Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Récession. Essai de remédiation.

14 Août 2008, 21:25pm

Publié par Jacques Heurtault

A quoi bon les querelles de mots?

N'y a-t-il pas suffisamment de sujets de querelles politiques (Quels choix faut-il faire pour l'avenir?), de querelles sociales (Comment faut-il répartir les richesses produites par ceux qui travaillent?), de querelles idéologiques (Quel est le meilleur système?)?

Est-il bien nécessaire de rajouter un objet de querelle supplémentaire en faisant une fixation sur  un mot?

Je ne le crois pas.

La récession (que nos "valeureux" journaleux de merde appellent, toute honte bue, la "croissance négative"! Mais oui ...), c'est la diminution nette de la quantité de richesses produites sans prendre en considération la dérive des prix (que l'on appelle encore, plutôt improprement, l'inflation) sur une période donnée.

Le mois est une période trop courte ... L'année est une période trop longue ... Le trimestre semble acceptable. Va pour le trimestre!

La valeur absolue des richesses produites résulte évidemment d'un "calcul" qui s'apparente davantage à une estimation.

Stricto sensu, on ne connait la valeur de la production intérieure brute (P.I.B.) qu'avec un décalage de ... cinq ans (environ)! C'est le temps nécessaire pour pouvoir consolider d'une manière fiable les éléments de la Comptabilité Nationale que les entreprises sont tenues de fournir dans leurs déclarations de toutes sortes qu'elles font, chaque mois, chaque trimestre, chaque année.

Il n'est évidemment pas question que l'on attende cinq ans pour obtenir des indicateurs définitifs!

Si on n'est pas certain des premières données fournies, on est, par contre, beaucoup plus certain des évolutions à court terme. Si je ne sais dire si le PIB est de 100 ou de 110 c'est évidemment gênant! Mais si je peux estimer que son évolution est de 2%, toutes choses égales par ailleurs, c'est un indicateur précieux. Certes, le PIB sera soit de 102 soit de 112,2 mais le nouvel écart d'incertitude ne sera que de 0,2 sur un base initiale de 100... autant dire quelque chose d'insignifiant.

On sait estimer l'évolution d'un P.I.B. du moins en France! Et certainement dans de nombreux autres pays économiquement très développés (j'émets quelques réserves au sujet de l'Italie).

L'économie d'un pays se conduit comme on conduit une voiture.

Les informations arrivent dans le cerveau du conducteur qui prend les décisions dans le dixième de seconde ... Il n'y a qu'un seul conducteur!

Les dirigeants du pays (ceux qui, par leurs décisions, influent rapidement sur le cours des choses ... autrement dit, pas seulement les membres du gouvernement mais aussi les chefs des grandes entreprises et les dirigeants des grandes institutions, notamment monétaires) sont...beaucoup plus nombreux! Est-ce un bien? Est-ce un mal? Je penche nettement pour la première appréciation... L'unicité du pouvoir me fait peur...

Il est évident que si le volume des richesses produites diminue alors même que la population stagne ou, "pire", augmente, un délicat problème de répartition des dites richesses se pose alors! Des protestations en perspective...

Pourquoi y a-t-il récession?

On peut ergoter longtemps sur la diminution de la demande, la diminution de l'offre, etc... et, par conséquent, sur la nécessité ou pas de développer la demande (en décrétant une hausse du pouvoir d'achat!) ou sur la nécessité de développer l'offre (en favorisant les investissements... mais lesquels?). cela ne présente pas un gros intérêt... La sagesse commande de laisser les choses aller leur cours en veillant simplement à ce que le camion France (un très très gros poids lourd!) ne verse pas dans le fossé... d'où il sera extrêmement difficile de l'en sortir attendu que l'on extrait assez facilement un vélo du fossé, un peu plus difficilement une voiture et nettement plus difficilement un attelage articulé de 42 tonnes... Un pays tout entier, je ne vous dis pas...

Il y a récession parce que les conditions de la production ne sont pas satisfaisantes pour les producteurs, soit qu'ils ont du mal à se faire payer, soit parce que les carnets de commandes ne sont pas suffisamment remplis, etc... On ne s'en sort pas... des explications plus ou moins oiseuses pour ne pas dire vaseuses!

Un chose est absolument évidente : si la valeur comptable des entreprises n'est pas fiable, la confiance que l'on peut avoir dans celles-ci diminue. Elle diminue même très très vite, beaucoup plus vite que la fiabilité elle même. Il y a certainement un effet multiplicateur de nature exponentielle...

