Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Mise en oeuvre du programme de réforme : surtout, ne pas céder!

8 Novembre 2007, 13:49pm

Publié par Jacques Heurtault

Je réaffirme clairement quelques principes essentievoire même tout simplement fondamentaux, surtout quand on est en démocratie.

1. La loi est votée par le Parlement, lequel est élu par les électeurs qui veulent bien se déplacer aux urnes quand on le leur demande.

2. Il n'entre pas dans les attributions d'un parlement d'entériner une décision d'ordre législatif prise ailleurs. Surtout si la "décision" émane de la rue!

3. C'est au contraire le rôle exact du Parlement que de voter les lois, lesquelles doivent donc définir des règles qui seront d'autant plus facilement appliquées qu'elles seront comprises donc simples.

4. Ce n'est qu'ensuite, lorsque l'on passe à la mise en oeuvre concrète des règles édictées dans la loi, qu'il devient possible d'apporter des précisions par la voie réglementaire ...pour autant que ce soit nécessaire.

5. Les partenaires sociaux n'ont d'habilitation à négocier que les aspects qui, par nature, n'ont pas à apparaitre dans la loi. Il est donc aberrant de faire négocier des partenaires sociaux avant de préparer une loi et encore plus aberrant d'entériner le produit de leurs élucubrations car ils se trouvent alors complètement déresponsabilisés ...

6. Surtout, il en va de la crédibilité de l'action politique. Ne pas faiblir! Ne pas reculer!

7. Reculer veut dire que l'on est prêt à céder. Céder signifie que l'on va capituler ...

Allez, Monsieur Fillon! Ne faiblissez pas! Ne reculez pas! Ne cédez pas!

Commenter cet article

Jean-Pierre 15/11/2007 17:59

Vous en voulez une bien bonne ?
Je viens de lire une interview de Danièle Mitterand qui affirme qu'au PS, « ils n'ont plus la tripe socialiste » et que les dirigeants du Parti ont « un regard beaucoup trop attendri pour l’argent ».

Jacques Heurtault 15/11/2007 20:41

Danièle Mitterrand a toujours été positionnée très à gauche ... Beaucoup, beaucoup plus que feu son mari, ancien Président de la République.

Jean-Pierre 15/11/2007 14:20

M. Aymard, je n'ignore pas que j'ignore beaucoup de choses. Je sais que les fonctionnaires touchent beaucoup de primes. Mais les salariès du privé ne sont pas responsables de cet état de fait. Est-ce si difficile de faire que les choses soient comparables. En France, il semble bien. Je passe sous silence les déficits des autres régimes spéciaux car les agriculteurs et les commerçants ne nous font pas un caca nerveux. Il reste que je suis tout autant ulcéré de devoir, en tant que contribuable de mettre la main à la poche pour combler ces déficits là.
Bravo pour votre épisode employeur, vous savez au moins que ce n'est pas aussi facile que ça et que tous les patrons ne sont des salauds qui s'en mettent plein les fouilles.
Pour la voiture, vous êtes battu, je roule en twingo. Un seul exemplaire pour toute la famille.
Je ne vais pas vous faire la leçon sur les riches que vous n'aimez guère plus que François Hollande. mais je vous demanderai quand même qui est capable d'investir dans des entreprises et par là de créer de la richesse et des emplois, les riches ou les pauvres ? C'est très bien que vous éprouviez de la compassions pour les « faibles » mais svp, n'en tenez pas trop les riches pour responsables de cette faiblesse. À mon sens, c'est se tromper d'ennemi.

Jacques Heurtault 15/11/2007 20:42

De fait, un riche qui investit dans l'économie et qui devient encore plus riche a un comportement vertueux.

aymard 15/11/2007 00:11

Bonsoir à tous,Ma réponse sera double.Tout d'abord, Mr Heurtault, il n'a jamais été question de dirigeants dans mes propos, mais de décideurs, ce qui, à mes yeux est d'une toute autre portée puisqu'on peut y inclure les élus tout autant que les hauts fonctionnaires et les patrons au sens littéral du terme. C'est vrai que je n'ai pas lu toutes vos propositions car il faudrait que je consulte la totalité de votre blog et le temps me manque. Sachez que je ne doute pas de l'honnêteté avec laquelle vous défendez vos arguments, simplement, je ne peux, en l'état, les recevoir en totalité. Autant je suis d'accord avec l'esprit répressif sur les manifs qui dégénèrent ou les blocages abusifs, autant je ne peux cautionner votre vision sur les retraites. C'est peut-être celà que l'on appelle la démocratie car c'est celà qui provoque l'alternance. C'est vrai que notre pays a un sérieux besoin de réformes, mais il me semble, peut-être ai-je tort, qu'elles ont plutôt tendance à se faire sur le dos de la classe moyenne qui peu à peu se retrouve ainsi tirée vers le bas. Les résultats seront jugés par le peuple, pour peu que l'on ne le matraque pas d'informations téléguidées, ce qui, entre nous, représente le pire des dangers... attention quand le peuple se réveille, la France réagit avec excés.Quant à vous, cher Jean Pierre, je trouve que vous parlez beaucoup de choses que vous ignorez. Le calcul des retraites de la fonction publique n'inclut pas la totalité des rémunérations, mais le problème n'est pas là et je ne m'aventurerai pas à comparer des tomates avec des pommes. Je vous parlerai des 2,4 milliards des retraités cheminots. Ce chiffre est exact et il est lié au déséquilibre démographique avalisé à gauche comme à droite par les élus qui ont approuvé la politique de démentèlement de pans entiers de l'entreprise, mais il faut savoir que certaines comparaisons montrent que pour 26,05% de retenue pour retraite sur le salaire du privé, le cheminot paie 41,96%. Il faut également rapprocher tous les chiffres et éviter, par exemple de passer sous silence les 6,4 milliards de déficit des caisses agricoles ou les 1,3 des caisses de commerçants et artisans. Certes, ces déficit sont de nature à obérer le budget de l'état, mais certainement pas autant que les dépenses occasionnées par la conservation d'un sénat que même le général De Gaulle trouvait inutile ajouté à la construction d'armement parfaitement inutile dans la guerre économique où nous nous trouvons. Bravo§ pour la taxation de tous les revenus, sans exception. Mais, je dois vous avouer que j'ai été employeur avant d'être retraité, et chez moi, il n'y avait jamais de mouvements sociaux tout simplement parce que mon personnel était payé en suivant chaque mois l'inflation positive (jamais de négatif) même si j'ai parfois dû faire des sacrifices pour joindre les deux bouts. Je ne suis pas resté dans un bureau doré et j'ai travaillé plus de 35 et même 45 heures par semaine. Aujourd'hui, je ne suis pas riche, mais j'ai l'honneur d'être salué "chapeau bas" par mes anciens ouvriers qui ne retrouvent plus le même esprit chez leur nouveau patron plus enclin à engranger qu'à aider les autres. (Je roule en Picasso, lui en BMW série 7 qu'il déclare par ailleurs comme "outil de travail" ... grand bien lui fasse.Vous comprendrez qu'avec l'esprit qui a toujours été le mien, je ne peux que défendre les faibles contre les ignomignies qui se préparent contre eux. J'ai beaucoup lu Germinal, et je ne souhaite pas revenir à cette époque. Je revoie le bonjour à tous les votres ... (re-sic)

Jacques Heurtault 15/11/2007 20:43

Où voyez vous des ignominies qui se préparent? Nous allons avoir de nombreux autres échanges, dans l'avenir, si je comprends bien!

