Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

La gestion de Jacques J.P. Martin à Nogent sur Marne

9 Novembre 2007, 11:19am

Publié par Jacques Heurtault

Je reproduis ici même un article que Estelle Debaecker, ancien maire de Nogent, publie sur son blog de campagne.

Est-il besoin de préciser que j'en approuve sans la moindre réserve le contenu, tout le contenu? Non, bien sûr! J'aurais même tendance à avoir la dent plus dure tellement le comportement de Monsieur Martin m'exaspère! 

Début de citation :



Jacques MARTIN : grand prix de l’humour noir 2007 ! ! !

Non, il n’est pas ici question d’un prix posthume décerné au célèbre animateur de télévision, récemment décédé. Il s’agit d’un homonyme, beaucoup moins drôle, celui-ci : l’actuel maire de Nogent sur Marne. La lecture de son blog permet de découvrir d’incomparables perles qui seraient franchement désopilantes si ne se cachait derrière une réalité beaucoup moins réjouissante pour les malheureux contribuables nogentais.
Sous le prétexte d’informer ses concitoyens de ses activités de maire et conseiller général, il publie régulièrement des extraits de son agenda. Il nous apprend qu’il participera à une « session de formation pour les élus sur les finances » ! ! !
C’est évidemment une information capitale de la part d’un maire qui gère la ville depuis 2001, avec les résultats que l’on sait :
- dérive incontrôlée des dépenses de gestion courante de la ville
- record de France des hausses d’impôts
- explosion de la dette qui a augmenté de 52% en 6 ans !
Avec d’aussi mauvais résultats, l’actuel maire de Nogent éprouverait-il quelque remords ?
Mais à seulement 4 mois des élections municipales, n’est-ce pas un peu tard ? Car le mal est fait. Depuis que J.MARTIN est maire, sa gestion très dépensière de la ville a déjà coûté la somme faramineuse de 1.500 € (soit 10 000 francs ou encore 1 million de centimes !) à chacun des 17 835 foyers fiscaux nogentais. Tout cet argent gaspillé ne pourra, bien sûr, jamais être remboursé.
Il ne lui reste que très peu de temps pour apprendre à gérer correctement une collectivité et à ne pas gaspiller l’argent public. Mais cela suffira-t-il ? Pour parvenir à une bonne
gouvernance, il faut aussi de la transparence, de la loyauté et beaucoup de vérité. Les
méthodes de J.MARTIN démontrent qu’il a de très gros progrès à faire dans chacun de ces domaines :
- TRANSPARENCE : pour avoir caché, pendant plus de deux ans, un rapport d’audit
accablant d’Ernst & Young, les budgets 2004 et 2005 de J.MARTIN ont été purement et
simplement annulés par le tribunal administratif. Bonjour la transparence !
- LOYAUTE : c’est manquer au devoir de loyauté envers ses concitoyens que de gaspiller
l'argent public à éditer des brochures municipales, plus luxueuses les unes que les autres, pour vanter des mérites imaginaires. La bonne gestion est un acte politique majeur qui n’a aucun besoin de s’appuyer sur une propagande débridée : faits et chiffres suffisent à démontrer que J.MARTIN n’a pas été loyal envers les Nogentais !
- VERITE : J.MARTIN a voulu faire croire aux Nogentais que l’invraisemblable hausse
d’impôts de 2004 était la conséquence de l’incendie du parking St.Germain ! C’était faux
et il le savait. Cet énorme « bobard » est parfaitement démonté dans le rapport Ernst &
Young et par la Chambre Régionale des Comptes. Bonjour la vérité !
Il reste une question : J.MARTIN a-t-il convié son ex-première adjointe, Marie-Anne MONTCHAMP, à participer à cette formation aux finances ?
Elle en aurait également besoin. M.A.MONTCHAMP a, en effet, activement participé à la
gestion de la ville du printemps 2001 au 30 mars 2004. Elle avait, entre autres délégations, la responsabilité du personnel. C’est le chapitre qui a le plus augmenté entre 2001 et 2004 et qui, malheureusement, poursuit sa progression depuis ! Les effectifs ont augmenté d’environ 100 personnes !
A la fin de l’année 2003, J.MARTIN et M.A.MONTCHAMP ont été obligés de faire appel à Ernst & Young pour prendre conscience des dangers de leur politique très dépensière : la ville courait à la faillite ! C’était écrit, noir sur blanc, dans le rapport ! Comme il y avait des élections cantonales et régionales en mars 2004, J.MARTIN et M.A.MONTCHAMP ont préféré cacher le rapport le plus longtemps possible pour ne pas gêner leurs chances d’être élus : belle démonstration de manque de courage politique !
Aujourd’hui, J.MARTIN et M.A.MONTCHAMP annoncent qu’ils se présentent aux élections municipales de mars 2008, mais l’un contre l’autre, cette fois-ci. M.A.MONTCHAMP dit vouloir assumer, en conscience, ses responsabilités. Ce scrupule l’honore. Mais son premier devoir n’est-il pas de rendre des comptes aux Nogentais ?
- Que s’est-il passé réellement, entre le printemps 2001 et le 30 mars 2004 (date de la démission de M.A.MONTCHAMP du conseil municipal), pour expliquer l’augmentation d’impôts de 12 à 19M€ ?
- Pourquoi M.A.MONTCHAMP, qui ne pouvait ignorer le contenu du rapport Ernst & Young, n’a-t-elle rien dit à propos de l’énorme « bobard », répandu à foison, par J.MARTIN ?
- Pourquoi M.A.MONTCHAMP n’a-t-elle pas soutenu, en mars 2007, la proposition des élus de l’Alliance pour Nogent de comparer les résultats de gestion de J.MARTIN avec ceux de notre ville jumelle du PERREUX ? Le PERREUX est administrée par Gilles CARREZ, collègue de M.A.MONTCHAMP à l’Assemblée Nationale et Rapporteur général du budget de la France. Ses qualités de bon gestionnaire sont unaniment reconnues. Une comparaison de ce genre était simple à faire et peu coûteuse. Pour la Chambre Régionale des Comptes, Le PERREUX et NOGENT présentent de « très fortes similitudes ». La comparaison était donc pertinente et aurait permis de comprendre pourquoi un Nogentais paie 34% d’impôts de plus qu’un Perreuxien ou pourquoi chaque Nogentais dépense 1 223€ contre 842 seulement pour son voisin : + 45% !
Pour assumer ses responsabilités, il ne suffit pas d’être formé. Il faut rendre des comptes. C’est ce que les Nogentais attendent de J.MARTIN et M.A.MONTCHAMP.

