Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Rien ne sert de râler, il suffit de comprendre ...

1 Septembre 2007, 23:25pm

Publié par Jacque Heurtault

La hausse du prix du pain ...

Voici ce que j'en pense ...

Il n'y a absolument pas lieu de râler en quoi que ce soit.

1. S'il y a eu des excédents de lait, et donc de beurre, c'est parce que les "politiques" de l'époque (toujours eux!) avaient eu la "riche" idée de GARANTIR le prix du lait à la production ... Ce faisant, les agriculteurs n'avaient aucune raison de se retirer d'eux mêmes d'un marché dont la lucrativité leur était garantie.
 
2. En mauvais gestionnaires qu'ils sont presque toujours, les mêmes "politiques", constatant les effets ravageurs de leurs décisions imbéciles, auraient dû réagir très vite et, soit baisser le niveau d'intervention sur les prix du lait (la moins mauvaise puisque se rapprochant, malgré tout, le plus des mécanismes du marché), soit mettre en place une politique des quotas (la plus mauvaise puisque la plus administrative!). Ils ne l'ont évidemment pas fait ... Ils ont, comme presque toujours, attendu, attendu, attendu .... jusqu'à ce que les stocks atteignent un niveau absolument intolérable ... Moyennant quoi, ils ont fini par faire, en plus mal, ce qu'ils auraient dû faire depuis longtemps ... en choisssant la plus mauvaise solution!

3. Il en va pour le prix du blé comme pour le prix du lait ... mais en plus grave!  Autant l'excédent de lait se transforme facilement en beurre et en lait en poudre écrémé  ... dont on se sert pour nourrir les veaux (mais oui!), autant le blé, lui, ne peut pas se stocker en l'état ni dans sa forme plus élaborée .. qui s'appelle le pain car on préfère le pain frais au pain sec rassis et dur (qui lui n'est bon que pour les poules!).

4. Pour peu que des écolos imbéciles s'en mêlent, ça donne la mise au point de carburants "écolos" qui consomment de la terre, c'est à dire des hectares ... qui ne sont plus disponibles pour produire du blé, lequel se raréfie sur les marchés ce qui, en économie de marché précisément, provoque ... une augmentation de prix!

5. Si on veut bien ne pas perdre de vue que l'élasticité de la demande des produits agricoles est en général très faible (une faible réduction de l'offre provoque une forte augmentation du prix si la demande se maintient au même niveau), on comprend mieux le pourquoi du comment!

6. La plus élémentaire sagesse commande donc de laisser l'économie fonctionner d'une manière naturelle et que les "politiques" irresponsables cessent de vouloir se mêler de tout, de préférence à contre temps, ce dernier aspect n'étant pas le moindre, ce qui provoquent les dégats que l'on sait.

Commenter cet article

lewalis 26/06/2008 22:36

A quand un article sur la hausse du prix du pétrole?Blog interessant je reviendrai, je t'invite à aller voir le mien ;)

Jacques Heurtault 27/06/2008 00:15


Ca va venir!
J'ai deux façons d'aborder le problème :
1. Expliquer que l'envolée des prix du pétrole n'est pas conjoncturelle mais durable et structurelle
2. Expliquer que pour faire des économies, il faut laisser le prix filer tout seul (mais, attention! pas trop vite, pas par à-coup! car, ça, c'est toujours mauvais et ça pousse à la
spéculation)
J'ai fait un article (l'essence à 2 euros le litre ...) dans lequel j'explique que, loin d'intervenir pour subventionner le prix du carburant, il faut, tout au contraire, mettre en place des
cliquets anti-baisse par le jeu des taxes ...
1. A chaque fois que le prix du brut augmente, on laisse le carburant et le fuel filer à la hausse ...
2. A chaque fois que le prix du brut baisse, on met en place une hausse des taxes pour maintenir le niveau élevé des prix au détail ...
Aucun gouvernement n'a, jusqu'à présent, eu assez de couilles pour appliquer une telle politique! Il est vrai qu'elle serait électoralement assez peu "rentable"!


