Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Nogent sur Marne et Le Perreux : une comparaison qui fait mal!

25 Janvier 2008, 12:17pm

Publié par Jacques Heurtault

Pour la Chambre Régionale des Comptes, Nogent et Le Perreux étaient, jusqu’en 2001, deux villes jumelles  présentant de très fortes similitudes. Elles étaient connues pour être bien gérées par deux maires compétents : Estelle DEBAECKER et Gilles CARREZ. Partageant la même vision d’une saine gestion de l’argent public, c’est naturellement qu’ils ont, ensemble, décidé la création de la Communauté d’Agglomération, en 2000. Mais, depuis l’arrivée du tandem Martin/Montchamp à la mairie de Nogent, les deux villes ont fortement divergé pour le plus grand malheur des 17 835 foyers fiscaux Nogentais.

En 2001, dernier budget d’Estelle DEBAECKER, les comptes de Nogent et du Perreux étaient très ressemblants : 
- impôts locaux modérés : 62% de mobilisation du potentiel fiscal pour Nogent, 65% au  Perreux. Nogent a la chance de disposer d’un potentiel fiscal supérieur à sa voisine (+18%),
- dépenses de fonctionnement bien maîtrisées,
- faible endettement : 15 millions € pour Nogent, 16 au Perreux.
Sept ans plus tard, avec le vote des budgets 2008 de chaque commune {17/12/07 à Nogent et 20/12/07 au Perreux}, on mesure l'ampleur des dégâts imputables au tandem Martin/Montchamp, jusqu’au 1er avril 2004 et au seul J. Martin, ensuite (ratios officiels de la loi du 06/02/1992), en euros par habitant.

1. Impôts locaux :
Moyenne annuelle 2002/2008 :  448 € pour Le Perreux,  621 € pour Nogent soit   + 39%
Evolution par rapport 2001       : + 64 € pour Le Perreux,   + 187 € pour Nogent
               
2. Dépenses fonctionnement : 
Moyenne annuelle 2002/2008 :  834 € pour Le Perreux, 1.172 € pour Nogent soit   + 41%
Evolution par rapport à 2001    : +145 € pour Le Perreux, + 211 € pour Nogent
3.Dépenses d’équipement : 
Moyenne annuelle 2002/2008 :   280 € pour Le Perreux, 297 € pour Nogent soit   + 6%
Evolution par rapport à  2001   :   +124 € pour Le Perreux,  - 14 € pour Nogent
4. Endettement : 
Moyenne annuelle 2002/2008 :   545 € pour Le Perreux, 711 € pour Nogent soit +31%
Evolution par rapport à 2001    :  + 13 € pour Le Perreux, +176 € pour Nogent
                                                      
Le résultat est accablant pour ceux qui ont si mal géré la ville.
Sur les impôts, la hausse moyenne annuelle infligée aux malheureux Nogentais (+ 187 €) est 3 fois supérieure à celle de nos voisins. C’est une sévère ponction qui a été ainsi opérée sur le pouvoir d’achat. Si, au lieu d’augmenter brutalement les taux d’impôts de 17% en 2002 et de 25% en 2004, le tandem Martin/Montchamp s’était contenté de la réévaluation annuelle des bases décidée par le gouvernement, le montant cumulé des impôts aurait été de 94 millions € pour la période 2002 à 2008 inclus. Avec les deux augmentations de taux, les Nogentais ont réellement payé 123 millions €. La différence (123 – 94 = 29 Millions d'euros) représente le vrai surcoût de la gestion Martin/Montchamp (jusqu’en 2004, pour cette dernière), soit un peu plus de 1 000 € par habitant ! 
 
