Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Nicolas Sarkozy, Ingrid Bettancourt ... et moi.

1 Mars 2008, 12:47pm

Publié par Jacques Heurtault

Maintenant, je me pose une vraie question! Aujourd'hui, je ne peux pas encore la formuler sur mon blog car je ne suis pas sûr de sa validité ...

Une fois de plus, notre Président de la République se fait remarquer, pas forcément sous le meilleur angle ...

Il s'agit, cette fois, de Ingrid Bettancourt, prisonnière des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) depuis maintenant 6 ans ... C'est évidemment un scandale, un crime dont seuls sont capables les assassins sans foi ni loi, je veux parler de ces narco-trafiquants qui essaient de se donner une légitimité en s'abritant derrière une cause réputée juste pour, en réalité, s'enrichir sur le dos des gens qui consomment de la drogue ou bien qui travaillent à la produire.

Nous savons tous que Ingrid bettancourt est très malade, voire en danger de mort imminente ... Il faut la libérer, sans condition d'aucune sorte!

J'ai entendu, tout comme vous, Nicolas sarkozy dire, en substance, qu'il était près à se rendre lui-même sur la frontière vénézuelo-colombienne pour récupérer Ingrid, libérée ... SI LES F.A.R.C. POSAIENT CETTE CONDITION A SA LIBERATION.

J'ai bien entendu ...

Je me pose une série de questions et j'y apporte des réponses réservées et prudentes car je ne suis pas certain que ce soit les bonnes  réponses.

1. Les Farc ont-elles vraiment posé cette condition?
Je crois que NON! Et ceci pour la bonne et simple raison que si elles avaient posé cette condition, c'est qu'elles auraient déjà apporté une réponse certaine à une autre question. A  savoir : "Nous allons libérer Ingrid Bettancourt." 
A l'évidence, rien n'indique que les FARC ont pris une telle décision ... Si c'était le cas, cela se saurait! Ce n'est quand même pas banal ...

2. Pourquoi, dans ces conditions, Nicolas Sarkozy nous fait-il tout ce cinéma? 
Je vais finir par croire que c'est tout simplement pour, une fois de plus, faire parler de lui et capter l'attention des médias.
Si c'est le cas, c'est gravissime! Cela veut dire, à mes yeux, que Sarkozy est prêt à tout, absolument tout, pour faire parler de lui.

3. Troisième et dernière question : Nicolas Sarkozy est-il malade?
Je vais finir par croire que oui ...

4. Conclusion : Il ne terminera pas son mandat.
"Tout cela va mal finir". Jean François Léotard a raison.


Commenter cet article

PHILIPE 14/04/2008 19:17

j'ai trouvé cette pétition pour la déstitution de sarkozy j'ai signé et je vous ibviste de signer : www.antisarkozysme.com

Jacques Heurtault 14/04/2008 19:52


Non! Je ne signerai pas ... Je le mets sous surveillance! Je n'ai pas voté pour lui mais il faut que les réformes se fassent!


Jean-Pierre 03/03/2008 14:58

Comme souvent il est parfois nécessaire de ne pas aller trop vite de crier haro sur le baudet. Bien sûr, ça donne à certains, qui se reconnaîtront, une occasion de déverser leur bile. On ne se donne pas la peine de chercher le sens que peux recouvrir certains mots. Pour ma part, j'y entends un appel du pied au farc, leur disant : Libérez IB, et si ça peux vous faliciter le geste, je prends, moi Sarko, l'engagement de prendre le risque de venir là où vous le voulez pour retrouver cette femme. Vu sous cet angle, on est loin des rotomontades qu'on lui prête. Mais je vois que vous avez décidé de rejoindre le chœur des vierges effarouchées de la sainte Gauche. Je vais être franc, Jacques, pour notre pays, je préfère garder mon baril de Sarko que l'échanger contre deux de Bayrou.
Toutefois, bonne chance pour les municipales...

