Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

En pleine bagarre pour la vérité comptable des finances de Nogent sur Marne!

28 Janvier 2008, 18:41pm

Publié par Jacques Heurtault

Pour ceux qui suivent, même de loin, ce blog, notamment depuis la création de la rubrique "Conseiller municipal de Nogent sur Marne", ils savent tous qu'il y a un gros problème local en matière d'impôts , en matière de dépenses courantes ...

Il y a tout lieu de craindre que, si Monsieur Martin est réélu, les impôts locaux vont à nouveau augmenter ... C'est quasi mécanique si rien n'est fait pour juguler l'envolée des dépenses courantes de gestion.

Ni Monsieur Martin (il se fâche quand on en parle!) ni ses militants ne veulent l'admettre ...

Joël Lunot, que vous connaissez maintenant, a donc adressé un courrier de mise au point à  Monsieur Dellmann, actuel adjoint en charge des questions juridiques.

Voici ce qu'il écrit. C'est évidemment un peu technique mais comment faire autrement quand on parle techniques comptables et de gestion?


Début de citation :

Cher Monsieur, 

Contrairement à ce que vous m’avez dit, c’est bien la dissimulation des deux rapports Ernst & Young (30/11/2003 et 01/02/2004) qui a permis à l’actuelle municipalité de prétendre que la hausse d’impôts de 2004 (+ 4 millions d’euros) était due à l’incendie du PSG et d’engager des poursuites judiciaires injustifiées contre Estelle DEBAECKER. Le scénario de ce mauvais film de série B s’est déroulé de la façon suivante :

 

1. Dans un premier temps, on écrit, en gras, sur la couverture verte d’avril 2004 (celle que vous me reprochez d’avoir montrée le soir du 24 janvier à la salle Charles de Gaulle) : « 2004 : une année décisive dans le règlement des contentieux hérités du passé – L’affaire de l’incendie du parking Saint-Germain, Nogent doit financer 3 994 164 euros (26,2 MF). 152 000 euros = 1% d’impôt ». Quand il est question d’argent public, « financer » signifie dégager les ressources nécessaires au paiement d’une dépense. Vous n’avez pas oublié que cette brochure avait été précédée d’une déclaration péremptoire du maire au conseil municipal du 30/03/2004  (page 11 du procès-verbal) : « L’impôt d’aujourd’hui, Madame, c’est l’impôt DEBAECKER … L’augmentation de cette année va partir en fumée ». Une « lettre d’information du maire – La fiscalité municipale » (ref. JJPM/MR-09/2004 du 07/09/2004) a repris cette explication de la hausse d’impôts. Tout en se disant conscient de « l’importance de l’effort » demandé aux contribuables, le maire précisait : « J’ai été contraint de prendre une telle décision en raison des lourds contentieux dont nous avons pris la mesure fin 2003  ».

 

Comme les Nogentais le savent aujourd’hui, cette explication était fausse. Si elle avait été exacte, les impôts auraient dû diminuer en 2005 d’un montant équivalent à la hausse de 2004. Chacun sait qu’on ne paie heureusement qu’une seule fois les conséquences d’un sinistre. De 12 ME en 2001, les impôts sont passés à 15 en 2002 puis à 19 en 2004. Ils sont restés à ce niveau pendant trois années de suite (2004, 2005 et 2006) pour redescendre à environ 18 ME en 2007 et 2008. Comment a-t-il été possible de faire croire aux Nogentais que l’augmentation d’impôts de 4 ME en 2004 était la conséquence de l’incendie du PSG ? Pour y parvenir, on a dissimulé les conclusions des rapports Ernst & Young, on a caché une lettre du 12/03/2004 du Ministre de l’Intérieur et on a monté une véritable « usine à gaz » budgétaire pour maquiller la réalité.

 

2. Le rapport Ernst & Young du 01/02/2004 – le seul communiqué à ce jour, mais plus de deux ans après sa remise – démontrait, dans ses toutes premières pages (voir page 5), que l’obligation d’augmenter fortement les impôts découlait directement de la gestion des affaires municipales depuis 2001 : les dépenses de fonctionnement ayant augmenté 3 fois plus vite que les recettes (respectivement + 7 ME contre + 2 ME), la section de fonctionnement ne dégageait plus, en 2003, les excédents nécessaires permettant le remboursement des emprunts (encours : + 50% en deux ans) !
En d’autres termes, la ville était insolvable, c’est à dire en faillite. Le consultant ajoutait que, pour simplement rétablir sa solvabilité, la commune devait augmenter les taux d’imposition d’au minimum 25% en 2004 (+ 4 ME) en précisant (page 11) que ce chiffre n’intègre « aucun versement lié aux contentieux du PSG et à la résiliation de concession relative au parking ». Pour illustrer la gravité de la situation, Ernst & Young ajoutait que sans hausse d’impôts, « Une telle situation contraindrait le Préfet à déférer la ville devant la Chambre Régionale des Comptes », autrement dit à placer la ville sous tutelle.

3. La dissimulation prolongée – jusqu’au printemps 2006 – du rapport Ernst & Young a donc permis de rendre vraisemblable la fable sur la cause de l’augmentation des impôts de 2004. Mais ce n’est pas le seul document important à avoir été caché. Il y a eu aussi la fameuse lettre du 12/03/04 du Ministre de l’Intérieur. Il en a été fait mention le soir du 24 janvier. Cette lettre est capitale car elle confirme le constat fait par Ernst & Young. Presque entièrement consacrée au contentieux du PSG, cette lettre officielle accorde une dérogation à la ville pour financer, par emprunt, la prétendue charge de l’incendie du PSG et ce, pour « ne pas pénaliser plus lourdement les contribuables » car, était-il observé  « … les taux de fiscalité de votre commune ont été augmentés de manière conséquente de 17% en 2002 et devraient encore l’être de 26% en 2004 sur la base d’une simulation de l’étalement de la dette sur 20 ans { il s’agit de la somme d’environ 4,6 ME devant, soi disant, rester à la charge de la commune }. Sans cet étalement, les taux devraient être augmentés dans des proportions bien supérieures malgré la reprise d’une provision de 579 306 euros ». Autrement dit, faute de recourir à l’emprunt pour « financer » la somme d’environ 4,6 ME, devant prétendument rester à la charge de la ville  il aurait fallu augmenter les taux de plus de 50% en 2004 !

