Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Tract du Parti Socialiste à Nogent : le point de vue de Joël Lunot

6 Février 2008, 23:04pm

Publié par Jacques Heurtault

Joël Lunot apporte son point de vue, comme à l'accoutumée plus chiffré, plus précis que  le mien apparaissant dans ma lettre ouverte à William Geib.

Début de citation :

A propos du tract PS diffusé le week-end des 2/3 février 2008.

 

Le candidat socialiste, William GEIB, renvoie dos à dos Martin, Montchamp et Estelle. Concernant Estelle, il écrit : «Pour l’ancien maire, Estelle Debaecker, qui aspire aujourd’hui à revenir aux responsabilités, le mandat a été marqué par un sous-investissement, une chute de l’épargne et une gestion négligente du patrimoine communal. »  

Il est étrange que le candidat socialiste reprenne, aussi imprudemment, les « vieilles lunes martiniennes », inlassablement ressassées par la propagande officielle depuis 2002.

S’agissant des accusations de sous-investissement et gestion négligente du patrimoine communal – c’est la même chose puisque l’entretien du patrimoine figure au budget d’investissement - les ratios officiels démontrent que ce n’est pas le cas. Comme la mandature d’Estelle a été légèrement inférieure à 6 années (juin 1995 à mars 2001) contre 7 (avril 2001 à mars 2008) pour Martin, il faut raisonner en moyenne annuelle. Pour comparer ce qui est comparable, il existe un ratio officiel très simple que les communes doivent publier chaque année depuis la loi du 6 février 1992, il s’agit des dépenses d’équipement brut par habitant. 

Le ratio moyen annuel par habitant de la gestion Martin est de 297 € contre 250 € pour Estelle. A première vue, Martin aurait donc dépensé, en investissements et entretien du patrimoine, 47 € de plus par habitant et par an que son prédécesseur. Mais ce chiffre cache une réalité qui est celle du coût de la construction de l’école Léonard de Vinci    ( 13 M€ ), entièrement financée par les Nogentais ( voir interview de Martin à Cécile DUBOIS du 20/01/2008 ). Autrement dit, sur les 7 ans de gestion Martin, l’école Léonard de Vinci a représenté un montant annuel, par habitant, de 65 €. Hors Léonard de Vinci, le ratio moyen annuel de Martin est ramené à 232 € ( 297 – 65 = 232 ), soit 18 € de moins par an et par habitant qu’Estelle et – 7% en pourcentage. Encore faut-il préciser que l’on raisonne ici en euros courants. Si l’on raisonnait en euros constants – après correction de l’inflation – l’écart serait encore plus grand.

Conclusion : hors Léonard de Vinci, Martin a moins investi et moins entretenu le patrimoine qu’Estelle. De plus, la comparaison permet de réaliser l’énorme erreur stratégique commise, en 2001, par le tandem Martin/Montchamp lorsqu’ils ont, sans consulter le conseil municipal, décidé de renoncer aux recours engagés par Estelle contre l’Etat pour qu’il assume jusqu’au bout les conséquences de la décision d’autoriser la construction de l’école en 1969 sur un site pollué et celles de la fermeture en 1998. Il est vrai que le candidat du PS peut difficilement le reprocher à Martin puisqu’en 1998 et 2001, le Premier Ministre s’appelait Lionel JOSPIN et que la Ministre déléguée à l’enseignement primaire s’appelait Ségolène ROYAL. L’accusation de sous-investissement ne tient donc pas. C’est encore l’une des calomnies de la bande Martin que certains commettent l'erreur de répéter dangereusement.

Sur l’épargne, l’accusation de M. GEIB n’est guère plus sérieuse. En effet, sur les 7 années de la gestion Martin, le montant cumulé de la capacité nette d’autofinancement ( CAF nette, ce qui reste après remboursement des emprunts ) est de 20 millions €, soit un montant moyen annuel de 2, 8 M€. Pour ce qui concerne la mandature d’Estelle, la CAF nette moyenne annuelle est de 1,5 M€.

En apparence, M. GEIB aurait donc raison. Mais il oublie de rappeler que 3 périodes ont caractérisé, de ce point de vue, les 7 années Martin : les deux premières années (2002 et 2003), la capacité d'autofinancement nette moyenne annuelle était de 0,6 Million d'€, seulement ! Fin novembre 2003, Ernst & Young tire la sonnette d’alarme : la ville est en situation de faillite et menacée de mise en tutelle. Il faut donc fortement augmenter les impôts ( + 58% / 2001. De 12 M€ en 2001, ils passent à 19 en 2004 et restent à ce niveau jusqu’en 2006 inclus ). La CAF nette se redresse donc en 2004, 2005 et 2006, avec un montant moyen annuel de 5,6 M€ mais elle est intégralement financée par un véritable matraquage fiscal. Aucun effort de gestion n’étant réalisé, malgré les interventions coûteuses d’Ernst & Young, la situation se détériore à nouveau en 2007 et 2008 avec une CAF nette moyenne annuelle de seulement 1 M€ !

Faute d’une saine gestion de l’argent public, ce sont donc les 17 835 malheureux foyers fiscaux nogentais qui ont supporté le coût du redressement de l’épargne en 2004, 2005 et 2006. Il fallait bien financer, entre autres choses, l’école Léonard de Vinci.

Il faut rappeler que le ratio moyen annuel « produit des impositions directes par habitant », durant les six années de la mandature d’Estelle DEBAECKER, était de 405 €. Le même ratio moyen annuel, pour les 7 ans Martin, est de 621 €, soit + 53% et 216 € de plus chaque année, par habitant. Le prélèvement sur le pouvoir d’achat est donc particulièrement sévère, surtout si l’on garde en mémoire que les bases ( taxe habitation et foncier bâti ) ont augmenté de 18% entre 2001 et 2008 !   