Jacques Heurtault 03/03/2008 19:33

Je souhaite simplement que Sarko SE CALME! Il commence vraiment à m'énerver ... C'est peut être dû au fait que le maire sortant et que, je l'espère, on va réussir à sortir , est un de ses fidèles soutien. Alors, forcément, je manque un peu d'objectivité!Merci pour vos voeux!N'oubliez pas que le plus important, c'est que les réformes se fassent!

sergiozz 02/03/2008 17:09

"Or, ce que je veux, moi, c'est justement que les réformes soient engagées, conduites ... et réussies..."Tout dépend de ce que l'on met dans les réformes. Si ce sont des réformes pour réduire les inégalités qui s'accroissent dans ce pays, OK (pas seulement dans notre pays d'ailleurs). Si ce sont des réformes pour arrêter l'exploitation des caissières dans les hypermarchés, OK. Si ce sont des réformes pour abolir les régimes spéciaux de retraite des vrais privilégiés, OK. Et je peux continuer ainsi longtemps. C'est sûr qu'il y a de quoi faire, mais tout ça, ce n'est pas dans le programme de Sarko. Sa proposition débile sur la shoah n'était pas dans son programme et pourtant il l'a proposé. Il n'y a aucune politique cohérente, ce ne sont qu'annonces de Sarko, sans concertation préalable, sans savoir si c'est réaliste ou pas etc... Comme le disait O.Duhamel l'autre jour à la radio, ça fonctionne en campagne électorale mais à l'épreuve du pouvoir, tout cela est voué à l'échec.

Jacques Heurtault 02/03/2008 17:25

J'ai déjà dit, sur mon blog et ailleurs, que certaines réformes de Sarko ,e me convenaient pas du tout. Par exemple, les heures supplémentaires ...Pour ce qui est des réformes que je propose et auxquelles je vous renvoie, sont-elles de gauche? Sont-elles de droite? Qu'en pensez vous? S'il vous plait ne venez pas me dire qu'elles sont inintéressantes au motif qu'elles n'ont pas pris en masse (ou, si vous préférez, que les masses populaires ne se les ont pas appropriées). Il faut bien commencer par quelque chose ... Mes propositions audacieuses ont un mérite : elles existent et je continue de les défendre.

Daumont Jean 02/03/2008 15:29

   De Gaulle était De Gaulle, comme Sarkozy est Sarkozy... Mais je ne pense pas qu'on aille très loin avec des aphorismes de ce genre...On peut "supputer" sur les personnes, mais on jugera sur les actes...

Jacques Heurtault 02/03/2008 16:24

Je suis entièrement d'accord avec vous! Ma crainte, c'est, qu'au fond, tout ce charivari n'amène comme conclusion que ce pays  est impossible à réformer! Or, ce que je veux, moi, c'est justement que les réformes soient engagées, conduites ... et réussies... ce n'est pas, en première analyse, la bonne méthode! rappelez vous : j'ai écrit que ce peuple était PROFONDEMENT conservateur ... On ne le fera pas aller plus vite qu'il ne veut aller!

Daumont Jean 02/03/2008 10:21

   Rappel d'une anecdote bien connue, même s'il est impossible d'en vérifier l'authenticité : le Général Massu s'étant livré en Algérie à une interview imprudente est convoqué à l'Elysée par le Président De Gaulle : on imagine que "l'engueulade" a lieu en termes très "militaires", à en juger par la répartie de Massu : "Mort aux cons, mon Général !" ... Et De Gaulle de répondre, du haut de sa grande taille, les yeux légèrement bridés à la chinoise : "Vaste programme, Massu ! "... Qui osera affirmer que, dans des fonctions de responsabilité - même si elles étaient évidemment moins importantes que celles de Président de la République - il n'a pas au moins une fois traité un imbécile de ..."connard"... C'est humain ...et ça soulage...

Jacques Heurtault 02/03/2008 10:34

Sauf que c'était dans le secret d'un bureau ... pas devant les médias. En outre, de Gaulle, c'est de Gaulle. Sarkozy n'est pas de Gaulle ... et ne le sera JAMAIS! Il ne lui arrive pas à la cheville.

