Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Jean Marc Daniel, un homme de droite camouflé en homme de gauche!

11 Février 2016, 15:13pm

Publié par Jacques Heurtault

Une fois n'est pas coutume, j'ai suivi avec un grand intérêt les interventions de Jean Marc Daniel sur France Inter, ce matin. Le sujet en était le revenu minimum universel ... La seule expression m'a évidemment conduit à dresser l'oreille! J'ai consacré ces jours derniers quatre articles sur la thématique du "revenu universel". Je ne pouvais être que très intéressé.

La première information marquante que j'ai retenu, c'est le niveau de ce revenu minimum universel : 800 euros par mois et par personne! Pas moins. Il parait, d'après Jean Marc Daniel, polytechnicien (il sait donc raisonner et compter), professeur à l'Ecole Supérieure de Commerce de Paris (il sait donc énoncer clairement ce qu'il a bien conçu) que c'est ce que donnerait la redistribution directe de toutes les allocations versées ou prestations fournies par la puissance publique à l'ensemble des gens vivant en France.

Dans mes articles j'en étais prudemment resté à 500 euros par mois et par personne ... Ce qui aboutissait à un total de 400 milliards d'euros! Me voilà rassuré : un polytechnicien nous affirme que l'on peut aller encore plus loin et verser 800 euros par personne et par mois ... Ce qui va aboutir à un total de 640 milliards par an ou bien, si on visualise mieux ainsi, à une allocation annuelle de 9.600 euros par an et par personne (autant pour les enfants, les personnes âgées, les adultes, etc ...)

Ce que ne dit pas Jean Marc Daniel, c'est que cela aboutit à la suppression pure et simple de la Sécurité Sociale dans tous ses mécanismes régulateurs. Je ne sais pas si les retraites y sont incluses. A priori, on peut penser que oui ... libre à chacun de souscrire une retraite personnalisée! C'est à dire une retraite par capitalisation, évidemment ... puisque c'est le seul système qui individualisable, à l'exact opposé de la retraite par répartition qui, lui, impose l'obligation de souscrire sur toute la durée de la vie active.

Bien entendu, chacun souscrit (ou ne souscrit pas!) à une assurance maladie pour lui-même, pour ses enfants (avec l'argent qui leur revient mais qui est gérée par les parents). Le reste à l'avenant...

Allons un peu plus loin ...

Vous avez un enfant, voire deux ou trois ... Vous gérez donc 2.400 euros par mois pour pourvoir aux besoins des enfants. Et vous décidez de ne pas les faire garder à la crêche mais de les garder vous-même, d'aller les conduire à l'école, d'aller les chercher, etc ... On ne sait pas si il faut payer l'école ou pas ... (y compris le salaire des enseignants, évidemment!).

Vous vous sentez en pleine forme et vous faites le pari que vous n'avez pas besoin d'assurance maladie. Vous gardez donc l'argent pour vous. Même chose pour les enfants à votre charge ... Jean Marc Daniel ne nous dit pas ce qui se passe si une personne fait un mauvais pari (elle tombe malade mais n'a pas l'argent pour se soigner et meurt, laissant ses enfants sans leur maman ou leur papa). Le même ne nous dit pas si "le marché" met en place un système où chacun peut "parier" contre lui-même ... Car il ne faut pas en douter une seule seconde, c'est la logique même du système nécessairement complètement privatisé ... C'est ainsi que fonctionne le régime des "assurances-décès"! Vous pouvez souscrire un contrat d'assurance sur le décès de votre voisin! S'il meurt, c'est vous qui percevez le capital décès alors même que l'avenir de votre voisin ne vous préoccupe pas plus que ça ... mais qu'il peut légitimement préoccuper le conjoint du voisin ainsi que ses enfants!

A quoi bon développer davantage? Chacun voit bien à quelles monstruosités un tel système abouti. Chacun est livré à lui même. La solidarité s'évapore. On constate très vite que le système n'est tout simplement pas finançable concrètement ... et que, en cas de difficultés économiques majeures, la première décision que prendrait un gouvernement animé par ces idées-là serait de REDUIRE le montant de l'allocation universelle!

