Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Brexit : Quelques scénarios (quasi) introuvables...

26 Juin 2016, 07:55am

Publié par Jacques Heurtault

Après avoir soutenu, de toutes mes modestes forces, le projet de Traité Constitutionnel Européen puis, après avoir approuvé le Traité de Lisbonne qui en est la copie (mal fagotée), j'ai clairement et complètement changé de point de vue et me suis remis en cause d'une manière radicale sur ce sujet et, par voie de conséquence, sur bien d'autres.

Je suis devenu très hostile au "modèle" occidental qui, chaque mois (quand ce n'est pas chaque semaine voire chaque jour) apporte lui-même la démonstration que la chose qu'il sait le mieux fabriquer, c'est le chômage de masse, inexorablement croissant ... Pour moi, c'est donc, CLAIREMENT, non! Non merci, Messieurs les "libéraux", Messieurs les "gavés jusqu'à plus soif"! Votre système, je n'en veux pas! Je considère que vous avez eu votre chance. J'ai contribué à vous la donner! Vous n'avez pas su démontrer que vous aviez fondamentalement raison. Tout ou presque tout ce que vous entreprenez se traduit par un accroissement des richesses pour les seuls plus riches déjà trop riches et par un accroissement de la pauvreté relative quand ce n'est pas, carrément, un accroissement de la pauvreté absolue pour un nombre croissant de gens ...

J'ai l'intime conviction que vous allez saboter du "mieux" que vous allez pouvoir la décision historique du peuple britannique de quitter l'Union Européenne...

Voici quelques uns de phénomènes dont nous allons être les témoins dans les jours, les semaines, les mois qui viennent ...

1. Des tentatives d'invalidation des résultats de ce referendum vont être entreprises. Ca a d'ailleurs déjà commencé! L'écart de voix est pourtant très clair : plus de 1 million ... Qu'à cela ne tienne! Une pétition circule déjà, affirmant qu'il faut revoter! Elle bénéficie d'une résonnance médiatique phénoménale ... Une telle idée - saugrenue - aurait-elle germé si le résultat avait été celui "attendu" par les "zélites" zélées? Evidemment non!

2. Cameron n'a pas encore vraiment démissionné et il a annoncé qu'il le fera ... au mois d'Octobre 2016. Pourtant, face à une réponse électorale de cette ampleur, il aurait du le faire dans la journée du vendredi 24 et procéder à la dissolution du Parlement britannique ainsi qu'il en a le pouvoir de fait (en droit, c'est la reine mais elle fait ce que son Premier Ministre lui dit de faire, toujours; le contraire est impensable!).

3. On sait que l'idée dominante de la pétition pour l'organisation d'un nouveau référendum est que "ceux qui ont voté pour le Brexit sont des gens qui ne sont pas éduqués"! Comprenez des gens qui sont cons, imbéciles, même pas sûr qu'ils soient propres sur eux ... C'est normal, n'est-ce-pas : ne sont-ce pas des ouvriers, des petites gens qui souffrent des effets de la crise qui s'éternise (que les gens "éduqués" sont incapables de résoudre!)?

4. Ce Brexit contrarie tellement les projets des "élites" que des "personnalités" (personnes alitées ... car malades?) disent déjà qu'il n'y a pas lieu de se précipiter, qu'il faut prendre son temps ... D'ailleurs, le Royaume Uni qui siège au sein du Conseil européen envisage très sérieusement de rester membre de ce Conseil aussi longtemps que ne sera pas acté son départ de l'Union, c'est à dire dans ... 2, 5 voire 8 ans!  Quand les intérêts de la Grande Finance sont en jeu, on n'a pas peur de s'assoir sur sa dignité!

5. Comme les Ecossais ont d'ores et déjà annoncé qu'il faut faire un nouveau référendum en vue de l'indépendance de l'Ecosse vis à vis de l'Angleterre (puisque les Ecossais ont clairement toujours dit qu'ils voyaient leur avenir au sein de l'Union Européenne), les "instances européennes" ont déclaré que l'Ecosse faisait "constitutionnellement" partie du Royaume Uni. Sous-entendu : pas question que l'Ecosse se détache dudit Royaume Uni! Petit problème : le Royaume Uni est un pays qui n'a pas de "Constitution" et qui n'en a jamais eu! Mais les "eurocrates", imbus de leur "éducation" ne le savent apparemment pas ...

