Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Sarkozy et les sondages ... ou "Il n'est jamais trop tard pour apprendre"

20 Janvier 2008, 12:45pm

Publié par Jacques Heurtault

Les sondages nous en apprennent "une bien bonne" : Sarkozy chute dans les sondages!

J'ai dit, clairement, tout le "bien" (comprenez le "mal") que je pensais des sondages ... je n'ai pas changé de point de vue.
Cependant, lorsqu'à une même question, à un mois ou deux d'intervalle, on constate une chute significative d'opinions positives et, corrélativement, une hausse significative d'opinions négatives, il faut bien arriver à une conclusion simple : il se passe quelque chose.

Oui, mais quoi?

D'aucuns disent que les gens commencent à se rendre compte. Je cite, pèle mêle :
- Sarko, c'est beaucoup de vent ...
- Sarko, il parle tout le temps. Il n'y a que lui
- Sarko montre son vrai visage
- Les gens commencent à ouvrir les yeux
- Etc ... etc...

Je ne crois rien de tout cela ...

Le Peuple de France est un peuple naturellement frondeur, vindicatif mais , en même temps, parfaitement capable de comprendre des évidences. Notamment celle de l'impossibilité d'obtenir des résultats tangibles en quelques mois. Tous les "responsables" politiques qui vous promettent d'apporter des changements tangibles en 100 jours (Dominique de Villepin, par exemple) sont, en réalité, des irresponsables ...
Le Peuple de France est aussi un peuple qui aime la stabilité, à l'instar de beaucoup d'autres peuples d'ailleurs ... Plus précisément la stabilité dans le progrès. Les chamboulements auxquels il ne comprend pas grand chose l'amènent à une certaine méfiance ...

Le Peuple de France sait faire la part des choses. La France, est, par tous et dans tous les cas, placée au dessus du reste ... Peut-être même un peu trop mais c'est là un autre débat (nous ne "pesons " que 1% de la population mondiale; le reste du monde peut vivre sans nous mais nous ne pouvons pas vivre sans le reste du monde).
Il sait donc faire la différence entre la personne du Président de la République et la Fonction de Président de la République.

Plus précisément, pour le Peuple de France, le Président de la République N'EST PAS UNE PERSONNE, C'EST UNE INSTITUTION! Constitutionnelle, qui plus est ...Mieux même : la plus haute institution, celle à laquelle on ne doit pas toucher, celle qui ne doit subir aucune éraflure, aucune flétrissure ...

Dans un tel contexte général, si la personne du Président de la République étale sur la place publique des aspects inhabituels de sa vie privée, le Peuple de France, dans sa grande sagesse collective (même frondeuse!), envoie un signal : STOP!

C'est ce qu'il vient de faire ...

Monsieur le Président de la République,

Vous avez rencontré, avant que vous ne soyez élu, des difficultés au sein de votre couple. Vous avez pensé, non sans quelques raisons légitimes, qu'il fallait en parler, raisonnablement. Vous estimiez à l'époque que le Peuple avait un certain droit de savoir ... Vous avez voulu montrer que vous étiez capable de surmonter ces épreuves que beaucoup de couples connaissent de nos jours (c'est d'ailleurs un sujet de préoccupation et de réflexion politique qu'il faut mener!).

