Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Le Contrat Initiative Emploi et le délire des têtes d'oeuf ...

7 Avril 2008, 17:27pm

Publié par Jacques Heurtault

J'ai sous les yeux une sorte de schéma qui traite du niveau financier d'intervention de la puissance publique dans le processus de mise en oeuvre du contrat dit "Contrat Initiative Emploi" (CIE).

Tout d'abord un bref rappel des faits ...

Le CIE, c'est un truc qui a d'abord été inventé par les socialistes ... Ca s'appelait "Contrat de Retour à l'Emploi" (CRE). C'était dans les années 1988, 1990 (je crois ...). Depuis, Chirac est passé par là ... Il a trouvé que c'était une bonne idée. Il l'a donc récupérée en la baptisant "CIE", remplaçant le "retour" par "l'initiative", supposée être plus dynamique ... Depuis, les socialistes sont revenus au pouvoir mais, de guerre lasse, ont conservé le nom. ...

Le CIE, c'est destiné à aider les demandeurs d'emploi moins voire peu compétitifs à retrouver un emploi grâce au versement à l'employeur d'une prime destinée à compenser l'insuffisante productivité supposée du demandeur eu égard au salaire qu'il lui verse lequel doit être le même que celui versé à un autre salarié exerçant les mêmes fonctions.

Vous avez du mal à suivre? Déjà? Attendez la suite! C'est pas piqué des vers ni des hannetons ...

Le plus élémentaire bon sens voudrait que l'on fasse CONFIANCE à l'Anpe, chargée de la mise en oeuvre de la "mesure", quitte à la juger a posteriori et à la sanctionner, avec sévérité s'il le faut, en cas de mauvais usage manifeste de l'outil de placement mis ainsi à sa disposition pour aider au placement des publics difficiles ...

C'est compter sans la perversité des gens qui conçoivent ces outils et qui sont, par nature, incapables de faire confiance à qui que ce soit!

Il arrive donc ce qui doit arriver ... Une espèce de machin, totalement dénué de toute opérationalité, difficilement appliquable voire purement et simplement "inappliquable à bon escient" ...

Il faut d'abord définir "le parcours de retour à l'emploi", c'est à dire la distance qui sépare le demandeur d'un retour à l'emploi rapide (inférieur à trois mois) ...

A partir de maintenant, les pourcentages dont je vais parler sont définis par rapport au SMIC horaire (8,44 euros de l'heure).

On a trois parcours au choix, selon le jugement que nous portons sur la "distance" ...
Vient ensuite la notion de "territoire" ... Il existe une sorte de carte des "territoires" définis à la rue près ... (telle rue en fait partie, telle autre pas!).

Est pris en compte l'effort de l'entreprise pour faciliter le retour à l'emploi du postulant ...

Vient ensuite la contribution personnelle de la Région (pour moi, l'Ile de France) ...

Puis la prise en compte de régime d'indemnisation du demandeur ... (Assedic d'une part ou autre chose pouvant être rien d'autre part).

Et vous vous dites que c'est très simple ... Que c'est même lumineux ...

Je ne vais pas entrer dans les détails. Sachez simplement que le croisement de tous ces critères nous fait arriver à pas moins de 30 cas de figure différents!

Preuve, s'il en était besoin, qu'il devient vraiment urgentissime de réformer l'Etat!

Commenter cet article

Jean-Pierre 15/04/2008 09:18

Au sein de Rmistes, on peux distinguer deux grandes catégories, d'un côté les personnes vraiment en grande difficultés personnelle et sociale et de l'autre des petits malins (petit est le mot) à qui le RMI suffit et qui en bossant un peu au noir pour mettre du beurre dans les épinards s'en sortent sans grands efforts. De ceux-là, j'en connais personnellement. Et je ne dis rien des fraudeurs étrangers (Non, je ne suis pas xénophobe) qui s'arrangent avec une adresse en France pour toucher cette modeste somme avec laquelle ils vivent assez bien dans leur pays. (Là, je vais me faire incendier) :-)

Jacques Heurtault 15/04/2008 19:09


Personnellement, je n'en connais pas de la troisième catégorie. Mais il y en a un bon peu de la seconde catégorie et, très certainement, pas mal de la première ...


Jacques 14/04/2008 22:10

Non, non Jean-Pierre, remonter ou non dans mon estime, n'est pas le sujet.Lorsque vous vous exprimez sereinement, sans attaques personnelles, on peut discuter!Comme nous le constatons le sujet est loin d'être simple.Mr Jospin avait entâmé une ébauche de solution sur la question. Et c'était loin d'être parfait.En revanche, cela ne méritait pas d'être annulé purement et simplement par Mr Raffarin avec comme Ministre du Travail, déjà, un certain ...FILLON.Donc ce qui se passe aujourd'hui ne m'étonne absolument pas.Ce qui m'étonne c'est que Mr Hirsch ne s'en soit pas rendu compte lorsqu'il a accepté d'entrer au Gouvernement, croyant qu'il allait y faire des étincelles en reprenant le sujet là où Mr Jospin en était resté.Le plus triste de l'affaire, c'est que le sort des RMistes, pendant ce temps-là, ne s'améliore pas, au contraire.jf.

