Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Inconscience ou provocation?

27 Octobre 2006, 14:24pm

Publié par Jacques Heurtault

Les journaleux de merde (il y en a ... beaucoup, hélas!) ne semblent pas avoir tiré les leçons des émeutes de novembre 2005.

Souvenez-vous : lorsque, chaque nuit, un certain nombre de voitures brûlaient, que les "journalistes" en parlaient et en reparlaient et en re-reparlaient, on pouvait être sûr que, la nuit suivante, le nombre de voitures incendiées augmentaient considérablement. Pour les émeutiers, qui pouvaient se sentir "compris" voire même "soutenus", cela devenait une sorte de jeu jusqu'au moment où, les bagnoles ne suffisant plus à satisfaire leur instincts destructeurs, "ils" se sont mis à brûler des écoles, des entrepôts, des ateliers, etc ...

Le plus élémentaire bon sens devrait conduire n'importe quel journaliste, même le plus inconscient (il y en  ... beaucoup, hélas!) à tirer les leçons de cette "expérience"! 

Eh, bien! Non! Alors que rien de sérieux ne se passe, on entend, sur toutes les radios ou télévisions, le récit des évènements de la nuit. Des bus qui brûlent en banlieue ... la commémoration des décès de ces deux jeunes de Clichy sous Bois qui ...va avoir lieu. Etc ...

Cela devient, chez eux, une habitude ... parler d'évènements qui vont avoir lieu! Alors même que, par définition, n'ayant pas eu lieu, ils ne peuvent en aucun cas être regardés comme des évènements ...

J'en arrive à cette conclusion simple : ces journaleux de merde VEULENT que ces "évènements" aient lieu. D'où cette volonté d'en parler, d'en reparler, d'en re-reparler ...

Un tel comportement devrait, à mon sens, être assimilé à une infraction du premier degré pouvant aller jusqu'à la qualification d'incitation à l'émeute.

J'en appelle au ministre de l'intérieur :

 Monsieur le Ministre,

Tout semble démontrer que des personnes souhaitent le re-démarrage des émeutes de l'an dernier ...
La meilleure façon de dissuader ceux et celles qui seraient tentés d'y participer de le faire, ce n'est pas d'expliquer et de convaincre que c'est mal d'agir ainsi ...
La meilleure façon, c'est de réprimer tous les débordements avec la fermeté qui convient.
La meilleure façon, c'est de remettre en vigueur le dispositif d'état d'urgence qui avait été pris, l'an dernier, bien trop tardivement ...dès maintenant afin de parer à toute éventualité et aussi afin de bien faire comprendre aux "fouteurs de merde" de tout bord que la récréation est terminée avant même qu'elle ait commencé ...
Soyez ferme! Montrez la détermination de la République à se faire respecter!   

Commenter cet article

James Arly 02/11/2006 16:29

Les avocats, ils l'ont été (soumis à TVA) d'abord sur option ! Ils ont trouvé les système si bon (récupération de la TVA amont) qu'ils ont tous opté... La loi n'a fait que suivre !
Quand les toubibs les seront et pourquoi pas comme en Angleterre au taux zéro, ça va être le panard dès qu'ils vont pouvoir récupérer la TVA sur leurs outils : spéculum, scanner (qui coûtent la peau des fesses et celle de la voisine), réactifs biologiques et tout le bazar des Ophtalmo et ortho-quelque chose ! Ils vont trouver cela génial, d'autant qu'ils seront enfin exonéré de la taxe sur les salaires (qui plombe les résultats de leur cabinet au détriment du Trésor Public dès qu'il y a une grognasse qui répond au téléphone).
Là enfin, ils vont se calmer sur le niveau de leurs honoraires : Ca va donner une bouffée d'air au régime général !

Jacques Heurtault 02/11/2006 17:19

Si vous, le spécialiste de la fiscalité, le dîtes, c'est que ça doit être vrai ... En première analyse, ça ne me paraissait pas aussi évident que ça ... Je pensais, oh, stupide que je suis!, à l'effet politique chez les assurés sociaux.