Ce chiffre est sans rapport avec les explications mensongères avancées, en 2002 et 2004, pour justifier les hausses de taux. Pour le parking Saint Germain, il s’agissait de 4 M€, soit 141 € par habitant. Le contentieux aurait été ainsi payé plus de 7 fois ! C’est d’autant plus absurde que pas un € n’a été payé, comme le maire l’a reconnu au conseil municipal du 17/12/07. Quant à l’autre explication avancée d’un prétendu rattrapage de travaux et d’entretien, elle n’est guère plus sérieuse que la première (voir ci-dessous). La vérité, c’est que de 2001 à 2003 inclus, le maire et sa 1ère adjointe, madame Montchamp, ont fait preuve d’un laxisme coupable en laissant filer les dépenses de fonctionnement hors de tout contrôle : + 7 M€ pour les dépenses, dont plus de la moitié pour les charges de personnel, secteur dévolu à la 1ère adjointe, contre + 2 M€, seulement pour les recettes, malgré l’augmentation de 17% des taux en 2002 (voir les premières pages du rapport Ernst & Young du 01/02/04). Et depuis 2004, le maire, désormais seul à la barre, est incapable de réduire les dépenses : elles n’ont jamais été aussi élevées qu’en 2007 et 2008. Il n’y a donc aucun effort de gestion !
Sur les dépenses d’équipement (achats immobiliers, constructions, travaux, entretien du patrimoine), le résultat du maire de Nogent peut paraître plus favorable que celui de son voisin. Mais ce résultat (297 € par habitant et par an) est trompeur : il est très lourdement impacté par le poids considérable que représente, pour les finances nogentaises, la construction de l’école Léonard de Vinci : 13 M€ supportés en totalité par la ville (voir l’interview donnée par J. Martin à C. Dubois le 20 janvier 2008). Le coût de cette école représente un montant de 65 € par an et par habitant, ce qui ramène le ratio moyen annuel à 232 €, soit – 17% par rapport au Perreux !
Ce chiffre permet aussi de « tordre le cou » à un autre mensonge répandu par le tandem Martin/Montchamp sur la gestion d’Estelle DEBAECKER, accusée, dès 2002, d’avoir pratiqué une politique de sous-investissement ! Pour la durée de sa mandature (1996 à 2001 inclus, le ratio moyen annuel de dépenses d’équipement par habitant était de 250 €, soit 8% de mieux que J. Martin (hors Léonard de Vinci) ! Ce simple rappel permet de réaliser l’énorme erreur stratégique commise, en 2001, par le tandem Martin/Montchamp lorsqu’ils ont décidé de renoncer aux recours engagés par Estelle DEBAECKER contre l’Etat pour qu’il assume, jusqu’au bout, les lourdes conséquences financières de la décision arbitraire de fermeture de l’école Marie Curie, prise par le gouvernement Jospin. La décision était arbitraire car les procédures obligatoires de concertation avec la commune n’avaient pas été respectées. En 2001, le gouvernement Jospin était toujours au pouvoir. Pourquoi lui avoir fait ce royal cadeau au détriment des Nogentais ? Alors que le tandem Martin/Montchamp avait promis des subventions importantes, on constate qu’il n’en a rien été : les Nogentais ont dû payer la totalité de la nouvelle école. C’est scandaleux !
Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que l’endettement se soit aussi alourdi. C’est évident par rapport à la sage gestion de Gilles CARREZ. Là où l’endettement moyen annuel de chaque Perreuxien ne s’est alourdi que de 13 €, celui de son voisin Nogentais a augmenté de 176 €, 13 fois plus ! En 2001, l’endettement moyen d’un Perreuxien était de 532 € et celui d’un Nogentais de 535 €. Alors qu’en 2008, Le PERREUX a légèrement réduit l’encours de sa dette par rapport à 2001 (14 M€ contre 16 en 2001), Nogent, elle, l’a augmenté de plus du tiers (20 M€ contre 15 !).
Au terme du mandat actuel, la comparaison avec Le Perreux donne une bonne indication de ce qu’a été la gestion aventureuse du tandem Martin/Montchamp entre 2001 et 2003. Par manque de courage et pour maquiller les conséquences désastreuses de leur laxisme et de leur incompétence, ils ont caché les conclusions d’Ernst & Young : diagnostic du 30/11/2003 et rapport du 01/02/2004. Le 30 mars 2004, il a fallu brutalement augmenter les impôts de 4 M€ pour sauver, en catastrophe, la ville de la faillite et de la mise sous tutelle (pages 10 à 14 du rapport Ernst & Young). Le tandem Martin/Montchamp n’en avait rien dit jusque là, à cause du 2ème tour des élections cantonales et régionales, auxquelles ils étaient candidats, qui avait eu lieu, deux jours auparavant, le 28 mars 2004 !
Et depuis 2004, J. Martin est incapable de redresser la situation. On comprend qu’il ait toujours refusé les propositions des élus de l’Alliance pour Nogent de réaliser une étude comparative avec Le Perreux : le bilan est trop accablant pour lui.
Le Perreux est, pourtant, l’exemple à suivre qui permettrait de réduire graduellement les impôts des Nogentais au niveau de nos voisins. Mais Jacques JP Martin annonce ne pas vouloir s’engager dans cette voie : s’il promet de ne pas les augmenter, il annonce qu’il ne les baissera pas non plus ! Le voilà qui se prend pour François MITTERRAND et qui nous repasse le plat du « Ni Ni », d’il y a 20 ans ! On sait où cela a mené le pays. Et puis, le tandem Martin/Montchamp ne nous a t il pas déjà fait le coup en 2001 ? Ils avaient juré la main sur le cœur qu’ils maîtriseraient la fiscalité : on a vu le résultat.
Jacques JP Martin et Marie-Anne Montchamp ont démontré leur incompétence. Ils ont honteusement trahi la confiance accordée, le 18/03/2001, par 4.368 électeurs (contre 4.281 pour Estelle DEBAECKER, 87 voix d’écart qui ont pesé très lourd).