déache 26/12/2007 18:13

"Je veux aussi que le travail paye. Je veux être le Président du pouvoir d’achat. Le problème de la France, c’est que les salaires sont trop bas, que les prix sont trop élevés et que les prélèvements obligatoires sont trop pesants."Nicolas Sarkozy, Discours en Guadeloupe (22/03/07)"Le salaire n’est pas l’ennemi de l’emploi. Les salaires sont trop bas, les prix sont trop hauts. Et les salaires trop bas ralentissent la croissance et démoralisent les travailleurs. À quoi bon travailler, si l’on n’a pas la récompense de son travail ?"Nicolas Sarkozy, Discours à Lille (28/03/07)Jusqu’ici, on a vu qu’une augmentation de 172%...

Jacques Heurtault 30/12/2007 23:34

On a vu une mise en transparence de la question de la rémunération du Président de la République. Désormais, on devra savoir combien l'Elysée coûte à la République ... sinon, gare!

jlb 15/09/2007 14:51

des erreurs à corriger ...." le blé ne se stocke pas" ah bon, et les silos à blé? inventé par les romains, les berbères .... le blé s'est autant développé car il se stocke justement.Qui veut développer les agro carburants? déjà oublié les propos de Chirac?En core oublié que la mise en place de la PAC s'est faite avec  la FNSEA!les excédents de lait pour faire du beurre ou de la poudre sont subventionnés par les impots ( se souvenir du beurre de Noel, qui revenait très cher au budget).un fait à analyser, et dieu sait que je ne suis pas un défenseur du système agricole actuel: la garantie des prix a fait que l'agriculture française a pu fournir la population au sortir de la 2° guerre mondiale, l'Angleterre elle a préféré jouer sur le marché mondial."Laisser l'économie fonctionner?" dans quel monde idéal, vivrions nous? les USA subventionnent leurs productions, la nourriture est non seulement objet de spéculation ( blé riz coton café sucre) mais objet de guerre alimentaire.Tout n'est pas si simple, mon cher Watson :-)

Jacques Heurtault 16/09/2007 23:20

Je prends en compte vos remarques! Il faudra que j'approfondisse avec vous ... Mais pas ce soir!

sergiozz 03/09/2007 17:34

"Or, le double mouvement de la hausse du SMIC (les coups de pouce!) et la mise en place des 35 heures payées 39 font que, effectivement, le coût dutravail dans la boulangerie a beaucoup augmenté"Elles ont beau dos les 35 H. Arrêtez des délirer encore une fois. Les artisans boulangers ne sont pas malheureux dans ce pays et gagnent très bien leur vie. Je n'en ai pas vu un faire faillite et s'il y en avait quelques uns en difficulté, cela ne serait pas à cause des 35 H ou du montant du SMIC mais parce que sa baguette ne serait pas bonne.

Jacque Heurtault 03/09/2007 20:42

J'ai connu un artisan boulanger et patissier ... Une vie de chien! S'ils gagnent de l'argent, c'est tant mieux ...

GM 03/09/2007 15:19

Vue toutefois assez juste des choses !La PAC n'a fait que subventionner, c'est-à-dire prélever de l'impôt sur les consommateurs, pour maintenir des prix à la consommation élevés !Sans ça, nous n'aurions plus d'agriculteur depuis des années et nos terres auraient été livrées en jachère aux promoteurs (en Corsica Bella tchi-tchi, on brûle d'abord, pour bien montré qu'on ne paut pas démaquiser, qu'il faut viabiliser et donc rendre constructible, un peu comme en Grèce avant de bétonner : je connais la musique !)Résultat, on crée de la pénurie en absorbant l'abondance. Quand les mécanismes du marché créent la pénurie tous seuls, ben plus besoin de subvention : la filière, en augmentant ses prix, arrive à survivre.Il n'empêche, les prix des matières prémières se tassent, faute de liquidité absorbées par la crise du "subprime", et les prix de la baguette ne redescendront pas, puisque s'est découvert un marché "solavble" pour continuer à l'acheter...Reste que si le pain pour nous est à la base de tout, comme le riz en orient, les excédents d'orange et de tomates (espagnoles celles-là) vont finir par faire s'effondrer les cours : et on paiera de nuveau de l'impôt pour subventionner "ces nouveaux pauvres" !Je ne me fais pas de souci !