 

En violation de la loi, cette lettre n’a jamais été communiquée au conseil municipal : si elle l’avait été, tout le discours sur la cause de la hausse d’impôts s’effondrait. Mais il y a, au moins, une adjointe qui en a eu connaissance. Il s’agit de Madame MONTCHAMP : elle a mentionné ce courrier dans sa lettre de démission du 30/03/2004, en n’évoquant que la reprise anticipée des résultats 2003 dans le budget 2004. Comme pour les analyses d’Ernst & Young, il est inexcusable, de la part l’ancienne première adjointe, de ne pas en avoir dit plus. Car ce silence prolongé sur le véritable contenu de la lettre du Ministre de l’Intérieur a aussi rendu possible l’invraisemblable « usine à gaz » du budget 2004. Je précise que la municipalité a été obligée de produire cette lettre au cours de l’instruction du recours des élus de l’Alliance pour Nogent contre le budget primitif(BP) 2004. Ce budget a été annulé le 05/04/2007.

 

4. Contrairement à ce que vous affirmez, la somme d’environ 4,6 ME, soi disant à la charge de la commune au titre de l’incendie du PSG, n’a pas été inscrite en provision, au BP2004, mais au chapitre 67 (charges exceptionnelles) des dépenses de la section de fonctionnement (« Affaire St Germain »). Pour la municipalité, il s’agissait donc d’une dépense certaine, échue et liquide. Aucun juriste ne peut ignorer le sens précis de chaque mot. Pour rendre crédible l’affirmation que l’affaire PSG était la cause de l’augmentation d’impôts, la somme en cause devait figurer en dépenses et pas en provisions. L’explication paraissait ensuite d’autant plus vraisemblable qu’il y avait concordance parfaite entre, d’un côté, le montant des prétendus dommages à charge de la commune (3 994 164 E = différence entre 4 573 470 et la reprise de provision évoquée dans la lettre du 12/03/04) et le montant de l’augmentation d’impôts, de l’autre.

En refusant de communiquer la lettre du 12/03/04, on s’évitait de dire que la condition posée pour bénéficier de la dérogation accordée – financement d’une condamnation par l’emprunt - était loin d’être remplie, en l’absence de la moindre décision judiciaire établissant les responsabilités et fixant les dommages et intérêts à payer. 

C’est ainsi qu’a été montée « l’usine à gaz » de la très complexe opération de transfert de charge au BP2004 (voir le rapport sur le BP2004 pour la séance du 30/03/04) : « Pour faire face aux risques qui pèsent sur la commune dans l’affaire du PSG, nous avons obtenu de la DGCP par mesure exceptionnelle, l’autorisation de procéder au transfert de la charge en investissement et de l’amortir sur une durée de 20 ans. » (dixit Monsieur Martin). La charge annuelle d’amortissement de l’emprunt étant inférieure à 200 000 euros, on était très loin des 4 ME invoqués pour expliquer la hausse d’impôts. Malheureusement, la dissimulation des rapports Ernst & Young et de la lettre du 12/03/04 n’a pas permis à grand monde de comprendre la subtile complexité des écritures budgétaires de 2004.

Il a fallu attendre la décision modificative n° 2 du 13/12/04 pour découvrir le pot aux roses : faute de jugement du TGI – il n’y en a d’ailleurs toujours pas à l’heure où j’écris ces lignes – « l’usine à gaz » a dû être démontée et les écritures budgétaires rectifiées en annulant 3,573 ME de dépenses de fonctionnement, transformées en provision, et en maintenant 1 ME en charges exceptionnelles pour ne pas déséquilibrer les comptes. Comme vous le constatez, la charge présumée de l’incendie du PSG n’a jamais été inscrite en provisions au BP2004.
 

5. Mais il y a plus grave : l’incendie du PSG a fait l’objet d’une exploitation politicienne pour tenter de ruiner la réputation de la seule véritable opposante à la gestion désordonnée de l’actuelle municipalité. En témoigne votre lecture partielle et incorrecte de l’ordonnance du juge de la mise en état du 18/05/07. Pour statuer sur une exception d’incompétence, le juge a effectivement retenu que Madame LAFORÊT (Direcxtrice générale des services) se rendait, le jour du sinistre, à une réunion familiale. Mais il a immédiatement ajouté que « c’est légitimement qu’elle conduisait ce véhicule pour se rendre à un événement concernant sa vie privée, compte tenu que de par ses fonctions, elle devait être disponible à tout moment pour les affaires de la commune en cas de nécessité ». C’est d’autant plus vrai que l’assurance couvrait également l’usage privé du véhicule attribué à la directrice générale des services par « nécessité absolue de service ». Il est donc parfaitement incorrect d’insinuer, encore aujourd’hui, qu’Estelle DEBAECKER porterait une part de responsabilité dans cette affaire : l’utilisation du véhicule ne présentait aucun caractère abusif puisqu’elle était légitime.
 

