saugrenue du style de celle qu'a fait Hollande? La réponse est non! Hollande vient de faire une crise de "sarkozyte" qui consiste à témoigner d'une inutile fébrilité face à une réalité.

Commenter cet article

I-Cube 09/05/2015 16:00

Messieurs les Anglais, tirez les premiers !

Personnellement, je n'ai jamais compris pour quelles raisons ils avaient fait des pieds et des mains pour entrer dans l'UE : Ils n'ont même pas la même heure que le reste de l'Europe Occidentale !
Enfin, passons... De toute façon, je les adore, même quand ils conduisent "à l'envers".

Jacques Heurtault 09/05/2015 17:39

Ah! Ah! Ah! Trop drôle!
Moi, je les adore un peu moins car je n'aime pas trop les gens qui songent avant toute chose à tirer la couverture à eux.