Jean-Pierre 14/11/2007 18:47

Monsieur Aymard, je crois que sommes tous attachés à l'égalité. Ce qui est proposé aux salariés des régimes spéciaux, c'est d'être aligné sur le régime de la fonction publique qui est déjà beaucoup plus avantageux que celui des salariés du privé... Ça n'est pas non plus la mer à boire... Je veux bien avoir une retraite calculée d'après les critères de calcul de la fonction publique, pas de problème.
Là où vous êtes gonflant, c'est de dire que ça n'apportera rien, gna gna gna... Déjà, si on peut supprimer le versement de 2,4 milliards d'euros d'argent des contribuables à la caisse de retraite des cheminots, ça serait bien. (je rappelle que 2,4 milliards d'euros, c'est l'équivalent de 6 % du déficit budgétaire.)
Je ne suis pas au courant de tout, mais de nombreux régimes spéciaux déficitaires bénéficient des largesses des contribuables français.
Tout ça, au fond, ce sont des broutilles, n'est-ce pas, c'est ce que vous allez me répondre.
Bref. Je suis favorable à ce que tous les revenus soient à égalité devant l'impôt, les taxes et autres cotisations sociales, les petits et les gros, les pauvres et les riches, ceux de gauche et ceux de droite et même ceux du centre ;-)))
Si vous trouvez que les employeurs devraient gagner moins, vous devriez essayer d'être employeur, vous verrez que c'est un petit boulot cool et pépère. On fait bosser dur les gens et on attend dans un beau bureau que le fric tombe dans la poche. Vous devriez essayer. Ça vous plairait. Allez, bonjour chez vous (sic)

Jacques Heurtault 14/11/2007 20:18

N'oubliez tout de même pas que, pour les fonctionnaires, une partie importante des rémunérations n'est pas prise en compte dans le calcul ... parce que l'Etat n'a tout simplement pas les moyens d'en financer le paiement.
Pour le reste, je suis entièrement d'accord avec vous ...

aymard 14/11/2007 17:39

Bonjour Monsieur Heurtault, bonjour à tous,Je n'ai jamais envisagé d'avoir monsieur Heurtault à mes côtés dans les manifs quoiqu'il serait le bienvenu pour augmenter le nombre (je plaisante). Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ce que va apporter aux 24 millions de cotisants à la retraite au bout de 40 ans l'allongement de 2 ans et demis des 500 000 autres ? Le problème des retraites sera-t-il règlé pour autant ? Le chômage va-t-il diminuer si les salariés travaillent plus longtemps ? Le pouvoir d'achat des ouvriers pourra-t-il augmenter si l'on multiplie les emplois précaires ? Les employeurs accepteront-ils de gagner moins par solidarité ? ...Le prétexte de l'égalité entre les salariés est bien beau, mais il faudrait aller jusqu'au bout du raisonnement, obliger à l'égalité de traitement entre hommes et femmes, à l'égalité de salaire à références égales quelle que soit l'entreprise, à l'égalité d'annuités pour TOUTES les retraites, y compris celles des décideurs, à l'égalité devant l'impôt de TOUS les revenus ... Là, j'adhèrerai au mot "égalité" prononcé par notre omniprésident ... vous voyez, ce n'est pas demain la veille ...

Jacques Heurtault 14/11/2007 20:14

C'est aussi de cela qu'il s'agit! Tout le monde à la même enseigne ... Les "retraites" des dirigeants ne sont pas des "retraites" mais des rentes financières, au sens strict du terme.Monsieur Aymard, faites-moi, s'il vous plait, l'immense honneur de lire mes propositions et de me dire, une par une, ce que vous en pensez. Elles sont jutes et simples. Justes parce que simples. Simples parce que justes. En particulier, ma proposition d'impôt sur le patrimoine! Soyez sûr que tous les "grands possédants" n'en veulent pas! Cela devrait vous rassurer ...Notre pays a un urgentissime besoin de réformes! Il faut y aller ... Le monde du travail, celui qui n'a aucune rente particulière de situation, y a intérêt. 

jacques 14/11/2007 14:26

J'approuv entièrement les proposde Mr Aymard !jf.

Jacques Heurtault 14/11/2007 14:43

Franchement, le contraire m'aurait beaucoup étonné!

lucien aymard 13/11/2007 22:55

Bonsoir à tous,Je sais, monsieur Heurtault, il y a fort longtemps que je ne me suis pas rendu sur votre blog, mais bien que retraité, j'étais en vacances (je vous rappelle que je continue à travailler pour pouvoir joindre les deux bouts).Je reviens donc ici mais cette fois pour tenter de dépassionner le débat et de dire des vérités concernant la SNCF que je connais un peu de par ma famille.C'est vrai que le fret est en déficit profond, mais faut-il rappeler que les routiers roulent sur des routes que vous et moi payons sans que personne ne s'en offusque ? Pourquoi les transports ferroviaires de fret sont moins fiables que les autres sinon parce qu'on a tellement réduit les effectifs que l'on est souvent obligés de sacrifier des transports, et c'est le fret qui en fait les frais (quoique l'on peut voir depuis 2 à 3 ans des trains de voyageurs supprimés). Comparer un pilote de TGV à un mécanicien de loco vapeur, c'est comme comparer une 2CV à une Ferrari. La vapeur était pénible, mais physiquement seulement, alors qu'aujourd'hui, entre la vitesse, les manipulations "PERMANENTES" que doit réaliser un pilote pour la sécurité joints aux décalages pour la nourriture et le sommeil, l'usure nerveuse est au moins aussi éprouvante. Je rajouterai, concernant ces conducteurs, qu'il n'y a pas dans leur travail que les heures de conduite. Il faut tenir compte des temps de préparation des engins, de prise de connaissance des modifications de signalisation sur les lignes, de modifications reglementaires ...J'en viendrai enfin aux 37,5 années de versement pour la retraite: les porter à 40 va-y-il améliorer le sort des ceux qui versent déja pendant tout ce temps? Quant à vous, le monsieur qui refusez de verser 1 centime d'impôt pour renflouer les caisses de retraites des fonctionnaires et assimilés, j'aimerais vous voir en écrire autant pour le refus d'entretien d'une armée qui ne nous sert qu'à nous mêler d'affaires dans lesquelles nous ne sommes que les toutous des USA.Enfin, au lieu de prendre les autres pays européens comme modèle, il faudrait avant tout que ce soient des modèles, hélàs, chacun a ses travers. Laissons les donc de côté et n'allons pas, comme notre hyperprésident, raconter que tout va mieux dans les pays ou les réformes ont été faites car chacun sait parfaitement que pour donner du travail en Angleterre ou en Allemagne pour ne citer qu'eux, on a lamentablement partagé le travail existant et on considère aujourd'hui qu'une personne qui travaille 8 heures par semaine n'est plus un chômeur. A ce régime, on aura de moin en moins de chômage et de plus en plus de morts dans les rues ... donc moins de retraites à verser ... la boucle est bouclée.Bonne soirée messieurs, et à demain dans les manifs.

Jacques Heurtault 13/11/2007 23:05

Bonsoir Monsieur Aymard,Je ne serai pas des vôtres dans les "manifs" ... Je crois très sincèrement que cette démarche est complètement inopportune. Nous reprendrons le débat plus tard ...

Jean-Pierre 13/11/2007 22:43

Ça reste à prouver, mais ça ne serait pas impossible :

http://www.lefigaro.fr/actualites/2007/11/13/01001-20071113ARTFIG00237-ratp-ces-grevistes-pas-comme-les-autres.php

Jacques Heurtault 13/11/2007 23:23

je viens de lire l'article ... Plus rien ne m'étonne! J'ai entendu des pratiques du même genre à l'Anpe mais c'était il y a assez longtemps. J'ignore ce qu'il en est maintenant ...je suis prêt à croire que ça n'est plus vrai ... histoire de faire un effort de compréhension! A conditon, toutefois, que le gouvernement ne cède pas!

solidaires 13/11/2007 21:41

"Ben alors ! Plus de disputes ? Tout le monde prépare la manif ?"Nous travaillons cher Monsieur dans la journée, même si nous défendons le retour aux 37,5 annuités pour tous.