Commenter cet article

Phenix 11/11/2007 10:36

Dans le genre indécence municipale , le maire du Vésinet remporte sans doute la palme.Son projet de refonte de la place du Marché : budget voté en 2002 : 12 millions d'euros.Budget revu fin 2007 ; 26 millions d'euros Qui dit mieux ?Dans l'intervalle mon blog aura été détruit , et attaqué deux fois en diffamation. La cour d'appel de Versailles a lavé l'affront définitivement.Bien à vous

Jacques Heurtault 11/11/2007 10:40

Bonjour Phénix (qui renait de ses cendres puisque vous avez été détruit DEUX fois!) ...Deux fois en diffamation? "Ils" ne reculent devant rien! Ca va devenir difficile d'être démocrate par les temps qui courrent!Pouvez vous mefaire parvenir plus d'infos?

GM 09/11/2007 18:25

Là j'avoue qu'un maire qui va enfin s'occuper d'apprendre quelques règles incontournables de la finance publique sur la fin de son mandat, après tant de déboires, c'est quand même un grand optimiste pour jeter en pâture ainsi son incompétence avouée sur la place publique !Marrant.... cette affaire là !

Jacques Heurtault 10/11/2007 11:16

Marrant sur le terrain de la polémique ... Ca l'est moins quand on sait que s'il était réélu, à coup sûr, les impôts augmentent à nouveau drastiquement ...
Je tiens plus que jamais à ma propositions audacieuses qui interdit purement et simplement aux collectivités locales de prélever l'impôt. Une dotation globale (fonctionnement et investissement) versée à chacune d'elles (commune, département, région) sur la base d'un même montant unitaire calculé selon le nombre d'habitants qui y ont leur résidence principale et selon le nombre d'emplois (équivalent temps plein). A charge pour chacune d'elles de contractualiser des plans d'investissement avec d'autres collectivités territoriales voisines ou de rang supérieur, voire avec l'Etat (comme cela se fait actuellement).
Les maires sont alors jugés sur la manière dont ils dépensent l'argent public qui leur a été confié. Même chose pour les départements et les régions ... Simple, non?