Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Un vent mauvais souffle sur la planète en général et sur l'Europe en particulier!

23 Juillet 2015, 16:35pm

Publié par Jacques Heurtault

Il faut bien en convenir : une certaine fébrilité agite le monde et tout particulièrement l'Europe ... Des conflits économiques et sociaux semblent se multiplier bien que nous soyons en plein coeur de la période estivale. Habituellement, il n'en est pas ainsi! Qu'est-ce que cela va donner en Septembre? Comment la situation va-t-elle évoluer? A mon avis, pas dans la bonne direction ...

J'ignore ce que seront les chiffres du chômage le 25 Juillet prochain, dans deux jours. Ou bien ils seront, une fois de plus, mauvais, c'est à dire que l'on va constater une très faible diminution du chômage (toutes catégories, France entière, hors variations saisonnières) ce qui voudra dire une forte hausse (selon les mêmes critères) pour les chiffres publiés les 25 Septembre (Août) ou 25 Octobre (Septembre) ou bien ils seront moins mauvais (suis-je un oiseau de mauvais augure?) ... J'aurais beau souhaiter qu'ils s'améliorent, je crois, malheureusement, que la situation économique va continuer à se dégrader, lentement mais sûrement.

Curieusement, on constate une floraison de "solutions" en tout genre sur tous les thèmes principaux ... sauf une : toujours rien sur le front du "partage du temps de travail"! Ce serait pourtant si simple!

1. Fixer la durée légale du travail à six heures par jour, PAYEES SIX heures (pas sept!) afin de ne pas reproduire l'erreur tragique des "35 heures payées 39".

2. Introduire une notion fondamentale : toute heure supplémentaire ne peut être effectuée qu'avec le plein consentement PONCTUEL (c'est à dire au coup par coup) de CHAQUE salarié sans que l'employeur ne puisse imposer quoi que ce soit.

3. Faire systématiquement ratifier les accords d'entreprise par les salariés concernés eux-mêmes avant leur entrée en vigueur en encadrant d'une manière stricte le champ d'intervention de ces accords qui ne peuvent avoir pour objet de se substituer à la loi mais doivent se limiter à régler les diffcultés techniques inévitables provoquées par la mise en oeuvre de la loi. Il faut respecter la hiérarchie juridique!

4. Mettre un coup d'arrêt très ferme à cette pratique scandaleuse qui consiste à attendre que les "partenaires sociaux" se mettent d'accord pour, ensuite, "bétonner" (c'est le terme qu'ils emploient!) le contenu de l'accord par une loi. Le Parlement doit prendre ses responsabilités : la loi est son domaine strictement réservé. Ce n'est pas le domaine des "partenaires sociaux"!

Autant dire que ces quatre idées sont en contradiction formelle avec les orientations développées par Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen dans leur opuscule "Le travail et la loi" (Fayard). Les auteurs semblent être animés des meilleures intentions du monde mais aucune ne semble avoir une connaissance concrête de la réalité de ce monde bien particulier qui s'appelle "l'entreprise". Même pas Lyon Caen qui, pourtant, en matière de droit du travail et de droit des relations sociales, est notoirement connu pour être un spécialiste de ces matières. Décevant! Ont-ils, l'un ou l'autre, participé, ne serait-ce qu'une seule fois, à une grève? J'ai bien peur que non!

Commenter cet article