Jacques Heurtault 13/11/2007 23:06

Si l'espérance de vie augmente, il faut s'attendre à des problèmes de financement des retraites ... Tout le monde comprend cela.

Jean-Pierre 13/11/2007 16:55

Ça, c'est la démocratie façon extrème gauche. Ça n'est pas nouveau, ça ne vient pas de sortir. J'ai lu que le Président de l'université, Monsieur Gontard, avait dénoncé le « comportement terroriste » de ces étudiants. Déjà, sont-ils tous étudiants ? Ensuite, il a décidé d'annuler les cours pour éviter des affrontements. Il aurait pu demander à la police de déménager les bloqueurs, mais visiblement ça ne lui est pas venu à l'idée. Tant pis pour les étudiants qui ont envie ou besoin de bosser.

Jacques Heurtault 13/11/2007 17:31

C'est bien ce que je reproche aux "autorités" ... Je considère que même avec un "vote" de 70% des inscrits, l'occupation prolongée est INADMISSIBLE ... Il ya des moments, tout ce cirque me fatigue vraiment!Je me console avec mes 450 lecteurs d'avant hier et mes 420 d'hier ... Ce qui se raconte sur ce blog (grace à vous aussi!) intéresse du monde ! C'est quand même rassurant de savoir que l'on ne parle pas dans le vide ...

Jean-Pierre 13/11/2007 14:33

Déjà que je devrais bosser de lieu de papoter chez vous, alors préparer la manif, pensez.. ;-))

Remarquez qu'il y en a une dimanche à Paris pour protester contre les blocages de toutes sortes et appuyer les réformes.

Jacques Heurtault 13/11/2007 16:19

Eh, oui! Toutes les manifs ne se ressemblent pas ...A propos de blocages, j'ai entendu , hier, à la télé, que "les étudiants de Rennes II (Villejean, socio, etc ...)" partisans du blocage considéraient que le vote contre n'était pas valable au motif que les électeurs n'avaient pas tous participé aux "AG", qu'ils n'étaient donc pas "bien informés" et que leurs votes ne pouvaient pas être pris en considération ...Je me pose juste une question : l'Etat existe-il toujours? Pendant encore combien de temps ces abus scandaleux vont-ils durer?

Jacques Heurtault 13/11/2007 16:13

Eh oui! Toutes les manifs ne se ressemblent pas ...

Jean-Pierre 13/11/2007 13:49

Ben alors ! Plus de disputes ? Tout le monde prépare la manif ?

Jacques Heurtault 13/11/2007 13:59

Vous aussi, vous préparez la manif? Je n'y comprends plus rien ... (!). Moi, JE NE LA PREPARE PAS! Les évennements qui vont suivre vont être intéressants ...

solidaires 12/11/2007 16:30

"Je peux vous dire pour terminer que je suis sûr que si le fret était privatisé, ce que vous redoutez, les choses iraient certainement mieux pour lui."Comme la gestion de l'eau dans les communes, c'est bien connu.

Jacques Heurtault 12/11/2007 16:51

Je suis contre une privatisation de l'eau. Mais je suis favorable à une exploitation "fermière". C'est une entreprise qui gère dans le cadre d'une délégation de service public (loi du socialiste Sapin). C'est tout le débat de la social-démocratie qui est en jeu!

solidaires 12/11/2007 16:29

"Pour répondre à meussieur solidaires, qui n'a même pas le courage de donner son nom, il est hors de question que je paie encore plus de cotisations retraite pour financer le déficit du régime des cheminots. Vous pouvez me prendre pour un kon, mais pas pour un idiot. Je vais financer vos départs à la retraite anticipés ? Non mais, mais vous me prenez pour qui ? Pour une vache à lait ? Alors SVP, foutez moi la paix. La solidarité, ce n'est pas des salariés du privé vers les cheminots. Ça marche dans tous les sens."Monsieur Jean-Pierre, Qu'est-ce que cela change de signer "solidaires" ou un autre pseudo ? Poster sur des blogs sur Internet n'est pas faire preuve de courage. Le problème, c'est que vous répondez encore à côté de la plaque. Le tract de Solidaires ne concerne pas les retraites des cheminots, donc je ne vois pas pourquoi vous faîtes une fixation sur les cheminots. La vérité, c'est que vous n'avez aucun argument pour contrecarrer ce qu'on dit dans le tract sur l'ensemble des retraites.  

Jacques Heurtault 12/11/2007 16:48

Les besoins en financement sont auminimum du triple voire bien plus encore que les sommes que vous avancez ... De plus j'ai déjà dit qu'il ne faut pas confondre les montant en "capital" que l'on ne peut pas ponctionner plus d'une seule fois et les montants en flux qu'il faut ponctionner d'une manière uniforme (en taux!) à "petites doses" pour que cela soit accepté. Aujourd'hui, les gens ont besoin d'argent frais, pas de protection sociale ... Allez dans la rue, faites un micro-trottoir ... Vous verrez!

Jean-Pierre 12/11/2007 11:06

Monsieur Lamauragne, vous n'êtes du tout pas obligé de me répondre. Je peux vous dire pour terminer que je suis sûr que si le fret était privatisé, ce que vous redoutez, les choses iraient certainement mieux pour lui. Que si la Sncf n'était pas en siruation de monopole, la situation serait bien meilleure. Il y a peu, ID Tgv, véritable innovation à la Sncf, a été proprement guillotinée à la demande des syndicats. Alors, je ne sais peut être pas lire, mais je ne suis ni aveugle, ni bouché à l'émeri.

Jacques Heurtault 12/11/2007 16:43

Compte tenu de votre métier de graphiste (je crois), il ne se peut effectivement pas que vous soyez aveugle ...

jacques 12/11/2007 10:32

@ J.HeurtautPour un ancien syndicaliste, vous y allez un peu fort!Il est TOTALEMENT FAUX de dire que les conducteurs de train percoivents des indemnités de déplacement et diffamtoire de dire qu'ils les économisent.Les conducteurs de train ont OBLIGATION de loger dans les locaux de la Sncf. Et suivant les gares, cest tout sauf chouette...Parfois ce sont encore des dortoirs ! Accepteriez-vous , à votre âge, de dormir encore en dortoir ?????Allez donc consulter le siet internet de la FGAAC, le syndicat des conducteurs de train.....@ Jean-PierreL'outrance de vos réactions à mes propos, que vous ne savez même pas lire -ex: vous ne répondez pas sur la Sernam- fait que je n'ai plus envie de vous répondre.jf.

Jacques Heurtault 12/11/2007 16:42

Vous m'avez mal lu! Il est légitime qu'ils dorment à l'hôtel, comme les pilotes d'avion de ligne, aux frais de l'employeur ... Je ne connais pas le détail des choses. Ca relève de la Direction SNCF. pas des pouvoirs publics.

marc d Héré 12/11/2007 09:31

Cher Jacques,Je me permets de mettre ce message sur ton blog....Peut-être peux-tu le relayer?....Nous lançons sur le blog d'IES,  http://initiativeeuropeenneetsociale.over-blog.com un APPEL à soutenir les réformes.... Je vous engage à le lire et, mieux encore à le signer et à le faire signer....On verra comment lui donner éventuellement plus d'ampleur et de visibilité si nécessaire....

