Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Budget "Sécurité" 2006

3 Novembre 2005, 00:00am

Publié par Jacques Heurtault

Police : 8 milliards d'euros

Gendarmerie : 6,7 milliards d'euros

Total : environ 15 milliards d'euros

(source : Les Echos du 3 Novembre 2005)

A comparer au déficit cumulé de l'Unedic : environ 14 milliards d'euros

C'est parlant, non?

Commenter cet article

Gilles Mas 03/01/2006 16:10

Il ressort de la vérité toute nue de ces échanges !

Les chiffres indiqués, que nous considérerons à ce niveau comme exacts, sont donc des résultats de mesure, donc des faits. Or les faits sont les faits, comme on le sait. Par contre les faits, ne sont pas de " l'information ", ce que beaucoup de gens semblent ignorer. C'est le sens donnés au fait par l'esprit humain qui fait "information".

Or, ici, quels sont les sens que l'on peut associer à ces chiffres ?

D'un côté des budgets, annuels, de dépenses, pour rémuner des services de " sécurité " réalisés par des structures de l'Etat au profit des ses "protégés" que sont les citoyens, personnes individuelles, mais aussi les entreprises et autres organismes, personnes morales.

L'analyse "économique et marché" des choses devrait nous conduire à nous demander si les sommes indiquées correspondent à une valeur juste pour le service rendu.

Par ailleurs, le déficit des ASSEDIC, correspond à une simple impasse budgétaire. Donc de deux choses en matière budgétaire : le budget était-il réaliste ou maquillé ? S'il était réaliste, au cours du temps, pourquoi le réalisé est-il aussi différent du budget initial ?

Où sont les "managers responsables" ?

S'il était maquillé, c'est qu'aucun des auteurs du budget n'ont voulu mettre la réalité des choses sur la table.... pour pouvoir mieux "discutailler" ensuite.

Un déficit cumulé n'est autre qu'un manque de financement constaté. Par contre, il serait judicieux de savoir très précisement " ce que l'on voulait exactement financer et pourquoi " !

Si le budget des ASSEDIC est prévu pour couvrir un risque de "chomage temporaire naturel " correspondant à la vie naturelle de l'économie et à ses "interchantiers" naturels, on peut dire que l'intention des parties est respectée.

Par contre, si la tendance de fond de l'économie moderne au niveau macroscopique est de limiter sa consommation de " ressources humaines ", alors c'est qu'on a changé de "paradigme économique" et que le système est devenu inadapté. On a en quelque sorte changé la donne du contrat initial.

Question : Quand, pour Qui et Pourquoi a-t-on changé de paradigme économique ?

Répondre à la question c'est sans doute trouver la solution au problème...


GM



Gilles Mas 03/01/2006 16:10

Il ressort de la vérité toute nue de ces échanges !

Les chiffres indiqués, que nous considérerons à ce niveau comme exacts, sont donc des résultats de mesure, donc des faits. Or les faits sont les faits, comme on le sait. Par contre les faits, ne sont pas de " l'information ", ce que beaucoup de gens semblent ignorer. C'est le sens donnés au fait par l'esprit humain qui fait "information".

Or, ici, quels sont les sens que l'on peut associer à ces chiffres ?

D'un côté des budgets, annuels, de dépenses, pour rémuner des services de " sécurité " réalisés par des structures de l'Etat au profit des ses "protégés" que sont les citoyens, personnes individuelles, mais aussi les entreprises et autres organismes, personnes morales.

L'analyse "économique et marché" des choses devrait nous conduire à nous demander si les sommes indiquées correspondent à une valeur juste pour le service rendu.

Par ailleurs, le déficit des ASSEDIC, correspond à une simple impasse budgétaire. Donc de deux choses en matière budgétaire : le budget était-il réaliste ou maquillé ? S'il était réaliste, au cours du temps, pourquoi le réalisé est-il aussi différent du budget initial ?

Où sont les "managers responsables" ?

S'il était maquillé, c'est qu'aucun des auteurs du budget n'ont voulu mettre la réalité des choses sur la table.... pour pouvoir mieux "discutailler" ensuite.

Un déficit cumulé n'est autre qu'un manque de financement constaté. Par contre, il serait judicieux de savoir très précisement " ce que l'on voulait exactement financer et pourquoi " !

Si le budget des ASSEDIC est prévu pour couvrir un risque de "chomage temporaire naturel " correspondant à la vie naturelle de l'économie et à ses "interchantiers" naturels, on peut dire que l'intention des parties est respectée.

Par contre, si la tendance de fond de l'économie moderne au niveau macroscopique est de limiter sa consommation de " ressources humaines ", alors c'est qu'on a changé de "paradigme économique" et que le système est devenu inadapté. On a en quelque sorte changé la donne du contrat initial.

Question : Quand, pour Qui et Pourquoi a-t-on changé de paradigme économique ?

Répondre à la question c'est sans doute trouver la solution au problème...


GM



Berberian 15/11/2005 19:11

Merci, les chiffres c'est toujours des faits. Les faits sont interprétables mais incontestables.
A bientôt

Jacques Heurtault 04/11/2005 18:06

C'est pourtant simple! Dans ce pays que j'aime, on est capable de laisser filer un déficit de 15 milliards d'euros et ... de chipoter pour une somme identique pour financer une fonction régalienne, donc majeure!

gandon françois albert 04/11/2005 17:42

non et non, cela n'est pas parlant du tout!

attention à la lecture brute des chiffres!!!

attention de ne pas reveiller ainsi les réflexions les plus primaires!

Jacques Heurtault 04/11/2005 10:53

Je suis bien d'accord avec vous. Rien ne me choque dans le montant de 15 milliards d'euros pour le budget "Sécurité". Je suis favorable à son augmentation sensible. L'Etat doit assumer ses responsabilités premières : sa fonction "régalienne" prime sur toutes les autres. Quel citoyen peut accepter que l'on brûle, en une nuit, plus de 400 voitures et 27 autobus, avec de faibles chances de punir les coupables? Je crois que nous sommes à peu près sur la même longueur d'onde. Votre réaction me montre cependant qu'il est difficile de faire passer un message en très peu de mots. Cela m'interpelle pour l'avenir de mon blog.

gabou 04/11/2005 09:31

Ce chiffre serait choquant si il marquait une augmentation de l'argent alloué à la mission sécurité. Or, ce n'est pas le cas: en 2001, il était déjà de 15,3 millards. Il faut pas voir la patte de M.Sarkozy là où elle n'est pas.