Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Anpe et Assedics : un "léger" différentiel ...

8 Mars 2008, 18:33pm

Publié par Jacques Heurtault

Il y a, à l'Anpe, environ 27.000 agents. Ils se partagent, d'une manière non uniforme (sic!), environ 658 millions d'euros de masse salariale ... Pas la peine de faire la moyenne, cela n'a aucun sens!

Il y a, aux  Assedics, environ 15.000 agents. Ils se partagent, d'une manière non uniforme (sic!) environ 528 millions d'euros de masse salariale ... Pas la peine de faire la moyenne, cela n'a aucun sens!

Par contre, on peut dire sans risque que si les salaires des agents Anpe étaient répartis selon la même grille, ces agents devraient se répartir une masse salariale de 950 millions d'euros ... au lieu des 658 millions d'euros!

Comment peut-on expliquer ce phénoménal phénomène?

Je vous propose plusieurs hypothèses de travail ...

1. Les agents Assedics travaillent 1,44 fois plus que les agents Anpe. Ils sont donc payés 1,44 fois plus que les agents Anpe. C'est l'application du principe "travailler plus pour gagner plus".
Cependant, les agents Assedics cessent de recevoir le public à 16H00 alors que les agents Anpe cessent, eux, à 17H00.

2. Les agents Assedics travaillent dans le secteur privé alors que les agents Anpe relèvent, eux, du secteur public. 
Cependant, les salaires du secteur public, c'est, désormais, assez bien établi sans grande contestation sérieuse, sont plutôt supérieurs aux salaires du secteur privé. Je dis bien "plutôt" pour marquer qu'ils sont assez proches.

3. Les agents Anpe sont servis par l'Etat tandis que les agents  Assedics se sont servis sur les cotisations des assurés ...

Quelle est la bonne explication?

Commenter cet article

Sébastien 26/03/2008 11:55

FUSION ANPE/ASSEDIC = DANGER !!! La fusion Anpe/Assedic, c’est pour le gouvernement « simplifier » les démarches des demandeurs d’emploi, et simplifier les tâches du personnel de nos 2 organismes. C’est en réalité tout autre chose : simplifier et détruire les droits à indemnisation des chômeurs, simplifier les statuts et acquis sociaux des salariés Assedic/Anpe.
Pourquoi fusionner 2 organismes si différents dans leurs métiers : l’un, sous statut public, s’occupant du placement des demandeurs d’emploi, l’autre, de statut privé et paritaire, chargé de l’inscription administrative et de l’indemnisation des travailleurs privés d’emploi.
Comment ne pas voir qu’il s agit en réalité, sous prétexte d’une modernisation des services de l’emploi préconisée par l’Union Européenne, d’une flexibilité qui devra, à terme, s’imposer à tous les salariés ?
Jusqu’à aujourd’hui, un travailleur privé d’emploi, avait l’assurance d’être reçu facilement et de voir sa demande d’allocation traitée rapidement et la garantie d’avoir une allocation calculée sur son salaire réel.
La loi de fusion a été adoptée fin janvier 2008 par les députés au mépris des mouvements de grève successifs des salariés des 2 organismes qui dénonçaient les dangers d’un tel projet.
Aujourd’hui déjà, un demandeur d’emploi, est obligé d’appeler une plate-forme téléphonique pour avoir un renseignement ou simplement faire valoir ses droits. Depuis environ 3 mois, un numéro d’appel national unique a été mis en place soit disant pour « simplifier » les démarches : par ce numéro, un demandeur d’emploi est censé pouvoir demander un rendez-vous pour s’inscrire, s’actualiser tous les mois, se réinscrire ou poser une question. Problème : ce numéro fonctionne avec la reconnaissance de la parole, un demandeur d’emploi ayant des difficultés d’élocution ou avec un accent à résonance étrangère ne peut obtenir que très difficilement le service souhaité.
Parallèlement, des consignes sont données dans les Assedic pour éviter les visites des demandeurs d’emploi, simplifier un maximum le traitement des dossiers, aboutissant à un calcul de droits approximatif pénalisant bien souvent les travailleurs privés d’emploi. N’est-ce pas le signe précurseur de la mise en place à terme simple forfaits en guise d’allocations au lieu d’une véritable indemnisation assise sur les salaires ?
Demain, un même agent issu de cette fusion Anpe/Assedic devrait effectuer l’ensemble des activités que sont l’inscription des demandeurs d’emploi, le calcul des droits, la recherche d’emploi, le reclassement mais également la sanction ? Comment peut-on croire que cela ne se fera pas au détriment des droits à indemnisation, dans le but d’obliger les demandeurs d’emploi à accepter tout offre dite « valable », mais pour qui ?
Le pire, c’est que l’accompagnement du demandeur d’emploi sert de prétexte à cette fusion et que le recouvrement des cotisations d’assurance chômage jusqu’alors géré de façon paritaire par les partenaires sociaux serait transféré à l’URSSAF, ouvrant la porte, comme pour la Sécu, à de nouvelles exonérations de charges patronales et par conséquent à une nouvelle diminution des droits des travailleurs sous prétexte de faux déficit !
Cette fusion, adoptée par le parlement dans l’indifférence générale, n’est donc pas sans conséquence pour l’avenir des salariés…
 
 

Jacques Heurtault 26/03/2008 12:32


Je vais fournir une réponse appropriée et bien avoinée ...mais pas tout de suite. Je n'ai pas le temps!


Chet 14/03/2008 18:38

Bonjour,Je reviens poster chez vous après quelques temps d'absence pour vous aider à résoudre votre problème !1) salaires des agents de l'état = impôts des contribuables2) 1/3 des postes de l'ANPE sont financés par l'Unédic = financement de l'ANPE par les cotisations3) Connaissons nous la masse salariale de Manpower, Adecco...?4) Connaissons nous une société ou établissement public qui a doublé ses effectifs ces dix dernières années comme l'ANPE ? et sachant qu'à évolutions comparables des missions et clients, les effectifs des Assédic sont restés stables au cours de la même période : pouvons nous calculer un ratio de productivité par agent des 2 organismes ? idem pour l'efficacité ?Hàà, les choses ne sont pas si simples ! mais à ruminer de vieilles rancoeurs , vous devez souffrir ! la peur du changement sans doute ? bah, vous allez pouvoir bientôt arrêter d'être fonctionnaire et pouvoir choisir le statut privé si confortable !A bientôt chez les bling bling !

Jacques Heurtault 15/03/2008 00:41

Je n'ai absolument pas peur du changement à l'Anpe! Bien au contraire, je le souhaite ardemment ... Ca fait trop longtemps que ça dure, cette mentalité détestable de secteur public qui n'est pas au service du public!

GM 10/03/2008 11:07

La qualité du travail, en tant que "création de valeur ajoutée" n'est pas la même ?D'un côté que des ingénieurs "alpha + +" et de l'autre des techniciens supérieurs "Béta - -" ?Je ne sais pas : je pose la question derrière vous !

Jacques Heurtault 10/03/2008 19:56

Je ne vois pas pourquoi ... Mon explication est tout autant solide : "ils" se servent!