Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Valls va valser! Macron ... arrive!

29 Janvier 2017, 15:45pm

Publié par Jacques Heurtault

Comment Valls, de Rugy, Pinel et les autres s’apprêtent à trahir les électeurs de la primaire

Regards.fr, le 29 janvier 2017, par Pierre Jacquemain

Après s’être engagés à soutenir le vainqueur de la primaire, Valls, de Rugy, Pinel et les autres s’apprêtent à de pas respecter l’engagement qu’ils avaient pourtant pris devant leurs électeurs. Les défections avant la clarification ?

lls ont fait la leçon à la terre entière. En particulier à Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron parce qu’ils refusaient de participer à la primaire de la "Belle alliance populaire". Ils ont martelé combien cette primaire était l’unique occasion de faire gagner la gauche. En particulier à Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron accusés de défaire la gauche. Et de la diviser. Ils ont rappelé, chacun des sept candidats, qu’il y avait des convergences majeures entre eux.

Un éphémère "rassemblement"

« Ce qui nous rassemble (...) est beaucoup plus fort que les divisions qu’on peut avoir », avait lancé Manuel Valls au micro d’Europe 1, en décembre dernier. Sans doute était-ce un écho à son slogan de campagne d’alors : "Faire gagner tout ce qui nous rassemble". Enfin, ils ont dit "oui". Ils ont même dit "oui" trois fois lors des débats télévisés. À la question « Vous engagez-vous à soutenir le vainqueur de cette primaire ? », l’unité était bien réelle. Du moins en apparence.

Depuis dimanche dernier, une tout autre histoire est sur le point de s’écrire. Valls n’est plus le favori et Hamon pourrait gagner l’élection avec une très large avance. Mais les candidats de la gauche gouvernementale – Jean-Luc Benhamias, François De Rugy et Sylvia Pinel, venus prêter main forte à Manuel Valls dans cette primaire, semblent bien décidés à entacher la soirée de Benoît Hamon. Alors qu’un soutien de François de Rugy à Manuel Valls était, si ce n’est naturel, au moins attendu, le candidat écologiste a finalement publié une note sur son blog pour prévenir : « Je ne me résous pas aujourd’hui à devoir choisir entre écologie et responsabilité », a-t-il lancé. Malin. Un soutien à l’ancien premier ministre aurait pu lui coûter son ralliement, qu’il annoncera sans doute dans les prochaines heures, au mouvement d’Emmanuel Macron.

Défections vers Macron

Et il ne sera pas le seul. Nombreux, parmi les socialistes et autres participants à la primaire, ne voudront pas soutenir le programme de Benoît Hamon. Comment Manuel Valls, Myriam El Khomri ou Jean-Marie Le Guen – pour ne citer qu’eux – pourraient-il faire campagne avec une profession de foi qui annonce l’abrogation de la loi Travail ? Pas étonnant que les parlementaires socialistes s’organisent en ce moment pour déposer dès la semaine prochaine, en réunion de groupe socialiste, un droit de retrait. Les députés socialistes réformateurs vont jusqu’à évoquer « l’objection de conscience » pour ne pas faire la campagne de l’un des leurs.

C’est dire l’état de décomposition du Parti socialiste. Et si certains se mettront en retrait de la campagne, près de soixante-dix députés socialistes devraient annoncer leur ralliement à Emmanuel Macron la semaine prochaine. Ironie de l’histoire, celui qui était encore il y a quelques jours le secrétaire national du PS en charge des adhésions, avant d’en démissionner le 20 janvier dernier, Mao Peninou (adjoint d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris), s’apprête à annoncer ce soir son adhésion au mouvement En Marche.

Vers une clarification

La primaire de la Belle alliance populaire n’aura été qu’une trahison de plus envers un électorat de gauche aujourd’hui déboussolé. Les sept candidats avaient pris un engagement devant leurs électeurs : celui de soutenir le vainqueur. La plupart d’entre eux s’apprêtent à ne pas respecter cet engagement. Ces mêmes candidats qui disent « vouloir faire de la politique autrement » décernent partout, sur les plateaux de télévisions et de radios, des brevets en crédibilité. Mélenchon ? Pas crédible. Le revenu universel d’existence ? Pas crédible. La transition énergétique ? Pas crédible. C’est la gauche tout entière – son idéal, ses valeurs, ses progrès, ses rêves et ses utopies aussi – qui n’est pas crédible à leurs yeux. « La gauche doit-elle être de droite pour gouverner ? », interrogions-nous cette semaine… Sans doute que leur crédibilité politique va aussi en prendre un sacré coup.

Une chose est sûre, le divorce est désormais consommé. Et c’est sans doute ce qui pouvait arriver de mieux à la gauche. À savoir, une clarification. Maintenant, le plus dur reste à faire : reconstruire. Et faire émerger une gauche de transformation, unie, à la hauteur des enjeux à venir.

Commenter cet article

I-Cube 30/01/2017 18:40

Bon, reconstruire, ok, mais quoi et en combien de temps ?

Bien à vous !

I-Cube