Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Les Italiens ont-ils la berlue? Vont-ils rester prodigues?

11 Avril 2006, 20:25pm

Publié par Jacques Heurtault

Dur, dur, la politique! 49, 8% pour un camp; 49,7% pour l'autre. Il paraît que ça se joue à quelques dizaines de milliers de voix. Une leçon à tirer tout de suite : heureusement qu'un système de prime majoritaire va permettre de dégager une majorité capable de soutenir un gouvernement. Au moins, les Italiens n'auront pas perdu. Car, il faut admettre qu'il n'y a rien de pire qu'un pays rendu ingouvernable. C'est dangereux pour lui-même; étant un Etat-membre de l'Union Européenne, une instabilioté chez eux peut avoir des répercussion chez les autres. D'autant que, en allemagne, le président du parti social-démocrate vient de démissionner. Prémisses d'une crise ... Pas bon, tout ça, pas bon du tout ...

En effet, les trois pays de l'Union qui présentent de réelles faiblesses pour faire face à l'avenir (déficit public ...) sont aussi ceux qui présentent des difficultés politiques. La France, l'Allemagne, l'Italie ... Que ça plaise ou non, il va falloir re-serrer les boulons. Il y a des modèles sociaux qui vont devoir numéroter leurs abattis. Cela ne fait, pour moi, aucun doute.

Berlusconi avait promis une baisse d'impôts. Les électeurs ne semblent pas avoir majoritairement compris son message.

Il faut le reconnaitre : le déficit public de la France, qui nous fait peur vu d'ici, n'est rien d'autre qu'un trou, certes profond, à côté du gouffre italien! Quelque chose comme 110% du PIB, là-bas ... Chez nous, nous n'en sommes qu'à 68% ... En Belgique, ça ne vaut guère mieux, apparemment. Pourtant, ce n'est qu'apparence. Car, en Belgique, la tendance est à la résorption du déficit ... alors que chez nous, il est à l'augmentation ... Itou en Italie!

Il faut le reconnaitre, proposer une baisse d'impôt alors que le déficit par en vrille, cela relève de la provocation. Ce serait bien si notre gouvernement en tirait quelques enseignements utiles.

Le vrai débat, ce n'est pas "Faut-il baisser les impôts?" mais bien "Faut réformer le système fiscal?"!

Dans la mesure où les effets de la baisse de l'impôt sur le revenu vont se faire sentir en Février 2007, il serait - peut-être - bon d'augmenter la CSG, au moins en alignant les différents taux sur l'actuel taux le plus élevé ... En mettant de côté l'approche électoraliste qui n'a pas, semble-t-il, été profitable à Berlusconi. Si ça doit être fait, c'est maintenant qu'il faut le faire, pas dans 6 ou 8 mois! Itopu avec la TVA dont on pourrait porter le taux "normal" à 20% au lieu des 19,6% actuels. Cela serait sans incidence réelle sur les prix. Dans le même esprit, le taux réduit pourrait être porté à 8%, quitte à donner un petit coup de pouce de compensation en augmentant le SMIC, sans toucher aux minimas sociaux (RMI, ASS ...).

Et l'Italie, dans tout ça? Il faut espérer qu'elle puisse être gouvernée ... Mais, attention! La prodigalité, ça peut donner le tournis, surtout si on a la berlue!      

Commenter cet article

Jacques Heurtault 13/04/2006 17:43

Analyse particulièrement remarquable ... J'y souscris complètement. Vous me "piquez" mes thèmes! Petit coquin ... 

Candide 13/04/2006 17:15


Le camarade Prodi


Voila les socialistes français bien timorés, eux si prompts à célébrer les victoires de la gauche  en quelque point du globe, en Espagne ou au Chili restent très discrets sur l’Italie.
Surprenante réserve. On n’a pas non plus souvenir que madame Royal soit allée prêter main forte à Romano Prodi. Serait- ce un oubli ?
Non rien de tout cela n’est fortuit. Rien n’est plus risqué pour le PS et ses dirigeants que l’avant goût que la gauche italienne va donner dans les mois qui viennent. Faire cohabiter un centre gauche avec son extrême va révéler qu’il est plus facile de s’unir dans l’opposition que de coopérer dans un gouvernement. Passé le temps des slogans faut-il encore se mettre d’accord pour l’action.
C’est l’impossibilité de cette mission que la victoire de Prodi va mettre en évidence à un an de nos élections.
Pas vraiment le scénario rêvé pour ceux qui prétendent réunir des électeurs de Bayrou aux gauchistes de Besancenot. Or sans réussir ce rassemblement il ne peut y avoir de victoire de la gauche aux élections.
Maudit soit les italiens qui vont montrer aux électeurs français la virtualité de cette coalition. La désillusion que va provoquer le succès de la gauche à Rome justifie qu’à Paris le PS n’ait rien fait pour aider le camarade Prodi.
 
 

Jacques Heurtault 12/04/2006 23:41

Je viens de parcourir, très brièvement, votre blog. je vous rejoins dans vos analyses. Notamment sur les blocages, néfastes aux personnes de conditions modestes (dont je fis partie quand j'étais étudiant, étant boursier de l'Etat).Je suis donc d'accord pour que nous crééions des synergies entre nos blogs.
Bien à vous! 

UCD 12/04/2006 22:17

Bonjour Monsieur Heurtault. Votre commentaire et votre blog me semblent très interessants et je vous rejoins sur le fait que les partis politiques actuels sont décevant dans leur bureaucratie, leur pensée unique et leur controle des adhérents. Où est le débat et le changement des représentants alors que nous avons des personnes qui s'accrochent à leurs sieges ?
Pour ma part ayant des propositions et des idées comme beaucoup de citoyens, je souhaite les partager. Aujourd'hui se met en place une Union où des personnes de tout les horizons ont envie d'avancer, d'échanger, de débattre de maniere constructive avec un besoin de s'écouter et de se comprendre et en commencant par faire tomber ce clivage politique gauche/droite qui ne sert qu'uniquement les partis sur la scene politique afin de ne pas laisser entrer d'autres alternatives.
Je vous invite donc à consulter notre blog et je serai ravi pour ma part si vous étiez intéréssé par notre initiative, à nous contacter.
http://u-c-d.over-blog.com/