Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

L'allocation universelle... Et si on en parlait?

2 Février 2016, 16:07pm

Publié par Jacques Heurtault

Selon toutes vraisemblances, nous allons subir, dans le courant de l'année 2016, une nouvelle crise financière et économique MONDIALE. Je n'ai pas la compétence suffisante pour pouvoir l'affirmer en le démontrant mais je m'appuie sur ce que j'entends dire ici ou là ou sur ce que je lis, ici ou là (mais pas forcément aux mêmes endroits!).

Cet article n'a pas pour objet d'examiner le bien fondé d'une telle affirmation. Par contre, si une nouvelle crise financière et économique mondiale survient de nouveau - plus grave encore que celle de 2008 - , il est clair que cela entrainera une crise politique dans tout le monde occidental car les gens ne supporteront pas de devoir subir je ne sais quelles restrictions et autres inadmissibles avanies. Trop, c'est déjà trop aujourd'hui... Demain, ce ne pourra être que pire si on ne fait rien!

Qui dit crise politique majeure dit nécessité de réfléchir aux moyens de la surmonter ... sauf à faire preuve de la pire irresponsabilité consistant à dire "Après moi, le déluge!" ou bien "Je m'en moque! Ce n'est pas MON problème! J'ai de quoi vivre; que chacun se démerde!". Je ne suis pas comme ça. L'avenir du monde, l'avenir de mon pays, l'avenir des gens m'intéressent. J'aurai même l'outrecuidance d'affirmer que ces choses-là me préoccupent.

Si le chômage continue d'augmenter - qui plus est au rythme auquel il augmente d'une manière quasi continue de puis 2008/2009 - il va bien falloir prendre le problème d'une manière "énergique". Ne serait-ce que pour éviter les émeutes qui vont finir par éclater un jour ou l'autre ... Nous n'en sommes pas là, Dieu merci!

Quels sont deux des principaux phénomènes que nous pouvons constater depuis quelques années quand on veut bien faire l'effort de se documenter sérieusement?

1. Les distorsions de revenus atteignent des proportions qui conduisent à se demander si nous ne sommes pas en train de revenir au XIXème siècle! Pendant que les revenus les plus élevés continuent d'augmenter, les revenus les moins élevés, eux, au mieux stagnent, le plus souvent diminuent, quelquefois s'effondrent. Bref, l'écart s'accroit dans des proportions qui deviennent inquiétantes.

2. Accompagnant ce processus - parce qu'étant sa conséquence naturelle - vient le deuxième phénomène : l'accroissement considérable des patrimoines des personnes ayant les revenus les plus élevés. Ce processus est "normal" (remarquez les guillemets) car :

- Quand on a à manger correctement et suffisamment, on peut, dans un premier temps, consommer des plats mieux élaborés, une nourriture plus fine, accompagner la consommation d'un bon vin, etc ... Cela ne va pas jusqu'à faire six repas par jour au lieu de trois!

- Ce raisonnement vaut aussi pour le logement ... Quand on a un bel appartement ou une belle maison, on peut faire le choix d'avoir une résidence secondaire. Avoir DEUX voire TROIS résidences secondaires devient carrément loufoque! On ne peut pas être, en même temps, dans deux ou trois endroits différents ...

- Etc. Etc. ...

Dans ces conditions, que fait-on le plus généralement? On accumule ... On transforme l'excédent de revenus en "patrimoine". C'est une forme d'assurance pour l'avenir ... C'est du moins ce que, en toute bonne foi, l'on croit.

Dans un précédent billet j'ai même posé la question, toute simple : "Comment fait-on pour dépenser un million d'euros par an?" Personnellement, je ne vois pas bien! Peut-être aurais-je tendance à en donner à mes enfants afin de les aider, de leur permettre de devenir propriétaire de leur logement respectif, d'améliorer leur train de vie ... mais certainement pas de faire chauffer mon chocolat matinal en brûlant des billets de 100 euros! Et pas davantage n'importe quelle autre extravagance!

Il n'est donc pas étonnant de constater que l'accroissement des revenus les plus élevés provoque l'accumulation croissante des patrimoines... A tel point que les propriétaires (par exemple les 62 personnes qui possèdent la moitié des richesses mondiales!) en viennent à ne même plus savoir quoi faire de leur argent accumulé. L'investir dans une activité industrielle créatrice d'emplois? Nenni ... car elles ne savent pas quel secteur sera le plus porteur et elles craindront de perdre leurs investissements. A tel point que la boulimie d'accumulation va "naturellement" (remarquez les guillemets!) les conduire à choisir la spéculation plutôt que le risque industriel quitte à payer grassement des "golden boys" qui, connaissant mieux le fonctionnement de ces "machins", vont recevoir autant de "bonus" que nécessaire ...

