Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Representativité syndicale (1). Mes propositions audacieuses ...

21 Avril 2008, 08:33am

Publié par Jacques Heurtault

Depuis le temps qu'on en parlait ... Depuis le temps qu'il se disait, que tout le monde disait, que les syndicats n'étaient plus, depuis longtemps, réellement représentatifs ... Il fallait bien que ça finisse par venir!

On en parle! Est-ce à dire que l'on a trouvé la solution?

Soyons net! Sûrement pas! On en est même loin, très loin!

J'ai, sur ce sujet comme sur d'autres, quelques idées bien arrêtées qui, à ce jour, dérangent tellement qu'elles n'ont pas encore trouvé de véritables contradicteurs.

Je les livre, en vrac, comme elles me viennent à l'esprit ...

1. Un syndicat, et, par conséquent, une fédération syndicale de branche ou une confédération syndicale interprofessionnelle, ce n'est pas un parti politique.
Un parti politique a pour mission de promouvoir des idées, des propositions, afin de faire progresser la conscience collective dans un sens qu'il juge souhaitable. Ce faisant, il est amener à soutenir des candidats aux élections politiques. je dis bien "soutenir" et non "présenter". On ne doit pas, JAMAIS, voter pour un parti politique mais toujours pour des personnes qui sont et doivent rester indépendantes et libres d'agir comme bon leur semblent, à charge pour les électerurs de s'en souvenir la fois prochaine! Un parti politique n'a pas vocation à compter des millions d'adhérents. Quelques centaines de mille suffisent. C'est le nombre de voix que les candidats qui ont obtenu le soutien de ce parti qui fonde la représentativité du parti en tant que courant d'opinion.
Un syndicat, c'est un rassemblement de défense des intérêts de plusieurs personnes qui ont partie liée car leurs intérêts sont convergents. Ce qui fonde la représentativité d'un syndicat, c'est donc le nombre de ses adhérents, non pas le nombre de voix qu'il obtient aux élections professionnelles. Pour ce qui me concerne, je suis syndiqué depuis que je suis étudiant, c'est à dire depuis 1967. Il y a juste eu un intermède de quelques deux ans lorsque, étant devenu créateur d'entreprise (sans succès!), je n'ai pu rester membre d'un syndicat de salarié. Simple question de logique!

2. On ne peut pas être à la fois juge et partie. Par voie de conséquence, les "syndicats" n'ont pas à négocier les critères de leur représentativité! D'une manière générale, je récuse formellement la méthode qui consiste à faire négocier des accords entre des syndicats pour ensuite les "bétonner" par un loi afin de les rendre opérationnels sur l'ensemble du territoire de la République. La LOI ne doit JAMAIS se négocier avec qui que ce soit! Elle doit être débattue avant d'être votée par la Représentation Nationale puis mise en ouver par le Gouvernement. Un point, c'est tout! Ce n'est qu'ensuite que les modalités spécifiques de la mise en oeuvre d'une loi peuvent être négociées entre les parties intéréssées. C'est notamment le cas dans le domaine économique et social, toujours, inévitablement, très complexe et, par conséquent impossible à traduire précisément dans des textes de lois qui deviendraient parfaitement illisibles et donc, de facto, inapplicables et ... inappliqués.

3. Les partis politiques peuvent donc recevoir de l'argent public distribué sur la base des résultats obtenus par les candidats qui s'en réclament ou qui ont obtenus leur soutien au moment, déterminant en démocratie, des élections libres.

4. Les syndicats ne peuvent, selon moi, obtenir de l'argent public que sur la base des adhérents qu'ils ont effectivement, non sur la base des résultats qu'ils ont obtenus aux élections professionnelles, lesquelles sont sujettes à de larges incertitudes quant à leur processus démocratique réel.

5. Je propose donc que :
5.1. Le dégrèvement fiscal dont bénéficie chaque personne qui adhère à un syndicat (ou une fédération ou une condfédération) soit porté de 60% à 90%.
5.2. Corrélativement, toutes les aides publiques autres que celle décrites ci dessus soit purement et simplement supprimées.
5.3. Qu'aucune obligation ne soit faite aux entreprises de devoir financer des heures de "délégation" mais que, par contre, obligation soit maintenue de payer les heures consacrées à des rencontres faites à l'initiative de l'employeur ou des fédérations patronales, à fortiori s'il s'agit de réunions légalement prévues et obligatoires (délégués du personnel, comité d'entreprise, CHSCT, etc ...).
5.4. Si la réunion a lieu à l'initiative de la Fédération patronale, c'est évidemment à celle-ci de payer les salaires des négociateurs salariés et non à l'entreprise qui emploie ces négociateurs. Il devrait s'ensuivre que le tissu économique des petites et moyennes entreprises serait mieux représenté dans lesdites négociations. ... Autrement dit, ce ne serait plus obligatoirement le Medef qui ferait la pluie et le beau temps ...
5.5. Si un syndicat veut réunir ses syndiqués, cela doit pouvoir se faire dans l'entreprise mais les heures ne doivent pas être payées par l'employeur ... Question de logique!