Jacques Heurtault 12/11/2007 16:39

Je suis d'accord avec pas mal de réformes mais pas avec toutes ... En particulier, je suis contre le plan "heures sup" ... Il m'est difficile de signer globalement. Par contre, comme tu peux le voir, je soutiens lorsque je suis d'accord ... J'ai quand même voté pour Ségo! Mais je tiens à ce que les réformes se fassent (globalement).

Jean-Pierre 12/11/2007 09:09

Pour répondre à meussieur solidaires, qui n'a même pas le courage de donner son nom, il est hors de question que je paie encore plus de cotisations retraite pour financer le déficit du régime des cheminots. Vous pouvez me prendre pour un kon, mais pas pour un idiot. Je vais financer vos départs à la retraite anticipés ? Non mais, mais vous me prenez pour qui ? Pour une vache à lait ? Alors SVP, foutez moi la paix.
La solidarité, ce n'est pas des salariés du privé vers les cheminots. Ça marche dans tous les sens.
Meussiuer Lamauragne, si le fret perd de l'argent,; c'est bien que les entreprises ne peuvent pas compter sur la fiabilité du transport. Alors, évidemment, si le fret n'a pas d'argent pour investir, pas de locomotives. Mais la responsabilité en revient bien à l'entreprise fret. Vous avez tendance à toujours rejeter les responsabilité sur les autres, vous feriez mieux de regarder la RÉALITÉ en face.

Jacques Heurtault 12/11/2007 16:36

Bigre, Jean Pierre! ca se "corse" comme si c'était GM ... Je suis d'accord avec vous. J'ajouterai que la durée de cotisation ne doit pas relever de l'entreprise mais des pouvoirs publics. Ce qui relève de l'entreprise,  c'est plutôt les conditions de travail et donc la pénibilité. c'est à la Direction de la SNCF de faire ce qu'il faut pour améliorer les conditions de travail.

jacques 12/11/2007 02:42

Il y avait longtemps qu'on ne nous avait pas fait le coup des locomotives à charbon et des TGV.Comme si conduire des trains à 300Km/h n'avait rien de stressant......La pénibilité n'est sûrement pas uniquement physique.Combien de nuit le conducteurs de TGV ne couchent pas chez eux? Et dans ces cas-là, coyez-vous que la Sncf leur offre des h^tels 4 étoiles ????Savez-vous seulement, Cher J.Heurtaut, que les conducteurs de train -TOUS- sont soumis à un examen périodique de compétence et que si il les le râte, ils ne sont plus conducteurs ????Arrêtez de raisonner de façon simpliste et examinez les questions en profondeur. On est surpris parfois en faisant ainsi.Bien cordialement,jf.

Jacques Heurtault 12/11/2007 08:05

Je suis tout prêt à examiner ces questions avec sérénité ... Les contrôles de compétences sont évidemment légitimes et les sanction professionnelles en cas de constat de perte d'opérationalité relève de la plus élémentaire responsabilité de la part de l'employeur! Il y a des vies humaines par milliers ...
Les conditions d'hébergement des conducteurs et des roulants doivent être aménagées. Des hôtels deux étoiles sont parfaitement légitimes. Mais le système ne fonctionne pas comme ça ... Ils perçoivent de quoi aller dans ce type d'hôtel sous forme d'argent mais continue de dormir dans des conditions limites afin de se mettre l'argent correspondant dans la poche, net d'impôts. ce mécanisme de concerne pas que les cheminôts. Cette pratique concerne la plupart des gens qui "touchent" des indemnités de frais de déplacement dans le secteur public. Dans le secteur privé, ce la fait longtemps que de telles pratiques ont disparu ... J'ai connu une époque où si on se déplaçait en train, c'était oblogatoirement la première classe en couchettes remboursée au réel plus le taxi pour terminer le trajet. Si l'intéressé voulait sa voiture, ce n'était indemnisé preque rien. Le but poursuivi s'était d'amener l'intéréssé à ne pas utiliser sa voiture personnelle car il y laissait alors la peau des fesses ... C'était un EXCELLENT système. Des frais, ce sont des frais! Ce n'est pas fait pour se mettre de l'argent à gauche (pas plus qu'à droite d'ailleurs!).

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 11/11/2007 23:00

Je suis tout à fait d'accord avec les points que vous récapiyulez dans votre article.

Jacques Heurtault 12/11/2007 07:48

Il me parait absolument ESSENTIEL que ce mouvement soit politiquement battu devant l'opinion publique. Pour l'instant, ce n'est pas gagné ...

solidaires 11/11/2007 21:53

"JE NE VEUX PAS QU'IL Y AIT D'EXCEPTION FRANCAISE ... "Nous ne voulons pas que la France prenne comme modèle l'Allemagne où il n'y a jamais eu autant de pauvres à cause de la politique économique et sociale menée dans ce pays.

Jacques Heurtault 11/11/2007 22:08

Faut-il sortir de la mondialisation? Même si c'est souhaitable, ce n'est tout simplement pas possible ... Le mécanisme va continuer jusqu'à ce que les vases communiquants mondiaux soient à peu près au même niveau ... Le problème vient du fait que l'on a ouvert trop grand d'un coup les vannes ... Résultat : un flot tumultueux que l'on ne peut pas arrêter mais seulement canaliser!

solidaires 11/11/2007 21:45

"Ah! Voilà au moins des chiffres ... Merci de me présenter ça sous la forme d'un compte d'exploitation en faisant bien la différence entre les grandeurs de flux et les grandeurs de stock ...Allez, allez! Au boulot"Ce n'est pas par le mépris que vous devez accueillir notre argumentation. Nous avons le mérite de présenter des chiffres. Nous vous mettons au défi de répondre par de vrais arguments à nos propositions qui s'appuient sur un organisme très sérieux qui est le Conseil d'Orientation des Retraites. Nous n'avons pas vu votre compte d'exploitation.

Jacques Heurtault 11/11/2007 22:03

Le Conseil d'orientation des retraites est un excellent organisme sérieux qui travaille sur le long terme et dont les conclusions vont plutôt dans le sens des réformes en cours que dans votre sens ... Tout n'est pas à jeter dans ce que vous dites mais les règles communes doivent être appliquées à tout le monde ... La durcotisation des cheminôts, c'est l'entreprise qui en paie l'essentiel. Moi, je veux que ce soit les cheminôts eux-mêmes, sur leur salaires directs ...
Le principe de la répartition, principe FONDATEUR, c'est que l'on cotise non pas pour soi mais ceux qui sont en retraite aujourd'hui ...sans garantie pour soi-même! On appelle cela la solidarité. J'y suis très favorable mais je suis conscient que ce mécanisme ne peut suffire car JAMAIS les actifs n'accepteront de payer jusqu'à 30% et plus de leurs salaires pour financer la retraite des autres ... Croire cela, c'est prendre des vessies pour des lanternes.

solidaires 11/11/2007 21:27

"Tout ça me donne plutôt envie de dormir." Nous sommes vraiment très impressionnés par votre argumentation.  Mais nous ne désespérons pas  de pouvoir débattre avec vous, pour cela il faut des arguments solides. 

Jacques Heurtault 11/11/2007 21:54

Je les attends ...(Jean Pierre n'est qu'un lecteur du blog, fidèle certes, mais simplement lecteur).
Vous n'allez tout de même pas me soutenir que conduire un TGV, aujourd'hui, est aussi difficile et pénible que conduire une locomotive à vapeur et charbon dans les années cinquante?

jacques 11/11/2007 19:02

@ Jean-Pierre ci-dessus:Ou bien vous êtes mal informé, ou bien vous le faites exprès !1) Mr Gayssot, Minitre des Transports, avait commandé 700 locomtives neuves pour les trains de fret. Ses successeurs ont annulé une bonne partie de la commande....2) Sont-ce les cheminots qui ont supprimé tout récemment des centaines d'emplois dans la filière "fret" de la Sncf ????3) Sont-ce les cheminots qui ont le projet de pivatiser le "fret" Sncf.4) Sont-cve les cheminots qui ont crée une filiale CAMIONS, la Sernam, pour concurrencer les trains de fret ???? Au passage, cette filiale Sncf, la Sernam, est déficitaire. Bravo les crânes d'oeufs qui l'avaient conçue !jf.