Malgré cela, l’incendie du PSG a été exploité, au delà de toute raison, pour attaquer publiquement Estelle DEBAECKER. Elle a d’abord été accusée de l’avoir caché pendant plusieurs années (brochure 2002). C’était faux puisque le bulletin municipal en avait rendu compte en 1999. L’ancien maire a été ensuite accusée d’en avoir minimisé les conséquences et de ne pas avoir sanctionné la conductrice (brochure 2004). C’était tout aussi faux et il n’y avait pas matière à sanction puisque l’utilisation du véhicule était légitime.
Votre dernière trouvaille est que le prédécesseur de M. Martin aurait commis une faute contre l’éthique en laissant Madame LAFORÊT s’occuper du dossier : l’argument est irrecevable. N’ayant pas commis de faute, il y avait d’autant moins de raisons d’écarter la conductrice du dossier, qu’avec le gardien du parking, elle était la seule à savoir ce qui s’était réellement passé le soir du 24/11/1998 dans le parking (notamment le fait que le gardien l’ayant empêché d’utiliser les extincteurs, cette interdiction n’a pas été sans conséquences dans la propagation de l’incendie).

 

Et contrairement à ce qui était indiqué en page 5 de la brochure verte d’avril 2004, le 24 novembre 1998, jour de l’incendie, n’était pas un vendredi soir, mais un mardi.  A trop vouloir démontrer, on en vient à sortir des contre-vérités ! Pour mieux appuyer sa démonstration, le rédacteur a cru malin de laisser entendre que le véhicule était utilisé le week-end. C’était aussi faux que le reste. A elle seule, cette affirmation mensongère – qui ne peut résulter d’une erreur subalterne – suffit à apporter la preuve que l’on a voulu, contre toute évidence, faire de l’incendie du PSG une machine de guerre pour tenter d’abattre politiquement Estelle DEBAECKER. 

 6. Et pour être plus sûr de l’atteindre et tenter de la faire taire, on n’a pas hésité à la poursuivre en diffamation : voir la citation du 26 février 2004, au sujet de laquelle vous prétendez qu’il n’y a pas eu de pourvoi en cassation. Vous  êtes mal informé : il existe un arrêt de la Chambre criminelle, rendu le 1er septembre 2005 (n° 4364) « statuant sur le pourvoi formé par MARTIN Jacques, partie civile, contre l’arrêt de la cour d’appel de PARIS, 11ème chambre ». Il y a donc bien eu, dans cette affaire, un acharnement anti-démocratique contre une élue dont le seul tort était d’avoir dit publiquement une vérité que M. Martin et sa 1ère adjointe de l’époque, Madame MONTCHAMP, voulaient à tout prix maintenir cachée, élections cantonales et régionales, du 28/03/04, obligent.
 

En effet, ce que M. Martin reprochait à Estelle DEBAECKER d’avoir écrit dans un tract de janvier 2004 (la faillite de la ville et le risque de sa mise en tutelle par le Préfet) était déjà écrit dans le diagnostic sur la solvabilité de la commune présenté le 30 novembre 2003 (cette présentation n’a jamais été rendue publique malgré deux avis favorables de la CADA et trois jugements du tribunal administratif).
 

Il est d’ailleurs significatif que M. Martin ait refusé la proposition, que je lui ai faite publiquement le soir du 24 janvier, d’autoriser Ernst & Young à dire aux Nogentais la forme qu’avait revêtu le diagnostic présenté le 30/11/2003. Qu’est-ce qui gêne M. Martin ? Vous savez bien que la vérité finira bien par être connue, un jour ou l’autre. Les travaux réalisés par Ernst & Young et payés, rubis sur ongle, 40 000 euros en mai 2004 par le budget de la ville, sont désormais la propriété commune de tous les Nogentais qui ont, par leurs impôts, contribué à leur financement. Il n’y a donc aucune justification à les maintenir cachés.

Il est évident que l’inique action judiciaire contre Estelle DEBAECKER n’aurait jamais pu être engagée, ni poursuivie jusqu’à la Cour de Cassation, si le diagnostic du 30/11/2003 et le rapport du 01/02/2004 avaient été communiqués, avant le vote du BP2004. J’observe d’ailleurs que le rapport Ernst & Young du 01/02/04 n’a finalement été communiqué qu’après l’arrêt de la Chambre criminelle de la Cour de Cassation du 01/09/05 ! S’il l’avait été avant, l’action contre Estelle DEBAECKER serait immédiatement apparue comme abusive et téméraire.
 

Dans cette affaire, le silence de Madame MONTCHAMP est, pour ce qui la concerne, tout aussi, coupable : étant à l’origine de l’intervention d’Ernst & Young, qu’elle aurait imposée grâce à son ami Eric WOERTH, devenu depuis ministre du budget, elle connaissait le constat dressé par le consultant quant à la faillite de la commune et au risque de mise en tutelle. Un seul mot de sa part aurait donc suffi pour interrompre immédiatement l’action judiciaire. Je rappelle qu’il s’est écoulé plus d’un mois entre l’arrêté n° 04/36 bis du 17/02/04 (désignation de me. TONDI pour engager une procédure contre Estelle DEBAECKER) et la démission de Madame MONTCHAMP du conseil municipal. Pourquoi n'a-t-elle pas dit, alors, ce qu’elle savait et pourquoi a-t-elle conservé le silence ensuite ?
 

Comme elle vous l’a dit samedi 26 janvier au marché, Estelle DEBAECKER est fondée à dire qu’on a voulu l’abattre politiquement et la déshonorer en utilisant les procédés les plus déloyaux qui soient : l’exploitation politicienne de l’incendie du PSG et cette action en diffamation en constituent deux preuves irréfutables. M. Martin ayant perdu sur toute la ligne, pourquoi refuse-t-il de rembourser les 5 000 euros qu’Estelle DEBAECKER a dû engager pour sa défense ?

