Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Non à la censure d'où qu'elle vienne!

22 Septembre 2006, 12:24pm

Publié par Jacques Heurtault

J'apprends par le canal d'un blog avec lequel j'ai régulièrement des échanges ... révélant nos désaccords de fond (Le vrai débat) que Nicolas Dupont-Aignan, député-maire UMP de Yerres (Seine et Marne), dont je désapprouve les positions politiques (il s'est engagé en faveur du NON pour le referendum sur l'Europe du 29 Mai 2005), a fait l'objet d'une CENSURE de la part du quotidien Le Monde. Une interview qui devait être publiée le 6 Septembre ne l'a pas été ...
De telles pratiques, de la part d'un quotidien qui a une image "d'objectivité" (que je conteste, d'ailleurs), sont inadmissibles.

Aussi, bien qu'étant en profond désaccord avec la prise de position de Nicolas Dupont-Aignan (il est en désaccord avec le projet de privatisation de Gaz de France), j'ai décidé de favoriser la diffusion de la prise de position de cet élu de la Nation.

Vous trouverez donc ci-après le texte intégral de l'interview censuré par Le Monde.

J'en commenterai le contenu dans les prochaines heures.

Début de citation :

"Pourquoi refusez-vous toujours d'approuver le projet de fusion entre Gaz de France et Suez ?

Nicolas DUPONT-AIGNAN.  Plus je creuse le dossier, moins je comprends l'intérêt de cette fusion. Je ne peux l'expliquer que par la volonté d'utiliser la puissance publique pour voler au secours de Suez. Une fois de plus, j'ai l'impression que le copinage des milieux d'affaires l'emporte sur l'intérêt national.

Les garanties apportées par le gouvernement ne vous paraissent pas suffisantes ?

N. D.-A.  Elles ne sont pas seulement insuffisantes, elles sont illusoires. On nous dit qu'il faut une fusion pour éviter une OPA sur Suez : mais le nouvel ensemble avec GDF sera opéable. On nous dit que le gigantisme est nécessaire pour mieux négocier l'approvisionnement. Or celui-ci dépend essentiellement d'accords d'Etat à Etat. De surcroît, l'activité « distribution gaz » de Suez ne représente que seulement 25 % de celle de GDF ! Cette fusion ne changerait pas fondamentalement l'échelle du groupe ainsi constitué. La seule fusion de poids serait entre EDF et GDF. On nous dit que cela va stabiliser les tarifs. C'est l'inverse : ce projet de loi s'inscrit dans la politique européenne de l'énergie qui vise précisément à abolir les tarifs réglementés. Après leur maintien transitoire, l'alignement par le haut sur des prix européens bien plus élevés sera facilité par le changement de statut de GDF. On nous dit qu'il n'y a pas d'autre solution. C'est faux. D'autres scénarios existent mais sont écartés par avance : que ce soit la prise de participations croisées entre Suez et GDF permettant de garder une majorité du capital de GDF à la puissance publique ou que ce soit la fusion entre GDF et les filiales énergie de Suez.

Le Parlement ne doit-il pas être le lieu de ce débat ?

N. D.-A.  Si justement, pour démasquer ce double langage destiné à forcer la main des parlementaires de la majorité et qui aboutira au démantèlement d'un de nos atouts majeurs dans la mondialisation. Il est stupéfiant de casser un outil comme EDF-GDF qui, fruit de l'effort de tous les Français, a offert à la France une électricité bon-marché et permettait une synergie gaz-électricité que tous recherchent aujourd'hui. Pourquoi détruire ce qui marche et que nous envient même les pays les plus libéraux, y compris les Etats-Unis ? Uniquement pour obéir au dogme de la concurrence alors que le double défi de l'énergie et de la réduction de l'effet de serre, au coeur des enjeux du XXIe siècle, exige l'intervention de la puissance publique. Arrêtons de faire croire que les marchés boursiers qui raisonnent à quinze jours permettront de relever des défis à cinquante ans.

A vos yeux, le gouvernement commet une erreur ?

N. D.-A.  En 2004, je m'étais abstenu sur l'ouverture du capital d?EDF et GDF car j'avais cru en la parole de Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac de ne pas privatiser. Comment demander aux Français de respecter la classe politique si les dirigeants de l?Etat n'ont plus de parole ? Une fois de plus, la majorité se prend les pieds dans le tapis en faisant un cadeau politique à la gauche, alors même que Lionel Jospin a signé avec Jacques Chirac à Barcelone le premier acte de la dérégulation. En effet le PS, s'il demande à raison la fusion de GDF et EDF, n'en tire pas toutes les conséquences, se refusant à remettre en cause cette politique européenne néfaste à nos intérêts.

Interview donnée au Monde par Nicolas Dupont-Aignan le lundi 4 septembre, qui devait paraître le mercredi 6 septembre et qui a été censurée."

Fin de citation.

Commenter cet article

James Arly 28/09/2006 18:48

Je sais maintenant.... Mercie. De toute façon, un enfant qui pleure, ça fait mal au coeur.... Quand en plus c'est le vôtre...