Il faut donc prendre le temps de remettre à plat l'ensemble des bilans des entreprises...

Il y a deux méthodes pour cela.
1. Dire que, à titre exceptionnel, les entreprises pourront réévaluer leurs bilans respectifs (en plus ou en moins!) sans que cela ne provoque de hausse de l'impôt "société" mais seulement, éventuellement, une baisse... Les entrepreneurs ne craignent pas de proceder à une telle opération car, dans tous les cas, ils sont gagnants. Cette méthode se traduit par une baisse des rentrées fiscales de l'Etat. C'est donc un choix politique. Une loi est nécessaire...
2. Mettre en place un véritable impôt sur le patrimoine, au taux très très faible,
conduisant naturellement les entreprises à évaluer correctement, EN PERMANENCE, leurs bilans. Pour les empêcher de tricher, il suffit de fixer deux règles :
2.1. Est taxable tout ce que la personne "morale" (l'entreprise) possède quand bien même elle aurait dû emprunter pour acquérir le bien.
2.2. Tout bien peut faire l'objet d'un rachat pur et simple par l'Etat à un prix de 10% plus élevé que la valeur déclarée.
Voilà de quoi assainir, en douceur, l'ensemble d'une économie de tout un pays... C'est tout le contraire de je ne sais quelle politique "conjoncturelle" qui conduit à faire zigzaguer un énorme poids lourd... sur une chaussée recouverte de verglas!

Bonnes réflexions!

Commenter cet article

Jacques 22/08/2008 11:44

Je ne vois pas trop la différence avec l'existant.Cependant, sur les emprunts, vous avez raison. Juppé avait supprimé leur déductibilité. Sarko l'a rétablie seul CONTRE l'avis de tous ses conseillers.Pour les Associations, desquelles parlez-vous ? Les Associations étant, par définition, à but non lucratif, sur quelles bases voulez-vous les imposer ?En revanche, celles qui font du bénéfice par activité commerciale conjointe, ça peut, en effet se discuter.jf.

Jacques Heurtault 23/08/2008 01:13



Les associations étant des "personnes morales", elles sont imposées, comme n'importe quelles autres personnes morales, sur ce qu'elles possèdent (en nom propre). Dans la quasi totalité des
cas, les associations n'ayant vraiment aucun but lucratif ne possèdent quasi rien. Leur impôt sur le patrimoine sera donc quasiment nul! Il n'en va écidemment pas de même pour les autres ...
Cette proposition repose sur l'idée simple selon laquelle tout chose qui a de la valeur marchande appartient à une personne, physique ou morale peut importe.
Si vous avez bien compris le système, les enchevêtrements et "participations croisées" deviennent très vite prohibitifs pour les propriétaires... Il s'ensuivra un effort de rationalisation très
important qui permettra d'y voir beaucoup plus clair! 



Jacques 19/08/2008 10:05

Ca dépend sur quoi....Car je ne suis inconditionnel de personne savez-vous...jf.

Jacques Heurtault 20/08/2008 21:56


Sur l'impôt sur le patrimpoine, par exemple!
Relisez mes articles sur le sujet (rubrique "fiscalité") et dites-moi comment vous percevez la logique de ma proposition...
Taux très faible, assiette large, non déductibilité des emprunts, taxation des personnes physiques (vous et moi, etc ...) ET des personnes morales (les sociétés, les associations, etc...), taxation
sur les biens matériels ET immatériels possédés (dont on est juridiquement propriétaire). Tous les biens, y compris de ceux de la puissance publique! Y compris ceux des musées ...
Pénalité infligée sur la base d'une estimation forfaitaire du bien égale à 110% de la valeur déclarée... Avec ça, vous avez intérêt à déclarer le Picasso que vous possédez à sa juste valeur
marchande, car l'Etat vous rachète votre bien à la valeur déclarée majorée de 10% ...
Vous me suivez?


Jacques 15/08/2008 11:24

Mais comment se fait-il donc que le Gouvernement ne vous prenne pas pour Conseiller Suprême et ne mette pas illico en place vos propositions;;;;"audacieuses" ?????

Jacques Heurtault 18/08/2008 03:47


C'est une bonne question et je vous remercie de l'avoir posée!
Je n'ai pas de réponse fiable et certaine.
Je n'ai qu'une réponse possible : Mes propositions mettent en cause des intérêtes financiers COLOSSAUX. Il est donc normal qu'iln'y donne aucune suite!
Vous, par contre, compte tenu de vos engagements, vous devriez me soutenir avec FERVEUR!