 

Et l'allocation universelle, objet du titre de cet article, que devient-elle dans tout ça? Pour l'instant, le lecteur ne voit pas bien le lien ... Exact! Ce n'est pas pour autant que ce lien n'existe pas ... Un peu de patience!

 

Patience d'autant plus nécessaire qu'il me faut parler, avant ça, du travail ...

Il est clair que c'est le travail (et seulement lui!) qui est la source première de toute richesse produite. Pas de travail, pas de production, pas de vente, pas d'argent! Si vous mettez de l'or en barre dans le tiroir de votre buffet, au bout d'une année, il n'aura pas fait de "petits" (même s'il n'est pas du tout certain que vous le retrouviez, attendu que, si ça se sait, vous risquez d'avoir ... de la visite assortie de mauvaises surprises, si vous voyez ce que je veux dire).

J'entends la critique ... "Ca y est! Un "marxiste"... Qu'est-ce qu'il vient nous emmerder avec ses conneries? Marx, on l'a déjà vu à l'oeuvre, à l'Est! Non merci!"  Tout faux pour ce qui me concerne! Moi aussi, je suis vacciné.

Par contre, je me pose (et je vous pose!) une question : si le travail est LA source des richesses, faut-il en conclure qu'il est la finalité de la vie? Je pense que NON! Je m'appuie sur ma propre situation : je suis en retraite depuis environ quatre ans et, donc, je ne travaille plus. Figurez vous que ça me convient parfaitement ... Car je considère que ce que je fais en "ce moment" (et que vous allez lire à un "autre moment"), ce n'est pas du travail! Personne ne m'oblige à rédiger un article pour alimenter mon blog. Pas de patron au dessus de ma tête! Je n'attends aucune rémunération pour ce que je fais ... C'est PARFAIT!

Il faut donc l'affirmer avec force : le travail, ce n'est que ce que l'on est obligé de faire pour pouvoir gagner sa vie. RIEN D'AUTRE! Questionnez autour de vous : vous verrez que cette idée n'est pas partagée par tous! C'est un peu comme s'ils étaient "drogués" par une idée ... Ca ne date pas d'hier! Pourtant, Moïse (J'entends la remarque : "Hein? Qu'est-ce qu'il dit? Tout à l'heure c'était Marx ... et maintenant voilà qu'il nous parle de Moïse!") nous l'a dit il y a environ 3.500 ans : "Tu gagneras ta vie à la sueur de ton front!". Notez bien : "à la sueur ..." ... C'est très exactement pour ça que des petits malins ont vite compris qu'il était quand même plus simple de gagner sa vie à la sueur du front des autres plutôt qu'à la sueur de leur propre front!

D'où cette idée qui est la trame de ma réflexion personnelle : plutôt que de perdre sa vie à la gagner, partageons le TEMPS de travail! Car c'est bien le temps de travail qu'il faut partager et non pas le travail lui-même. Compte tenu de la très grande diversité des tâches, vouloir les partager revient à vouloir planifier toute l'économie ... NON, MERCI! Ca, on connait! C'était "à l'Est". Ca s'est effondré en 1991 ... On ne va pas remettre le couvert. Une fois, ça va! Stop!

Par contre, partager le TEMPS de travail, ça, c'est plus facile ... Un seul paramètre à gérer! Pas besoin de "gosplan" et autre Léviathan administratif! Pas besoin d'une armée de ministères, de paperassiers monstrueux. Qui ne sont d'ailleurs pas mal intentionnés attendus qu'ils ne se rendent même pas compte des effets dévastateurs de leur "production"; et quand bien même s'en rendraient-ils compte, ils ne peuvent, à leur modeste niveau, rien y changer. J'en sais quelque chose : pendant mes 18 années de travail à l'ANPE puis à Pôle Emploi, j'ai très vite compris les travers de tout ce bazar et j'ai voulu le changer. Mal m'en a pris! J'ai rencontré - c'est le moins que l'on puisse en dire - de fortes résistances ... Le summum a été atteint lorsqu'un collègue s'est plaint que le chômage diminuait (je dis bien "diminuait"!). Il se lamentait car il craignait de perdre son boulot! C'est quand même complètement dingue, non?

 

A ce stade, j'espère - c'est un minimum - vous avoir ébranlé sur un sujet : la crise arrive; le chômage va encore augmenter si on ne fait rien; il faut entreprendre de partager le temps de travail pour contrer cette menace car le travail est une contrainte à laquelle il faut, hélas!, se soumettre puisque, par nature, cela ne peut pas être un plaisir.

