Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Le bruit des bottes. Jean Ferrat.

18 Octobre 2006, 10:30am

Publié par Jacques Heurtault

Toujours dans la même veine de lutte contre ce que Bertold Brecht appela "la bête immonde" ("le ventre est encore fécond d'où peut sortir la bête immonde"), voici les paroles d'une chanson de Jean Ferrat : "Le bruit des bottes". Le texte est suffisamment explicite pour se passer de commentaires. Le texte se rapporte principalement au coup d'état du 11 Septembre 1973, au Chili. et à la lutte anti-franquiste ...

Début de citation :

C'est partout le bruit des bottes
C'est partout l'ordre en kaki
En Espagne on vous garotte
On vous étripe au Chili
On a beau me dire qu'en France
On peut dormir à l'abri
Des Pinochet en puissance
Travaillent aussi du képi

Quand un Pinochet rapplique
C'est toujours en général
Pour sauver la République
Pour sauver l'Ordre moral
On sait comment ils opèrent
Pour transformer les esprits
Les citoyens bien pépères
En citoyens vert-de-gris

A coup d'interrogatoires
De carotte et de bâton
De plongeon dans la baignoire
De gégène et de tison
Il se peut qu'on vous disloque
Ou qu'on vous passe à tabac
Qu'on vous suicide en lousdoc
Au fond d'un commissariat

Il se peut qu'on me fusille
Pour avoir donné du feu
Pour avoir joué aux billes
Avec un petit hébreu
On va t'écraser punaise
Pour avoir donné du pain
Pour avoir donné du pèze
Au petit nord-africain

Il se pourrait qu'on m'accuse
Avec un petit gourdin
D'avoir étudié Marcuse
D'avoir été sartrien
Ils auront des électrodes
Ils diront tu veux du jus
Pour connaître la période
Où j'étais au P.S.U.

A moins qu'ils me ratatinent
Pour mon immoralité
Pour avoir baisé Delphine
Pour avoir été pédé
A moins qu'ils ne me condamnent
A mourir écartelé
Entre l'amour de Roxane
Et celui du beau Dédé

Il se peut qu'on me douillette
Pour que je veuille attester
Qu'en mil neuf cent soixante-sept
Je lisais l'Humanité
Il se peut qu'on me tourmente
Et qu'on me fasse avouer
Que dans les années soixante
J'étais à la C.G.T.

A moins qu'ils me guillotinent
Pour avoir osé chanter
Les marins du Potemkine
Et les camps de déportés
A moins qu'avec un hachoir
Ils me coupent les dix doigts
Pour m'apprendre la guitare
Comme ils ont fait à Jara

C'est partout le bruit des bottes
C'est partout l'ordre en kaki
En Espagne on vous garotte
On vous étripe au Chili
Il ne faut plus dire qu'en France
On peut dormir à l'abri
Des Pinochet en puissance
Travaillent aussi du képi
Travaillent aussi du képi

Fin de citation.
 

Commenter cet article

James Arly 18/10/2006 18:07

Arf ! Jean-Pierre ! C'était des chansons du temps où il avait faim... Maintenant c'est devenu "difficile" à écouter... depuis qu'il est devenu "bobo" à son tour : Une horreur !
Vous qui êtes un poète, Monsieurl el conseiller, je pleure toujours sur Patricia Kass, quand elle chante "pour ceux qui n'ont rien"... Elle avait eu faim cette année là (ou s'en souvenait encore) Et moi j'avais si "la rage", au fond de mon gouffre...

Jacques Heurtault 19/10/2006 11:38

Maintenant, Jean Ferrat ne chante plus car sa voix ne le lui permet plus ... Il a une maladie dont je ne me souviens plus du nom. C'est très triste. Cette histoire du "JE" que vous lui reprochez, je le comprends comme un "JE" collectif qui interpelle chacun de nous. Le texte pourrait s'adresser à moi ... comme à beaucoup d'autres.Je suis désolé pour Patricia Kaas. Je n'ai jamais vraiment accroché ... Je ne sais pas pourquoi.

Jean-Pierre 18/10/2006 17:18

Autant je sens chez Jean Ferrat une sincérité respectable, même si, pour moi, la peste brune ou rouge, c'est kif kif, Renaud me fait l'effet d'un de ces donneurs de leçons de gôche qui m'incitent la plupart du temps à ne pas les écouter et à fortiori ne pas les entendre. Ils me rendent sourds, quoi. ;-)))

Jacques Heurtault 19/10/2006 11:46

Ils tombent dans la facilité puis dans la drogue (Renaud) et arrive, parfois, à en sortir ...C'est plus facile de dénoncer ce qui ne va pas que de proposer quelquechose pour que ça aille mieux ... surtout quand les moyens de financement manquent et qu'il n'y a pas consensus sur ce qu'il faut faire ...

James Arly 18/10/2006 15:26

Je n'aime pas cette chanson : Tourne trop autour du nombril et du "Je"... Dans ce registre du "je", était bien plus intelligente celle où il "dit non quand ça vient d'un parachutiste"... (Quoique j'ai d'excellent copains "coco" qui l'ont été et même un qui fut à aspretto comme instructeur chez le service action qui acoulé le notoire Rainbow Varior).
Et dans le registre des "bien planqués" quand on torture à Santiago du Chili, il y a aussi celle de Renaud : "S'il n'en reste qu'un sur son trône..." (de roi des kons) et son "magnifique" le H elle aime... Toute une épopée en banlieue... Faut connaître pour apprécier.