7.  Manifestement, la leçon n’a pas porté puisque deux nouvelles actions en diffamation viennent d’être lancées contre Estelle DEBAECKER et Jacques HEURTAULT, devant la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris. On s’est bien gardé d’en informer le conseil municipal alors que, sauf erreur,  le budget communal est appelé à prendre en charge les honoraires de l’avocat de M. Martin. Ces deux nouvelles actions n’ont guère plus de chances de chances de prospérer que la précédente. Elles semblent viser le même objectif : essayer de réduire au silence des élus d’opposition soucieux de remplir correctement le mandat qui leur a été confié par les électeurs et informer les citoyens des véritables données de la gestion de notre cité.

En mettant les différents éléments qui précèdent par écrit, je n’ai pas cherché à vous convaincre, je crains que ce ne soit malheureusement impossible. Mais j’ai voulu laisser une trace incontestable à laquelle il sera toujours possible de se référer ultérieurement : certains, dans votre camp, voudraient ne plus entendre parler d’un passé qui les dérange. C’est trop facile. Il y a certaines choses dont on doit se souvenir pour qu’elles ne se renouvellent pas. D’autres procèdent, aujourd’hui, à une réécriture de l’histoire en niant les évidences. Alors que les Nogentais sont appelés à désigner une nouvelle équipe municipale, la règle démocratique commande de leur dire la vérité sur ce qui s’est réellement passé depuis 2001 et de ne plus rien dissimuler.

Au cas où vous n’en disposeriez pas, je tiens naturellement à votre disposition l’ensemble des documents et pièces démontrant que ce qui est écrit, ci-dessus, est conforme à la réalité.

En espérant que vous voudrez bien, malgré tout, m’en donner acte, je vous prie de croire, cher monsieur, aux assurances de mes sentiments distingués.


Joël Lunot

Fin de citation.


Est-il besoin de préciser que tant Monsieur Dellmann que Monsieur Martin disposent d'un droit de réponse? Non, bien sûr. C'est absolument évident. Toutefois, quand les choses vont sans dire, elles parfois beaucoup mieux en les disant.

Madame Montchamp est, elle aussi, invitée à participer au débat. Je ne mets pas un signe  "= " entre Monsieur Martin et Madame Montchamp.

Commenter cet article

GM 01/02/2008 10:16

Maintenant que vous avez rompu avec son mouvement, ça va encore faire enfler la polémique.Dieux soit loué, vous avez enfin été contraint à ouvrir les yeux sur ce mouvement et son chef autoproclamé !J'admire !Merci François Beyroux : il fallait bien ça !

Jacques Heurtault 01/02/2008 10:37

J'ai été contraint! Oui, dans une certaine mesure ... Au fond, moi, je n'avais rien demandé! Je voulais juste conserver ma liberté, ce bien si précieux qu'il en est même SACRE ... J'étais disposé à ne pas émettre de critiques trop sévères, chose on ne peut plus normale puisque j'en étais membre.Maintenant, j'ai ma liberté. Le MoDem sera traité de la même façon que n'importe quel autre parti ... c'est à dire sans AUCUNE complaisance!

GM 31/01/2008 17:19

Ma brave JASMIN ! Il a même eu cet argument frappat, lors de la dernière campagne présidentielle qui en dit long sur sa haute et brillante Intelligence (au moins politique) : "Avec moi, rien ne sera changé !"Du Chiraquisme qui se voulait rassurant entre les "fous de désirs" et le "remuant dauphin".Mais confirmé par ses propos sur l'éducation nationale, qui semble être devenue sa seule vraie spécialité depuis son passage à ce ministère d'il y a quelques années : Pas de vague ! On peut faire au moins aussi bien avec ce qu'on a déjà !Un peu court pour un homme politique qui se croit destiné aux plus hautes fonctions !

Jacques Heurtault 31/01/2008 17:46

Je laisse le soin à François Bayrou de répondre ... Il serait correct qu'il soit prévenu.

jasmin 31/01/2008 15:12

@ Nicolas MauduitMonsieur, votre commentaire a retenu toute mon attention (selon la formule consacrée). Toutefois, j'avoue avoir été déçue par les propositions du MoDem et une certaine prestation télévisée de François Bayrou soi même pendant la campagne électorale.François Bayrou, interpellé par une femme présente sur le plateau d'Arlette Chabot, n'a pas souhaité répondre à cette dernière, alors  que la question était on ne peut plus pertinente.Elle portait sur le social et les sans-emplois, largement évoqué alors par Mr Bayrou dans ses discours. Il est resté silencieux et regardait dans le vide. Etrange comme attitude. J'ai personnellement interpellé Mr Bayrou à ce sujet, par écrit,  et n'ai jamais reçu ma moindre réponse. Je me suis écartée de ce parti dans lequel j'avais porté des espoirs futurs  car je me suis rendue compte au fil du temps que Mr Bayrou n'avait rien de nouveau à proposer. Il a beaucoup ressassé les mêmes propos d'un conservatisme qui m'a fait fuir.

Jacques Heurtault 31/01/2008 17:41

Je ne partage pas du tout ton point de vue, Jasmin!

Nicolas Mauduit 31/01/2008 09:06

Cher Monsieur Heurtault, Je chéris pour ma part la liberté aussi, notre bien le plus précieux, sans laquelle il n’est pas de réflexion et d’adhésion pleine et entière. Le Mouvement Démocrate n’a pas vocation a être un parti godillot – il y en a suffisamment comme cela – et je crois que c’est à l’antithèse de ce que souhaite François Bayrou qui encourage au contraire l’émergence de « citoyens responsables ».

Jacques Heurtault 31/01/2008 17:35

C'est bien comme cela que je l'ai compris! Tout s'arrangera après les élections minicipales!