Jacques Heurtault 14/04/2008 22:44


Moi, j'ai une proposition bien plus simple (et beaucoup moins onéreuse!).
1. Tous les bénéficiaires du RMI en age de travailler doivent être inscrits OBLIGATOIREMENT à l'ANPE. Croyez moi, je sais de quoi je parle : actuellement, on est loin, très loin du compte!
2. Revalorisation des indemnisations afin que les chômeurs paient, comme tout le monde, leurs cotisations à la Sécu et aux caisses de retraites (il ne s'agit que d'une opération comptable sans
effet sur le niveau de vie).
3. Revalorisation des indemnités des chômeurs avec, en contrepartie, le raccourcissement de la durée d'indemnisation (retour à la situation antérieure à 1997 de 12 mois maximum
d'indemnisation).
4. Contractualisation de la démarche d'insertion. Pour cela, il faut que l'ANPE soit culturellement capable de le faire! Elle est encore loin de l'objectif, en terme de prise de conscience de masse
de la démarche ...


Jean-Pierre 14/04/2008 13:23

Si ça n'est qu'un tout petit peu... alors je ne suis pas trop kon. :-)Pourquoi ne l'auraient-ils pas déjà fait ? Tout simplement que pour l'administration française, c'est souvent : "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué"... Que le RMI permet à pas mal de gens de se donner bonne conscience et à d'autres d'occuper un poste, qui au Conseil général, qui à la CAF... Je sais qu'avec ces propos, je ne vais pas remonter dans votre estime, mais il y a des évidences qu'il faut rappeler sans cesse :-) 

Jacques Heurtault 14/04/2008 19:13


C'est bien pire que ça! La règle, c'est : "Pourquoi faire légèrement compliqué alors que l'on peut faire très compliqué?" Ou bien encore, "Pourquoi faire très compliqué quand on peut faire
complètement imbittable?" Ou encore : "Pourquoi faire imbittable pour le commun des mortels quand on peut faire imbittable pour les concepteurs eux-mêmes?" . Vraiment, parfois, on se demande bien
ce qu'ils ont dans la tête! Moi, si on me demande quelque chose d'imbittable, je fais quelque chose de complètement hermétique , y compris hermétique aux ordinateurs! Dans le genre Professeur
Shadocko ... en pire!


Jacques 14/04/2008 12:31

Un tout petit peu, oui...car enfin, si c'était si simple, pourquoi ne l'auraient-ils pas déjà fait. ????Il s'agit de pouvoir compenser le fait qu'il est parfois plus rémunérateur de toucher le RMI que de trouver un travail très peu payé. Il s'agit en quelque sorte d'une indemnité compensatrice.Et tout çà n'est pas très simple, en effet. mr Jospin avait lancé une première réforme à ce sujet. Elle a été annulée par Mr raffarin. Mr HIRSCH y revient à la demande de NS. C'est très bien, sauf que Fillon va la faire tomber à l'eau.jf.

Jacques Heurtault 14/04/2008 19:00


Si on supprime le RMI pour toutes les personnes en age de travailler, il n'y a plus besoin de RSA!


Jean-Pierre 14/04/2008 10:59

jf... Ce que je dis vous paraît idiot ?

Jacques Heurtault 14/04/2008 18:59


Les sophismes ne sont jamais idiots. Du moins, ceux qui les développent sont, assurément très intelligents!


Jacques 14/04/2008 10:57

Vivement que Jean-Pierre soit appelé par le Président pour cumuler les fonctions de Mrs Fillon et Hirsch.....jf.

Jacques Heurtault 14/04/2008 18:57


Et moi, alors?


Jean-Pierre 14/04/2008 09:18

Le financement du RSA est compromis... Je ne vois pas pourquoi. Puisque le RSA est supposé corriger les effets pervers du RMI, prenons les fonds nécessaires au RSA sur le RMI..; On fait d'une pierre, deux coups. On dispose des fonds pour le RSA et le RMI devient moins attractif.  :-)Proposition audacieuse, n'est-il pas ?  

Jacques Heurtault 14/04/2008 18:56


On appelle ça un sophisme, je crois ... J'ai noté la pointe d'humour ...
Je ne veux ni du RSA, ni du RMI ... Seulement une allocation unique d'existence qui vient se substituer à toutes las allocations en tout genre ...


GM 08/04/2008 09:33

Exactement ça Buffalo : La totale incompréhension de l'administration (et législateur incorporé) de la vie de tous les jours du citoyen de base !Létal pour nos "chères (c'est le cas de le dire) z'élites" que le mond entier nous envie !Arf !

Jacques Heurtault 08/04/2008 12:29


Des zélites qui se comportent en zélotes zélés ... Mortel, en effet! Donc, létal ...


Jean-Pierre 07/04/2008 21:24

Et attendez, bientôt sur vos écrans, le RSA... L'intention est louable, mais je ne sais pas pourquoi, je crains que ce soit là aussi, un joli bordel...

Jacques Heurtault 07/04/2008 21:54


Le RMI, c'est déjà un bordel! Songez que l'on peut être en age de travailler, être tout à fait capable de travailler ET ne pas être obligé de chercher du boulot ... donc ne pas être obligé de
s'inscrire à l'Anpe! Tout ça pour ne pas être obligé de regarder en face la sinistre réalité statistique du chômage ... (pas inscrit à l'Anpe = pas chômeur!).
Pensez donc avec le RSA ... ! Moi, je n'ose même pas imaginer l'usine à gaz qu'il vont nous pondre!


Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 07/04/2008 20:44

Cette mesure est pourtant simple ! :pbon oui, il faut avouer que c'est un beau bordel, et qu'en plus de ralentir inutilement nos travaux administratifs, elle éloigne le demandeur d'emploi des fonctionnaires, et de la compréhension nécessaire du système pour retrouver un trvail rapidement.Et pour rénover tout cela, il va y en avoir du travail

Jacques Heurtault 07/04/2008 20:51


Avec l'invraisemblalble accumulation des mesures en tout genre, demandeur d'emploi tend à devenir une qualification en tant que telle. Un comble!