Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Boeing de la Malaysian Airlines MH17 : où en est l'enquête?

18 Juillet 2015, 09:11am

Publié par Jacques Heurtault

En cette période anniversaire de la destruction en vol d'un avion de ligne (Vol MH 17) transportant 300 personnes au dessus de l'Ukraine, il ne peut être mauvais de se poser des questions.

1. Comment se fait-il que un an après cette tragédie on ne soit toujours pas parvenu à des conclusions fiables? Le délai me semble bien long. Je ne vois que deux explications possibles :

- "On" connait l'identité des coupables (l'armée ukrainienne) mais cette vérité est politiquement indicible et, par conséquent "on" la cache.

- Personne ne connait l'identité des coupables (armée ukrainienne ou séparatistes pro-russes) et, par conséquent, vu le caractère particulièrement sensible du dossier, on se garde bien de fournir des éléments d'information de peur de découvrir l'identité réelle des coupables.

2. L'hypothèse selon laquelle l'avion ramenant Poutine de son déplacement à Rio de Janeiro se situait dans les parages et que des éléments (incontrôlés?) de l'armée ukrainienne ont voulu faire un gigantesque carton n'a jamais été formellement infirmée (par exemple en donnant des preuves matérielles que l'avion de Poutine ne pouvait pas être présent dans cette zone à cette heure-ci). En clair, selon cette hypothèse, un avion CIVIL identifié comme tel, naviguant dans cette région, a été abattu délibérément car "on" pensait que Poutine était à bord ...

3. Pourquoi met-on autant d'insistance à affirmer que le missile qui a abattu cet avion était un missile "sol-air" (c'est à dire tiré depuis le sol en direction d'une cible située dans les airs) alors qu'il reste tout à fait possible que le missile soit de type "air-air" (tiré depuis un avion en direction d'une cible elle-même dans les airs)? Là, l'explication est simple : les séparatistes ne disposent pas d'avions et Poutine n'a certainement pas commis la folie de leur en fournir car c'eut été reconnaitre explicitement qu'il fournissait une aide aux séparatistes (attendu que lesdits avions ne pouvaient pas, matériellement, être entretenus depuis le territoire des séparatistes ni, politiquement, être entretenus depuis le territoire russe).

 

Toujours est-il que l'on trouve sur Internet, via des blogs non-orthodoxes, des informations intéressantes telle celle-ci :

 

Début de citation :

"Selon un rapport publié sur le Web par des experts aéronautiques russes, le Boeing malaisien effectuant le vol MH17 aurait été abattu par un missile air-air de fabrication israélienne. 

Un groupe d'experts aéronautiques russes a mis en ligne, sous couvert d'anonymat, les résultats de sa propre enquête sur le crash du Boeing malaisien dans l'est de l'Ukraine. 

Ces résultats confirment la déposition d'Evgueni Agapov, technicien d'un aérodrome militaire dans la région de Dniepropetrovsk, qui, le jour de la catastrophe du Boeing le 17 juillet 2014, a vu un chasseur ukrainien Su-25 piloté par le capitaine Volochine décoller avec des missiles air-air, mais atterrir sans ces derniers. 

Le rapport analyse, sur plusieurs dizaines de pages, les dommages subis par l'avion malaisien et la nature des chocs. La zone d'explosion du missile qui avait détruit le Boeing a été modélisée sur une maquette spécialement réalisée à cet effet. Les experts ont également calculé la masse de la charge explosive du missile: 10 à 40 kilogrammes. 

La forme et la masse des sous-munitions utilisées pour détruire le Boeing ont également été établies. Il s'agit de "2.000 à 4.000 projectiles d'une masse moyenne d'environ 3 grammes chacun et ayant la forme d'un parallélépipède de 8x8x6 mm (écart admissible: ±0,5 mm). Cela étant, l'explosion s'est produite à une distance de 0,8 à 1,6 mètre de la fenêtre mobile du chef d'équipage". 

Après avoir comparé les différents missiles antiaériens russes, les experts ont constaté que premièrement, tous ces missiles étaient équipés de projectiles ayant la forme d'une barre. Deuxièmement, "l'analyse a montré que parmi les systèmes de DCA russes, on trouve suffisamment de missiles capables de détruire une cible aérienne à 10.000 mètres d'altitude. Cependant, tous ces missiles sont équipés de charges dont la masse est considérablement supérieure à 40 kilogrammes". 

Il s'ensuit donc qu'aucun missile air-air ou sol-air russe, capable d'abattre un avion à environ 10 kilomètres d'altitude, ne correspond à la nature des dommages subis par le Boeing malaisien. 

Tous les experts ayant étudié les fragments du Boeing s'accordent pour constater que l'explosion s'est produite près du cockpit. Le rapport mis en ligne en donne une explication plausible. Il s'agit visiblement des particularités liées au guidage du missile. 

"Le cockpit de l'avion abattu recelait — sous sa coiffe transparente aux signaux radioélectriques — un radar panoramique fonctionnant en régime actif durant tout le vol. Cela signifie que si le missile était doté d'un autodirecteur passif, il devait être guidé par les signaux émanant du radar. Cela constitue, nous semble-t-il, la raison pour laquelle le missile a frappé le cockpit de l'avion", constatent les experts. 

Selon le rapport, l'engin qui répond le plus aux critères indiqués est le missile air-air israélien de courte portée Python. Il s'agit d'un "missile doté d'un autodirecteur à infrarouge passif et d'une charge explosive d'environ 11 kilogrammes". 

Enfin, on sait de sources ouvertes qu'au début des années 2.000, la Géorgie a procédé à la modernisation de ses chasseurs Su-25 afin de les rendre capables d'utiliser les missiles air-air de classe Python. En apparence, les avions modernisés ne se distinguent pas des Su-25 ordinaires largement utilisés par l'armée ukrainienne dans la zone du conflit. 

De plus, le missile Python ressemble au missile russe R-60, si bien que la différence entre les deux engins n'est perceptible qu'au terme un examen minutieux.* 

http://fr.sputniknews.com/international/20150716/1017066684.html

Fin de citation.

On notera la source mentionnée : sputiknews .

Je ne suis pas en mesure d'émettre le moindre avis structuré sur le contenu de cet article. je suis pourtant parfaitement convaincu que la plus élémentaire honnêteté intellectuelle doit conduire à sa publication et à son analyse critique. Force est de constater que, à ce jour, rien n'est fait allant dans ce sens. Vient alors une question : Pourquoi?

 

Commenter cet article