Patatras! A peine élu, les difficultés reviennent ... Le Peuple de France s'interroge. Il n'aime pas cela!
Vous croyez utile de refaire votre vie. PERSONNE ne vous le reproche. Surtout pas moi (j'ai refait la mienne il y a plus de 25 ans!). Mais vous faites, délibéremment étalage de ces évennements ... C'est une FAUTE!
Il arrive alors ce qui doit arriver. Le Peuple gronde! Il vous le fait savoir ... Il invoque toutes sortes de raisons mais la vraie raison, c'est celle-là!
Carla Bruni saura, je vous le souhaite, vous rendre heureux sur le plan personnel mais il ne faut pas, il ne faut plus que vous nous en parliez même si des journaleux de merde vous taraudent à ce sujet.
Restez de marbre. Soyez un sphinx! Ou bien soyez débonnaire et jovial! Peu importe! 
MAIS N'OUBLIEZ JAMAIS UNE CHOSE : VOUS ÊTES UNE INSTITUTION! Par conséquent, vous ne vous appartenez plus. C'est ainsi. Vous n'y pouvez rien ... Ne l'oubliez jamais! Sinon le Peuple de France saura vous dire ce qu'il aura envie de vous dire. Ce ne sera pas forcément agréable à entendre. 
 

Commenter cet article

jasmin 23/01/2008 17:11

@ SergiozzAh relisez votre commentiare n° 10. Lorsque vous écrivez que les Italiens ont dû se débarasser de Berlusconi, etc... Ce n'est tout de même pas une recette pour digestion difficile, ça hein ?Allez Sergiozz, arrêtez de faire le crâneur.

Jacques Heurtault 23/01/2008 18:46

Bon! Vous deux, je vous laisse vous débrouiller tout seul, entre  grandes personnes ...

sergiozz 23/01/2008 14:12

"Mais Sergiozz, qui est un homme accompli, nous fait des projections via la politique étrangère. Pourtant il semble qu'il y ait assez à se mettre sous la dent en France. L'exotique a toujours attiré."Je n'ai pas parlé de politique étrangère, je sais seulement qu'à l'étranger, on glousse des français ayant eu l'audace d'élire un tel personnage à la tête du pays. Il y a  pas mal de français qui ne s'en rendent toujours pas compte, mais en discutant avec les gens, on constate que beaucoup regrettent déjà le bulletin qu'ils ont glissé dans l'urne il y a quelques mois.   

Jacques Heurtault 23/01/2008 19:07

Cinq ans! Enfin, il n'en reste plus que 4 ans et trois mois ... Déjà neuf mois écoulés! Neuf mois, c'est le temps d'une gestation ...

jasmin 23/01/2008 12:56

JPJe t'avais bien compris tu sais. Mais il ne faut pas occulter les ravages dévastateurs des délocalisations comme on dit pieusement aujourd'hui. C'est dramatique pour les 40, 50, 60 ans. Et côté "job de remplacement" ceux là ne sont ni les mieux placés, ni les mieux servis. Il faut y être passé pour savoir ce que exclusion et castration sociale veulent dire.

Jacques Heurtault 23/01/2008 19:05

Je suis vraiment intimement convaincu qu'il faut faire les réformes de structures qui s'imposent ... Je reste opposé à certaines réformes préconisées par Sarko (les heures supplémentaires, par exemple!).

Jean-Pierre 23/01/2008 09:19

Jasmin, je ne parle pas de fraude (encore qu'il faille s'en préoccuper), mais d'estime de soi et du choix que l'on peut faire, parfois, entre toucher un RMI ou aller faire un boulot, pas forcément drôle et pas forcément bien payé. C'est un choix personnel, mais aussi de société. La génération de nos parents et de nos grand-parents avaient cette fierté de ne pas être « aux crochets » des autres. Je suis toujours étonné que l'on en discute si peu, aujourd'hui et que le discours soit réduit à ce que ce ne soit pas facile d'être au Rmi. Tout le monde est d'accord là-dessus, mais on peut tenter de sortir de ce qui est devenu une sorte de cliché, non ?
Allez, bonne journée

Jacques Heurtault 23/01/2008 18:59

Le mieux, dans l'immédiat, c'est rendre l'inscription à l'Anpe obligatoire pour tous les bénéficiaire du RMI en age et en capacité de travailler. Bien sûr, au début, il faut y aller doucement. Je sais d'expérience que ce n'est pas en brutalisant les gens que l'on en obtient le meilleur. Des bénéficiaires du RMI, j'en ai reçu en entretien plusieurs centaines voire milliers (6 ans de pratique quasi exclusive).