Monsieur Jean Marc Daniel, autant que je vous le dise tout net : jusqu'à plus ample informé, votre système est l'exact contraire de ce que je propose! Je le dis avec d'autant plus de force que vous prévoyez la destruction du SMIC et la possibilité, pour un employeur, de licencier un salarié par un simple SMS!  Vraiment, pour moi, c'est NON MERCI!

Que vous puissiez vous affirmer comme étant un homme de gauche et appeler Monsieur Valls et Monsieur Macron à aller jusqu'au bout de leurs idées ne me surprend guère : votre initiative, sur France Inter, ce matin, relève d'une opération parfaitement orchestrée : à partir de la bonne idée visant à forcer la Gauche à sortir de ses dogmes usés jusqu'à la corde, vous poussez les pions pour aller jusqu'à la destruction même de toute idée de solidarité alors même que la solidarité est LE pilier, la colonne vertébrale et l'acte de naissance de la Gauche!

Vous êtes un homme dangereux, Monsieur Jean Marc Daniel! Vous êtes le poisson-pilote d'une vaste opération de destruction des valeurs de la République laïque, démocratique et sociale telle qu'elle est définie dans la Constitution! Le but est simple : dans les prochaines semaines, les Valls et autres Macron vont évidemment intervenir pour marquer leur désaccord avec vos excès, ce qui aura pour effet de pousser dans leurs bras les gens déboussolés, ne comprenant plus rien à rien au point d'être capable, par désespoir, de voter par conviction pour l'extrême-droite (la vraie!).

Non, Merci!   

Commenter cet article

Free86 28/01/2017 21:40

Mais vous vous prenez pour qui ? Un être supérieur ?
Pour décider à la place des individus !
Cette suffisance est propre au socialisme.
Si nous en sommes là aujourd'hui, c'est bien parce que nos hommes politiques nous ont persuader "on s'occupe de tous, c'est pour votre bien"
On voit le résultat.
Et ne me sortez pas que nous sommes dans un monde ultraliberal, à 57% de dépense publiques, nous sommes un état socialiste, les chiffres sont incontestables...

Jacques Heurtault 28/01/2017 21:43

Moi, je ne décide que pour moi-même (et encore! c'est beaucoup dire!). Je ne suis pas "socialiste". Comment pourrais-je supporter une pareille opprobre?

I-Cube 12/02/2016 10:46

Personnellement, j'assurais ce qui me tenait lieu de "belle-doche" à chaque fois que je l'emmenais prendre un avion !
Elle te me faisait une gueule pas possible et j'argumentais que "c'était pour sécher les larmes de votre fille !"

Ceci dit, évidemment que c'est intenable : D'autant qu'il y a d'autres solutions pour le jour où nous en serons tous réduits à bosser "6 heures" par semaine, faute de travail pour tout le monde...
Il faudra bien que les gens survivent coûte que coûte et "la jungle de Calais" préface hélas le monde de demain qu'ils nous préparent tous ...

Bien à vous !

I-Cube

Jacques Heurtault 12/02/2016 11:31

Travailler six heures par semaine? Personnellement, je n'ai pas retenu cette hypothèse. Toutefois, je peux constater que nous divergeons sur un point : pour vous, 6 heures par semaine, c'est une vraie calamité! Pour moi, c'est un objectif tout à fait atteignable mais .. pas tout de suite! Ni vous ni moi ne verront ce temps bienheureux. Je ne le crois atteignable que dans - au mieux - cinquante ans voire même - peut-être - seulement un siècle. Mais c'est une perspective intéressante! Quant à ceux qui, dévorés par l'appât du gain et l'âpreté des relations entre les humains, il faudra y mettre bon ordre! Même (et surtout!) si ça ne leur plait pas!

Julien 12/02/2016 09:08

Sur cette analyse je vous suis totalement.Et d'ailleurs,malheureusement,monsieur Daniel que j'ecoute parfois n'est pas le seul qui propose une"bonne"idee en apparence sans preciser ce que cela implique comme regression sociale ,si on n'y prend garde.

Jacques Heurtault 12/02/2016 10:23

Il est clair que si on laisse les gens choisir entre la protection sociale et la consommation de biens jusqu'au gavage, la majorité, hélas!, choisira la consommation ... Quelquefois, le bonheur des peuples se construit un peu contre leur gré...