Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Les Mureaux. Que s'est-il passé exactement?

5 Octobre 2006, 19:12pm

Publié par Jacques Heurtault

Selon la source auprès de laquelle on se renseigne, on a des informations différentes. Jusque là, ça va. Rien d'anormal à ce que des gens voient les choses différemment selon des critères de sélection qui ne sont même pas, la plus part du temps, véritablement conscients.

Avec l'affaire des Mureaux (y a-t-il eu une affaire?), on en vient à se demander, au rythme où vont les choses, si un même objet ne sera pas vu par Untel comme étant NOIR pendant que Tel-autre l'aura vu blanc. Qu'il y ait des nuances de perception, soit! Mais là, ce ne sont plus des nuances.

Je n'ai jamais caché que j'étais adhérent d'un syndicat. Je précise qu'il est classé comme modéré (à mon avis, il pourrait l'être un peu plus... Mais bon!).

Je suis donc enclin à faire confiance à un autre syndicaliste modéré. Aussi, ayant trouvé cet article dans "20 Mn", le quotidien gratuit, je vous le livre.

Début de citation :

"Yves Louis, policier, secrétaire régional du syndicat Alliance dans les Yvelines.

Les habitants évoquent des brutalités. L'opération était-elle plus musclée que d'habitude ?

Non, pas du tout. Je suis stupéfait d'entendre parler d'opération musclée. J'étais présent et tout s'est déroulé dans les règles de l'art, avec un professionnalisme à toute épreuve. Nous n'avons fait aucun usage de la force.

Ce n'est pas ce que disent certains médias...

Pourtant, après l'intervention, plusieurs journalistes se sont dit surpris de la maîtrise avec laquelle les policiers avaient agi. Notre intervention n'était pas violente, malgré le profil des supects qu'on recherchait.

Et que pensez-vous de la présence de la presse ?

Je ne sais pas qui l'a convoquée ni pourquoi. Mais je pense que les policiers ne peuvent pas agir sereinement sous les sunlights. Ils sont déjà suffisamment contrôlés et suspectés sans que les caméras ne s'en mêlent. Mais je sais bien qu'aujourd'hui, c'est la politique-spectacle qui prime.

Mais le travail de la presse peut aussi permettre d'éviter des bavures...

Ecoutez, il est déjà très difficile d'effectuer notre mission dans des conditions normales. Dès demain, une délégation du syndicat se rendra chez le directeur départemental de la Sécurité publique, pour savoir ce qui s'est réellement passé. Le danger, c'est qu'on se trompe de cible. Après une action violente, la réaction doit être immédiate. Il faut arrêter de jouer avec les flics, qui sont toujours entre le marteau et l'enclume.

Recueilli par L. de C.

Fin de citation.

Etant agent de l'Anpe, je puis témoigner que j'ai l'impression, parfois, d'être moi-même entre le marteau et l'enclume. Cela n'a rien d'agréable! 

Commenter cet article

James Arly 09/10/2006 11:04

Traces ton sillon, Ombre ! A chaciun son chemin de croix... "Et puis, comme moi, souffre et meurs en silence !" (Lamartine ou De Vigny, je ne me souviens plus...)

Jacques Heurtault 09/10/2006 11:12

Moi non plus, je ne sais pas mais Google va nous "sauver".

James Arly 06/10/2006 14:42

Quel poète vous faites, Monsieur le conseiller... Déjà un poème pour la môme "Ségo", demain pour "le petit nez à Clémentine".... Vous arrêterzz au "ministère de la beauté et de l'intelligence" ?

Jacques Heurtault 08/10/2006 22:56

J'ai cherché un peu, avec Google. Rien trouvé pour le moment.Ce qui me trotte dans la tête, c'est :"Qui suis-je? Qui puis-je? dans ce monde en délire?""Qui suis-je? Qui puis-je? dans ce monde en émoi?"...."On m'a dit les dollars, on m'a dit les autos""On m'a dit la faucille, on m'a dit le marteau"
Quelqu'un peut-il m'aider?

James Arly 06/10/2006 09:43

Arf ! "Entre le marteau et l'enclume" ! J'adore... Ca nous change du "marteau et de la faucille" ! (J'rigole... :-D)

Jacques Heurtault 06/10/2006 11:08

Le marteau et la faucille, c'est pire! Il y a la faucille pour couper les têtes .... Tiens! Ca me donne une idée. Je vais publier la chanson de Guy Béart qui parle de la faucille et du marteau ...