jasmin 22/01/2008 23:14

Ta réponse me satisfait Jacques.

jasmin 22/01/2008 23:07

@ Sergiozz,Eh bien je préfère savoir nos voisins en train de rigoler, que de les voir pleurer comme pendant les longues années qui ont précédé. C'est meilleur pour la santé.

jasmin 22/01/2008 22:51

J'ose imaginer que tu veux dire n'avoir jamais été bénéficiaire du RMI . C'est pas terrible comme situation me suis-je laissé dire. Que des profiteurs se soient infltrés dans le système démontre seulement que le travail n'a pas été fait correctement ou que le législateur a laissé des failles béantes.

Jacques Heurtault 22/01/2008 23:06

Le législateur a laissé des failles béantes car, à l'époque, il n'y avait un vrai consensus pour mettre en oeuvre le volet insertion du RMI ... Le problème, c'est moins les fraudeurs que l'insuffisance criante en matière d'insertion. On laisse pourrir des situations.

jasmin 22/01/2008 16:21

Suis pas sûre que ce soit l'idée qui soit un peu perverse JP........C'est plus compliqué que ça.

Jean-Pierre 22/01/2008 15:42

Le jardinier n'emploiera pas quelqu'un à un salaire de cadre, c'est certain. Mais au Smic, oui. Il a des clients, du travail à faire... Mais ce n'est pas la première fois que j'entends ce discours et il s'agit toujours de boulots pas qualifiés et à l'extérieur. Il y a une idée un peu perverse qui fait que l'on pense qu'être au RMI et faire la manche, c'est plus intéressant que bosser chez un patron. Changeons de lunettes ! :-)

Jacques Heurtault 22/01/2008 18:31

J'entendais sur France Inter, pendant l'émission "Rue des entrepreneurs", le samedi matin, que si la loi sur le RMI était à nouveau discutée, il n'est pas sûr qu'elle soit à nouveau votée! Y compris par la gauche! Le "i" de RMI n'a jamais fonctionné. je suis bien placé pour le savoir puisque je m'en suis occupé pendant 6 ans sur le plan professionnel.

jasmin 22/01/2008 14:48

Mouais...il est peut être encore jeune Jérémy ?Mais Sergiozz, qui est un homme accompli, nous fait des projections via la politique étrangère. Pourtant il semble qu'il y ait assez à se mettre sous la dent en France. L'exotique a toujours attiré.@ Jean-Pierre : tu parles de ton artisan jardinier qui ne trouve personne pour travailler avec lui. Je te connais suffisamment pour te faire confiance, mais est-il d'accord ton jardinier pour verser à un tiers et à l'Etat un salaire décent assorti des charges ?Sans le juger, c'est bien souvent cette lourdeur qui décourage d'embaucher.

Jacques Heurtault 22/01/2008 18:28

Sergiozz se gausse, tout simplement ... Faut le comprendre, tout de même! Il n'a pas toujours eu le beau rôle sur ce blog.

Jean-Pierre 22/01/2008 10:59

Jérémy ne lâche pas son os facilement.

En fait, les sondages, on est quand même beaucoup à s'en tamponner le coquillard.
Mes questions ne sont pas très politiques, mais plutôt sociales. Un exemple : je vois presque tous les jours un jeune type qui fait la manche toujours au même endroit. Il aborde les passants avec une petite pancarte où il a écrit « J'attends un miracle ». D'un côté, c'est amusant et d'un autre ça décrit assez bien ce qu'attendent pas mal de français.
Parallèlement, le l'artisan jardiner qui vient de temps en temps chez mon voisin, ne trouve personne pour venir travailler avec lui pour tailler les haies, couper du bois... Cherchez l'erreur. :-))

Et pendant ce temps-là, Jérémy nous saoule avec sa ritournelle anti-Sarko. Cherchez l'erreur :-))

Jacques Heurtault 22/01/2008 18:23

Mais ce sont des questions politiques, ça! Très politiques mêmes! Comment faire comprendre à l'opinion qu'il faut faire des réformes sans qu'elle descende dans la rue pour dire non ... That is the question!

