Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Nomination du PDG de France Télévisions : mes propositions.

29 Juin 2008, 17:00pm

Publié par Jacques Heurtault

Autant le dire tout de suite : je ne suis pas d'accord avec la proposition de Nicolas Sarkozy ... qui, si j'ai bien compris, veut que ce soit le Président de la République qui nomme le PDG de France Télévisions.

Il convient tout d'abord de rappeler quelques principes essentiels de nos institutions actuellement en vigueur :
1. C'est le Gouvernement qui détermine et qui conduit la politique de la Nation (article 20).
2. Lorsque la majorité de l'Assemblée Nationale n'est pas du même bord politique que le Président de la République, c'est la politque de la majorité de l'Assemblée Nationale qui prévaut car toute autre politique serait, sans coup férir, censurée par ladite Assemblée.
3. C'est le Président qui nomme aux emplois civils et militaires. Il le fait en Conseil des Ministres ... Autrement dit sur proposition dudit Conseil et notamment du Premier Ministre. Donc, retour au point N°1!

En ce qui concerne France Télévisions, il tombe sous le sens que cette entreprise n'est pas une entreprise comme les autres ... Elle a droit à quelques égards!
1. Son Conseil d'administration doit être à l'abri de toute pression émanant de tout pouvoir. A fortiori son PDG.
2. La meilleure méthode pour obtenir cette garantie, c'est une nomination dans la durée et, par conséquent, une irrévocabilité en cours de mandat sauf respect d'une procédure stricte de destitution pour manquement grave aux devoirs de sa charge. Si le PDG est nommé pour trois ans, il doit, a priori, pouvoir rester en place pendant trois ans, surtout s'il y a changement de majorité politique pendant la durée de son mandat.
3. Nicolas Sarkozy vient de commettre une faute politique ...  Surprenant .

Voici ce que je propose.
1. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel reçoit les candidatures et établit, à partir de celles-ci, une liste de postulant en prenant en considération des critères strictement professionnels (qualité de gestionnaire rigoureux, de personne au tempéramment consensuel et de connaissance du métier particulier d'informer ...).
2. Le Parlement, selon la procédure habituelle de discussion des textes, établit une liste restreinte, A LA MAJORITE QUALIFIEE des deux tiers, de trois noms de candidats "nominés".
3. Le Conseil des Ministres désigne le PDG parmi ces trois noms. Les deux autres candidats "malheureux" sont membres de droit du Conseil d'administration de France Télévisions.
4. Il est adjoint un Comité Consultatif des Journalistes qui est systèmatiquement consulté sur tout sujet relatif à l'éthique professionnelle.
5. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel est maintenu dans sa fonction de contrôle et de respect des équilibres.

Commenter cet article

deache 06/07/2008 15:05

Voici ce que dit la contribution de Ségolène Royal dans le chapitre "Repenser sans tabou la Sécurité Sociale, § Batir un système de retraite, transparent universel et personnalisé":
Nous pensons qu’une autre politique est possible en matière de financement des retraites : le déficit s’explique en partie par la multiplication des exonérations de cotisations sociales non compensées ou seulement partiellement. Il en est ainsi, par exemple, du dispositif mis en place sur les heures supplémentaires. Il faut y mettre fin. Nous savons tous qu’il existe également des sources complémentaires de financement : fiscalité des stock-options, Fonds de réserve des retraites qui devrait être doté de 100 milliards d’euros en 2020 (soit 25 % du besoin de financement des régimes de base à cette échéance).
Les retraites, c'est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas : elles doivent donc être garanties. Alors que la droite avait promis une augmentation de 25 % du minimum vieillesse et des petites pensions, un million de personnes âgées connaissent la pauvreté, à l’instar de la situation vécue dans les années 1960.
Si on tient compte de la réalité des prix, les six millions de petits retraités connaîtront cette année une baisse d’environ 10 % de leur pouvoir d’achat. Voilà la réalité et les millions d'électeurs de plus de 65 ans ont été trompés, bafoués, alors qu'ils ont voté majoritairement pour le candidat de la droite. Il est aujourd'hui indécent de demander encore et toujours de travailler plus longtemps, alors que l’on entre de plus en plus tard sur le marché du travail et que le chômage des seniors est l’un des plus élevé d’Europe.
Mais l’enjeu, c’est peut-être d’abord que les Français se réapproprient le système de retraite par répartition, car ce système, c’est le leur. Beaucoup en ont assez de ne plus rien y comprendre car s’entremêlent des régimes de pensions multiples, des décotes et surcotes calculées au vu des fins de carrière, des rachats d’années d’études dans des conditions obscures, des avantages familiaux différents d’un régime à l’autre. Nous proposons que la gauche fasse sienne le projet d’une évolution profonde de l’ensemble de nos régimes de retraite vers un système unifié inspiré de la réforme suédoise, dans lequel chaque cotisant dispose d’un compte personnel sur lequel il accumule ses cotisations tout au long de sa vie active, de façon à déterminer le montant de sa pension au moment où il choisit de partir en retraite.
 À l’arrivée, les caractéristiques du système sont les suivantes :
-          Le système reste par répartition et les cotisations des salariés financent les pensions courantes. Dans le même temps, le compte individuel de chaque travailleur mesure en euros les droits à pension à chaque instant. Un lien clair et direct est établi entre contributions des travailleurs et droits à pension.
-          Au terme de sa vie active, chaque travailleur a accumulé un patrimoine retraite, revalorisé tout au long de la vie, qui lui donne droit au versement d’une pension mensuelle calculée en fonction de l’espérance de vie moyenne de sa classe d’âge. Le critère de la pénibilité des tâches doit être pris en compte dans ce calcul.
-          Les salariés moyens et modestes sont avantagés dans un tel système, puisque les carrières longues permettent d’accumuler un patrimoine plus important. La prise en compte de toutes les années de cotisations permet aussi d’éviter que les travailleurs à carrière longue subventionnent de fait ceux qui ont eu une carrière plus courte mais de fortes revalorisations salariales en fin de carrière.
 -  Avec ce système, fondé sur un principe simple d’équité et de transparence (« à cotisations égales, retraites égales »), la retraite devient enfin le patrimoine de ceux qui n’ont pas de patrimoine. Quand les personnes changent de statut, ils ne perdent rien.