James Arly 02/11/2006 15:57

Arf ! Et encore une "commission" ! J'adore ce pays !
Oui la "carte pro" des "journaleux", c'est un truc inventé pour bénéficier de la réduction de 30 % pour frais sur  les revenus bruts en matière fiscale... Maintenant ça ne marche plus, sauf pour les cotisations de sécurité sociale (affreux gauchistes qui ont supprimé ça : C'était "Fafa l'empoisonneur", crois-je me souvenir, mais je me trompe peut-être). De là à être "journaliste à vocation".... J'en connais qui n'ont jamais "pissé" une seule pige ! Alors que j'en ai tartiné plein pour Francis Lebfèvre, Revue fiduciaire et Liaisons sociales, sans n'avoir jamais eu la carte... Bref, encore des âneries de technocrates bien pensants... Reste aussi qu'il faut avoir un numéro ISBN pour cracher de l'information ! Mais ça c'est pour avoir aussi un taux de TVA super-réduit, moins cher que la boîte de haricot vert stérilisé en conserve étanche...
Reste quand même le BVP (Bureau de vérification de la publicité) qui censure sévère : Une fois, j'ai voulu passer une annonce : "Cherche TVA récupérable !" Ils m'ont appelé pour dire que ce n'était pas dans le commerce et "ah que donc" on ne pouvait pas laisser passer une annonce pareille ! C'est dire qu'ils n'y connaissent en commerce, puisque par définition, sont exonérées de TVA toutes les personnes qui n'opèrent pas dans le cadre d'une "activité économique" à caratère industrielle, artisanale ou commerciale... Genre les toubibs (qui en sont exonérés, pour ne pas avoir "d'activité économique" comme "à que ils disent" (industrielle artisanale etc))... Bref, encore des âneries bien pensées !
Donc une "commission d'auto-censure vraie" de plus, pourquoi pas ?... J'adore ce pays, décidément ! Arf... Pas à une contradiction près, finalement

Jacques Heurtault 02/11/2006 16:05

Les avocats sont dejà soumis à la TVA, il me semble? Les toubib, ça va être pour bientôt ... Ca va encore hurler! Et pas qu'un peu ...

Bese 02/11/2006 10:28

J'imaginais que cela existait déjà, du moins en partie. Il ne faut pas perdre de vue que le journalisme est un metier de vocations. Il n'y a pas que des 'évenementocrates' parmis eux.Mais je reconnais que la vocation de vendre prend souvent le pas sur les autres et on arrive à des journaux qui essayent de favoriser tel ou tel événement qu'ils savent plus vendeur. Un vrai code, débattu et écrit peut être une idée séduisante. Mais elle ne pourrait répondre au problème que si on l'accolait au côté d'un organisme de contrôle, style CSA, vous ne trouvez pas ?Alors, un tel organisme, de part son caractère liberticide, est très difficile à mettre en place. De plus, pour être efficace et au vu de la multitude des médias, le coût d'un tel organisme serait très élevé.On peut peut être imaginer un code qui puisse être modifié démocratiquement pour asseoir sa légitimité...  On peut peut être aussi réduire son champ d'application à la télévision et à la presse écrite, où le fléau du 'vendre à tout prix' est le plus criant.Enfin, c'est bien une proposition audacieuse qui demande reflexion et je vous en remercie.

Jacques Heurtault 02/11/2006 11:13

Il faut effectivement faire attention au caractère liberticide potentiel d'un dispositif. Je ne veux pas que l'on touche à la liberté d'informer, laquelle doit rester libre. Cela ne signifie pas que les jouirnalistes doivent avoir un droit que les autres citoyens n'ont pas! Selon moi, chacun doit être libre d'écrire dans un journal. Et chacun reste soumis aux lois générales de la République ...Normalement, il existe une Commisssion nationale de la carte de journaliste. Elle est composée de ... journalistes. Autant dire qu'ils ne se tirent pas eux-mêmes dans les pattes les uns les autres. Donc, inefficace! Je veux simplement que les journalistes soient soumis au droit commun d'une part et à un droit spécifique qui GARANTISSE leur liberté contrebalancé par un devoir de responsabilité entrainant des sanctions pénales renforcées par la gravité des conséquences que peut avoir la propoagation de fausses nouvelles ou la propagation de nouvelles incitant au developpement des désordres ... Ce n'est pas simple à résoudre ... Ce n'est pas une raison pour ne pas s'y atteler. Bien au contraire!

