Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

166.800 chômeurs de plus sur les listes Pôle Emploi en Septembre 2015.

27 Octobre 2015, 18:48pm

Publié par Jacques Heurtault

166.800 personnes de plus inscrites sur les listes de Pôle Emploi en Septembre 2015 (chiffres rendus publics le 26 Octobre 2015 à 18H00) comparativement à Août 2015 ...

 

323.200 personnes de plus qu'à la même époque en 2014 ...

 

Je rappelle (la répétition est, hélas!, pédagogiquement nécessaire) que les chiffres que je donne sont ceux établis par la Dares, organisme public rattaché au Ministère de l'Emploi. Ils concernent toute la France (y compris les Départements d'Outre Mer) et toutes les catégories statistiques d'inscription qui sont au nombre de 5 (A, B, C, D, E) et qu'il ne faut pas confondre avec les catégories administratives, elles aussi au nombre de 5 (1, 2, 3, 4, 5). Par contre, il est important de noter que le total de ces cinq catégories (A, B, C, D, E ou bien 1, 2, 3, 4, 5) est rigoureusement le même, à l'unité près.

Ces chiffres sont les chiffres bruts, avant toute forme de "corrections", lesquelles sont au nombre de deux :

1. les corrections pour variations saisonnières (il y a - c'est facile à comprendre - plus de personnes inscrites à Pôle Emploi en Septembre qu'en Juillet; pour corriger cet effet saisonnier et avoir une "tendance économique" réputée plus intéressante car "lissée" sur une année entière et non focalisée sur un seul mois, les Pouvoirs Publics donnent des chiffres "corrigés des variations saisonnières).

2. Les corrections pour jours ouvrés (Pareillement, ils apportent des corrections pour tenir compte qu'il y a moins de jours ouvrés (c'est à dire travaillés) en Février ou en Mai qu'en Septembre).

 

Les chiffres se rapportant à la période de Septembre 2015 sont donc tombés, hier, absolument implacables ...

6.459.200 personnes inscrites à Pôle Emploi. Le mois dernier (Août 2015), il y en avait 6.292.400 soit 166.800 de moins. L'année dernière (Septembre 2014), il y en avait 6.136.000 ... soit 323.200 de moins!

Ces chiffres sont à comparer avec l'annonce dérisoire faite par le Ministère selon le quel le nombre de demandeurs d'emploi a diminué d'environ 25.000 en un mois.

Il y a donc deux chiffres à retenir, fondamentaux pour le débat politique :

- il y a six millions et demi de personnes inscrites à pôle Emploi.

- ce chiffre augmente quasi continument de 320.000 chaque année.

 

A ce jour, je ne suis pas en mesure d'affirmer si, oui ou non, les personnes qui sont dans des "dispositifs de lutte contre le chômage" sont ou ne sont pas inscrites sur les listes, notamment en catégorie E (statistique) ou 5 (administrative). Si elles ne l'étaient pas, il conviendrait d'augmenter d'environ 150.000 le nombre de personnes inscrites ... Ce n'est pas rien!

 

Dans l'esprit des concepteurs de l'ANPE (devenue Pôle Emploi), toute personne à la recherche d'un emploi devait avoir le droit de s'inscrire comme demandeuse d'emploi, quand bien même avait-elle un emploi. Il était simplement impérativement nécessaire d'être à la recherche d'un emploi pour pouvoir s'inscrire mais, bien évidemment (et c'est parfaitement normal), on ne peut pas comptabiliser de la même manière selon que, tout en étant à la recherche d'un emploi, on a un emploi ou qu'on en n'a pas.

Pour le Bureau International du Travail, les choses sont "carrées" : si une personne a travaillé ne serait-ce qu'une heure dans le mois statistique de référence, elle ne peut être comptabilisée comme chômeuse! C'est proprement scandaleux mais c'est ainsi!

 

Commenter cet article

Loubomyr 06/11/2015 11:33

Ah autre chose, qui n'a rien à voir : vous qui traitez les médias de journaleux (avec raison), voici un mot trouvé sur le Net qui devrait vous plaire : "les "merdias". Il est vrai qu'à BFM la différence entre Bourdin et boudin est très ténue !!!!

Jacques Heurtault 06/11/2015 11:40

Oh, oui! Il me plait, ce mot! Le deuxième aussi d'ailleurs (Bourdin = boudin). Le mot "chiasse" conviendrait mieux mais il rime moins!

Loubomyr 06/11/2015 11:30

Et pendant ce temps là : les Suisses n'ont un taux de chomage que de 3 pour cent avec une industrie manufacturière forte qui ne s'externalise pas, des ouvriers payés 2800 € (!!!) par mois, un code du travail de cent pages et une démocratie directe vivante!!! Le génie français est battu en brèche par la gout du travail des Suisses!!!!

