Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Parfois, Valls ne dit pas que des conneries!

29 Décembre 2015, 07:45am

Publié par Jacques Heurtault

Parfois, Valls ne dit pas que des conneries ... Il faut en convenir : son dernier billet sur Facebook témoigne qu'il est parfois traversé par des fulgurance de lucidité! Lisez vous-même :

Début de citation :

 

Je ne peux laisser tout dire sur la déchéance de nationalité : revenons aux faits !

Le débat public et libre témoigne de la force de notre démocratie. Face à la lâcheté terroriste, nos réponses doivent être sereines et fortes. Elles le sont.

Comment peut-on dire que priver de la nationalité française des terroristes condamnés serait une idée d’extrême-droite ?

· D’abord, parce que c’est strictement faux : ce principe existe dans de nombreux pays démocratiques proches de la France : en Grande-Bretagne, au Canada, en Suisse, aux Pays-Bas et d’autres encore, sans doute. Le même débat existe en Belgique. En Allemagne, la question ne se pose pas puisque la binationalité n’y est pas autorisée.

· Ensuite, parce qu’affirmer cela permet au Front national et aux cercles identitaires de renforcer leur propagande.

Il faut au contraire dire que ce qui est une idée d’extrême-droite, c’est de fonder la nationalité exclusivement sur le sang, sur l’appartenance ethnique, sur ce qui par nature ne peut jamais être révoqué. Car les doctrines d’extrême-droite tournent radicalement le dos à la conception historique ouverte de la Nation française, fondée sur l’adhésion à l’idéal républicain et sur la volonté commune de vivre ensemble qui unit tous les citoyens français !

Dès 2012, comme ministre de l’intérieur, j’ai rétabli – sous les critiques virulentes de l’extrême-droite – des conditions normales et ouvertes d’accès à la naturalisation, y compris bien sûr sur la base du droit du sol. Cette décision a bénéficié, non pas à quelques poignées de personnes, mais à des milliers, aujourd’hui devenues nos compatriotes, pour beaucoup binationales. Et j’en suis fier !

Dans le débat actuel, chacun a droit au respect de son opinion.

Mais, devant les Français, il est sage d’éviter tout amalgame, d’écarter les arguments infondés. Priver de la nationalité française ceux qui tuent aveuglément d’autres Français au nom d’une idéologie de terreur est un acte symbolique fort qui sanctionne ceux qui se sont eux-mêmes exclus de la communauté nationale. Rien de moins, rien de plus.

Ce n’est aucunement une remise en question du droit du sol puisque la possibilité de déchéance concernera tous les terroristes binationaux condamnés pour crimes, quel que soit le mode d’obtention de la nationalité, droit du sol ou filiation. Evitons de laisser indûment penser que le droit du sol ferait obstacle à une proposition qui recueille une très large adhésion parmi les Français. Ce n’est nullement le cas.

Puisque le débat se réfère à l’histoire et à la tradition républicaines, souvenons-nous que la première procédure de déchéance de nationalité a été instituée par la IIème République, à l’article 8 du décret du 27 avril 1848. Il s’agissait alors d’exclure de la République les esclavagistes qui refuseraient de se conformer à l’abolition de l’esclavage. Une mesure de déchéance après condamnation pour un crime terroriste par un tribunal indépendant n’a absolument rien à voir avec les actes discriminatoires du régime raciste et antisémite de Vichy.

Même si elle ne concernera heureusement qu’un nombre limité de personnes, la déchéance symbolisera l’exclusion définitive du pacte national de ceux qui ont commis des crimes terroristes, dans le respect des principes du droit international auxquels nous sommes attachés, qui interdisent de créer des situations d’apatridie.

Face au terrorisme, aujourd’hui, préserver l’unité nationale et le rassemblement, c’est respecter le discours du président de la République applaudi sur tous les bancs du Congrès. C’est, comme l’a fait le Gouvernement, s’appuyer sur l’avis rendu par le Conseil d’Etat. C’est croire en la force et en l’ouverture de la démocratie française, qui protégera toujours tous ses enfants, sans aucune distinction d’origine ou de religion.

Manuel VALLS

Fin de citation.

Evidemment, j'aurais préféré qu'il aille un peu plus loin et qu'il ne s'embarasse pas avec cette pusillanimité de pacotille qui consiste à ne prévoir l'application de la déchéance de nationalité qu'aux seuls binationaux "au nom du respect du droit international". Qu'est-ce que "le droit" international vient faire là-dedans? Internationalement, on a "le droit" de massacrer aveuglement ses compatriotes? Ca m'étonnerait beaucoup.

Toujours est-il que si tout n'est pas bon dans le cochon, il y a lieu de prendre tout ce qui est bon! Et cette déclaration en fait partie ... Dont acte!

 

 

Commenter cet article

Effort de Lucidité 02/01/2016 16:16

L'admiration béate dont fait preuve un "bloggueur" en panne d'inspiration contraste avec lesquels un torchon, bourré de contre vérités grossières, a été accueilli. Mais chacun est libre d'admirer ce qu'il peut, et, ce faisant, de se situer intellectuellement (et d'hériter de sarcasmes , par la seule magie du copillé - coller sans recul).

Jacques Heurtault 04/01/2016 14:30

"L'admiration béate" va se traduire, à chaque fois, par un vote-sanction contre "l'admiré" ainsi que contre ses soutiens ...
Dehors, les "socialistes"!