Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Loi Travail : Même Alain Touraine est contre!

1 Juin 2016, 10:59am

Publié par Jacques Heurtault

La loi Valls - la Connerie - Hollande - Bruxelles semble avoir du plomb dans l'aile ... Même Alain Touraine se déclare hostile, notamment à ce maudit "article 2"!

Qui est Alain Touraine? Les précisions qui suivent ont toutes leur importance ...

1. C'est un sociologue (ça, ce n'est pas très important) qui est notoirement connu pour défendre des positions typiquement social-démocrates. C'est à dire des positions qui se situent dans la mouvance socialiste ouverte, plutôt hostile à la gauche radicale et franchement hostile à la gauche communiste. Aujourd'hui, Alain Touraine est très âgé mais il continue d'être actif par ses écrits et ses prises de positions.

2. Il est le père de Marisol Touraine, actuellement ministre du gouvernement Valls-Hollande, elle aussi connue pour ses positions "ouvertes" de type social-démocrate mais pas social-libéral.

Le message est donc très clair : bien évidemment, Marisol Touraine ne peut pas dire tout haut ce qu'elle pense de la loi Valls-la-Connerie. Ce serait un grave manquement à la logique de la solidarité gouvernementale. Macron lui, a le droit de manquer à cette obligation car son comportement ne traduit pas un manquement mais exprime la volonté réelle de Valls-Hollande qui, eux, ne peuvent dire tout haut ce qu'ils pensent vraiment tout bas : l'opinion publique ne comprendrait pas ...

Il faut donc comprendre l'attitude de Alain Touraine comme un signal fort d'hostilité à la ligne sociale-libérale que Hollande-Valls veulent prendre : "Stop! Ca suffit!"" voilà le message ...

 

Pour votre information, voici ce que dit Alain Touraine :

Début de citation :

Loi travail: la colère du sociologue Alain Touraine

Le mardi 31 mai 2016

Après dix jours de grèves dans les raffineries, pléthore de manifestations et d’occupations de place, le sociologue Alain Touraine, spécialiste des mouvements sociaux et de l’action sociale, porte un regard acerbe sur la “loi travail”. Observateur attentif des grands mouvements de contestation qui ont marqué la France contemporaine, des grèves de décembre 95 – analysées dans Le Grand refus (éd. Fayard) -, aux manifestations contre la réforme des retraites en 2010 – Après la crise (éd. Seuil) -, ce compagnon de route du Parti socialiste livre une critique remplie d’amertume et de colère de cette réforme dans l’émission Dimanche, et après, sur France Culture :

http://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/loi-travail-la-colere-du-sociologue-alain-touraine

“Ce qui me fait pleurer, devant cette situation que nous vivons, c’est que j’ai l’impression d’assister en France à la fin de ce qu’on a appelé le mouvement ouvrier. Quand j’ai vu la première version du projet de loi, j’ai eu l’impression que tout ce qui a été fait et gagné pendant 50 ans à été perdu. On parle d’inverser les normes, tout ceci a l’air de détails techniques mais c’est pas des détails techniques. Vous avez en ce moment un pays qui sort avec beaucoup de difficultés de ce qu’on a appelé le monde industriel. Il ne sait pas très bien dans quel autre monde on va entrer mais on sait ce qu’on a gagné à l’epoque industrielle et soudain on nous le fout en l’air et c’est tout à fait inacceptable.”

“Quand on parle du code du travail on ne parle pas du code de la route”

Il poursuit, rejoignant en partie l’analyse de nombreux syndicalistes – dont le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez qui évoquait un “retour au XIXe siècle” -, qui considèrent que cette réforme constituerait un recul considérable des droits sociaux :

“Il s’agit de beaucoup plus que d’un modèle social, il s’agit de 100 ans de notre histoire. De 100 ans dont il faut sortir pour entrer dans un monde nouveau mais dont il faut sortir si on assure nos arrières, pas si on retourne à des situations insupportables. Or la première version de ce texte était insupportable pour des millions de gens. Je ne dis pas que c’était l’intention du gouvernement .Je dis que quand on parle du code du travail on ne parle pas du code de la route, c’est d’une toute autre importance, c’est des siècles de grèves, de luttes.. Donner aux gens le sentiment qu’on va effacer tout ça pour être compétitif par rapport à tel ou tel pays c’est insultant.”

Le sociologue publiera à la rentrée, Le Nouveau Siècle politique (éd. Seuil).

Fin de citation.

Pour qu'un homme qui a fait (et continue de faire!) autorité dans son domaine, qui est connu pour ses prises de position plutôt modérées et pas du tout radicales, l'opinion qu'il exprime sur cette maudite "loi travail" revêt une grande importance ...

Valls-Hollande serait bien inspirés de la retirer purement et simplement!

Commenter cet article

I-Cube 01/06/2016 19:20

Notez au passage qu'il ne dit ce qu'en pense Jean Tirole (notre Nobel d'économie pas spécialement militant chez Bildeberg : "C'est bien de vouloir défendre le CDI, mais il ne s'en crée plus !"...

Et puis demain, les robots viendront remplacer les CDD : Tout va bien !

Bien à vous !

I-Cube