Jacques 01/03/2008 23:08

Si ce que je pense de cette "histoire" vous intéresse:http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2008/02/28/otage-s-jai-cru-un-instant-que-monsieur-le-president-allait-faire-une-proposition-audacieuse/jf.

déache 01/03/2008 22:11

Effectivement il faut faire attention à l'emploi des mots surtout quand on est président de la République.Je viens de lire un très bon article dans le courrier des lecteurs du journal Ouest-France Rennes. Il émane de Monsieur Guy Coq, philosophe, auteur notamment de "Petits pas vers la barbarie". Il revient sur l'algarade de Sarkosy au salon de l'agriculture. Je le cite »: Quel que soit l'angle sous lequel on examine le sujet, un président de la République est quelqu'un qui n'a pas le droit de traiter un citoyen de "pauvre con". L'homme qui assume temporairement la magistrature suprême peut penser ce qu’il veut  et même, dans sa vie privée, avoir envie de parler ainsi à quelqu’un. Comme président, c’est là une parole inacceptable. » Après avoir expliquer la distinction qu’il y a entre la parole privée et la parole publique, il  montre que Nicolas Sarkosy, justement ne sait pas faire la distinction entre l’homme public et l’homme privé et ajoute, « cette confusion est très regrettable » . C’est là que je dis que cet homme est dangereux. « Les querelles de l’homme privé ne doivent pas devenir celles de l’homme public. Car si celui-ci, dans les actes publics, mettant en jeu les affaires de l’Etat, réagit simplement en homme privé, il ne saura pas se hausser au niveau du bien public. » poursuit très justement Guy  Coq. Et bien moi j’ai peur, car cet homme va représenter la France à la présidence de l’Europe. Je partage la conclusion du philosophe quand il écrit : « Le premier et élémentaire devoir du président est de respecter lui-même sa fonction, par respect, pour le peuple qui l’a élu.  Le respect au sommet entretient l’exigence de respect dans le peuple entier » .

Jacques Heurtault 01/03/2008 23:02

Je suis complètement d'accord avec ce philosophe! Et la suite?

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 01/03/2008 16:13

je n'ai pas bien compris l'intérêt de cette phrase de Sarko, tout comme vous.Qu'il aime faire parler de lui, ce n'est pas à nouveau. Attention cependant à l'emploi des mots "malade mental" ou "fou" !!!

Jacques Heurtault 01/03/2008 18:49

Je suis mille fois d'accord avec vous! attention aux mots que l'on emploi ... N'oublions pas que le Président de la République est non seulement une personne mais aussi et, peut-être, surtout une institution!

Daumont Jean 01/03/2008 15:53

   Pourquoi faire "compliqué" quand on peut faire "simple"... Si Ingrid Bettancourt est réellement en danger de mort, il faut tout faire pour la sauver...et peu importe de savoir, si Sarkozy se rend lui-même à la frontière de la Colombie, dans quelles conditions il le fait...

Jacques Heurtault 01/03/2008 16:06

Je suis mille fois d'accord avec vous ... Mais j'imagine mal l'hypothèse retenue "si les Farc posent cette condition" ... J'en déduis alors ce que j'ai écrit ... et qui me pose problème.Nicolas Sarkozy irrite beaucoup de monde en ce moment. Je vis dans une ville qui lui a accordé 65% des voix (score sans appel). je suis en campagne électorale, ce qui m'amène à discuter avec beaucoup de gens. Les réactions sont nombreuses, d'une nette incompréhension à une franche irritation allant jusqu'à de l'hostilité de la part de gens qui ont très vraisemblablement voté pour lui. Ceci étant dit, je n'ai évidemment pas discuté avec chacun des 10.000 Nogentais qui ont voté pour lui. Il y a donc lieu de tempérer le jugement.

déache 01/03/2008 14:04

malade mental et non "mentale"; vous aurez rectifié de vous même bien sûr.

déache 01/03/2008 13:59

Monsieur SARKOSY est un malade mentale; Jean-François Kahn a raison de dire qu'il est fou. Faire parler de lui, voilà ça seule motivation.. et le pire c'est que tout le monde en parle!

Jacques Heurtault 01/03/2008 15:48

Moi, pour l'instant, ce n'est qu'une question que je me pose , en filigranne ... Pas plus!