Jacques Heurtault 06/07/2008 20:27


Je vais poursuivre Ségolène Royal en plagiat! Sa proposition est la copie conforme de mes propositions....
C'est pour rire, évidemment ... Je ne vais pas la poursuivre ni même lui demander des droits d'auteur! Je suis au contraire très content que mes idées soient plagiées!
Soyons clairs : il ne peut être question d'instaurer une contribution sur les revenus du capital! Il faut laisser cette idée à l'extème gauche! Pas compatible avec la mienne!


lewalis 02/07/2008 14:15

Bien qu'étant un sympathisant sarkozyste, cette proposition me dérange, l'éxécutif peut avoir un rôle consultatif dans la nomination mais pas décisionnel! Sa proposition est cependant valable si cela s'établit dans un contexte de pure négociation entre l'assemblée nationale, le CSA et l'éxécutif.

Jacques Heurtault 02/07/2008 22:36


Ma proposition n'est pas celle de Sarko!
Même dans une négociation, il faut, in fine, une décision. Il faut que quelqu'un tranche ... Moi, je propose que le pouvoir décisionnel soit encadré. Au CSA le choix technique, au Parlement le
choix politique (majorité qualifiée nécessaire ... donc accord entre majorité et opposition indispensable), au gouvernement la décision finale qui intronise. Ca me semble équilibré.


Romuald 30/06/2008 23:14

Nicolas Sarkozy vient de commettre une faute politique ...  Surprenant .Pourquoi, ce serait sa première ? Vous aurait-il envoûté à ce point ?

Jacques Heurtault 30/06/2008 23:44


Non, il ne m'a sûrement pas envouté! Mais j'ai assez d'expérience politique pour savoir que Sarko est de la trempe d'un Mitterrand : il sait ce qu'il veut et il obtient ce qu'il veut! Ou bien je
n'ai rien compris cette fois-ci, ou bien il a commis une faute politique! l'un ou l'autre mais pas les deux.


deache 30/06/2008 10:41

Voilà une proposition qui contribue, sans ambiguïté, à un Etat impartial. Je la retiens pour alimenter le débat participatif sur le sujet.

Jacques Heurtault 30/06/2008 18:38


Je constaterai avec plaisir que Ségolène Royal retient, même sous une forme un peu différente, cette proposition ... si, toutefois, elle la retient!
J'ai lu quelque part qu'elle préconisait la mise en place d'une retraite "par points" ... Cette proposition ressemble à s'y mépendre à une de mes propositions déjà formulée sur ce blog ...
Question : Ségolène Royal lit-elle mon blog? Même en cachette ..., si tel est le cas, je me sens  honoré!


Aurélien Royer 29/06/2008 19:04

En lisant le message que vous avez posté sur le blog Debattons, j'attendais une proposition audacieuse de votre part. Là voilà. Et je peux vous dire la partager: il paraît en effet indispensable que le PDG de France Télévisions soit choisi à l'issue d'une procédure suffisamment encadrée pour ne pas donner lieu à polémique. Le rôle du CSA est, dans nos institutions et encore plus aujourd'hui, fondamental !

Jacques Heurtault 29/06/2008 23:33


Nous sommes d'accord ...