6. Il doit s'en suivre que tout syndicat n'ayant pas d'adhérent ou trop peu, ne pouvant plus vivre et fonctionner faute de disponibilités financières suffisantes, disparait par la force des choses. A moins qu'il ne fusionne avec d'autres syndicats "compatibles".

7. Bien entendu, la mise en oeuvre d'une telle démarche ne doit faire l'objet d'aucune négociation préalable avec quelques syndicats que ce soient sinon, on peut être sûr que ça va capoter! Il faut les mettre devant le fait légal accompli puis passer à la phase active de mise en oeuvre financière (couper les vivres, progressivement, soit sur deux à trois ans environ). Puis attendre, tranquillement ... Le résultat est INELUCTABLE!

8. Evidemment, pour cela, il y a une condition préalable à remplir : que le Gouvernement et la Représentation Nationale aient des couilles! En ont-ils? Je ne sais pas répondre ...

Commenter cet article

Jean-Pierre 25/04/2008 14:06

Jacques, c'est plus cher qu'une cochonnerie, mais si vous voulez une machine puissante et relativement solide, les prix sont relativement semblables, voire parfois moins chers.  

Jacques Heurtault 25/04/2008 14:42


Si un jour j'achète un portable, ce sera peut-être un Mac!


Jean-Pierre 24/04/2008 13:34

Gagné, Jacques. Pas de Fenêtres pour moi depuis 1987. Pas de virus et autres indésirables non plus. Le bonheur quoi ! ;-))

Jacques Heurtault 24/04/2008 19:07


Je vois! Un "fana" d'Apple ... Mais c'est nettement plus cher.


Jean-Pierre 24/04/2008 09:12

Qu'à celà ne tienne, M. Lamauragne, un petit "copier coller" devrait vous tirer d'affaire. Ceci dit, j'ai résumé un peu l'affaire un peu plus haut. Rien de malhonnête ni d'illégal. Juste une illustration du principe d'égalité que vous défendez... :-)

Jacques Heurtault 24/04/2008 12:37


Il est probable que vous travaillez sous Mac Intosh ... C'est la cause du très petit problème.


Jacques 23/04/2008 18:50

Désolé JP, votre lien n'est toujours pas actif ! Lorsqu'on clique dessus, il ne se passe rien !les liens actifs sur ce Bloc-Notes sont en blanc (d'ailleurs assez illisibles) , le votre est en noir et ne fonctionne pas...jf.

Jacques Heurtault 23/04/2008 23:38


Il faut que je m'occupe de revenir à la présentation d'avant! Elle était bien plus lisible ... J'ai fait une mauvaise manoeuvre!


Jean-Pierre 23/04/2008 14:04

OK, Jacques. Je n'ai pas dit que c'était illégal. Je peux même dire tant mieux pour lui. D'accord avec vous sur Maryse Dumas que je vois parfois à C dans l'air et où elle tient des propos tout à fait dans l'orthodoxie CGT du bon vieux temps. Didier Le Reste, je ne l'ai vu qu'épisodiquement au moment du conflit sur les régimes spéciaux. Trop peu pour que je me fasse une opinion. Il reste que le petit coup de pouce des six derniers mois pour les fonctionnaires, ça fonctionne plutôt bien, alors que le coup de pouce sur les vingt-cinq dernières années, un peu moins... Qui sont les dindons de le représentation syndicale ? :-)Je me consolerai en mangeant des pâtes et des pommes de terre ;-) 

Jacques Heurtault 23/04/2008 18:25


Je suis FAVORABLE à la remise en cause de ce système ... Le même code du travail pour tous! le même régime de retraite pour tous!


Jacques Heurtault 23/04/2008 13:45

Une fois n'est pas coutume, Jean Pierre ... Je vais prendre la défense de Jean Christophe Le Duigou. 1. Le dispositif dont il bénéficie est légal ... Toutes les personnes qui peuvent, administrativement, y prétendre, bénéficient des mêmes règles. 2. Jean Christophe Le Duigou a, incontestablement, la capacité à être ministre. Intellectuelles, culturelles, etc ... 3. Il défend, au sein de la CGT, une orientation clairement réformiste. Rien à voir avec Didier Le Reste ou bien avec Maryse Dumas. Il faut souhaiter que la CGT soit un jour dirigée par des gens comme Le Duigou! Tout le monde s'en portera mieux ... On aura peut-être des conflits sociaux (mais c'est un processus normal en démocratie) mais ils trouveront une solution responsable. Rien à voir avec le discours enflammé et va-t-en guerre de certains surexcités!

