Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Outreau est un outrage à magistrat

21 Février 2006, 14:54pm

Publié par Jacques Heurtault

Et voilà que, maintenant, de très hauts fonctionnaires de la République, en l'occurrence les 35 Premiers Présidents de Cour d'Appel se piquent de transgresser le principe du devoir de réserve qui s'applique avec d'autant plus de rigueur que le rang hiérarchique du fonctionnaire est élevé!

Au passage, on peut se demander pourquoi il y a 35 Cours d'Appel alors que nous n'avons que 22 Régions (ce qui, à mon sens, est sensiblement trop élevé, mais c'est un autre débat que j'ai lancé sur mon blog; ne mélangeons pas les genres, c'est déjà bien assez compliqué comme cela).

Ne cherchons pas! C'est encore un héritage du passé que, décidément, on ne veut pas réformer dans le sens d'une modernisation poussée (car il faut bien rattraper le retard accumulé depuis si longtemps...).

On savait que le Premier Président de la Cour de Cassation, Mr Canivet, avait écrit au Président du Conseil Supérieur de la Magistrature qui, constitutionnellement, est le Président de la République. N'ayant pas suivi ce dossier (on ne peut pas être partout ...), j'ignore dans quelles circonstances le contenu de ce dossier a été porté sur la place publique. Si c'est le Président du CSM, Jacques Chirac, il n'y a rien à y redire. Si c'est Mr Canivet, il n'y a que du mal à en penser. D'autant que le même s'est offert le luxe de rendre public son discours d'ouverture de session avant de le prononcer devant le Premier Ministre.

Voilà que l'on prétend interdire aux élus de la Nation le droit de s'exprimer librement sur des sujets politiques! Un comble!

Non seulement ce droit existe pour tous les citoyens, mais encore, il est expressément garanti pour les parlementaires qui disposent, pour rendre cette garantie effective, de l'immunité parlementaire, droit conquis de haute lutte il y a plus d'un siècle et demi (si ma mémoire ne me fait pas défaut). Ce n'est pas parce que ce droit a été outragé par des usages scandaleux (au fil du temps, il est devenu un moyen de couvrir des délits, voire des crimes, commis par les parlementaires, en interdisant les poursuites judiciaires), qu'il faut songer à en contester le bien fondé.

Si l'Assemblée nationale décide de constituer une commission d'enquête, c'est son droit le plus strict. Il n'y a même aucune limite à ce droit. Tous les sujets, absolument tous, peuvent y passer, y compris les sujets "privés" dès lors qu'ils ont une résonnance publique.

C'est ce que ladite assemblée a fait! Et elle a eu raison.

Partant, elle a également décidé de l'ouvrir au public. Chose étrange car on aurait pu penser que, à priori, tous les débats de l'Assemblée Nationale sont publics, sauf si des règles précises en disposent préalablement autrement et, bien entendu, sauf si l'Assemblée nationale en décide autrement.

Encore une fois, ce sont les journalistes qui ne font pas correctement leur travail ...

Quant aux magistrats qui se croient autorisés à transgresser le devoir de réserve, sans doute va t-on devoir, là aussi, y mettre bon ordre.

Chiche! Et si on élisait, comme aux Etats unis, les juges de premère instance? C'est une idée qui me trotte dans la tête. Je n'ai pas arrêté ma position sur cette question.

Bien entendu, le débat est ouvert! 

Commenter cet article

jlb 23/02/2006 21:46

quelque émission comme "arret sur image" ou "C dans l'air" qui aident...

Jacques Heurtault 22/02/2006 18:32

A mon humble avis, il ne faut pas attendre que les journalistes fassent leur autocritique. C'est comme les responsables politiques : ils ne la font que du bout des lèvres, lorsque les monstruosités sont telles qu'ils ne peuvent plus y échapper.
Avez vous remarqué que, dans ce cas, c'est alors l'ensemble de la classe politique qui s'y met : faire l'autocritique de toute une classe, c'est encore une manière d'éviter d'avoir à faire la sienne propre
Ce sont des malins, les journalistes ... Heureusement que depuis peu il y a les blogs et Internet. A nous d'en faire un bon usage sans tomber dans le travers que nous dénonçons.

jlb 22/02/2006 14:50

j'ai souvenir, comme ça, de titres de JT ou radio (france inter) où était expliquées les conditions déplorables de vie des enfants et parents concernés ( illétrisme, RMI..) . Dans mon souvenir tout concordait alors à rendre crédible les réseaux pédophiles; la seule surprise venant de l'ampleur du phénomène.
Or à ce jour je n'ai pas entendu un média (télé ou radio) faire son auto critique de sa couverture des évènements. Mais je ne suis pas tout non plus... par contre F.Aubenas a eu une écriture méritoire..
Mais je ne peux me baser que sur mes souvenirs!

Jacques Heurtault 22/02/2006 12:11

Qu'appellez-vous leurs titres et émissions? Je regarde trop peu la télévision et suis très exigeant sur la qualité des émissions. Je tire ces informations  de la presse écrite de qualité (mon quotidien, c'est "Les Echos"). Autrefois, c'était Le Monde. Mais deouis qu'il a ouvert ses colonnes à Tarik Ramadan, je l'ai viré ... Pas de compromission avec les infiltrés du terrorisme et de la subversion de nos valeurs démocratiques.

jlb 22/02/2006 11:50

y-a-t-il eu une émission de télé qui soit revenue sur leurs titres et émissions pendant l'affaire?