Jacques Heurtault 11/11/2007 21:51

Il n'y a aucune raison pour que les services publics soient assumés par des entreprises publiques. La solution, c'est Michel Sapin (socialiste)avec sa loi sur la délégation de service public qui l'a trouvée ... Des entreprises privées exercent, pour une durée contractuelle limitée, une mission de service public et reçoivent, à cet effet, des subsides de la part de la puissance publique pour en assurer le financement. Le meilleur exemple, c'est la mise en place des TER(trains régionaux express) que les régions financent parce que c'est un service essentiel.

Jean-Pierre 11/11/2007 18:54

C'est la lutte finâââleuuu...

La casse du fret, ce sont d'abord les cheminots et leurs grèves qui l'organisent. La réalité vous échappe. Enfin, il vaut mieux entendre ça que d'être sourd.

Jacques Heurtault 11/11/2007 21:47

Ce qui coûte très cher, dans le fret, c'est la "rupture de charge", c'est à dire les multiple transferts en début et en fin de parcours ... Je suis très favorable au ferroutage. Il n'a de sens que de longues distances ou pour traverser des obstacles naturels ... (montagnes notamment ...)

rodydecoue 11/11/2007 18:19

Si Mr Heurtault (du mouvement démocrate de droite) veut travailler plus pour gagner moins, c'est son droit mais en attendant je soutiens, et je ne suis pas cheminot, les salariés d'EDF, de la RATP ou de la SNCF qui ne veulent pas se laisser faire. Ils ont ma solidarité active. Sarkopate qui se présentait comme le président du pouvoir d'achat, c'est d'abord servit avec une augmentation de 240%. Quant au MEDEF, il a beaucoup d'argent qui transite dans ses caisses noires. Et encore beaucoup plus qui sont dans les poches de ses représentants. Cet argent doit retourner vers ceux qui créent les richesse: les salariés. Pour corriger votre désinformation quotidienne voici la reproduction d'une information qui donne la position des agents cheminots: TRAVAILLER PLUS LONGTEMPS POUR GAGNER MOINS EN RETRAITE ! QUI PEUT L’ACCEPTER ? Le Gouvernement se répand beaucoup dans les médias pour tenter d’accréditer l’idée qu’il est à l’écoute des organisations syndicales et qu’il étudierait avec une certaine bienveillance leurs propositions. Qu’en est-il exactement ? Depuis le lancement de la réforme des régimes spéciaux de retraites par le Président de la République le 18 septembre, le cadrage gouvernemental est déclaré non négociable. Ce qui revient à dire que les presque 100 heures de discussions en bilatérales dont aime à parler le Ministre du Travail Xavier BERTRAND, ont été essentiellement utilisées pour diviser les syndicats. C’est là la grande ambition du Gouvernement ! C’est bien pourquoi les organisations syndicales concernées par la réforme n’ont de cesse de revendiquer la tenue d’une Table Ronde GOUVERNEMENT/SYNDICATS CHEMINOTS. Pourquoi le Gouvernement pourtant chantre de la transparence, refuse t-il une réelle TABLE RONDE ? A-t-il peur que sa réforme apparaisse au grand jour pour ce qu’elle est réellement ? À savoir un dispositif entraînant une diminution du niveau des retraites versées au regard déjà de la faiblesse des pensions de cheminots ? C’est ce qu’ont justement refusé massivement les cheminots par la grève le 18 octobre ! Avec la réforme des régimes spéciaux, le Gouvernement instaure une double peine pour les cheminots : - avec le système de décote (coefficient d’abattement), la pension à terme serait diminuée de 25 % pour une même durée de travail, - avec l’indexation des pensions sur les prix au lieu des salaires des actifs (cette mesure appliquée au régime général a engendré en 15 ans un écart de 20 % entre l’augmentation du pouvoir d’achat des actifs et des retraités au détriment de ces derniers). Comment le Gouvernement peut-il affirmer que ces dispositions qui engendreraient un recul du montant des pensions versées, soient des mesures d’équité ? Nous sommes pour l’équité face à la retraite mais par le haut ! C’est pourquoi, nous sommes opposés à ce que l’on joue les anciens contre les jeunes avec une réforme qui entraînerait la mise en place de doubles voire triples statuts, précarisant de fait les futures générations de cheminots. C’est un choix de société ! Quel type de société voulons-nous ? D’autres choix sont nécessaires et possibles pour pérenniser les régimes spéciaux, améliorer le régime général ainsi que celui de la Fonction Publique et assurer l’avenir du système solidaire par répartition. Notre régime spécial a toute sa raison d’être au sens des contraintes liées à la continuité du Service Public. Il faut aussi rappeler que les droits spécifiques à la retraite des cheminots ne sont en aucune façon financés par les contribuables ou par les assurés du régime général. Ils sont financés par les cheminots eux-mêmes avec un taux de cotisation au régime de retraite supérieur de 12 points à celui du régime général. Ensuite, l’augmentation du pouvoir d’achat et le plein emploi sont des éléments essentiels pour pérenniser et revaloriser les droits des régimes par répartition. Avec la création d’un million d’emplois, c’est 12 milliards d’euros supplémentaires pour financer les retraites. Pour une véritable égalité, il faut mettre fin aux politiques qui privent la protection sociale de recettes supplémentaires. Il en est ainsi de l’exonération de cotisations sociales des stock-options (3 milliards d’euros par an dont 1 milliard pour la retraite), des systèmes d’intéressement et d’actions gratuites, de l’épargne salariale… La Cour des Comptes a estimé à 10 milliards d’euros le manque à gagner pour l’ensemble de la protection sociale engendré par ces dispositifs. Des convergences d’intérêts Personne n’est dupe, le Gouvernement s’attaque aux régimes spéciaux pour mieux imposer de nouveaux reculs sur les droits du régime général pour l’ensemble des salariés. Pour preuve, la Commission Nationale de garantie des retraites a annoncé, le 29 octobre dernier, le passage de 40 à 41 années de cotisations pour l’ensemble des salariés du privé et du public de 2009 à 2012. Le Premier Ministre prévient déjà que cela ne suffira pas et qu’il faut réfléchir rapidement sur une nouvelle perspective de 42 ans voire 43 ans de cotisations comme le réclame le MEDEF. C’est un allongement de cotisations sans fin ! Vous êtes aussi des usagers des transports et de la SNCF, face à l’enjeu de société que représentent les questions environnementales et l’aménagement du territoire, le Service Public ferroviaire SNCF, et particulièrement celui des marchandises, est menacé. Gouvernement et Direction SNCF doivent arrêter la casse du Fret SNCF constituant un non-sens économique, écologique, social qui va à l’opposé des ambitions affichées pour le ferroviaire dans le Grenelle de l’Environnement. Le plan de fermeture de 262 gares au trafic Fret en wagons isolés doit être abandonné. Les moyens doivent être donnés au Service Public SNCF pour maintenir et développer les infrastructures, les gares et les emplois. Pour toutes ces raisons, les cheminots seront en grève à partir du mardi 13 novembre à 20 h 00, reconductible par période de 24 heures Retraites, Fret, Service Public, Emploi, Salaires seront au coeur de nos revendications. SE MOBILISER AUJOURD’HUI POUR S’OPPOSER À LA CASSE DES RÉGIMES SPÉCIAUX, C’EST REFUSER DEMAIN C’EST REFUSER DEMAIN DE NOUVEAUX RECULS SOCIAUX POUR TOUS LES SALARIES

Jacques Heurtault 11/11/2007 21:44

D'une source à l'autre, les données chiffrées varient ...
Posez vous une seule question : pourquoi TOUS les pays européens développés ont-ils fait depuis longtemps le choix que nous nous sommes enfin décidés à faire POUR TOUT LE MONDE? Serait-ce encore les effets d'une sempiternelle exception française? JE NE VEUX PAS QU'IL Y AIT D'EXCEPTION FRACAISE ...