6. On nous rebat les oreilles - jusqu'à en devenir sourd ou "sonné" -  que le départ va être très compliqué ... car, nous dit-on, il va falloir adapter toutes les lois, toutes les directives (y compris celle sur la taille des chasse d'eau dans les chiottes de toute l'Union Européenne, qui vient, parait-il, tout juste de "sortir"?). Bien entendu, il n'y a rien de plus faux! L'affaire se règle en quelques actes politiques simplissimes : les députés du Parlement européen de tout le Royaume Uni ne siègent plus car ils n'ont plus besoin d'y sièger. Aucun des projets de directives, de documents divers (et, croyez moi, pour avoir travaillé au sein du Parlement Européen et des instances européennes, ça fait beaucoup, vraiment beaucoup de documents!) ne doit leur être transmis puisqu'ils n'ont plus à se prononcer sur leur contenu. C'est d'autant plus évident que ces documents sont publics et que quiconque veut en prendre connaissance peut le faire en consultant les sites documentaires des instances européennes. Les fonctionnaires européens de nationalité britannique sont tout simplement licenciés (et indemnisés sans difficulté aucune) soit par le Royaume Uni s'il s'agit de ceux qui travaillent au sein du Conseil Européen, soit par la Commission Européenne s'il s'agit de ceux qui travaillent au sein des services de ladite Commission, soit par le Parlement Européen soit par la Cour de Justice de l'Union Européenne (rien à voir avec la Cour Européenne des Droits de l'Homme!), etc.

7. D'un point de vue strictement technique, un problème bien réel peut se poser : les droits de douanes et autres mécanismes financiers d'intervention intra-communautaires ... En fait, il suffit, élément par élément, de "détacher" les règles communautaires et d'appliquer, pourquoi pas, les règles que l'Union Européenne appliquent d'ores et déjà aux ... cousins d'Amérique (c'est ainsi que les Anglais appellent les Américains, depuis de très nombreuses dizaines d'années). Nul besoin, par conséquent, de rédiger des textes nouveaux ... Dans les textes qui se rapportent aux Etats Unis (ou à toute autre Etat extérieur), il suffit de rajouter "le Royaume Uni" si c'est l'option "copié-collé" Etats Unis qui est retenue. Mais on peut en retenir une autre : considérer que le Royaume Uni sera assimilé à un "Etat associé" à l'Union Européenne comme l'est déjà, sans que cela soulève la moindre difficulté, la Norvège, la Suisse, l'Islande voire la ... Turquie! En fait ce qui est important, c'est que les représentants du Royaume Uni dans les instances diverses ne puissent plus siéger, soient démis de tout pouvoir d'intervention, de prise de parole, de signature, d'inscription aux procès verbaux, etc ...

Il n'y a aucun inconvénient à ce que toutes ces personnes puissent physiquement être présentes ... comme invitées! Elles ne sont pas devenues des ennemis!

 

Allez, Messieurs les Eurocrates! Au travail! Fissa, s'il vous plait ...

 

Commenter cet article

I-Cube 26/06/2016 12:19

Excusez-moi, Monsieur mon conseiller-omnipotent, mais arrêtez donc une fois pour toute de parler de "libéralisme" pour une "administration" (supranationale) qui vient se mêler de la couleur (et de la taille) de vos chiottes !
On ne peut guère plus être dirigiste (et favoriser une petite élite de lobbies...).

Ceci dit, je regrette la décision britannique, et me réjouis en même temps : Tout le monde va voir et compter ce que c'est que la difficulté "d'une sortie" de l'UE !
Un véritable imbroglio insoutenable quant à ses conséquences !
Un coup à faire perdre définitivement les prochaines élections de 2017 à "Marinella-tchi-tchi" et "Mes-Luches" : Parfait ça !

Bien à vous !

I-Cube

Jacques Heurtault 26/06/2016 12:31

On verra bien!