Bese 31/10/2006 16:47

D'accord avec James Arf; décréter l'état d'urgence serait un évenement en soi et les journaux auraient tout loisir à nous expliquer pourquoi le gouvernement a fait ce choix par des micro-trottoires 'choisis' ou des reportages 'choc'.On aurait l'effet inverse.En revanche, le constat est juste sur nos journaleux. Vous semblez de toute façon en accord sur ce point. Y'a que les journalistes pour nier l'existence d'un 4ème pouvoir.Alors comment faire pour endiguer cette "événementocratie" insineuse qui inonde nos JT ?Bayrou propose certaines réformes pour donner plus de liberté aux directions de l'information mais je ne pense pas que se soit suffisant bien que nécéssaire.Alors, qui a une proposition audacieuse ?

Jacques Heurtault 01/11/2006 22:06

Que diriez-vous d'un code de déontologie de la profession de journaliste? Un vrai code, j'entends! Pour l'instant, les journalistes n'en veulent pas! De leur point de vue, on les comprend ...

James Arly 27/10/2006 17:03

Arf ! Monsieur Heurtault... Vous débloguez maintenant ? Mdr ! Si on devait décréter, à froid, l'état d'urgence, là ce serait un événement journalistique sublime ! Déjà que les dissolutions "à froid", ça eut saigné, les "ordonances de l'article 16 aussi, mais c'était "à chaud" (et vous n'étiez pas né pour savoir...).
J'en rigole encore : Et pourquoi pas la censure de la presse à défaut d'auto-censure ? A mais oui, on risque un cas Redeker et "Katy de Lille" qui bravent le bon sens : Pas possible !
Donc assistez comme nous tous aux agissements de la pieuvre : OUI, elle crée l'événement (c'est bien le 4ème pouvoir) pour mieux gouverner, influer (puisque "gouverner c'est prévoir") : C'est l'événementocratie !
Je crée un "choc" (mots et images) et j'implore à réagir avec sophismes faciles à l'appui... Et les bonnes âmes vont me suivre... Entre les mains de qui est déjà notre presse nationale et beaucoup de média qui comptent ? Ils veulent que vous votiez pour qui au juste ?
Pas le "pôvre" Edouard de Rothsild (pardon : enfant rouge ! Arf !) qui n'en peut plus de prendre le cotrôle de Libé pour pouvoir rajouter sa pierre à l'édifice ! J'en rigole je vous dit ! La rate qui va se dilater...
Bon week-end à vous (qui êtes en RTT et moi pas avant demain après midi et encore j'emporte du boulot en Baie de Somme pour être fin prêt mardi...) Arf !

Jacques Heurtault 27/10/2006 17:43

Je ne suis pas un spécialiste des règles de droit à mettre en oeuvre dans une telle situation. Je suis cependant certain qu'il existe un dispositif particulier qui permet de faire face à des situations de ce type. Je ne pense pas du tout à l'article 16 qui, lui, est fait pour répondre à des situations d'une extrême gravité (putsch des généraux en Avril 1961). J'étais né mais j'étais trop jeune pour comprendre ce qui se passait (né en 1949).Je pense que la solution d'état d'urgence répond bien à la situation. Elle ne lève en aucun cas les garanties républicaines de liberté. Elle permet simplement à l'Etat de mobiliser les moyens dont il dispose sans avoir à les négocier avec qui que ce soit au préalable.Quant à la Presse, que faut-il en dire de plus que ce que j'en ai déjà dit?  Ma proposition n'est peut-être pas la plus adaptée mais je suis, par contre, sûr d'une chose : j'ai vécu les évènements de l'an dernier comme une quasi démission des pouvoirs publics, lesquels n'ont pris les mesures d'état d'urgence qu'au bout de 15 jours ...Je suis donc déterminé à soutenir un gouvernement qui prendrait les initiatives nécessaires pour étouffer dans l'oeuf toute vélléité de déclenchement programmé de nouvelles émeutes.Quelqu'en soit le prix ... précisément pour éviter de revoir Le Pen au deuxième tour en Avril 2007 (il serait, hélas!, en tête, cette fois-ci).