 

Vient alors une question simple : comment faire? On voit tout de suite que si la question est simple, la réponse l'est beaucoup moins!

Avez-vous déjà essayé de démêler une pelote de laine? Moi, oui! Vous êtes vous déjà "planté" dans cet exercice délicat? Moi, oui! J'ai retenu une leçon : faire preuve de méthode d'une part, de patience d'autre part!

La méthode, vous avez commencé à la découvrir : Mettre le problème à plat. Se poser la question : "Par quoi on commence?" ... René Descartes, à sa manière, a dit la même chose bien avant moi. Le temps semble avoir démontré qu'il avait plutôt raison! Comme j'entends bien m'inspirer de sa méthode, il n'y a pas de raison pour que, moi aussi, je n'ai pas raison!

Un autre article - dès demain si possible - me permettra d'avancer sur ce sujet. Et de vous faire partager ma conviction : le chômage n'est pas, ne peut pas être, ne doit pas être une fatalité!

Commenter cet article

Cancer de l'Assistanat 06/02/2016 17:43

Pour lutter contre le chômage, une solution efficace a été trouvée par Hassan II, voyoucrate intelligent et commandeur des croyants en 1975 : la Marche Verte a permis d'envoyer 500 000 assistés en zone de guerre (et s'ils n'étaient pas contents, il pouvait les évaporer, les benbarkizer, voire les oufkiriser) : se formant aux valeurs éternelles du Maroc, levant les couleurs tous les matins -ça peut se transposer à la France, ça, sans verbiage- , ils ont cessé d'être une charge parasitaire pour la société de par leur incapacité avérée (sanctionnée par un non-recrutement, voire un licenciement : il arrivait même que des sociétés oient prêtes à perdre devant les tribunaux pour se débarrasser d'un nocif) , et commencé , certains tardivement, hélas, à servir glorieusement leur patrie qui n'a pas pour vocation d'être une vache a laids....

Jacques Heurtault 06/02/2016 20:40

Votre propos pue le racisme et la xénophobie. je vous en laisse la total responsabilité dans la mesure où il ne me semble pas qu'ils soient contraires à la loi. Toutefois, si un lecteur me faisait remarquer qu'il n'en est rien, je n'hésiterais pas à supprimer le commentaire.

Frederic 03/02/2016 20:20

Je voudrais d'abord féliciter Mr Heurtault pour nous faire partager son point de vue et éclairer d'idées ce monde obscure. La réflexion est le point de départ de chaque projet.
Toutefois, je suis en désaccord total, complet et absolu sur l'allocation universelle.
Déjà, comment la finance t'on ? Sur une planche à billet ? Sur une nouvelle taxe ? La première mène à une impasse ( planche à billet =dette, donc on aggrave la situation ) et les taxes asphyxient l'économie.
Ensuite, on parle encore d'argent et on élude l'essentiel, la question de la vie quotidienne. Si pour vous, filer 800 boules à un mec pour qu'il reste vautré devant sa télé à bouffer des chips ça vous convient, moi pas du tout. Non, un proverbe dit qu'il mieux vaut apprendre à pêcher à un homme plutôt que lui donner un poisson une fois pour le nourrir ; on ne parle donc plus d'éducation dans les domaines du jardinage (faire son potager), du bricolage ( entraide entre amis pour fabriquer sa maison), de la lecture ( qui élève l'esprit, plutôt que cette fichue télé), de partage ( du bois contre des fruits), de solidarité ( rendre visite à une tante en maison de retraite)... Non, Encore et toujours le fric comme remède alors que c'est le poison qui nous affaibli. mais c'est sûr que tous ces exemples, c'est plus dur et compliqué que de faire un virement.
De plus, il apparait comme une évidence,qu'il faut donner du sens dans tous les choix faits pour la cité. Vous semblez croire que le trépalium n'a pas d'intérêt, hors il faut un métier, qui vous épanouie et vous fait vivre, pas d'un gagne pain, d'où une solution qui passe par une vraie formation initiale ( menuiserie, patisserie, comptable..)
Pour terminer, j'ajouterai que le poids des charges dans notre beau pays est un boulet à la patte qui empêche désormais le courageux de faire le moindre pas, que le gaspillage des responsables en charges de la sueur des travailleur est une gabgie sans nom, que la concurrence avec les pays voisins ( un polonais à 300 euros par mois, c'est du délire ) est une impasse pour tous, que la bêtise est élevé au rang de religion, que le mensonge des dirigeants est un cancer qui fait pourrir de l'intérieur, et que mettre du bon sens (travailler dignement, en être fier, protéger l'environnement, sa famille..° devient presque du complotisme
Merci de m'avoir lu