Jacques Heurtault 03/09/2007 17:18

Il faut que l'Etat cesse d'intervenir dans les marchés pour un oui ou pour un non! A chaque fois, en résolvant un problème sur le court terme, on en créée un autre sur le long terme! STOP!

Jean-Pierre 03/09/2007 09:19

Le reste de la différence est dû à l'augmentation du SMIC, ma chère baguette... et si on ne vit pas dans le meilleur des mondes posssibles, on ne vit pas dans le pire, ce qui pour moi est déjà un net progrès. Vous connaissez ce mot, progrès...

Jacques Heurtault 03/09/2007 11:11

Les 35 heures, ça concerne aussi les ouvriers boulangers. Or, le double mouvement de la hausse du SMIC (les coups de pouce!) et la mise en place des 35 heures payées 39 font que, effectivement, le coût dutravail dans la boulangerie a beaucoup augmenté. Dans la mesure où les gains de productivité sont faibles dans ce type d'industrie, cela finit par se répercuter sur le prix. Mais comme les patrons boulangers n'ont pas assez de couilles au cul pour reconnaitre cette réalité, ils préfèrent dire que c'est à cause de la hausse du prix du blé.

sergiozz 02/09/2007 17:51

"Pour peu que des écolos imbéciles s'en mêlent, ça donne la mise au point de carburants "écolos" qui consomment de la terre, c'est à dire des hectares ..."Etes-vous sûr que ce sont les écolos qui ont proné les agro-carburants " ? Pas les verts français en tout cas.

Jacques Heurtault 02/09/2007 22:55

Ah! Pas les verts français? Vous en êtes sûr? Toutes mes excuses, alors ... Mais, alors, qui?

Baguette 02/09/2007 14:44

Mon cher Jacques, vous semblez oublier que le prix du blé n'entre qu'à hauteur de 5 % dans le prix du pain.Les hausses de 5 à 10 % du pain sont donc inexplicables.Rappelez-vous également, quand les prix du blé baissaient, le prix du pain, lui, continuait d'augmenter.Jacques, vous devriez conserver votre capacité d'indignation. Contrairement à ce que vous dîtes, nous ne vivons pas dans le meilleur des mondes possible.

Jacques Heurtault 02/09/2007 22:53

Je n'ai pas dit que nous vivons dans le meilleur des mondes possible ... Maisje pense que le monde dans lequel nous vivons est perfectible! C'est tout le sens de mon action citoyenne et politique.Et si cette campagne de presse autour du prix du pain était orchestrée par des journaleux qui, désespérés de pas trouver de quoi se mettre quelquechose sous la plume, en étaient venus à monter en épingle un phénomène normal ? Vous me dites que le prix du blé ne pèse que pour 5à 10% dans le prix du pain. Soit! Pourquoi, alors, ce raffut, puisque le prix du pain ne pèse que pour 1% (et encore!) dans le budget des ménages?Vous pouvez compter sur ma capacité d'indignation! Elle est grande ... Et elle va sûrement grandir au fur et à mesure que les conservateurs (ceux qui veulent que rien ne change) et les réactionnaires (ceux qui veulent revenir à un état de chose antérieur) jetteront bas le masque quand on va engager (enfin!) les réformes INDISPENSABLES.J'aime bien votre humour! Le pseudonyme de Baguette est excellent. Surtout qu'il ne s'agit que de la baguette de pain, évidemment.