Nicolas Mauduit 30/01/2008 20:54

   Cher Monsieur Heurtault,la transparence dans la gestion des affaires de la ville bénéficiera à tous les Nogentaises et Nogentais, même ceux qui n'en font pas aujourd'hui une revendication, pourtant tellement légitime. Si Mme Debaecker et vous-memes etes en premiere ligne dans ce combat, vous ne le menez pas moins avec determination, et l'interet general y trouve son compte. J'en donnais acte a Mme Debaecker sur son blog encore en debut d'annee :http://debaeckernogent.canalblog.com/archives/2007/02/07/3926901.html#commentsCela dit, il y a d'autres dimensions dans une campagne telle que les municipales à Nogent que le seul combat pour la transparence. Sur une note plus partisane - nous avons une carte orange en commun - , je n'ai pas eu l'occasion de vous croiser à Seignosse, n'y etant pas allé (peut-etre à tort...) - et je ne vous ai pas vu à Villepinte début decembre, ou le temps a filé tres vite. Je déplore le fait que vous n'ayez pas été contacté ou invité à participer a l'elan qui a marqué ici la creation de notre parti comme vous l'indiquez sur  un blog local :http://www.nogent-municipales.com/laurent-dupuis-se-positionne-sur-l%e2%80%99urbanisme-la-fiscalite-et-la-gouvernance-23/01/2008.html#comment-145Sachez que personnellement j'ai toujours réclamé que tous les adhérents soient conviés aux réunions. Je n'ai pas d'explication satisfaisante à vous apporter sur ce manquement, encore aujourd'hui...Nicolas Mauduit

Jacques Heurtault 30/01/2008 23:17

Nous en sommes bien d'accord : la transparence ne saurait être le seul thème de campagne d'Estelle Debaecker. Toute son équipe, avec elle-même, nous en sommes bien conscient ... Votre attente et celle de nombreux nogentais ne sera pas déçue. Un temps pour tout. Pour ce qui nous concerne, nous nous plaçons résolument dans une logique de victoire. Estelle Debaecker doit re-devenir le prochain maire de Nogent! Ceci nous amène à faire preuve d'une certaine prudence dans nos propositions. Quoiqu'il nous en coûte, il nous faut écarter les propositions onéreuses qui ne pourront pas être financées. Nous savons où en est, grosso modo, la situation financière de la ville. ceux qui, comme Monsieur Martin, disent qu'ils vont continuer la même politique sans augmenter les impôts sont soit des naïfs, soit des menteurs. A l'Alliance pour Nogent, nous ne pratiquons pas la démagogie ... La France a trop souffert de cette pratique détestable. N'est-ce pas Clémenceau qui disait : "On ne ment jamais autant que pendant la guerre, après la chasse et AVANT LES ELECTIONS!" . Nous, pas! C'est un choix que nous assumons. Toutes les idées astucieuses qui n'engagent pas lourdement les finances de la ville sont les bienvenues!Vous ne m'avez pas vu à Villepinte car je n'y étais pas. J'étais, à ce moment là, en Floride, en vacances car nous n'avons, mon épouse et moi-même, pas pris de congés cet été. Il fallait impérativement que mon épouse liquide ses droits pour ne pas en perdre le bénéfice. Mais nous finirons bien par nous rencontrer ... Je ne suis pas un homme d'appareil. J'ai simplement besoin de ma liberté. Il ne sera permis à personne d'y toucher et si, tel ou tel jour, je suis contraint de choisir entre ma liberté et la carte orange que nous avons en commun, je choisirai forcément ma liberté. Sans hésiter! Sans barguigner!

O 30/01/2008 18:00

Mr Heurtault,vous dénoncez de prétendues manoeuvres du maire sortant, mais connaissez-vous bien les gens avec qui vous êtes prêts à vous allier : la candidat du modem se présente comme le champion de la transparence mais il n'a déposé aucun comptes annuels de sa société Polémarque RCS Paris 389727710 et est donc hors la loi depuis 1993 : croyez-vous encore être crédible dans ces conditions?

Jacques Heurtault 30/01/2008 19:44

Votre commentaire m'amène à apporter les précisions suivantes.1. Je ne suis pas candidat sur la liste du MoDem conduite par Laurent Dupuis mais sur la liste que conduira Estelle Debaecker, sans étiquette quoique se reconnaissant dans une orientation de centre droit.2. Je suis, il est vrai, adhérent du MoDem, depuis sa récente création. Je me suis expliqué sur les raisons de mon engagement aux côtés d'Estelle Debaecker. Je la connais depuis 1995. Je la soutiens du mieux que je peux. je suis son colistier sortant. Au nom de quoi devrais-je la quitter? Franchement, je ne vois pas. Une chose est certaine, il est bien clair que le Modem a investi Laurent Dupuis et non Estelle Debaecker. Cette dernière n'a pas demandé l'investiture du MoDem.Ma crédibilité personnelle, je la tiens, je crois, de la solidité de mes arguments. Mon blog, que je gère depuis maintenant 28 mois (30 septembre 2005), connait un franc succès. Aujourd'hui, par exemple, il est classé deuxième des blogs politiques de la plateforme Over-Blog qui gère aussi plus de 700.000 blogs!Je ne me suis pas intéressé à la situation économique de l'entreprise Polémarque ni à aucune autre activité professionnelle de Laurent Dupuis. Je n'ai pas l'intention de le faire. Je lui souhaite cependant pleine réussite professionnelle. Mon métier, à moi, c'est de m'occuper des personnes qui n'ont pas de travail et qui en cherchent. je suis, ainsi que clairement dit, agent de l'Anpe. Bien entendu, l'Anpe n'est en aucune manière mêlée à mes activités citoyennes politiques. Je fais la part des choses.

