Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Je participerai désormais à toutes les manifestations organisées par la CGT!

17 Juin 2016, 19:06pm

Publié par Jacques Heurtault

Début de citation :

"Attaques contre les syndicats, le droit de manifester et le droit du travail : uni-es pour dire non

Appel unitaire signé par Ensemble !, Europe Ecologie Les Verts, le Mouvement Républicain et Citoyen, Nouvelle Donne, le Parti Communiste Français, le Parti Communiste des Ouvriers de France, le Parti de Gauche, le Parti Ouvrier Indépendant, République et Socialisme, vendredi 17 juin 2016.

Depuis des semaines le gouvernement tente de discréditer la mobilisation sociale contre la loi El Khomri en fustigeant tout particulièrement la CGT et son leader Philippe Martinez, alors que sept syndicats soutiennent le mouvement. Les grèves sont assimilées à des « prises d’otage » et tout est bon pour appeler à leur fin : les inondations, l’Euro, les menaces contre les personnes et les biens, etc.

Depuis mardi, Bernard Cazeneuve puis Manuel Valls ont franchi un nouveau cap. Sur France 2, le Ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à instrumentaliser le crime terroriste contre les deux policiers des Yvelines pour faire l’amalgame avec les violences constatées en marge des manifestations. Manuel Valls, sur France Inter, est allé jusqu’à dénoncer la complicité des syndicats avec une partie des manifestants venus dans l’objectif de « tuer » (sic) des policiers. Dans la foulée, le préfet de police de Paris dénonce aujourd’hui une forme de solidarité entre « casseurs » et syndicalistes !

La boucle est ainsi bouclée : les manifestant-es sont assimilé-es aux « casseurs » et les « casseurs » aux terroristes : appliquer l’état d’urgence à tou-te-s devient la conséquence logique. Manuel Valls et son gouvernement reprennent en définitive à leur compte la logique du Medef qui avait accusé les syndicats de terrorisme et usent de ce prétexte pour annoncer la possible interdiction des manifestations contre la loi travail, approuvé en cela par la direction du PS à travers son premier secrétaire.

 

Nous condamnons les violences qui entravent la vie des citoyen-ne-s et attaquent le service hospitalier public, et qui sont d'ailleurs préjudiciables au mouvement social. Mais imputer cette violence aux organisateurs et organisatrices de la mobilisation est un mensonge : le maintien de l’ordre en marge des manifestations est de la responsabilité du gouvernement.

Pour la première fois depuis des décennies, un gouvernement propose d’interdire une manifestation syndicale. Cette annonce est d'une extrême gravité pour les libertés publiques.

Sans légitimité populaire ni parlementaire pour imposer sa loi, le gouvernement aura donc tout tenté : l’état d’urgence maintenu et utilisé contre les mobilisations (écologistes, sociales…), le passage en force via l'article 49-3 et l’utilisation de la division comme de la répression pour tenter de juguler le mouvement. Il en vient maintenant à cette menace inacceptable pour la démocratie.

Les organisations politiques signataires demandent à François Hollande de cesser d'attaquer le mouvement syndical et le monde du travail.

Elles défendent une tout autre politique, respectueuse des salarié-es et non guidée par les intérêts des grandes entreprises.

Elles rappellent que la Loi Travail est rejetée par trois confédérations syndicales sur cinq et que les manifestations sont organisées par sept syndicats de salarié-es et de jeunes.

Elles dénoncent les attaques intolérables contre les syndicats, et tout particulièrement contre la CGT.

Elles appellent à refuser toute remise en question du droit de manifester, et à se mobiliser plus fortement encore aux côtés des syndicalistes lors des prochaines manifestations.

Elles exigent enfin le retrait de la Loi Travail, seule décision raisonnable à même de calmer les tensions sociales dont le gouvernement est le principal responsable."

 

Fin de citation.

 

J'ajouterai, pour ma part que, PLUS JAMAIS, quelquesoit le cas de figure, je ne voterai pour un candidat "socialiste". Le dernier paragraphe a été mis en caractère gras par moi-même car il me parait être une excellente synthèse de la situation et de ce qu'il y a lieu de faire pour mettre un terme à ce bordel entretenu soigneusement par le gouvernement.

 

 

Commenter cet article

çabloque 28/06/2016 20:37

Aujourd'hui Paris semblait être en état de siège.Le dispositif policier mis en place contre les manifestants ( # terroristes)est totalement disproportionné et inadapté aux risques (casseurs).Le gouvernement a donc dans le viseur les manifestants pacifiques clairement opposés à une loi qui impose la précarité du travail.Cela est INACCEPTABLE.La France ne doit pas devenir un pays autoritaire,la France doit rester un pays démocratique.Cela ne tient qu'à nous de le dire haut & fort.Bravo au mouvement syndical qui a su montrer une hauteur de vue et un sens de l'intérêt commun qui font cruellement défaut à un gouvernement désormais aux abois.

Jacques Heurtault 28/06/2016 23:56

Merci pour votre commentaire ... Ca fait chaud au coeur!
Il semblerait qu'il y en aura une autre Mardi prochain ... J'y serai!

I-Cube 18/06/2016 08:18

Quand j'ai été un des premiers à dénoncer le "totalitarisme" de l'actuel gouvernement, ses dérives fascistes jusqu'à en faire le lit du "Front", il me semble que j'ai été un peu en avance sur mon époque, une fois de plus.

Passons : On y est désormais et il vous faudra boire la coupe jusqu'à la lie...

Bien à vous !

I-Cube

Jacques Heurtault 18/06/2016 08:39

De telles interdictions n'ont, pour l'instant, pas encore été prises ... Il n'empêche que l'intention est claire! Ces SALAUDS de "socialistes" rejoignent les crapules "socialistes" qui, en 1940, ont voté les pleins pouvoirs à Pétain ainsi que ces SALAUDS de "socialistes" qui ont fait usage de la force armée pour réprimer les grèves en 1947. Ces mêmes SALAUDS de "socialistes" ont même engagé le PEUPLE de France dans la SALE guerre d'Algérie (30.000 appelés du contingent tués en 8 ans!). Ils ont même envoyé, par je ne saurais dire combien de dizaines, des patriotes algériens non pas devant le peloton d'exécution mais à l'infâme guillotine. Ces mêmes SALAUDS de "socialistes" - encore eux! - ont AMNISTIE ces SALAUDS de fascistes nommés Salan, Challe, Jouhaud et Zeller tant et "si bien" que, présentement, en faisant référence à cela, je commets un délit ... (l'amnistie efface complètement toute trace et le seul fait d'évoquer des faits amnistiés est constitutif d'un délit).
Tout cela va se payer. Durement, chèrement ... Je serai intraitable! J'ai sincèrement cru que ces errements n'étaient que de mauvais passages. Je suis maintenant convaincu que les "SOCIALISTES" sont capables de bien pire que la droite, y compris la plus réactionnaire. TRAGIQUE!