Jérémy 22/01/2008 09:27

Contrairement à Jacques, Jasmin et Jean-Pierre, il en est un qui croit aux sondages et qui leur accorde une importance capitale, c'est Sarkozy lui-même. Lui ne se pose pas trop de questions philosophiques sur les sondages. Faut dire qu'il est l'un des meilleurs clients des instituts de sondages et que c'est à partir des enquêtes d'opinion qu'il nourrit sa réflexion...Les enquêtes ont montré que les plus de 65 ans le lâchent. Ceux justement attachés au pouvoir d'achat et à la sécurité... Il ne se pose pas les questions de Jacques, Jasmin et Jean-Pierre... Lui, il sait ce que les sondages signifient... Il faut réagir... Sur le pouvoir d'achat, il est impuissant contrairement à ses promesses, alors il enfourche le cheval de l'insécurité et le voilà parti à Sartrouville à 20 heures avant Bordeaux et Pau..."ne pas permettre qu'il fasse autre chose, comme Chirac, par exemple"Mais il en prend le chemin, Jacques. Sur le pouvoir d'achat, il a déjà tourné le dos à toutes ses promesses et déclarations de campagne. Il ne lui a pas fallu 6 mois pour ce faire... Sur la police de proximité, idem... Sur les retraites, idem... Sur l'insécurité ? Il suffit de voir les chiffres des voitures brûlées au nouvel an...

Jacques Heurtault 22/01/2008 18:22

S'il fait comme Chirac, il subira le même sort!

sergiozz 21/01/2008 21:35

Ce sont nos voisins européens qui rigolent. Les français n'ont que ce qu'ils méritent. Les italiens ont connu à peu près la même chose que nous avec Berlusconi, ils ont réussi à s'en débarrasser. Nous on va devoir subir cette marionnette au mieux 5 ans, au pire 10 ans.

Jacques Heurtault 21/01/2008 23:06

En 5 ans, on en abat du boulot! Le plus sage, c'est de le laisser conduire son programme de réformes tel qu'il l'a lui même annoncé. Mais de ne pas permettre qu'il fasse autre chose, comme Chirac, par exemple.

Jérémy 21/01/2008 21:01

"Mais pendant le temps du spectacle sondagier, rien sur les réponses à, éventuellement, apporter aux problèmes du pays".  Comme vous avez raison, Jean-Pierre ! Vous avez tout compris. En effet, comme vous le dites, Sarkozy utilise sa vie de président bling-bling pour détourner l'attention. Exit, les promesses sur le pouvoir d'achat, regardez quel beau couple nous formons...Qui pourra nous faire croire qu'un président ne peut pas se promener sans avoir à ses trousses une meute de journalistes ? Surtout en Jordanie... S'ils sont là, c'est qu'on les tolère ou qu'on les encourage à y être...

Jacques Heurtault 21/01/2008 23:03

Ca, c'est moins sûr! Cet été, avec Cécilia, "il" a eu des réactions pas trop appréciées par les journaleux de merde ...

Jean-Pierre 21/01/2008 18:50

Jasmin. Rien à ajouter.

Ou presque. Le boulot de la presse se résume aujourd'hui, à sonder (bien profond ?), à confier l'analyse des réponses tordues aux questions tordues à des spécialistes de la spécialité qui se répandent dans les journaux papiers et télés. Pour moi, l'information n'est pas là. Mais pendant le temps du spectacle sondagier, rien sur les réponses à, éventuellement, apporter aux problèmes du pays.