Jacques Heurtault 03/02/2016 20:49

C'est moi qui vous remercie de manifester votre désir de dialoguer! Vous me donnez l'impression de partir bille en tête sur une certaine "vision" de l'allocation universelle qui n'est pas du tout (mais alors pas du tout!) la mienne ... Il n'est pas question, dans mon esprit, de refiler 800 boules ( = 800 euros, je suppose? ) par mois pour entretenir la fainéantise! Prenez le temps, je vous prie, de lire mes deux premiers articles sur ce sujet! Je suis convaincu que nous sommes presque d'accord! Mais je vous concède qu'il y de tout dans ce "concept" : tout le monde n'y met pas le même contenu! C'est déjà un problème qu'il faut clarifier ...
Selon certains, il n'y a pas de travail pour tout le monde ... Alors, disent-ils, donnons 800 boules par mois à ceux qui n'en ont pas et, comme ça on aura la paix! C'est la conception de Hollande!! Ce n'est pas du tout la mienne! Mais alors pas du tout ... La mienne est finalement proche de la vôtre!

Thomas 02/02/2016 20:41

Je ne pense pas que ce soit Moïse à qui est attribuée cette règle
De toutes façons il n'a pas existé pas plu que Adam ou Jacob

Et David fut un mini-roitelet. Quand des intellos croient en ces légendes, ils peuvent croire n'importe quoi. +

Il faudrait rè-écrire ne l'actualisant "Travailler deux heures par jour" sorti fin des années 1970. C'était très réaliste.

Jacques Heurtault 02/02/2016 23:03

A propos de légendes, connaissez vous celle de Caïn et d'Abel? Sans doute savez vous que "Caïn a tué son frère Abel" ... Je vous propose l'interprétation suivante :
Caïn était agriculteur, autrement sédentaire. Abel était berger, autrement dit nomade. Caïn a tué Abel, autrement dit l'agriculture sédentaire (incontournable car il est effectivement impossible de cultiver des plantes sans être présent en permanence sur les lieux de culture) a éliminé l'élevage nomade (lequel s'accommode parfaitement avec les réalités de cette époque! Nul besoin, en effet, de rester au même endroit pour élever un troupeau de bétail; quand il n'y a plus de plantes à brouter, on se déplace, on va ailleurs, quitte à revenir deux ans après quand les plantes ont repoussé naturellement!). N'est ce pas ce qui s'est réellement passé?

Jacques Heurtault 02/02/2016 22:50

Moïse ou un autre, cela n'a pas beaucoup d'importance. Il est certain, par contre, que cette phrase est dans la Bible.
Pour Adam, je crois effectivement que l'homo sapiens sapiens (je mets volontairement deux fois "sapiens"!) est le résultat d'un processus d'hominisation. Il me parait évident, en effet, que Adam n'a pas été créé par l'opération ... du Saint Esprit!
Pour Jacob, je ne sais rien ... Mais je suis volontiers demandeur d'informations!
Un jour, peut-être, on parviendra à élucider toutes ces légendes (lesquelles n'ont jamais été inventées à partir de rien, c'est du moins ce que je crois).
David fut, effectivement, un "roi" d'un tout petit territoire ... Mais il y en avait beaucoup à cette époque!

J'ignore absolument tout du livre dont vous me parlez "Travailler deux heures par jour". Je n'en ai jamais entendu parlé! ... Qui en est l'auteur? Quel est l'éditeur? Peut-on en trouver un exemplaire quelque part? Merci de me renseigner!

I-Cube 02/02/2016 19:25

Me voilà alléché : J'attends la suite avec impatience.
Vais-je d'ailleurs pouvoir dormir : Va-t-il nous remettre le couvert des 35 heures ?
On a déjà donné et on en a soupé...

Bon, à suivre !

Bien à vous !

I-Cube

Jacques Heurtault 02/02/2016 19:38

Non, pas le couvert des 35 heures (payées 39!) mais le couvert des 6 heures (par jour) payées ...6!
Vous verrez que ma soupe n'est pas si mauvaise! N'oubliez pas : le BUT n'est pas le partage du temps de travail! Le but, c'est la résorption du chômage ... sans remettre les "Ateliers Nationaux" au goût du jour ...
Il vaut mieux que chacun travaille 6 heures par jour plutôt que la moitié 12 heures par jour et l'autre moitié pas du tout!
C'est simple à comprendre. C'est ma philosophie ... et je la partage!