Jacques Heurtault 18/10/2006 17:05

Curieusement, cette chanson de Renaud n'a pas la notoriété qu'elle mérite. Il est vrai que cela permet de comprendre pourquoi l'essentiel des votes "FN" proviennent de milieux populaires, c'est à dire des travailleurs ... Cela peut en géner certains, à l'extrême gauche.

Eric 18/10/2006 15:04

Comment faites-vous Monsieur Heurtaux pour être aussi prolixe et prolifique ?
Car en plus des articles de votre blog (très intéressants au demeurant), vous mettez aussi des commentaires sur de nombreux blogs...
Je n'ose imaginer que vous écrivez derrière votre bureau de l'ANPE. Il est vrai que l'on nous dit que le nombre de chômeurs baisse. De fait, vous avez peut-être plus de temps mort au boulot... Alors au lieu de perdre à vous promener sur Internet comme beaucoup d'employés, vous en profitez pour alimenter votre blog... Pourquoi pas puisque c'est pour la bonne cause : nous instruire et nous ouvrir les yeux sur le monde.
Bravo pour vos écrits et vos commentaires sur les autres blogs. Continuez.
Cordialement.
Eric 

Jacques Heurtault 18/10/2006 16:03

Je vous dois des explications quant à ma prolixité. C'est bien naturel! 1. Je travaille à temps partiel avec un salaire partiel. Mon jour de non-travail est le vendredi.2. A l' Anpe, nous bénéficions, pour des raisons historiques que je ne connais pas, d'une semaine de congés supplémentaire par rapport aux autres (autrement dit 6 semaines de congés au lieu de 5).3. Ma fonction consiste à donner un "coup de main" dans toutes les agences parisiennes (une quasi-quarantaine). Je dois donc être immédiatement disponible pour répondre à toutes sollicitations émanant de la hiérarchie locale, de ma hiérarchie 'départementale", des collègues ...Par exemple, ce matin, j'ai reçu des demandeurs d'emploi pour leur premier entretien professionnel. C'est le plus important de tous. Il faut "cadrer" et paramétrer ... L'entretien dur trois quarts d'heure. Ce matin, une personne ne s'est pas presentée (elle sera, hélas pour elle, radiée pour deux mois). J'ai donc eu un peu de temps libre que j'ai mis à profit pour commenter un article que j'ai lu.4. Mon investissement personnel sur la blogoshère est, de loin, mon principal loisir (au moins deux heures pleines chaque jour, chez moi, pour l'essentiel ... nettement plus les vendredi, samedi, dimanche, etc ...5. Etant intéressé par la "politique" et le "social" depuis au moins 40 ans, je suis, pouquoi ne pas le dire, doté d'une culture générale assez solide et assez étendue dans ces domaines précités. Par exemple, ayant été assistant d'un député européen avant d'être agent de l'Anpe, je connais assez bien le fonctionnement des instances européennes.Vous avez parfaitement raison de relever que je ne perds pas de temps à naviguer sur Internet. Et, en fin, certains de mes articles sont copiés/collés repérés ici ou là. 

jlb 18/10/2006 13:58

ouhlala! jacques Hertaud vire " gaucho "? je plaisante bien sûr...mais une chanson en dit souvent plus qu'un discours :-)))
pour valider le commentaire il m'a fallu taper PCF.

Jacques Heurtault 18/10/2006 14:43

Ah! Ah! Ah! . Et ce n'est pas une blague au moins? Trop drôle ! Tapez PCF pour valider un commentaire ... donc pour concrétiser la liberté d'expression! Commentaire qui se rapporte à Jean Ferrat dont la qualité d'adhérent (à moins que ce ne soit sympatisant) du PCF est notoire ... Vraiment hilarant.A part ça, une chanson en dit souvent plus long qu'un long discours rasoir ... Surtout quand il s'agit d'une chanson qui se fredonne facilement.

Jean-Pierre 18/10/2006 13:53

Jean-Ferrat est bien gentil, son texte est magnifique, la bête immonde est brune, mais il ne faut oublier qu'elle fût rouge, aussi, et qu'aujourd'hui encore des peuples vivent sous la férule de dictateurs inspirés par le marxisme...

Jacques Heurtault 18/10/2006 14:35

Exact! Elle fut rouge quoique l'ampleur des massacres (comparativement au nazisme) fait encore l'objet d'une controverse entre historiens. A ma connaissance il ne rest plus que deux pays du "socialisme réel" (communisme en langage ordinaire) : la Corée du Nord et Cuba. Pour Cuba, il n'y en a plus pour très longtemps. Pour la Corée du Nord, c'est beaucoup plus problèmatique. Personnellement, je verrai bien que la Chine règle le "problème". Elle en a les moyens. En a t-elle la volonté? Il est prudent que les Etats Unis ne s'en mêle pas (sauf si il y a accord de la Chine).