Jean-Pierre 11/11/2007 17:14

Tout ça me donne plutôt envie de dormir.

Jacques Heurtault 11/11/2007 22:10

A 'heure où vous écrivez ces lignes, Jean Pierre, il n'est que 17h15! C'est un peu tôt! A l'heure où je vous réponds, c'est déjà plus dans une bonne moyenne (22h10)!
Bonne nuit, Jean Pierre ...

solidaires 11/11/2007 15:00

Nous remercions Jacques Lamauragne d'appuyer notre argumentation. A l'évidence, mettre un lien sur notre tract ne suffit pas, nous faisons donc un copier-coller de nos propositions. Il est dommage de perdre la mise en page de notre tract malgré tout, car nous ne pouvons pas reproduire le tableau de chiffres :L’instance très officielle du COR (Conseil d’Orientation desRetraites) a calculé, dans son rapport de 2001, le coût de l’équilibre des retraites à l’horizon 2040, avec annulation des mesures Balladur de 1993 (et des mesures contenues dans l’accord ARRCO/AGIRC de 1996). Le problème de l’équilibre descomptes ne se pose plus ensuite puisque la génération du papyboom aura disparu.Il évalue ce besoin de financement à 6,5 points de PIB, c’est à-dire de consacrer 18,5% du PIB aux retraites, au lieu de seulement12% aujourd’hui.En fait, il s’agit de poursuivre, pendant les 40 prochainesannées, le même effort que celui réalisé lors des dernières 40années.Voi tableau comparatif 1959 - 2003 - 2040Est-ce réalisable ?Ces 3 000 milliards d’euros en 2040seront obtenus avec une augmentation deproductivité de 1,7% par an : c’est réalistepuisqu’elle a augmenté de 2% enmoyenne depuis 40 ans !Revenir aux 37,5 annuités pour tous supposede réaliser une augmentation de 15points de cotisations lissée sur 40 ans, soit0,37 point de cotisation supplémentairepar an. Ces chiffres, établis en 2001, peuventmême être revus à la baisse comptetenu des dernières projections démographiquesde l’INSEE.C’est donc une décision politique, possibleéconomiquement… à condition d’accepterle fait que toutes les richesses produitesne partent pas aux profits.Pourtant, le gouvernement actuel multiplie lescadeaux aux plus riches et entend compenser sonmanque à gagner en faisant payer les couches socialesles moins favorisées. Cette politique anti-socialen’est pas acceptable.• 15 milliards d’euros : c’est le coût, en année pleine,du paquet fiscal qui profite aux plus fortunés.• 30 milliards d’euros : c'est le montant des allègementsde cotisations pour les entreprises en 2007.Oui, la rue est légitime ! Tous ensemble, on peut faire reculer le gouvernement !On veut nous faire croire que depuis la victoire électorale de Sarkozy, toute contestation de sa politiqueserait illégitime. Pourtant les grandes conquêtes sociales (congés payés, SMIC, retraite,…) l’ont été parla rue et le plus souvent contre l’avis de gouvernements élus : qui va s’en plaindre ?Le mécontentement des salariés du public et du privé est croissant contre une politique indigne enfaveur des plus riches. Les stewards et hôtesses d’Air France viennent de faire grève pour leur salaire.La RATP et EDF GDF seront dans l’action le 14 novembre avec la SNCF qui part en grève reconductible.La fonction publique le sera 20 novembre....Pour l'Union syndicale SOLIDAIRES, il faut faire converger les luttes pour exiger une autre répartition des richesses pour satisfaire les besoins sociaux de toutes et tous.Tous ensemble, tout devient possible !• 8 milliards d’euros : c’est le manque à gagnerpour la collectivité dû à l’absence de fiscalité etde cotisations sociales sur les « stocks options ».• 100 milliards d’euros : ce sont les bénéfices desentreprises du CAC 40 pour 2006.• 160 milliards d’euros : c’est la part du PIB perduepar les salarié-e-s lors des 20 dernières années(10 points sur un PIB de 1600 Milliardsd’euros). 

Jacques Heurtault 11/11/2007 21:32

Ah! Voilà au moins des chiffres ... Merci de me présenter ça sous la forme d'un compte d'exploitation en faisant bien la différence entre les grandeurs de flux et les grandeurs de stock ...
Allez, allez! Au boulot!

jacques 11/11/2007 11:34

Financement????Mais il me semble avoir déjà entendu:1) que si il y avait -enfin- le plein emploi, il n'y aurait pas de déficit.2) que les Gouvernements Raffarin, de Villepin et maintenant Fillon, AU MEPRIS DE LA LOI, n'abondent plus le Fonds de Réserve des Retraites crée par Mr Jospin.3) que les caisses noires du Medef/UIMM ont été autant de sommes (plutôt rondelettes non ? ) qui ont échappé aux cotisations sociales.4) il serait peut-être temp de taxer les stock-options.Etc....Je constate, par ailleurs,  que celui qui nous a annonce "être à la tête d'eun état en faillitte" trouve quand même le moyen de se faire payer 20 000 euros par mois et ne trouve rien à redire à son patron qui s'augmente lui de 206%jf.

Jacques Heurtault 11/11/2007 21:25

Voyons, Jacques! Soyez raisonnable ... Les problèmes que vous soulevez, bien réels quoique d'importance très inégale, font référence à des sommes qui sont de très très loin insuffisantes pour faire face durablement aux dépense à couvrir et à provisionner! On est dans un rapport de un à 100 ou presque. Vous ne faites même pas la différence entre des grandeurs de stock (on ne peut les prélever qu'une seule fois!) et des grandeurs de flux (que l'on peut taxer chaque année ...).Les salaires de nos dirigeants ne me paraissent pas scandaleux, eu égard au niveau de leurs responsablités.Sarko et Fillon travaillent au moins trois fois plus que moi ... je n'ai pas honte de l'avouer. Ils méritent l'un comme l'autre un salaire au moins quadruple du mien pour un même temps de travail ... Je n'ai pas honte de le reconnaitre. Dans ces conditions, compte tenu de la progressivité du taux de l'impôt sur le revenu, ils sont, l'un et l'autre, en dessous des niveaux que j'estime normal! Ceci étant dit, je n'ai pas l'intention de perdre trop de temps à les défendre ... je n'irai pas manifester pour qu'on les augmente encore ...  

solidaires 11/11/2007 10:23

"Je note que votre argumentattion est mieux construite."Nous constatons que vous n'aviez pas ouvert l'ensemble du document, alors que sur notre page, il était bien indiqué qu'il fallait cliquer sur un lien pour lire les 4 pages de notre tract. Nous mettons donc un lien direct vers notre argumentation.http://www.solidaires.org/IMG/pdf/Tract_4P_Solidaires.pdf