Commenter cet article

GM 28/01/2008 12:34

Punaise ! 15 millions d'euros pour un parking ? Mais il va avoir quelle taille ? De quoi absorber les flux de l'A4 ?A propos, on fait combien de logements "borloo à 100.000 euros" pour ce prix là ?Ma calculette est tombée en panne...

Jacques Heurtault 28/01/2008 18:06

C'est le second contentieux de Nogent sur Marne. celui des parking de surface et souterrains de Nogent ... Contentieux provoqué par Jacques Martin qui n'a rien trouvé de mieux à faire que de dénoncer la convention de concession après investissement de la société qui a construit les parkings souterrains ... Si aucune initiative intempestive de cette nature n'avait été prise, les parkings souterrains seraient automatiquement redevenus la pleine propriété de la Commune en 2026 (la concession était signée pour 35 ans). L'investisseur est aujourd'hui en droit de réclamer le remboursement de son investissement ... Ce qu'il ne s'est pas privé de faire!

jasmin 26/01/2008 18:03

@ A notre bien aimé Alain de NogentMais vous ne vous en foutez pas du tout, mais pas du tout ! Est ce que vous essayez de vous en persuader que vous le criez haut et fort chaque fois ? Thérapie...? Alors si c'est pour une oeuvre, continuez.

Jacques Heurtault 26/01/2008 18:33

Merci, Jasmin ...

Alain de Nogent 26/01/2008 17:16

S'il vous plaît, Jacques, ne vous posez pas en victime... En l'espèce, la victime, c'est celui qui est attaqué par...vous.Suivez mon regard...

Jacques Heurtault 26/01/2008 17:43

Si c'est de Jacques JP martin dont vous parlez, il doit être clair depuis le début que je suis en profond désaccord avec la politique qu'il a mené à Nogent ... Hausse inconsidérée des impôts suite à une vision mégalomaniaque de l'avenir. Et, cerise sur le gateau, refus d'en assumer la responsabilité en créant, de toute pièce la fable des contentieux , notamment celui du parking Saint Germain! Non, la hausse des impôts, ce n'est pas la conséquence de l'héritage de la gestion d'Estelle Debaecker ... C'est le produit LOGIQUE des choix de gestion fait par Jacques JP Martin. Le résultat est là :1. Le contentieux du parking Saint Germain n'est toujours pas réglé.2. C'est la future équipe municipale qui va se coltiner le dossier3. L'endettement a augmenté. Il va falloir rembourser, que cela plaise ou non, hélas!4. Les dépenses de fonctionnement s'envolent. C'est très difficile à réduire car les gens s'habituent vite aux facilités.5. Il ne faut pas oublier un autre contentieux : les parking de surface à Nogent. On peut craindre une ardoise de 15 millions d'Euros! Peut-être plus!! 6 etc. etc . Donc, stop!

Alain de Nogent 25/01/2008 16:15

C'est pas vrai !!! Voilà que Jacques recommence avec ses "nogenteries" !!! Mais on s'en fout, Jacques ! On s'en fout !!! Décidément, ça vous obsède !!! Et puis vous avez vu cette présentation du texte ? Déjà que ça n'intéresse personne, alors quand, en plus, c'est illisible...

Jacques Heurtault 25/01/2008 18:10

Bof! Si c'est illisible, ne vous fatiguez pas à le lire ...Les nuits portent conseil! J'ai effectivement revu la présentation ... J'ai tenu compte de vos remarques! Moi, quand on me fait des remarques et des critiques, je m'efforce d'en tenir compte ... à l'inverse de votre "patron", Jacques JP Martin qui lui, n'écoute personne ... allant jusqu'à les empêcher de parler. J'en sais personnellement quelquechose!

GM 25/01/2008 12:50

Je serai Nogentais que j'envisagerai sérieusement de voter avec les pieds, tant que mon petit pavillon vaut encore un peu d'argent.Sur mes conseils, une de mes équipes de beauf' (de ceux qui votent "soce"), ont déjà déménagé de Châtenay-Malabry vers des terres plus hospitalières. Rien que l'écart d'impôts locaux leur permet de financer une échéance de prêt dès la première année pour une maison plus spacieuse et mieux adapté à leurs besoins familiaux !Le problème, c'est que c'est une maire de droite et qu'avec l'arrivée de ces deux électeurs là, il se pourrait que leur "petit bonheur" ne dure pas jusqu'à l'échéance de leur dernière mensualité d'emprunt... si tout le monde faisait comme eux !Alors si en plus on tombe sur des maires de droite quei se la pètent comme par chez vous... c'est à mourir de rire !Tiens à propos : allez voir sur le blog que vous savez de notre ami, sa petites histoire d'en rire de cette semaine. Elle vous concerne !Bon week-end !

Jacques Heurtault 25/01/2008 18:15

Je vais y aller!