Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Grèce : quelques propositions concrètes de mon crû ...

29 Juin 2015, 13:06pm

Publié par Jacques Heurtault

Les déclarations entendues ce matin au sujet de la Grèce démontrent s'il en était besoin la mauvaise foi dont les partisans d'une europe soumise au diktat de la finance internationale font preuve ...

Aussi, plutôt que de pérorer à l'infini, j'en viens à énumérer des propositions concrètes avec l'espoir que, à défaut de résoudre les problèmes (puisque je n'ai AUCUN pouvoir en la matière), je pourrai témoigner de ma bonne foi.

1. Il faut fermer toutes les Bourses de tous les pays de la zone euro, à commencer par Paris, Francfort, Milan, etc ... Je ne comprends même pas comment il est possible que cela n'ait pas été fait dès hier, à tout le moins dès la chute constatée des bourses d'extrême orient qui, par nature, fonctionnent "en décalage horaire" avec les bourses européennes. On voudrait provoquer un début de mouvement de panique à la baisse que l'on ne s'y prendrait pas autrement.

2. Il faut que les intérêts des dettes contractées par les Etats de la zone euro (et seulement ces Etats-là!) soient pris en charge par la seule BCE afin d'uniformiser la charge de la dette de chacun des Etats membres de ladite zone. Cela reviendrait à diluer entre tous les pays membres de la zone euro la charge de tous les intérêts (et seulement des intérêts, pas de la dette principale elle-même. Ainsi, chaque etat n'aurait à supporter que le poids des capitaux empruntés depuis la création de la BCE (autrement dit, grosso modo, depuis le traité de Maastricht). Pour y parvenir, il faudrait évidemment reprendre tous les calculs. Des ordinateurs savent très bien faire ça! On découvrirait avec stupéfaction que l'essentiel du stock de dette actuel n'est rien d'autre que des intérêts générés par des emprunts déjà amortis. Il faut savoir en effet qu'un Etat, lorsqu'il rembourse un emprunt contracté, paie non seulement les annuités d'intérêts mais aussi les annuités d'amortissement et que, pour y parvenir, il ré-emprunte des capitaux ... c'est une boucle infernale sans fin qui ne profite qu'aux seuls créanciers qui, eux, chaque année, encaissent les annuités de paiement des intérêts.

3. Il faut que la Grèce et tous les autres Etats membres de la zone euro demandent la levée du secret bancaire auprès de toutes les banques qui ont ouvert des comptes pour tous les ressortissants de n'importe quel Etat de la zone euro (et seulement de ceux-là!). de la sorte, on verra qui joue vraiment le jeu positif de la défense de l'euro. Toute banque qui refuserait de lever ce secret se verrait retirer sa licence d'exploitation dans tous les Etats de la zone euro. Pas de quoi fouetter un chat! cette mesure n'a aucun caractère confiscatoire dirigé contre quiconque : il suffit juste d'être transparent vis à vis des autorités européennes et étatiques des Etats membres de la zone euro.

4. A titre conservatoire, tous les avoirs grecs détenus à l'étranger doivent être gelés (pas nationalisés, simplement gelés!) afin que quiconque ne puisse organiser la fuite des capitaux.

5. Les navires des armateurs grecs doivent être placés sous sequestre partout sur le globe terrestre (car, par définition, les navires sont des biens meubles qui ... se déplacent!). Doivent être inclus dans la liste des biens sequestrables (ne pas confondre avec la procédure de confiscation!) tous les navires appartenant à des sociétés-écrans qui s'avèrent être detenues directement ou indirectement par des personnes grecques mêmes (et surtout!) si elles sont minoritaires au capital.

6. Pendant toute la durée de mise en place de toutes ces mesures de protection, l'Eurogroupe se réunit, y compris avec la Grèce, en réunion non-stop. Le but est de montrer que l'Eurogroupe a la situation bien en main et sous contrôle. 

Commenter cet article