Fin de citation.

Commenter cet article

GM 11/02/2008 09:51

Désolé pour Rosy. Mes compliments pour Madame votre mère.

Jacques Heurtault 11/02/2008 12:23

92 ans en Juin prochain ... Elle a toute sa tête. mais le corps décline.  C'est la vie ...Rosy, la chatte, est enterrée dans le jardin, respectueusement enveloppée des linceuls de circonstances.

jasmin 08/02/2008 19:18

La faillite d'une banque en France n'est pas possible. L'Etat est encore et toujours là.

Jacques Heurtault 10/02/2008 00:19

Ce n'est pas tout à fait exact ... En réalité, il y a aujourd'hui, ce que l'on appelle une solidarité de place financière imposée par la réglementation européenne. Ce n'est donc pas l'Eta qui porte garant mais les autres banques de la place.

GM 08/02/2008 10:50

je n'avais pas remarqué : Elle est mimi "chatounette", celle de l'album photo. Elle s'appelle comment ?

Jacques Heurtault 08/02/2008 18:55

La chatte, c'était Rosy. Elle est morte. La dame, c'est ma Maman, toujours de ce monde.

jasmin 07/02/2008 19:55

JacquesJe ne suis pas certaine que la publicité est responsable ou coupable.

Jacques Heurtault 08/02/2008 18:43

Responsable ou coupable de quoi? Je ne comprends pas le sens de ta remarque ...

jasmin 07/02/2008 18:55

GMEh oui ! Comment trouver 5 milliards à détouner sinon ?Quand je lis les bilans ou les bilans consolidés des Banques Françaises, tu sais que je comprends tout de suite mieux leur goinfrerie gargantuesque.  

Jacques Heurtault 08/02/2008 18:50

Il y a, assurément, plus d'entreprise qui font faillite que de banques dans la même situation! Aussi, quand une banque est en situation difficile, c'est que ça va vraiment mal ...

GM 07/02/2008 18:04

Tu as raison Jasmin ! Ca et la pub pour les soins à mon visage, ça en devient difficile de surfer !Quand on pense de même Versac reconnaît que ça lui rapporte au mieux 150 € par an... Je préfère rester totalement gratos ! Déjà que mon temps est précieux et que mon banquier est toujours le premier à me le rappeler (et de façon désagréable : 54,48 euros plus la TVA et les commissions habituelles et autres intérêts divers et avariés pour des chèques rejetés de plus de 50 euros ! Ils savent où le trouver l'oseille, ces gens là !)

Jacques Heurtault 07/02/2008 19:36

Faut-il que je supprime la pub? Votre avis à tous ceux qui commentent sera déterminant. Merci!

jasmin 07/02/2008 14:42

Eh oui GM !!Mais en plus, si on veut relire les commentaires d'une rubrique qui ne figure plus dans la colonne de gauche "commentaire", on n'a plus accès aux commentaires.Font vraiment que râler ces anciens......

Jacques Heurtault 07/02/2008 19:35

Je n'y comprends rien ...

GM 07/02/2008 10:55

A vous signaler, Jacques, une bizarerie nouvelle de votre blog. Quand on veut lire les commentaires d'un article il faut d'abord revenir sur la page d'accueil et cliquer sur l'article.Avant, on pouvait naviguer d'article en article et ouvrir ou non les commentaires : c'était plus facile.

Jacques Heurtault 07/02/2008 19:34

Merci de ce signalement ... Je n'ai pas trop le temps de m'occuper de ça en ce moment.

GM 07/02/2008 10:40

Joël est un type génial qui n'a pas oublié de savoir compter. Il manque la bonne question : Les Nogentais vivent-ils mieux, dans la joie et la bonne humeur de ce racket municipal, quitte à avoir du pain, des jeux et des fêtes, ou s'inquiètent-ils enfin des dérives "socialisantes" de leur équipe municipale ?Là est toute la question.

Jacques Heurtault 07/02/2008 19:30

Grand merci, GM! On peut effectivement se poser sérieusement la question : Martin est-il un "gauchiste contrarié"? Tout comme la gauche la plus radicale, Monsieur Martin, est, de toute évidence, favorable à une politique d'imposition élevée. Désormais, quoiqu'il s'en défende, Nogent compte parmi les villes les plus imposées de France dans sa catégorie.Pourtant, Monsieur Martin est bel et bien étiqueté UMP! C'est lui qui a l'investiture de son parti. Pas Madame la députée Montchamp qui se présente contre lui.Monsieur Martin provoque des hausses d'impôts et soutien, en même temps, Monsieur Sarkozy qui, lui, préconise des baisses!Monsieur Martin est-il un dirigiste étatiste et jacobin? On va finir par le croire ... Madame Lahmer, écologiste verte (mais très rouge à l'intérieur) le soutient avec ostentation. Et Monsieur Martin sait la remercier comme il convient...Qu'est-ce qu'en pensent les Nogentais? On le saura précisément le dimanche soir 9 Mars.Pour l'heure, certains voudraient bien avoir plus de services en payant moins d'impôts. Nous auront le courage de leur expliquer que ce n'est pas possible! On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre ... Les Nogentais sont comme tout le monde : ils voudraient bien avoir plus avec les impôts des autres. La plupart savent bien que ce n'est pas possible. Pourtant, il s'en trouvera certains pour croire que c'est possible.