Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Rapprochement Anpe Assedic : mon point de vue de citoyen (1er volet).

10 Mai 2006, 20:37pm

Publié par Jacques Heurtault

Je ne vais pas y aller par quatre chemins.

Voyons tout d'abord le cas de l'Assedic. C'est, actuellement, l'organisme qui paie les allocations des chômeurs. Il est "géré" selon la sacro-sainte règle du "paritarisme" dont j'ai dit, naguère, tout le mal que je pensais.

Rappelons, en effet, que les caisses de retraites sont "gérées" selon cette même règle ... et qu'elles sont au bord de la faillite! Toutes ... Il en va de même de la "Sécu", elle aussi, du moins jusqu'à il y a peu, gérée paritairement ... jusqu'au moment où les "politiques", qui sont, par nature, responsables de tout, ont décidé d'y mettre leur grain de sel et même les pieds dans le plat. La Sécu était (et est toujours, mais c'est en voie de résorption) en ... faillite!

L'Assedic n'échappe pas à la règle : elle est "gérée" paritairement et est ... en faillite!  Reconnaissons le : depuis que l'Etat a clairement fait savoir quil ne serait plus le "cochon de payant", boucheur de trou en forme de tonneau des Danaïdes, on y a mis un peu d'ordre.

Mais les blocages restent toujours là : les Assedics n'ont toujours aucun pouvoir de sanction véritable. pourtant, ce sont bien elles qui paient!

Justement, disent certains : on ne peut pas être à la fois "juge" et "partie". Pourtant, les mêmes, ou presque, affirment haut et fort que les Assedics sont en quelque sorte une "mutuelle" d'assurance.

Et alors? Qui peut avoir la naïveté de croire que les assurances, même mutualistes, ne font pas la police (la vraie, celle des flics; pas celle des contrats autrement appelés "polices", eux aussi) avec leurs assurés?

C'est oublier que, en outre, que l'adhésion à cette mutuelle un peu particulière est obligatoire, aussi bien pour les employeurs que pour les salariés. Ce n'est pas, à proprement parler, le mode de fonctionnement d'une mutuelle, pour lesquelles les adhésions sont toujours libres.

Mais, pour ceux qui défendent cette thèse, est-ce vraiment un oubli? Bien sûr que non!

Aussi, j'ose mettre en cause, radicalement, le statut même des Assedics. Table rase de ce "paritarisme" qui sert de cache-sexe à de véritables abus ... Les Assedics doivent devenir un établissement public (et non pas privé, comme c'est le cas actuellement) financé par tous, donc par la CSG. Le volume des cotisants (devenus des contributeurs) devenat plus élevé, le taux de prélèvement, à rendement financier équivalent, devient plus faible ... C.Q.F.D.

Et les employeurs? Oui, bien sûr. On ne va pas les oublier! Faut tout de même pas déconner.

J'observe, au préalable, que plus "ils" embauchent, plus ils paient aux Assedics! C'est, convenons en, une bien curieuse façon de les "récompenser" de leurs décisions bénéfiques ... Apparemment, personne n'y avait pensé! Même pas moi jusqu'à il y a quelques très brêves années (mais où avais-je la tête?).

Bien entendu, cette réalité a son corollaire : plus "ils" licencient, moins ils paient! "Excellente" façon de les encourager à triturer le tissu social!

Je propose donc que les employeurs contribuent au financement par le biais de pénalités. Evidemment pas des pénalités du type "Delalande" (dont je reconnais, humblement, que je l'avais, en son temps, approuvé). Non! Quelquechose de plus subtil, de plus général. Par exemple un pourcentage de la masse salariale "libérée" par les licenciements. Ceux qui seraient motivés par une faute professionnelle ne seraient pas concernés, cela va de soit. Par contre, ce nouvel établissement public serait de rang 2 dans l'établissement de la liste des créanciers, juste après les salariés eux-mêmes (auxquels il tombe sous le sens que l'on doit, avant toute chose, leur payer leurs salaires).

On le voit donc. ma proposition, pour le volet Assedics, n'est pas, à proprement parlé, ni la copie conforme des socialistes ni celle de Nicolas Sarkosy. Mais je ne doute pas que les uns et l'autre vont se rendre comptent de leur erreur ... et se disputer mon idée!

Demain, si j'ai le temps, la suite avec le volet Anpe ...      

Commenter cet article

Christian BOIS 11/05/2006 00:38

Alors à demain sans doute...
Votre commentaire sur Madison... sur mon blog était une page blanche ?