Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

L'affaire Fillon vue par SOS Education.

17 Février 2017, 10:23am

Publié par Jacques Heurtault

J'ai déjà eu l'occasion de reproduire sur mon blog des articles ou des renvois vers des articles émanant d'une association qui correspond, sur bien des points, à la vision que j'ai de l'éducation des enfants.

Dès lors que je déplore (et même beaucoup plus que cela) la situation telle qu'on la vit dans l'Education Nationale, il est normal que j'apporte, par divers moyens, mon soutien à une organisation qui, comme moi, vitupère les résultats lamentables obtenus par nos enfants en matière de lecture, d'écriture et de calcul.

J'ai choisi, aujourd'hui, de reproduire la prise de position de cette organisation au sujet de l'affaire qui défraie la chronique au point, désormais, d'en effrayer les chroniqueurs ...(la conclusion de ceux-ci étant que Marine Le Pen pourrait être élue en Mai prochain et que ce scénario n'est peut-être pas le meilleur!). A force de remuer la merde, ça finit par dégager une puanteur insoutenable!

Début de citation :

Ce que je pense de l’affaire Fillon

Je reçois beaucoup d’appels et de messages de sympathisants déconcertés par la polémique visant François Fillon. SOS Éducation a en effet soutenu sa candidature lors de la Primaire de la droite et du centre, sur la base de ses propositions d’action en matière d’éducation.

Personne aujourd’hui ne peut se prononcer sur le fond de cette affaire, et la justice dira en son temps ce qui participe de la cabale médiatique, de l’indélicatesse ou de la faute.

François Fillon est soupçonné, mais jusqu’ici présumé innocent. De fait, la pratique des emplois fictifs empoisonne la vie politique française depuis des décennies, comme en témoignent les condamnations d’Alain Juppé et Jacques Chirac en 2004 et 2011, de Jean-Christophe Cambadélis en 2000 et 2006 et de son prédécesseur Harlem Désir en 1998, de Jean-Marie Le Pen en 2016 et de sa fille Marine le mois dernier. Elle gangrène aussi les organisations professionnelles, l’Inspection générale et surtout les syndicats de l’Éducation nationale, qui comptent plusieurs milliers de membres complètement déchargés de toute tâche d’enseignement.

Nous devons nous féliciter que la justice ait apparemment enfin décidé de mettre un terme à ces pratiques, et souhaiter qu’un grand ménage soit réellement fait, à tous les niveaux.

À SOS Éducation, vous le savez, notre seul objectif est l’amélioration du système scolaire. Nous ne faisons donc pas de politique au sens partisan. Toutefois, je tiens à répéter publiquement ici ce que j’ai eu l’occasion de dire à certains d’entre vous lors d’ateliers ou de rencontres au siège de notre association ces derniers jours :

  1. Les révélations du Canard enchaîné constituent une information. Mais le moment choisi pour ces révélations constitue une autre information. Dès le départ, cette affaire est apparue comme un contre-feu au scandale des chiffres truqués de la participation à la Primaire de la gauche. Et je n’ai pas oublié, contrairement à certains, que le même Canard enchaîné a réussi, en 1981, à dissimuler pendant plusieurs mois « l’affaire Papon », afin de la dévoiler entre les deux tours du scrutin présidentiel et de faire trébucher Valéry Giscard d’Estaing. L’histoire se répète sous nos yeux : la scénarisation de l’affaire Fillon, avec ce feuilleton parfaitement orchestré auquel nous assistons depuis deux semaines, est au moins aussi étonnante que son contenu. En 1981, c’est François Mitterrand, on le sait, qui était à la manoeuvre. En 2017, lorsque le parquet financier placé sous l’autorité directe du gouvernement ouvre une enquête moins de 24 heures après la publication des premiers articles, qui tire les ficelles ?
  2. Le même François Mitterrand a élevé sa fille cachée, Mazarine, aux frais de la République, avant que son fils Jean-Christophe ne trempe dans des affaires de ventes d’armes, d’abus de biens sociaux et de fraude fiscale. Son ex-Premier ministre Laurent Fabius est actuellement président du Conseil constitutionnel, et a un fils qui défraye la chronique judiciaire pour des affaires d’escroquerie, et de dettes laissées dans des casinos. Christiane Taubira fut Garde des Sceaux, et elle a tenté de faire annuler la condamnation de son fils à une peine de prison pour une affaire de vol. Nicolas Sarkozy a été notamment mis en cause en 2008 pour avoir parachuté son fils Jean à la présidence de l’Epad – l’établissement public d’aménagement du quartier d’affaires de La Défense. Etc., etc. C’est entendu, François Fillon a salarié son épouse et ses enfants, dans des circonstances qui seront éclaircies. Mais avant de pousser des cris d’orfraie, il serait bon de mettre en balance la gravité des chefs d’accusation, et de garder en mémoire qu’une élection présidentielle n’a rien à voir avec un concours de probité familiale. Nous avons besoin d’un chef avec les idées claires, et ce spécialement pour ce qui nous intéresse, à savoir le système éducatif.
  3. Quelles seront les conséquences de tout ceci pour notre engagement en faveur de la transmission des savoirs et du goût de l’excellence ? Je maintiens que le programme éducatif du candidat Fillon est solide. Mieux, que François Fillon est le seul, dans sa famille politique, à conjuguer en ce domaine une véritable ambition et une certaine crédibilité pour la mettre en œuvre. D’autres propositions intéressantes viendront peut-être sur la table. Mais pour l’heure, nous assistons à une triste surenchère d’incantations irréalistes (plutôt à droite, où l’on se gargarise des termes d’autorité et de mérite sans envisager le nécessaire changement du périmètre institutionnel pour les rendre à nouveau possibles) et de bégaiements stériles (plutôt à gauche, où la réflexion se limite souvent à l’augmentation des moyens et à la satisfaction des revendications syndicales). Reste l’inconnue Macron, qui fait toujours mystère de son programme. Pour l’heure, la sagesse commande de préférer un mieux possible à un pire certain.