Jacques Heurtault 21/01/2008 23:01

Une sonde envoyée bien profond? Voyons,  Jean Pierre ...  S'il vous plait ... Facétieux, va!

jasmin 21/01/2008 18:17

Normal JEREMY. Les organismes de sondages cherchent d'abord à satisfaire leurs clients !Pour ce faire, ils font un tri dans les interrogés. Ce n'est pas une étude qui est faite, c'est une bêtise qui est véhiculée. Ainsi des réponsés idiotes seront assurées aux questions toutes aussi idiotes.C'est affligeant de lire "luxe de vacances" ou "expose et archi expose sa vie privée".....en regard du rôle de ce personnage. Si les journaleux ne  le suivaient pas à la trace comme des sangsües ascendant morpions, forcément Mr le Président archi-exposerait moins. CHERCHEZ L'ERREUR.  Je pense que, malin comme il est, il doit pour ces faits précis, bien s'amuser. Et en plus, ça fait vendre du papier. Les gens adorent se gaver ainsi. Ils doivent avoir une vie bien terne pour vivre avec autant d'ntérêt celle des autres, non ?Personnellement j'ai autre chose à faire.

Jacques Heurtault 21/01/2008 22:58

Des morpions? A proximité de Sarko?  Ca ne peut pas être ceux de Carla ... Une femme de cette qualité  a peut-être beaucoup de défauts mais elle  est très propre sur elle, j'en suis convaincu ...

Jérémy 21/01/2008 14:43

Sondeurs et politologues soulignent l'importance que l'exposition médiatique de la vie privée présidentielle, notamment sa liaison avec l'ex-top model Carla Bruni et leurs vacances luxueuses, a pris dans ce retournement d'opinion.Consultant pour l'IFOP, Jean-Luc Parodi observe ainsi dans le JDD que les sondés interrogés "sur les raisons de leur désamour sont sans ambiguïté: (...) l'écart entre le président people, qui "expose et archi-expose sa vie privée" et le "luxe de ses vacances", et les Français eux-mêmes, qui ne voient rien venir de ce pouvoir d'achat amélioré dont ils avaient cru comprendre qu'il était une promesse du président encore candidat".La fonction présidentielle en France "n'autorise pas une légèreté excessive, le sentiment qu'on n'est pas à la tâche", renchérit le politologue Dominique Reynié, relevant que M. Sarkozy "est le seul président qui a une chute dans les sondages sans que ce soit lié à une réforme abandonnée ou à une réforme douloureuse aboutie". Ne soyons pas dupes, à ce point, Jacques, qui ne voit que Nicolas Sarkozy se sert (plus qu'il n'informe) de sa vie mouvementée pour détourner le bon peuple des difficultés qu'il rencontre. Etranges cïncidences que ces révélations "volées" et les événements politiques de notre président bling-bling...

Jacques Heurtault 21/01/2008 20:01

Merci, Jérémy pour votre contribution.Je ne partage pas votre point de vue dans votre dernier paragraphe. Mais je suis en phase avec Parodi et Reynié.

GM 21/01/2008 11:25

Exact, JASMIN. Et je rejoins JEAN !La personnification du pouvoir, c'était d'abord Staline soi-même ! On sait où cela mène.Quant à "l'opinion", faurait pas prendre les français pour des andouilles : leur désaveu régulier est un phénomène classique de la vie publique de ce pays ! Passé 6 mois de grâce, c'est terminé, on entre en disgrace !Le problème est plutôt comment avancer cet état jusqu'au jour de l'élection. Avancer et non pas perdurer. Mais là, aucune propositions audacieuses imaginables. Sauf et dépersonnifier la fonction, la rendre comme en Suisse, quasi anonyme et changeante au sein d'un directoire !La dernière fois qu'on a essayé en France, Bonaparte, il en a fait un coup d'Etat impérial !Son neveu tout autant...