Nicolas Mauduit 30/01/2008 16:43

    Cher Monsieur Lunot,je ne veux pas bien sur ergoter sur la conjugaison... n'ayant vu que la reprise de votre courrier sur ce site, je ne connais pas la pagination : je faisais reference au passage situé vers la fin ________________Dans cette affaire, le silence de Madame MONTCHAMP est, pour ce qui la concerne, tout aussi, coupable : étant à l’origine de l’intervention d’Ernst & Young, qu’elle aurait imposée grâce à son ami Eric WOERTH, devenu depuis ministre du budget, elle connaissait le constat dressé par le consultant quant à la faillite de la commune et au risque de mise en tutelle. Un seul mot de sa part aurait donc suffi pour interrompre immédiatement l’action judiciaire._________dans lequel il me semble que vous employez deux fois le conditionnel pour tenter d'amalgamer le degré de responsabilite de la premiere adjointe à celui du maire sortant, et c'est ce procédé qui me semble nuire à la force de votre démonstration. cela dit, je reconnais vos efforts par ailleurs pour la transparence dans l'affaire PSG et les tentatives d'instrumentalisation qui ont suivies, et je vous en remercie.Nicolas Mauduit

Jacques Heurtault 30/01/2008 19:21

Cher Monsieur Mauduit,Je connais suffisamment bien Joël Lunot pour pouvoir affirmer qu'il est toujours très soucieux de précision qui pourrait apparaitre à d'autres comme superfaitatoire. Il va sûrement lire votre réponse et y apportera, s'il le souhaite, une réponse complémentaire. Personnellement, je n'en vois pas trop l'intérêt. Sa volonté de rendre ce dossier complètement transparent est, comme vous le reconnaissez très justement, totale. C'est à mon tour de vous remercier pour vos réactions qui vont, me semble-t-il, dans notre sens.

GM 30/01/2008 10:49

Réaction à la réponse sous commentaire 3 : Et si la mégalomanie du maire plait aux nogentais et qu'ils sont près à peyr pour en avoir plus ?Vous faites quoi ?Nous avons le même problème à Paris : Le bobo parigot paie pour avoir des fêtes à neuneu en pagaille qui attire la banlieue. Bon, tant mieux si ça plait à tous ces gogos là de faire la fête en ayant le sentiment de se faire des frissons interdits avec la "racaille". Ca branche leur propre ego et flatte leur "sens social".Il n'empêche, il y a un moment où on ne peut plus payer et c'est le début de la faillite (à Paris nous n'y sommes pas encore, mais sans une augmentation prévue de 44 % des impôts locaux, on y va tout droit d'ici 2014 si Delanuée est élu). Autrement dit, on laisse un champ de ruine, genre après moi le déluge, mais qu'est-ce qu'on se sera bien marré entre deux !N'est-ce pas l'époque qui le veut : "Du pain et des jeux" ! Le reste, je suis irresponsable devant l'avenir... C'est bien comme ça que Delanuée va être élu (quoique...) et que Martin peut l'être tout autant !Que faire pour faire ouvrir les yeux à nos compatriotes ?

Jacques Heurtault 30/01/2008 19:06

Il tombe sous le sens que si les Nogentais et Nogentaises  sont d'accord pour payer plus pour avoir plus, ce sont eux qui  auront le dernier mot. Les campagnes électorales, ça sert à aider les électeurs à se faire une opinion. Ensuite, la décision souveraine leur appartient.A mon avis, si Monsieur Martin est réélu, ce que je ne souhaite évidemment pas, les Nogentais et Nogentaises paieront plus et auront moins! Car les contentieux les plus lourds ne sont absolument pas réglés.Il s'agit du problème de la dépollution du site "Marie Curie". Il est prévu une dépense certaine d'au moins 7 millions d'Euros pour une recette très aléatoire. Une solution possible pouvant consister à vendre les terrains en l'état à un promoteur privé, à charge pour lui d'y construire, dans le respect du Plan d'Occupation des Sols, ce qu'il souhaite y construire, prenant ainsi le risque financier pour lui tout seul. Cela demande une réflexion approfondie, après concertaion avec la population notamment les riverains ...

jasmin 30/01/2008 08:58

Rhooooooo Bien sûr qu'il faut lire "abstention". J'étais subjuguée par l'explication grammaticale de Joël lunot quand,j'ai lu le rattrapage de Jacques. J'ai honte. Scusi ! 

Jacques Heurtault 30/01/2008 19:46

As tu honte seulement "quand la mer monte"? (vieille chanson française).

Jacques Heurtault et Joël Lunot 29/01/2008 23:16

Joël Lunot me demande de publier les précisions ci-dessous en réponse au commentaire de Nicolas Mauduit.Début de citation : " Sauf omission, le conditionnel n'a été utilisé qu'à quatre reprises : - deux fois, en page 2, pour des citations entre guillemets et en italiques : rapport Ernst & Young du 01/02/04 (page 5) et extrait lettre du Ministre de l'Intérieur du 12/03/04 ; ces conditionnels ne m'appartiennent donc pas, - une fois en bas de la page 1, où le conditionnel passé 1ère forme a été employé pour rappeler que ceux, qui ont cru à l'explication donnée par le maire en 2004 de la hausse d'impôts, s'attendaient à ce que l'année suivante, leurs impôts diminuent du même montant, ce qui ne s'est pas produit, - une fois en bas de la page 4 où je fais directement référence à un propos de madame Montchamp, lors de sa réunion publique du 06/01/08, lorsqu'elle s'est vantée d'avoir imposé l'audit Ernst & Young au maire de Nogent grâce à l'aide du maire du Perreux, Gilles CARREZ et à celle d'Eric WOERTH. N'ayant pas la preuve de ce que j'ai entendu, j'ai préféré recourir effectivement au conditionnel passé 1ère forme. Peut-être peut-on espérer que, dans le droit de réponse qu'ils ne manqueront pas d'exercer, J. MARTIN et/ou MA. MONTCHAMP éclairent les Nogentais sur ce point  "  J. LUNOT    Fin de citation.