François Fillon, jeté dans la fosse aux lions de médias orientés, fait les frais d’un calcul politique savamment orchestré. La justice se prononcera sur son cas, mais l’opinion publique se souviendra surtout de la polémique engendrée. Cela risque au final de coûter bien cher aux parents d’élèves et aux professeurs qui se battent pour relever l’École.

Claire Polin

Présidente de SOS Éducation

Fin de citation.

Commenter cet article

Guillaume 18/02/2017 09:56

D'accord avec Cube (pour une fois).Il est tres difficile de vous suivre!Vous soutenez Melenchon depuis des mois et vous nous"balancez" ce papier de sos education aux antipodes de la philosophie ,des convictions et des propositions de Melenchon."l'interet des enfants"mon oeil!!Sos education "apolitique et non partisan"mon autre oeil!!.Quelle production hypocrite et cynique,"bourree" d'amalgames pour noyer le poisson!.Sos education soutient Fillon et le soutiendra quelle que soit la suite car ils partagent ses idees conservatrices voire reac tionnaires.Pauvres enfants.

Jacques Heurtault 18/02/2017 10:18

Si je soutiens Jean Luc Mélenchon, c'est parce qu'il est, pour moi, le recours qui pourrait permettre à la vraie gauche d'éviter un phénoménal désastre en Avril en Mai puis en Juin!
Mon positionnement est SIMPLE : la Gauche doit conduire une politique de GAUCHE, pas une politique de droite! Le Peuple se rend bien compte que la politique conduite par Hollande et consorts est une politique de DROITE! Il va donc sanctionner sévèrement.
DONC, D'UNE MANIERE CERTAINE, je vais oeuvrer à l'ECHEC de Hamon et de Macron ... Cet axe là passe avant la victoire de Mélenchon!
Cela fait très longtemps que je soutien, même modestement, S.O.S. Education ... Grosso modo, je suis favorable à un retour à l'enseignement classique des BASES (lire, écrire, compter). Si un enfant ne maitrise pas ces savoirs-là, il ne pourra pas progresser par la suite! Il y a des risques qu'on n'a pas le droit de prendre ...
Pour les enseignements autres que ceux que je viens de citer, je suis ouvert à des remises en cause. Par exemple, l'abandon de l'enseignement du latin et du grec ancien au collège et au lycée (mais pas à l'université). Pareillement, je suis favorable à l'élargissement de l'enseignement de l'Histoire et de la Géographie au moins à toute l'Europe (devant être considéré désormais comme un seul pays), voire au monde entier ... Tout ce qui va dans le sesn de l'ouverture d'esprit obtient mon soutien.

I-Cube 17/02/2017 14:53

Rappelez à vos honorables correspondants de ma part, que les turpitudes des uns n'excusent pas celles des autres.
Surtout quand ceux-là expriment des vocations de sainteté publiquement...

Faire l'inverse, c'est désavouer son propre propos d'agir pour "l'excellence" (des générations futures, parce que celles d'aujourd'hui, c'est un peu loupé, comme le propos le rappelle...)

Bien à vous !

I-Cube