Jacques Heurtault 11/11/2007 10:29

Nom d'une pipe! Il n'est que 10h30 du matin, ce dimanche ... Je reviens de la lecture de votre "tract". Vous ne faites aucune proposition! Que des critiques, des raisonnements vagues, des "y a qu'à" et des "y faut qu'on" ...J'attends de vous que vous fassiez des propositions de réformes ... Celles que vous voulez mais des propositions!1. Nos retraites sont-elles financièrement menacées? Oui, évidemment! Quelles sont vos solutions? Faut-il augmenter les cotisations ? Je crois avoir compris que, selon vous, ce n'est pas nécessaire. Où trouvez vous l'argent? Dans la poche des autres? Qui sont-ils les autres? Combien allaez vous leur prendre? Comment voulez vous répartir l'effort si effort il y a à fournir? Etc ...Allez, allez! Au travail! A vos plumes!

solidaires 10/11/2007 21:12

Bilan des réformes :on ne travaille pasplus longtempson subit une baisseimportante de la pension.Gouvernement et patronat se moquentdes salarié-e-s : les chiffres démontrentque la notion du « travailler plus longtemps» est en décalage avec la réalité dutravail :37 ans :C’est la moyenne actuelle dedurée des cotisations des salarié-e-s57,5 ans :C’est l’âge moyen de cessationd’activité des salarié-e-s dans le privé.57%des salariées ne sont plus en activitélorsqu’ils atteignent l’âge de la retraite(préretraite, chômage, invalidité oulongue maladie).En 1983, ils n’étaient que 40%dans ce cas : la réforme, qui soi-disantincite à cotiser plus longtemps,n’a rien changé.Avec les réformes de 1993 et 2003, les salariés ne peuventbénéficier d’une retraite à taux plein qu’avec 40, bientôt 41 etensuite 42 ans de cotisation. Sauf exception, personne nepeut travailler autant et la pension, calculée en proportiondu nombre d’années travaillées, baisse au fur et à mesure.Et comme c’est encore trop pour le gouvernement et lepatronat, ils ont ajouté une pénalité supplémentaire : lapension est réduite de 5% par année manquante.Le pensionné moyen, qui n’a réussi à cotiser que 37 ans,subit une réduction de 3 ans x 5% = 15% de sa pension. Iltouche ainsi moins de 59% de son salaire.L'entrée de plus en plus tardive des jeunes dans le monde dutravail, la persistance d'un taux de chômage élevé, la multiplicationdes situations de précarité... tout cela rend de plusen plus aléatoire la possibilité d'avoir son nombre d'annuitésau complet. Cela devenait déjà difficile avec 37,5 annuités,ce sera quasi impossible avec 40, 41 ou 42 annuités. Il yaura une baisse de la pension au titre des annuités manquantesaggravée d'une baisse due à la décote.Le système par répartition est basé sur un double principede solidarité : les actifs cotisent pour les retraités, les plusanciens laissent la place aux plus jeunes. Ce double principeest détruit par les réformes précédentes et celles annoncéespar le gouvernement !Telles sont les conséquences de ces réformes imposées auxsalariés pour soi-disant sauver la retraite par répartition. Aunom de la productivité et de l’atteinte d’objectifs souvent surréalistes,les patrons n’hésitent pas à se débarrasser de salariésvieillissants, moins productifs, plus souvent absents,mieux rémunérés. Ce sont ces mêmes patrons qui, par lavoix du MEDEF, exigent une durée de cotisations de45 ans.La majorité des personnes part donc déjà et partira de plus en plus à la retraite avec des pensionsréduites. Cette tendance ne peut que s’aggraver car l’entrée des jeunes dans la vie active est de plusen plus tardive. Les salarié-e-s seront donc toujours plus nombreux à ne pas bénéficier d’uneretraite complète.Celles et ceux qui en auront les moyens auront recours aux assurances privées, aux fonds de pension,en espérant que, quelques dizaines d’années plus tard, les aléas de la spéculation leur permettrontde récupérer leur capital et un peu d’intérêts.

Jacques Heurtault 10/11/2007 23:19

Je note que votre argumentattion est mieux construite. Je pars de l'hypothèse que vos chiffres sont justes... Maintenant, parlez moi de vos solutions? Faut-il augmenter les cotisations ? De qui? De combien?Je vous rappelle ma proposition sur la mise en place de l'allocation d'existence ... financée par un impôt direct spécifique proportionnel à tous les revenus, quelle qu'en soit la nature ... Discutons un peu de ça si vous le voulez bien. Visitez pour cela la rubrique "Allocations" et dites moi ce que vous en pensez! 

Jean-Pierre 10/11/2007 11:51

Jacques, je trouve la distinction cotisations patronales / cotisations salariales bien hypocrites. En réalité, tout ça est bien retenu sur le même salaire. Les cotisations patronales ne sont pas déduites du salaire du patron, mais bien du salaire de l'employé.

Jacques Heurtault 10/11/2007 18:06

Il n'empêche que si vous defendez l'idée que les patrons n'ont rien à faire dans la gestion des caisses de retraites, ils vont être les premiers à hurler!

solidaires 09/11/2007 19:50

"Que je sache, les patrons n'ont rien à voir dans cette réforme."Vous avez entièrement raison, c'est pour cela que le Medef ne donne aucun avis sur la question :http://www.lesechos.fr/info/france/300202969.htm

Jacques Heurtault 10/11/2007 11:22

Vous pratiquez la raillerie. C'est de bonne guerre ... Mes propositions aboutissent à l'éviction pure et simple des patrons de la gestion des retraites. J'ai eu l'occasion de dire tout le mal que je pensait du paritarisme gestionnaire. Tous les régimes qui fonctionnent sur cette base sont virtuellement en faillite ... C'est l'intervention des pouvoirs publics qui permet de les maintenir la tête hors de l'eau.

GM 09/11/2007 18:17

J'espère tout autant que vous que vous ayez raison. Mon pays n'a pas besoin de cela !

Jacques Heurtault 10/11/2007 11:02

Le mien non plus! Nous sommes d'accord.

Jean-Pierre 09/11/2007 17:57

« Les patrons ont toujours crié à la faillite à chaque fois que le rapport de force leur imposait de donner du temps libre à celles et ceux qui ne vivent que de leur travail. » Que je sache, les patrons n'ont rien à voir dans cette réforme. Ce ne sont pas eux qui financent les caisses de retraite. Il me semble que vous mélangez les choses.

Jacques Heurtault 10/11/2007 11:01

Ce n'est pas tout à fait exact, Jean-Pierre. Il y a bel et bien des cotisations "patronales" de retraites pour les salariés. C'est le produit de l'histoire ... 1945, 1946 ... la faillite des systèmes par capitalisation, etc ...Il serait préférable que toutes ces cotisations soient payées par les seuls salariés, directement, par prélèvement sur leur salaires ...On aurait alors quelques chose du genre : - salaire brut : 3.000 euros- salaire net  : 2.000 euros, voire 1.800 euros ... De quoi faire réfléchir!

