Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Les chiffres du chômage... Et ceux de l'emploi?

21 Juillet 2008, 15:48pm

Publié par Jacques Heurtault

Une personne que j'aime beaucoup (c'est mon épouse!) me transmet un article, traitant du chômage et de l'emploi, paru dans les publications de l'Institut Montaigne... Intéressant!

Début de citation :

L’Insee a publié ce jeudi les chiffres du chômage au 1er trimestre 2008. On comprendra aisément que la ministre de l’économie se réjouisse de cette nouvelle baisse…

Des chiffres à saluer

Excellente nouvelle pour Christine Lagarde, le taux de chômage a baissé, pour atteindre 7,2 % de la population active en France métropolitaine au premier trimestre, soit 0,2 point de moins qu’au précédent trimestre. En un an, nous sommes passés de 8,4 à 7,2 % de taux de chômage. On enregistre ainsi la 7ème baisse consécutive sur 7 trimestres. Ce résultat est d’autant plus précieux qu’on pouvait craindre une inversion, puisque la décrue du chômage a commencé en 2006 mais a butté sur un palier au tournant de l'année 2006-2007, avant de reprendre, il y a un an. Cette fois, elle se poursuit.

Un peu mieux pour les jeunes

En regardant les chiffres dans le détail, on constate que le taux de chômage a encore reculé pour les moins de 25 ans. La décrue les concerne donc aussi. Cela dit, ces niveaux demeurent deux fois supérieurs au taux de chômage des 25-49 ans. 17,2 % de chômeurs parmi les jeunes, c’est nettement moins qu’il y a un an, lorsque l’on dépassait les 20 %, mais ce chiffre reste très, trop élevé, évidemment.

Peut (encore) mieux faire

Si l’on se penche cette fois sur les 25-49 ans, nouveau progrès, on tombe à 6,6 % de chômage concernant cette population. Autant dire que l’on n’est plus si éloignés du plein emploi. Et au total, il faut tout de même retenir que le taux de chômage publié ce jeudi est le plus bas jamais observé en France depuis 1983, comme l’a rappelé Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi. Pourtant, il nous reste de gros progrès à faire, pour les jeunes, mais aussi pour la qualité de l’emploi : parmi les actifs, nombreux sont ceux qui sont à temps partiel et qui aimeraient travailler plus. La bataille n’est pas gagnée…

Du côté de la Suède

Des combats restent à mener, Laurent Wauquiez l’admet lui-même, et propose de regarder du côté de la Suède, pour faire en France les réformes structurelles. Excellente référence, puisque la Suède est partie du chômage de masse dans les années 90 pour atteindre 5 % seulement de chômage aujourd’hui. Ingrédients du succès suédois : la réforme de la formation professionnelle, la création d'une agence unique de service public de l'emploi avec des objectifs de résultats, et aussi des contrôles accrus pour que personne ne profite du système. Tout cela trouve d’ailleurs un écho dans les réformes qui sont en cours en France… Cela étant, un autre problème reste à régler, celui de la mesure, des chiffres et de leur transparence.

Plus de transparence

En effet, si l’on observe les chiffres exploités aujourd’hui, il y a de quoi être surpris ! Le taux de 7,2% de chômage publié ce jeudi matin correspond à 2 millions de chômeurs au sens du BIT, le Bureau International du Travail. Or, en France, on compte 2,6 millions de personnes, qui ne sont pas toutes des chômeurs au sens du BIT (parce qu’elles ne sont pas disponibles dans les deux semaines pour travailler ou parce qu’elles n'ont pas effectué de démarches actives de recherche d'emploi dans le mois précédent).

Pour afficher le taux d’emploi

Pour plus de clarté, nous proposons donc, à l’Institut Montaigne, de fixer les objectifs politiques en termes de hausse du taux d’emploi plutôt que de baisse du taux de chômage. Car le taux de chômage est discutable, variable dans ses définitions et permet pas mal de manipulations (contrats aidés, emploi public, radiation de chômeurs). Le taux d’emploi, en revanche, mesure le nombre de personnes qui travaillent en pourcentage de la population. Il chiffre donc la capacité d’un pays à faire participer, sans discrimination, l’ensemble de sa population active à la création de richesses.

Des progrès à relativiser

Ainsi donc, si l’on utilisait plutôt le taux d’emploi, on passerait d’une logique de mesure de la pénurie d’emplois (ce qu’indique le taux de chômage) à une logique d’accroissement du potentiel productif. On verrait aussi qu’il nous reste de gros progrès à faire, puisque notre taux d’emploi est passé de 64,7 % à 65,1 %, quand en Allemagne et même au Portugal, il est de 68 %. Sans compter qu’au Danemark il atteint même 77 % !

Fin de citation.

Cela fait déjà un moment que je propose de retenir non pas le taux de chômage mais le taux d'emploi! Je souscris donc à la proposition de l'Institut Montaigne! Ils ont peut-être copié sur moi ... C'est sans importance! J'ai dit que je ne demandais jamais de droits d'auteur!

Ca va poser un gros problème puisqu'on va passer à un taux de chômage de 7,2% à un taux d'emploi de ... 65,1%! Les deux chiffres sont cohérents! Sauf que, pour faire comprendre au quidam qu'un taux d'emploi de 65,1% ne signifie pas un taux de chômage de ...34,9%, ça risque d'être un peu dur!

Patience et longueur de temps!

Commenter cet article

Jean-Pierre 22/07/2008 16:01

S'appuyer sur le taux d'emploi, c'est du simple bon sens. Le taux de chômage ne parle qu'au spécialiste et ne reflète qu'une facette de la situation du marché du travail. Je vote pour, moi aussi.

Jacques Heurtault 22/07/2008 19:20


Vous avez raison! Je doute que le pouvoir politique, quel qu'il soit, adopte cette idée car, intuitivement, l'opinion publique déduira, à tort, que le taux de chômage est de 100%-le taux d'emploi!
Taux d'emploi de 67% + taux de chômage de 33%! Complètement idiot mais néanmoins bel et bien sujet à caution!


GM 22/07/2008 09:20

Et pourtant, qu'est-ce que ça serait plus lisible...Je reste désolé que le taux de chômage ne mesure que les personnes à la recherche d'emploi, autrement dit en situation d'échec de l'insertion sociale.Je reste sidéré du nombre de quinqua (une classe d'âge ça compte combien de personnes ? 500.000 ? Une décennie, 5 millions ?) a qui l'on dit perfidement qu'il faut qu'ils se lancent en "free lance" pour retrouver un outil de travail !Ca marche ou ça casse !Quand ça marche, ils en ont pour 10 à 15 ans à se les faire en or, quand ça casse, on les retrouve dans les 7,86 millions de pauvres !Indécente la réalité que cachent ces chiffres !

Jacques Heurtault 22/07/2008 12:24


Je suis en PARFAIT accord avec vous!