Jean-Pierre 23/04/2008 10:36

Pour M. Mailly (on abrège Monsieur en M. et non en Mr, ça c'est l'abréviation de Mister) il s'agit, pour moi, de savoir qui le paie aujourd'hui, la CNAM ? Je remet le lien vers cheminots. Il marche encore très bien...http://www.cheminots.net/forum/lofiversion/index.php/t10848.html C'est un peu sans importance, mais juste amusant que M. Le Diguou, champion des luttes sociales, se voie réintégrer, quelques mois avant son départ à la retraite, à un poste où il voit son traitement grimper à 9 000 euros. Quand on connaît le mode de calcul du montant de la retraite des fonctionnaires, ça fait sourire. Je dit chapeau l'artiste. :-) 

Jacques 23/04/2008 09:41

@ JP1) Mr Mailly travaillait à la CNAM. Je ne vois pas où est le problème de sa rémunération.2) Pour le lien vers "Le Monde", je ne comprends pas et n'y suis pour rien. Normalement, les articlers du Monde sont gratuits les 15 premiers jours. Or l'article est daté du 19 avril...3) Votre lien vers "Cheminots.net" ne fonctionne pas....jf.

Jacques Heurtault 23/04/2008 18:23


Effectivement, qui le paie, aujourd'hui?


Jean-Pierre 22/04/2008 18:24

Où l'on apprend que certains profitent assez bien du système :http://www.cheminots.net/forum/lofiversion/index.php/t10848.html :-)) 

Jacques Heurtault 22/04/2008 23:15


J'irai voir ...


Jean-Pierre 22/04/2008 09:18

@JL. D'une part, ce serait bien que votre lien ne renvoie pas vers des archives payantes. D'autre part, je ne vois pas en quoi vous êtes plus compétent que moi pour parler d'argent syndical... Tiens, une question. Monsieur Jean-Claude Mailly est-il toujours payé par la Sécu où il occupa un poste, un certain temps ? 

Jacques Heurtault 22/04/2008 17:55


Il est forcément payé par la Quatrième Internationale puisqu'il est trotzkyste!


Jacques 21/04/2008 19:29

Un seul point d'accord avec JH, les "permanents syndicaux".C 'est effectivement une plaie du syndicalisme français.Je le dis d'autant plus simplement que Secrétaire national de mon Syndicat pendant onze ans, Secrétaire Général du Syndicat européen de ma profession pendant ensuite quatre ans, je n'ai jamais été "permanent syndical" de ma vie.Ceci dit, moi qui ne peut surtout pas être suspecté de sarkozysme aigu, je vous renvoie cependant à la "Tribune" que le Président vient de publier dans "Le Monde".http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/protege/20080419/html/559292.htmlEn fait, je pense que sa plume sur le sujet est son Conseiller, Raymond SOUBIE, qui à mon humble avis connait peut être un peu mieux le sujet que vous JH et surtout que vous,  JP.J'ai moi-même eu l'honneur d'être reçu par ce monsieur, à Matignon, lorsqu'il était Conseiller social de Raymond Barre.Là encore je ne peux être suspecté de "barrisme" mais Mr Soubie est un gars très bien et très compétent. Et j'ai fort apprécié le texte paru dans le quotidien du soir ! Cà me paraît un peu mieux que le billet ci-dessus.jf.

Jacques Heurtault 21/04/2008 22:51


J'ai mis de côté cet article ... Pas encore eu le temps de le lire ...
Je veux un syndicalisme fort de ses ADHERENTS ... et de rien d'autre. C'est à ce prix qu'il deviendra responsable!


Jean-Pierre 21/04/2008 13:33

Jacques H. Vous avez le soutien d'une partie importante de la population. Evidemment, cette population n'a pas la parole dans les médias, mais elle existe. D'ailleurs, si le taux de syndicalisation est si bas, c'est bien qu'il y a une raison, non ? 

Jacques Heurtault 21/04/2008 14:01


Eh, oui! Il y a bien une raison ... Et cette raison est simple : les syndicats "représentatifs" tiennent un discours qui ne colle pas à la réalité du terrain ... Donc, les principaux conczernés ne
se sentent pas concernés : donc ils n'adhèrent pas.


Jacques 21/04/2008 12:19

Vous devenez de plus en plus souvent grossier et cela m'étonne de vous....Quant à votre billet, c'est d'un tel drôle et paraît être une provocation totalement bidon que je ne la commenterai même pas.Franchement, vous auriez pu ne pas perdre votre temps à écrire de telles balivernes. Le 1er avril est passé depuis quelques jours déjà....jf.

Jacques Heurtault 21/04/2008 13:18


La grossièreté est voulue ... C'est une manière de dire qu'il FAUT QUE LES REFORMES SE FASSENT ... A marche forcée si nécessaire!
Quant à la provocation, elle est, elle aussi voulue! Je ne veux plus de "syndicats" composés de manière quasi exclusive de "militants" qui, n'ayant pas le courage de s'engager dans l'action
politique explicite, détournent le sens même du syndicalisme : défendre des intérêts ... Et non pas promouvoir des idées politques, aussi intéressantes soient-elles par ailleurs! Chacun dans son
rôle et les vaches seront bien gardées.
Ces propositions datent déjà depuis plus de deux ans! Je m'étonnent que vous semblez les découvrir seulement maintenant ...
Savez vous qu'un bon nombre des syndicalistes de l'ANPE n'ont JAMAIS mis les pieds dans une agence locale? N'ont jamais reçu un seul demandeur d'emploi en entretien? Ce n'est pas du pipeau, ça!
C'est du vécu!