GM 29/01/2008 18:23

@ Alain : Vous êtes vraiment incroyable ! Vous reprochez à Jacques de nous entretenir des affaires de sa cité et lui proposez de causer du traité simplifié.... Mais vous ne lisez décidément que ce qui vous intéresse - à savoir Nogent - pour ignorer qu'il a déjà traité du traité de Lisbonne !C'est terrible d'avoir des oeillères de la sorte ! Quelle crédit peut-on porter sur vos cirtiques à l'égard de Jacques, après ça ?

Jacques Heurtault 29/01/2008 19:32

Merci, GM!

jasmin 29/01/2008 17:15

@ Alain de NogentVrai mais pas aussi simple. Il faut attendre l'échéance du 4 février pour savoir ce que les députés réservent en choeur à Mr Sarkozy. Si le taux d'abstinence est atteint, notre Président n'aura pas le choix et il sera contraint d'avoir recours au référendum. ALORS...voyons si nos députés ont du courage,  s'il sont roublards,  ou veûles.En matière de mensonges, Mr Sarkozy n'a rien à apprendre aux très nombreux autres. L'hémicycle en est tout plein. Vous saviez pas ?

Jacques Heurtault 29/01/2008 19:40

Abstinence ou abstention? Plus il y aura d'abstentions et plus les modifications constitionnelles auront de chances de passer ... Ces abstentions ne sont pas comptabilisées.

Alain de Nogent 29/01/2008 15:36

Intéressez-vous plutôt aux sujets importants, Jacques. Ne seriez-vous pas en train de faire diversion à la manière de Nicolas Ier ?Les sujets ne manquent pas, la démocratie bafouée, par exemple...La quasi intégralité du Traité constitutionnel européen se retrouve dans celui de Lisbonne. De l'aveu même de Valéry Giscard d'Estaing qui est venu le dire devant les députés à l'Assemblée nationale le 16 janvier dernier. Tout y est, sous forme d'amendements, d'annexes ou de renvois aux textes déjà existants. C'est en réalité d'une maxi traîtrise dont il s'agit.L'argumentation de Nicolas Sarkozy ne tient pas une seule seconde à un examen critique digne de ce nom. Il nous avait dit qu'il ferait voter par voie parlementaire son « traité simplifié ». Mais de qui se moque-t-on ? Ce texte illisible est indigeste (256 pages). Ensuite, comment accepter de renoncer à un référendum sur un texte qui n'existait même pas au moment où la promesse a été faite? Autrement dit, il a demandé aux Français : « faites-moi confiance, faites-moi un chèque en blanc, j'ai entendu votre message du 29 mai, je saurai respecter votre vote ». Et bien, cela est faux, et Nicolas Sarkozy a menti. En aucun cas, nous n'avons à nous sentir tenu par cet engagement de campagne, car seul ce qu'un référendum a fait, un référendum peut le défaire.Il convient donc de respecter la volonté du souverain, c'est-à-dire du peuple. Il ne s'agit pas d'un simple « règlement intérieur » pour faciliter le fonctionnement des Institutions européennes, car toutes les objections que nous pouvions faire à la Constitution européenne, nous pouvons les faire au Traité de Lisbonne. Si ce n’est pas le peuple qui est le souverain, alors qui l'est ? Et si le peuple n'est pas le souverain, peut on se considérer comme des femmes et des hommes libres ?

Jacques Heurtault 29/01/2008 19:34

Découvrez vous, Alain de Nogent! Et je débatterai avec vous jusqu'à satiété ...J'ai expliqué dans le détail ma posiiton face au Traité de Lisbonne que j'approuve sans réserve, tout comme j'ai approuvé le Traité Constitutionnel.

GM 29/01/2008 11:07

Il me semble acquis que l'équipe aux commandes de la mairie de Nogent soit une équipe qui cache, dissimule, triche, mente. Admettons. Ce n'est pas nouveau et ce n'est pas bien grave.Tout ce pognon piqué au nogentais, il est quand même quelle que part. Je ne crois pas que Martin ni même Monchamp aient pu s'enrichir à titre personnel. En tout cas personne ne l'affirme.Ce que je veux dire, c'est que cet argent a servi à quelque chose d'autres que de payer des frais virtuels. Il y a forcément une contrepartie : plus de service, mieux de qualité, plus de "fonctionnement", meilleur cadre de vie municipale, je ne sais !N'est-ce pas ce que veulent les nogentais ?Alors, plutôt que de ressasser la bataille perdue de 2001 pour des faux motifs, ne serait-il pas plus intelligent de gagner celle de 2008 et "sortir" de cette réthorique pour se projeter dans l'avenir ?