James Arly 28/09/2006 10:31

De l'ordre de 5 centimes d'euro au compteur.... Mais c'est à vérifier...
A l'hosto, ils vous vire, de toute façon.... Et je ne vous raconte pas l'antenne d'urgence de l'hôpital de Bastia, installée à Calvi... L'été dernier, j'ai fait 200 bornes un dimanche pour soigner les oreilles de ma fille : Le "puni" local voulait lui percer le tympan "pour faire couler le pue" : Arf ! Vu tout ce qu'il avait bu juste avant, j'ai pas osé poursuivre la consultation...
L'oto-rhino de garde de la Corse du Nord, il l'a aspiré et prescrit des antibiotiques : Ca eut aller mieux dès le lundi ! Arf !

Jacques Heurtault 28/09/2006 10:43

Attention aux otites à répétition (si c'est le cas de votre fille). Il faut toujours soigner ça avec énergie. Et si ça se répète, voir un spécialiste. J('en parle car j'ai eu le cas de ma fille.

James Arly 27/09/2006 09:47

Et puis il a tort NDA : Si GDF doit rester public pour des raisons hstoriques, ce n'est pas en subventionnant le prix de l'énergie par l'impôt qu'on y arrivera : Car il y a bien quelqu'un qui paye la différence entre le "prix du marché" qu'il répute plus élevé que le "prix tarif vente". Est-ce au citoyen de subventionner le consommateur ? Je ne suis pas sûr qu'on tienne longtemps à ce jeu là... Opacité, opacité, quand tu nous tient...
Même raisonnement, mais à l'envers : Quand on ne paye pas le "vrai" prix d'une chose, elle ne vaut plus rien ! ex : La santé, et inversement la PAC et le prix du steack, etc.
Et puis il y a un "truc" que je ne comprends décidément pas : Pourquoi le prix du KW/H grec est-il si peu élevé par rapport au notre, alors qu'ils fonctionnent encore au charbon et au fioul ? Et sans "nationalisation"...

Jacques Heurtault 27/09/2006 11:59

Il est à quel niveau le kwh grec?Je suis effectivement partisan quen lorsque l'on va à l'hopital, le montant du coût apparaisse sur la facture même si celle-ci est payée par la Sécu. Une façon de responsabiliser le client (et j'emploie ce mot exprès!).

Jacques Heurtault 23/09/2006 11:28

L'opération a effectivement pour but d'emêcher Suez de tomber aux mains d'Enel. Ce n'est peut-être pas très glorieux du point de vue de l'éthique européenne mais c'est de bonne guerre. Il est souhaitable que se constitue un puissant groupe EUROPEEN avec une base française dans le cadre de la montée en puissance du marché européen de l'énergie. Pour cela, il FAUT que la part de marché de GDF en FRANCE régresse afin que soit validée une extension EUROPEENNE de ce groupe à base française. Première étape : privatiser GDF afin que l'opération se fasse sans que l'Etat n'ait rien à débourser (interdit par les règles européennes). De toutes façons, il n'a pas d'argent pour le faire ... Ce qui règle la question!

James Arly 22/09/2006 18:09

M'enfin je ne comprends pas qu'on puisse encore lire "Le monde", Libé, le figaro et quelques autres ? D'ailleurs je ne suis pas le seul, puisque c'est autant de "mourants potentiels"
Non seulement le papier tâche et se gondole à la première bavure, mais en plus, après avoir soutenu tout et n'importe quoi du moment que c'est dans le "courant des loges", y compris "Pol pot le sanguinaire", on sait bien qu'il faut tout prendre à l'envers, même les critiques de cinéma ! Ca ne loupe pas !
Ce n'est plus de l'information ou de l'opinion, c'est de la désinformation ou du bourrage de crâne ! Lamentable !
Allez donc, mais alors tous, faire vos papiers dans la presse régionale quotidienne : Elle sera ravie et il y a bien plus de lecteurs intéressés.
Ou alors, les journaux économiques, même s'il n'y en a que deux : Au moins l'information n'est pas "à retourner", il suffit juste de lire entre les lignes (car tout 'est pas à dire) et ils restent indépendants !
"Le canard" déchaîné, lui, il n'inteview jamais....

Jacques Heurtault 22/09/2006 18:35

Il se dit que la plupart des articles du "Canard" sont bidonnés. Je ne sais. Je n'achète jamais mais je ne voudrais à aucun prix que le Canard soit censuré! La presse satirique a un rôle à jouer.

Guy 22/09/2006 15:17

Bravo Jacques pour cette initiative !

Jacques Heurtault 22/09/2006 17:41

Merci! Ayant moi-même été victime de diverses formes de censure, il est bien vrai que je ne la supporte plus. Toutefois, je n'irai pas jusqu'à relayer les thèses de l'extrême-droite pour un motif du même ordre. Pas davantage celles de l'extrême gauche irresponsable (Laguiller, Besancenot, etc). Dupont Aignan, lui, a été élu en ayant conquis sa circonscription sur la gauche après avoir développé une campagne de terrain qui force le respect (des milliers de porte à porte à se qu'il paraît). En outre, sa position souverainiste est profondément respectable ... même si je suis en désaccord.