Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Le carburant à deux euros!

10 Novembre 2005, 00:00am

Publié par Jacques Heurtault

Chose promise, chose dûe!

Il faut de l'argent pour financer une politique d'irrigation de nos villes et de nos banlieues. En voilà!

???

Oui, la TIPP, vous connaissez : Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers. Elle est perçue "à la source", c'est à dire au départ des raffineries ou des terminaux pétroliers d'importation. Elle est calculée sur le quantitatif (tant d'euros de la tonne, variable selon la nature du produit - super, euro 95, euro 98, gazole, etc) et non pas sur la valeur ( par définition variable selon la situation du marché).

La proposition audacieuse consiste à affecter l'ensemble des recettes de cette TIPP à un fonds d'aide à l'investissement pour la mise sur pied de ce programme d'irrigation de nos villes et banlieues.

Génial! Tout simplement génial!

Ce sont, en effet, les utilisateurs de moyens de transport individuels qui, en achetant le carburant dont ils ont besoin, vont financer la mise en fonctionnement d'un authentique réseau de transport en commun (bus, métro, tramway, Rer, trains de banlieue, etc ...).

Mais (car il y a un "mais", sinon ce serait trop simple!), le montant actuel des ressources TIPP n'est pas suffisant pour faire face aux investissements énormes facilement prévisibles.

Il faut donc AUGMENTER la TIPP. Autrement dit, tout le contraire de la proposition socialiste de TIPP flottante!

C'est à dire "le carburant à DEUX euros".

Mais (car il y a un deuxième "mais", sinon ce serait vraiment trop simple), porter la TIPP à un niveau tel que le prix du carburant soit grosso modo de 2 euros d'un seul coup est irréaliste!

D'où cette deuxième proposition audacieuse : mettre en place un cliquet anti-baisse. C'est nébuleux en première lecture. C'est plus clair avec les explications suivantes.

Lorsque le "brut" augmente, on répercute plein pot! Lorsqu'il baisse sur les marchés internationaux, on augmente la TIPP de façon à annuler l'effet de la baisse. Et ainsi de suite ...

Génial! Tout simplement génial!

Il faut quand même le rappeler : pour que le "brut" retrouve, en dollars constants, son niveau de 1974, il faut qu'il soit vendu 100 dollars le baril (et non pas 60 comme actuellement). Il faut donc logiquement s'attendre à de prochaines hausses du "brut".

Commenter cet article

DAUMONT Jean 20/11/2005 19:17

Peut-être que je suis "borné" et que je comprends rien à rien... Mais ma modeste condition de "consommateur de base" m'amène à penser qu'il n'y a aucune raison pour que je paie une augmentation du prix de l'essence à la pompe ou, plus subtilement, que je n'aie pas droit à une répercussion d'une baisse du "brut" sur ce prix...
Pourquoi ?... Parce que que mon esprit "révolutionnaire" me pousse à considérer que les compagnies pétrolières réalisent des profits colossaux, même si, en "dollars constants", le "brut" est en dessous de son niveau de 1974 (il suffit de lire les pages économiques des journaux où elles se vantent régulièrement de leur bilan...). Cela a été notamment le cas lors de la hausse récente provoquée par les cyclones de la Nouvelle-Orléans (et même avant l'arrivée de ceux-ci...), et les compagnies n'ont même pas eu alors un geste pour aider les populations victimes...
Alors, je pense que les compagnies pétrolières - qu'il s'agisse de production ou de raffinerie - peuvent payer davantage et par conséquent supporter une augmentation de la TIPP pour financer l'amélioration des moyens de transport qui, après tout, les font vivre et bien vivre... sans que le consommateur de base en supporte la charge à la pompe...