Jacques Heurtault 29/01/2008 19:28

Je retiens votre argumentaire ... Nous n'avons pas l'intention de ressasser cette affaire jusqu'à plus soif.Mais il ressort des comptes que, si Monsieur Martin est réélu, il va continuer sur la lancée qui est la sienne1. Les dépenses courantes de gestion vont continuer à augmenter. Ne serait-ce que parce que ça ne peut pas s'arrêter aussi facilement que ça. C'est comme un bolide lancé à grande vitesse : il faut impérativement en reprendre le contrôle! 2. Ce que j'appelle la mégalomania de Monsieur Martin ne l'a pas quitté, hélas! Nous savons qu'il a encore de "grands" projets immobiliers pour Nogent ... C'est sa manière à lui de faire "Toujours plus!". Nous disons "Stop!".3. Nous allons, évidemment, faire des propositions : elles auront toutes une caractéristique : elles ne pourront pas provoquer une nouvelle hausse d'impôts. Les Nogentais ne le supporteraent tout simplement pas. Il ne faut tout de même pas oublier que les impôts locaux ne tiennent pas compte des revenus! 4. Nous constatons que beaucoup de dépenses ont été faites pour remercier, d'une façon ou d'une autre, les gens qui ont soutenu Monsieur Martin en 2001 et qui figurent encore sur son comité de soutien en 2008. Quand bien même cet argent correspondrait-il à des travaux réels, il y a quelques chose de contestable dans cette manière de faire. J'observe qu'il est très difficile d'apprécier une situation de cette nature. Pour que les choses soient acceptées, il faut la plus parfaite transparence. Cette transparence manque dans la gestion de Monsieur Martin. Il suffit de voir la bagarre qu'il a fallu mener pour que soit communiqué le rapport Ernst and Young ...

frédéric 29/01/2008 10:42

Bonjour,Exposé (devrais-je dire réquisitoire) fameux !En discutant avec les"jeunes " de Nogent, çàd les non retraités pour faire simple, je m'aperçois que peu s'intéressent à l'élection municipale. L'abstention risque d'être forte chez ces "jeunes". En revanche, ceux qui sont certains d'aller voter ne voteront pas MARTIN : ils me le disent tous : "on ne va pas continuer à payer comme cela indéfiniment".Malheureusement, chez nos séniors, le discours est tout autre. ils vont tous aller voter ("ça fait une sortie") et vont tous voter pour MARTIN. Les séniors ils ont peurs du changement. Et puis MARTIN est tellement attentionné avec eux...Bref, j'ai bien peur que le score de MARTIN soit assez haut grâce aux votes des séniors, plus citoyens (en terme de déplacement vers l'urne il s'entend) que nos "jeunes".Reste à motiver les jeunes troupes. Il reste un gros mois, c'est jouable.  Alors tous ensemble contre MARTIN et MONTCHAMP !

Jacques Heurtault 29/01/2008 18:02

Je ne demande que cela, Frédéric!  Voulez vous être des nôtres? Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues ...  Les bases politiques sont simples :1. Loin des extrêmes (droite ou gauche)2. Contre la gabegie financière . Les conditions sont réunies pour une nouvelle hausse d'impôt si Monsieur Martin est reconduit dans ses fonctions. Madame Montchamp est co-responsable.3. Nogent a besoin d'une gestion sage de ses finances.4. Estelle Debaecker représente bien la sociologie de Nogent. Elle ferait un bon maire. C'est une bonne gestionnaire. Econome des deniers publics parce qu'il s'agit de l'argent des autres.

Nicolas Mauduit 28/01/2008 20:52

Merci pour cet exposé des faits dont beaucoup de monde parle (trop souvent malheureusement à défaut de parler de projets dont c'est pourtant la saison) - j'attends avec intéret l'exercice d'un droit de réponse des différentes parties que vous citez, ayant noté votre distinction dans la chaine de décision donc de responsabilité dans l'enchainement des faits entre le maire sortant et la première adjointe jusqu'à début 2004, distinction que vous semblez toutefois tenter d'amenuiser par l'emploi fréquent du conditionnel au risque de fragiliser votre démonstration, au moins sur ce point.Je suis tenté de poser une question naïve : comment se fait-il que, dans les conditions que vous décrivez, le maire sortant soit en mesure de se présenter à une élection?

Jacques Heurtault 28/01/2008 22:54

Bonsoir Monsieur Mauduit,Tout d'abord un point de détail. C'est Joël Lunot l'auteur. Bien entendu, je suis en parfaite symbiose avec lui. mais je ne voudrais pas lui voler la paternité de l'IMMENSE travail qu'il a fourni pour décortiquer tous les mécanismes ... Ce siont des dizaines et des dizaines d'heures de travail qu'il a fourni! Je crois bien que l'on peut même dire des centaines ...Tout le travail d'opposition, c'est le groupe Alliance pour Nogent qui l'a fourni, d'une manière quasi exclusive ...Nous ne sommes épaulés par aucun parti politique. Les recours que nous avons gagné ont été déposés il y a TROIS et même bientôt QUATRE ans ... La Justice est lente dans notre pays ...mais elle finit par produire ses effets!Plus d'un, à la place d'Estelle Debaecker, aurait baissé les bras ... Estelle est tenace, déterminée. ceux qui l'entourent le sont presque autant!Connaissez vous Monsieur Martin? L'avez vous vu lorsqu'il pique une colère? Même moi, qui ne suis pourtant pas né de la dernière pluie, ça m'impressionne parfois. Maintenant que je connais les défauts de la cuirasse, ça devient un peu plus facile ... Monsieur Martin est parfaitement capable de vous soutenir une contre-vérité avec un aplomb pyramidal! Combien de fois avons nous tentéd 'expliquer aux gens qu'il mentait lorsqu'il disait que la hausse des impôts, c'était à cause du parking Saint Germain? Lorsqu'il donnait des signes de faiblesse, Madame Lahmer venait à son secours ... en plein conseil municipal! Il semble qu'elle ait fini par jeter l'éponge ... Si d'aventure vous la rencontrez, dites lui qu'elle dispose, elle aussi, d'un évident droit de réponse. Entre elle et moi, il y a comme un "léger" froid!Vous semblez bien candide, Monsieur Mauduit. Des "coriaces" comme Monsieur Martin, il y en a beaucoup, hélas! Tous ceux qui veulent nous aider à le battre, sont les bienvenus ... Voulez vous être des nôtres?