Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

L'Italie : un étrange pays.

1 Mai 2006, 14:50pm

Publié par Jacques Heurtault

Air France était, cette fois-ci, en phase avec l'image qu'elle veut donner. Et, donc, pas en phase avec l'image qu'elle avait encore il y a peu. Des mauvaises langues parlait de Air Chance (à cause des grêves à répétition) au lieu de Air France!

A Rome, lieu de notre première destination, à Fiumicino, l'aéroport international, louer une voiture est compliqué. Rien à voir avec l'organisation américaine. J'ai encore en mémoire l'aéroport de Denver (Colorado), ou bien celui d'Atlanta (Géorgie) ou encore celui de Cincinati (Ohio). Il n'y a rien à dire : quand les Américains organisent, ça marche. En Italie, c'est "un peu" différent. Mais ça vient tout de même.

Y a-t-il un code de la route? Franchement, on peut se le demander. J'en ai vu de toutes les couleurs ... Feux rouges grillés, lignes blanches violées, limitations de vitesse allègrement "interprétées" ... Tout ça, sur l'autoroute ou sur les routes de campagne.

Pour ce qui est des déplacements en ville (à Naples, lieu de notre destination pour la première semaine), il n'y a pas lieu de mettre de point d'interrogation. L'ayant vécu, je peux être catégorique : le code de la route est tout simplement "suspendu" au bon vouloir du plus audacieux. Pour un cartésien comme moi, pas facile à admettre! Au bout de deux jours, on s'habitue. Au bout de quatre jours, on fait comme tout le monde. Sinon, on n'avance pas!

Passer sa première nuit au milieu des citronniers chargés de ... citrons (encore heureux que ce soit des citrons) et à trois mêtres d'une glycine en pleine floraison ... Que demander de plus? 

D'autant que nous sommes allés manger une excellente pizza. Un dimanche soir, qui plus est Dimanche de Pâques, jour évidemment "festivi" (en Italie plus qu'ailleurs).

En passant, petit arrêt à Monte Cassino. Je voulais "voir". Monte Cassino est lieu sacré pour les Italiens. Les reliques de Saint Benoît y sont conservées. J'avais dans la tête la bataille du même nom, en 1944. Ce sont les Polonais qui sont venus à bout de cette position allemande. Quand on voit la configuration des lieux (un bastion escarpé du haut duquel les Allemands pouvaient "canarder") et que l'on a présent à l'esprit l'attachement des Polonais à la religion catholique (et donc à Saint Benoît), on mesure l'esprit de sacrifice dont ils ont du faire preuve pour prendre d'assault la position. Un cimetierre polonais témoigne. Une minute de silence s'imposait.  

Commenter cet article

Jacques Heurtault 03/05/2006 21:36

Bonsoir Roger,
Vous avez sans doute raison. On peut même ajouter que sans la logistique américaine, Monte Cassino ne serait peut pas tombé, du moins pas aussi vite.J'ai simplement voulu mettre l'accent sur l'aspect "Pologne/ Religion catholique/ Destruction d'un haut lieu hautement symbolique". Monte Cassino est tombé quasiment après avoir été rasé par les bombardements.Amitiés à vous aussi. 
 

Roger 03/05/2006 20:18

Bonsoir,Vous écrivez :"Monte Cassino : Ce sont les polonais qui sont venus à bout de cette position allemande"Sans aucun esprit de polémique envers personne, il faut tout de même dire que les polonais n'étaient pas seuls.Voir à la page http://hsgm.free.fr/batailles/montecassino.htmLa France était représentée par le Corps Expéditionnaire Français du Maréchal Juin (Général à l'époque) composé surtout d'Européens et Musulmans d'Algérie, mobilisés après le débarquement américain à Alger le 8 novembre 1942Amitiés

Jacques Heurtault 01/05/2006 18:09

Personne ne m'a montré le poing. Par contre, je puis affirmer que visiter Naples rend sourd. A cause des coups de klaxon incessants ...

Christian BOIS 01/05/2006 17:58

Bienvenue en France !
Si je comprends bien les conducteurs italiens n'ont pas changé. A ma  dernière visite là-bas, il y en a un qui a montré le poing au piéton que j'étais ce jour là !