Jacques Heurtault 06/11/2015 11:37

Je souscris pleinement à votre remarque!

Julie 29/10/2015 18:46

Le chiffre ne cesse de monter. Sur ce, le gouvernement devra prendre de bonnes initiatives pour réduire le taux de chômage.

Jacques Heurtault 29/10/2015 19:36

Hélas, oui! Le chiffre ne cesse de monter ... d'environ 350.000 par an en moyenne depuis 2009. Soit environ 2.500.000 ...
Il n'y a rien de plus simple pour réduire le "taux" de chômage : il suffit de procurer un emploi de UNE HEURE PAR MOIS à tout le monde car c'est la définition du taux de chômage. Si on travaille une heure dans le mois de référence, on ne peut être, au sens du Bureau International du Travail (dont le siège est à ... Genève!) considéré comme chômeur!
Supposons que, par une habile politique de PARTAGE DU TEMPS DE TRAVAIL, on parvienne à résorber le chômage (le vrai!) au rythme de 100.000 par mois. CINQ ANS seront nécessaires, en maintenant continument ce rythme, pour atteindre le niveau de chômage de 500.000, "plafond" dont le Président Pompidou (que vous n'avez probablement pas connu) disait que s'il était atteint, ce serait la révolution en France! (1967).
Et encore conviendrait-il de compter toutes les personnes qui ne recherchent même plus d'emploi et ne sont pas inscrites à Pôle Emploi dans aucune catégorie tant elles sont certaines de ne pas en trouver. Cela veut dire que, si on crée 100.000 emplois supplémentaires par mois (balance entre ceux qui sont supprimés et ceux qui sont crées), il faut compter 10 ans (et non pas seulement 5 ans!) d'efforts continus pour résorber ce fléau qui est, j'en suis profondément convaincu, LA SOURCE de la plupart de nos maux.

I-Cube 29/10/2015 09:58

Dites donc, Monsieur mon conseiller spécial, c'est'y pas qu'au gouvernement ils n'ont des calculettes qui n'ont que la touche moins, tout simplement ?
Moins de chômeurs, moins de pouvoir d'achat, moins de désendettement, moins de libertés publiques, etc....

Jacques Heurtault 29/10/2015 10:30

Non, je ne le crois pas! Ils ont aussi la touche "+" dans l'application "+ de mensonges", "+ de flagornerie"! Sans compter qu'ils ont trouvé de nouvelles applications avec la touche "-" . Par exemple "- de loyauté", "- de sincérité", "- d'honnêteté" , ...! Mais, pour ne pas être en reste, la touche "+" exerce aussi ses talents dans des applications telles "+ de manipulation", "+ de désinformation", "+ de tripatouillages" ... C'est un processus de création continue! Ca ne s'arrête jamais ...

licenciement inaptitude 28/10/2015 10:32

Bonjour,
Ces chiffres montrent une nouvelle fois la gravité du problème du chômage dans notre pays. Même s'il y a une amélioration de la situation dans les mois à venir, cela ne serait que très modeste, très marginal, par rapport à l'ampleur du chômage dans notre pays. Par ailleurs, ce seront les catégories les plus frappées par le chômage (travailleurs âgées, handicapés, salariés peu formés) qui bénéficieront le moins d'une éventuelle petite amélioration.
D'autres pays comparables à la France, s'en sortent bien. Cela montre que c'est la France qui doit très sérieusement se remettre en question et se réformer.
Bien cordialement.

Jacques Heurtault 28/10/2015 12:21

Parfaitement d'accord avec vous! Il faut changer les paradigmes. La protection sociale a été mise en place - structurellement - lors de la création de la Sécurité Sociale en 1945. A l'époque, le travail ne manquait pas car il fallait reconstruire. Au fil des ans, on a empilé les aménagements. Le système a fini par devenir bancal à la manière d'une énorme pile d'assiettes qui, à un moment ou à un autre, se casse la figure.
Nous savons que nous avons une énorme accumulation des patrimoines. La richesse patrimoniale est bien plus concentrée que la richesse des revenus. Il est temps de mettre à contribution TOUS les patrimoines ( et pas seulement le patrimoine des riches!) et de ne plus taxer les revenus du travail davantage que les autres revenus.

Un seul taux (10%?) appliqué sur TOUS les revenus, sans distinction d'origine ni de niveau.

Un seul taux (0,1%) appliqué sur TOUS les patrimoines ( toute PERSONNE - physique ou morale - paierait, chaque année, un impôt sur la valeur de tous les biens dont elle est propriétaire ou usufruitière dont le taux serait de 0,1%. L'impôt de solidarité sur la fortune serait, en contrepartie, supprimé.