Jacques Heurtault 21/01/2008 19:57

Personnellement, je ne veux pas  que l'on dépersonnalise quoique ce soit! Je veux seulement que le Président de la République ait conscience qu'il n'a pas, y compris dans sa vie privée, le droit de faire n'importe quoi. Tout simplement parce que si l'image du Président de la République est ternie pour des raisons de vie privée, c'est, nécessairement, l'institution de la Présidence de la République qui en prend un coup. Et ça, je ne l'accepterai pas!Exemple : Clinton s'est fait sucer la bitte par une stagiaire. C'est SCANDALEUX!

jasmin 21/01/2008 10:10

Mais non. Il  ne faut pas surfer sur les mots non plus. La "présidence" c'est une chose et Mr Sarkozy en est une autre.

Jacques Heurtault 21/01/2008 19:50

Je maintiens que les "mauvais sondages" de Sarko doivent être interprétés comme un coup de semonce en réplique à l'étalage de sa vie privée qui apparait comme une goutte d'eau.J'ai déjà dit que de nombreuses propositions de Sarko me conviennent. Il en a quelques unes qui ne passent pas (sa logique des heures sup par exemple). Mais s'il persiste à nous bassiner aves Carla et sa vie privée, je n'hésiterais pas à le lâcher alors même qu'il est réellement réformateur.

JASMIN 20/01/2008 23:20

@ JacquesEh bien, il serait temps qu'en France "on" s'attaque aux Institutions. C'est le mal qui ronge la France. Elles sont obsolètes, poussiéreuses, décrépies et trop souvent animées par des personnels pas franchement performants et/ou réveillés. C'est scandaleux ce à quoi j'assiste dans lesdits murs ! Quant à la vie privée de Mr. Satkozy, il est tout à fait normal qu'il entende la mener comme il en a envie. Il n'est pas trop coincé, ça nous change des présidents précédents.Cruciale erreur que de confondre un humain avec une institution. Tu te trompes de siècle Jacques !

Jacques Heurtault 21/01/2008 06:13

Tu veux que l'on supprime la Présidence de la République? Je ne me trompe pas de siècle ... Je prends les paris pour la suite! J'ai raison ...

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 20/01/2008 17:59

Je souscrit à votre anayse entre les lignes : ces mauvaises sondages lui sont imputables.Qu'il nous "présente" carla à l'occasion d'un séjour chez mickey, pourquoi pas (cela vaut mieux comme il l'a lui-même indiqué cela que de glauques photos à l'arrière d'une voiture ou au porche d'un immeuble), mais il l'a beaucoup trop montré au cours des dernières semaines pour que le peuple ne s'interroge.Qu'il passe des vacances de riches, pourquoi pas. Que l'on soit au courant, c'est une bonne chose. Mais qu'on en sche autant...

Jacques Heurtault 20/01/2008 18:49

Je suis davantage d'accord avec vous qu'avec Jean Daumont ...

Daumont Jean 20/01/2008 17:59

 Je ne suis pas d'accord avec votre analyse... D'abord il ne s'agit que de "sondages" - donc de jugements momentanés et volatils... Ensuite, les Français n'ont jamais accordé de grande importance aux problèmes de vie privée et en la circonstance ceux-ci ne desservent pas nécessairement le "Président" Sarkozy, dans la mesure où ils "l'humanisent"... De toutes façons, l'attitude de Sarkozy est d'aller - non sans courage - contre les "convenances", et vraisemblablement il veut être "beaucoup de choses", sauf une "Institution" !...

Jacques Heurtault 20/01/2008 18:47

Ah! Il ne veut pas devenir une institution? Alors là, ça craint très fort pour lui ... En France, on ne s'attaque pas à des valeurs aussi fondamentales. La Présidence de la République EST une institution. Donc le Président de la République doit se plier à cette contrainte. S'il ne le fait pas, cela veut dire qu'il veut être plus fort que la République. Espérons qu'il ne commettra pas cette erreur.