solidaires 09/11/2007 17:03

La vérité sur les retraites :http://www.solidaires.org/article16313.html

Jacques Heurtault 10/11/2007 10:31

Est-il bien nécéssaire de vous dire que je suis en total désaccord avec le contenu de l'article vers lequel vous renvoyez mes lecteurs?Rappelons quelques évidences que vous semblez avoir oubliées.1. Par définition, le régime de retraite "par répartition", ça consiste à payer des cotisations pour financer le paiement des actuels retraités (et non pas sa propre retraite!). Il est donc techniquement possible de cotiser toute sa vie et de ne rien percevoir du tout ... Il suffit pour cela que les actifs refusent de payer pour les retraités .... C'est évidemment très triste  et, si ça arrivait, ce serait scandaleux; mais c'est ainsi.2. Dès lors que la durée de vie augmente, le volume d'argent qu'il faut consacrer au paiement des pensions est susceptible d'augmenter si "on ne fait rien". Jusque là, vous me suivez, j'espère?3. On peut augmenter les cotisations des salariés ... à condition que les actifs le veuillent bien! Il est évidemment plus "simple" de faire payer ..." les patrons", c'est à dire d'augmenter les salaires "indirectement" ... 4. On peut aussi diminuer les versements de pensions à tous afin de servir plus de monde. C'est idéologiquement recevable puisque nous sommes dans la "réparttion"!5. On peut, et c'est la solution de sagesse qui a été retenue par TOUS les gouvernements (droite et gauche!), augmenter de durée de cotisation. De la sorte, pour une même espérance de vie après soixante ans, on peut verser une même retraite mensuelle (ou trimestrielle) pendant moins longtemps ET augmenter le volume des rentrées ... D'une pierre, deux coup, sans douleur excessive!6. N'oublions pas enfin que, depuis toujours, l'age légal de départ en retraite, c'est 65 ans et non 60 ans! 60 ans, c'est une possibilité qui est donnée à chacun de partir en retraite sans avoir à subir d'abattement progressif sur sa retraite complémentaire (ce sont les actifs qui restent qui le font pour lui!). C'est le résultat d'un accord signé le 4 Février 1982 (83?) au siège du CNPF d'alors, avenue Pierre 1er de Serbie, dans le 16ème arrondissement. J'ai quelques bonnes raisons de m'en souvenir : j'étais, comme syndicaliste, présent sur les lieux mêmes de la signature!

Jean-Pierre 09/11/2007 11:00

Jacques, il s'agissait de faire remarquer que Besancenot peut tenir des propos qui, tenus tenus par un Sarkozy auraient déclenché chez les journalistes une levée de boucliers assourdissante.
Personne à l'iFrap n'a fusillé de communards, il me semble. Par contre on sait que le Che fut un assassin. Thiers aussi, je vous l'accorde. Beaucoup d'autres aussi. La Révolution française a fait combien de morts ?

Jacques Heurtault 09/11/2007 11:37

La Révolution française a fait incontestablement beaucoup de morts! Il semblerait que pour Paris, en 15 mois de Terreur, il y a eu 2.500 exécutions. Beaucoup plus, évidemment dans tout le pays ... Je n'ai pas dit que l'Ifrap avait fusillé je ne sais qui. J'ai simplement voulu souligner les infos orientées ...Pour le reste, je suis assez d'accord : cette adulation du "Che" m'exaspère un peu! Et même beaucoup ... On n'exporte pas une révolution ... Il n'avait rien à faire en Bolivie. C'est aux Boliviens eux-mêms de conduirent leurs affaires intérieures. Ils viennent de choisir un e ligne "en rupture". Dont acte! On va bien voir ce que ça va donner d'ici à quelques années ...Je préfère la situation en Argentine.

GM 09/11/2007 10:37

Je sais...Mais contre la chienlit qui se prépare, hélas, si !

Jacques Heurtault 09/11/2007 11:48

Qu'est-ce qui vous conduit à penser qu'une chienlit s prépare? Je ne fais pas la même analyse. J'espère par contre fermement que si de nouvelles émeutes se développent dans le pays comme en Novembre 2005, elle seront, cette fois-ci, sévèrement réprimées! Cela n'a pas été possible en Novembre 2005 car Sarko était Ministre de l'Intérieur ... Une simple bavure assez grave (un ou deux morts sous l'acton directe des CRS par exemple)aurait eu pour effet de plomber sa candidature. Il ne pouvait prendre ce risque.

GM 08/11/2007 16:41

Si vous saviez ce que j'ai entendu tout à l'heure de la bouche de quelques alarmistes nés !Juste en application des principes que vous indquez avec fermeté (y compris dans votre post du commentaire de la belle Hélène) !Dans leur esprit, c'est exactement sur ce type de discours que s'appuiera ce que nous réserve Notre Vénéré Président.... Qui dispose en plus de la force armée et de l'article 16 (non encore réformé par Ballamou).Toute la question est de savoir si ce "putsch" aura lieu avant Noël en vue de gagner les élections municipales, ou après la fin de la présidence française de l'Europe (sans doute la dernière) ! Ca là, on ne sait pas encore.

Jacques Heurtault 08/11/2007 20:05

Je crois que vous exagerez ... L'article 16 n'est vraiment approprié que dans des tentatives subversives. 

Jean-Pierre 08/11/2007 14:37

Vous avez raison Jacques, la démocratie ne demande que le respect d'elle même. Le démocratie mécontentera toujours une minorité, c'est inévitable. Mais répétons-le, la démocratie, c'est le moins pire des systèmes de gouvernement. D'autres systèmes font peu de cas des assassinats d'innocents :
http://www.ifrap.org/6-actualite/logifrap/$vigilance.htm#06/11/07

Jacques Heurtault 08/11/2007 16:46

Je suis un peu réservé vis à vis de l'Ifrap. Dans l'article auquel vous me renvoyez, je constat qu'ils citent 5 personnages historiques ...pour en dire beaucoup de mal. Quatre de gauche, un de droite ... Ils ne citent pas Pinochet ni Suharto (Indonédie) ainsi que beaucoup d'autres, dans notre propre Histoire. 22.000 fusillés pendant la Semaine sanglante (répression de la Commune de Paris) ...

Hélène Chaptal 08/11/2007 14:15

Votre vision de la démocratie... c'est la proposition audacieuse n° ... (combien) cher monsieur ?

Jacques Heurtault 08/11/2007 16:30

Bonjour Madame Chaptal!
J'espère que vous m'autoriserez un jour à vous appeler Hélène ...
Je sens un peu de perfidie dans votre question. Vous n'appréciez pas la tonalité de mon article. Je suis néanmoins très satisfait de votre réaction, tout particulièrement le fait que vous ayez signé d'emblée de votre nom complet ...
Je ne peux pas vous décrire ma vision de la démocratie en quelques lignes, hélas! Je peux par contre vous apporter des précisions.
1. L'occupation des locaux est toujours inadmissible quand elle est effectuée par une minorité.
2. Cette même occupation est légitime quand elle est massive, de courte durée et se déroule dans le strict respect des personnes et des biens (surtout lorsqu'il s'agit de biens publics financés par nos impôts).
3. La violence urbaine est toujours ABSOLUMENT INADMISSIBLE et doit être TOUJOURS, dès les premières manifestations, réprimée avec une vigueur clairement fortement dissuasive. Si j'étais en poste, je n'hésiterais pas à donner l'ordre de tirer à vue (avec des munitions en caoutchouc ou avec des flash ball) sur les incendiaires de voitures, d'autobus et plus encore d'écoles ...
4. Le droit de manifester est absolument sacré! Je ne saurais vous dire à combien de manifestations j'ai personnellement participer (des centaines!). Aucune n'a été le théatre de violences physiques. Les fauteurs de troubles était soigneusement "tabassés", avec souplesse, par le service d'ordre (le S.O. en jargon).
5. Une manifestation est d'autant plus crédible qu'elle est massive, en rangs serrés et, autant que faire se peut, silencieuse ... Un million de personnes pour dire non à quelque chose, c'est autrement plus payant que des "gugusses" chargés d'alcool qui occupent un local depuis trois semaines!
6. Je suis favorable à un syndicalisme puissant (15 millions de syndiqués au moins, 20 millions si possible ... Je suis, moi-même, syndiqué depuis toujours.). C'est à ce prix qu'il sera, nécessairement responsable car ayant des comptes à rendre aux adhérents ...
Vous ai-je satisfaite? Je serai très heureux de pouvoir poursuivre la confrontation avec vous, si vous le souhaitez ...