Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Interview de François Fillon. Contribution critique.

15 Avril 2006, 11:19am

Publié par Jacques Heurtault

Souhaitant apporter quelques éléments de réflexion à cet interview, je commencerai par fournir quelques positions de principes en phase avec les temps nouveaux qui s'annoncent.

1. La question du chômage et du sous emploi chronique et massif est devenue tellement pregnante, permanente, récurrente, etc ... bref cruciale qu'il faut la traiter avec une vision nouvelle et des outils nouveaux. Résolument nouveaux ...

2. L'indemnisation, qui a, pour l'essentiel, toujours relevé de la logique de l'assurance (on couvre un risque par le paiement d'une prime que l'on rebaptise, pour la circonstance , "cotisation"), doit désormais relever de la solidarité nationale d'une part (a priori) et de la mise à contribution des employeurs (a posteriori) d'autre part. Autrement dit de la CSG payée par tous sur la base de tous les revenus (y compris par les retraités et par les èrémistes ...) auxquels on applique un même taux, au premier euro. Autrement dit, pour les employeurs, sur la base des coûts qu'ils engendrent par leurs décisions ...
Le système actuel des cotisations calculées sur les salaires doit donc disparaitre. C'est mon point de vue et je le ... partage!

3. Les partenaires sociaux (syndicats de salariés et d'employeurs) sont évidemment impliqués et associés à la mise en forme du nouveau dispositif notamment quant à la mise au point de la "clé" de la répartition. Cela tombe sous le sens!

4. L'organisme en charge de la redistribution devient donc de droit public. Le paritarisme, sur ce volet, doit disparaitre. Autrement dit "exit l'Unedic" en tant que structure fonctionnant selon les modalités actuelles.

5. On ne doit jamais perdre de vue que le nombre de personnes à "gérer" n'est pas de 2,5 millions mais d'au moins 4,5 (minimum) voire de 5 à 6 millions ... Cela peut faire peur mais la vérité est toujours réaliste même quand elle parait invraisemblable. Il a même été écrit qu'elle était révolutionnaire ...

6. A ce stade, il faut prendre une option de base qui détermine les choix futurs quant à l'architecture du "Légo" que l'on veut construire.
6a. Veut-on entrer dans une logique de placement  à court terme fortement teinté de coercition? Auquel cas, l'indemnisation doit être très courte en durée et bonne, voire très bonne, en niveau.
6b. Veut-on entrer dans une logique de placement non soumis à la logique du court terme? Par exemple, est-on prêt à accepter l'idée qu'une période de chômage puisse être l'occasion d'un remodelage complet de la qualification, du niveau de compétence du chômeur? On ne requalifie pas complètement un travailleur en quelques semaines!

J'en suis là, pour l'instant. Je vous le livre, brut de fonderie. Bonne lecture et, surtout, bonne réflexion ...      

Commenter cet article