Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Michèle Alliot-Marie candidate?

4 Novembre 2006, 10:32am

Publié par Jacques Heurtault

Je viens de lire un article sur le blog "Le Vrai Débat". Son auteur pense que Michèle Alliot-Marie est presque candidate à la prochaine élection présidentielle.

Voilà une nouvelle extrêmement interessante!

Imaginons un deuxième tour entre MAM et Ségo! Nous aurions alors, à coup sûr, une FEMME à l'Elysée ... Pour ce qui est de Michèle Alliot-Marie, nous aurions une femme qui a su diriger avec brio l'un des ministères "régaliens" les plus importants : celui de la Défense Nationale!

Voici donc l'article paru sur le site du "Vrai Débat".

Début de citation :

MAM candidate ?

Enfin une nouvelle intéressante sur le front de la droite. Michèle Alliot-Marie est presque candidate à l’élection présidentielle.
 

Plusieurs signaux ont été émis cette semaine par la Ministre de la Défense. D’abord et avant tout, la création du site www.lechene.org sur lequel l’ancienne présidente du RPR a chatté avec les internautes et exposé les thèses qu’elle souhaite défendre dans le cadre de la campagne présidentielle (souveraineté et indépendance de la France, multilatéralisme au niveau international, lutte contre le communautarisme à l’intérieur de nos frontières, mise en valeur et culture de nos atouts, contre l’idéologie décliniste). En plus du site, la ministre « presque candidate » a pris possession de locaux rue de Lille, dans le 7éme arrondissement de Paris, à deux pas de l’ancien siège du RPR. Un siège de campagne ?

Enfin, MAM a clairement exposé lors d’une interview sur Europe 1 vendredi matin sa volonté de défendre ses idées lors de la campagne, évoquant à demi-mot la très probable annonce de sa candidature en janvier.
 

Quel souffle d’air frais dans le camp de la droite ! Après des mois, des années de monopole sarkozyste de la parole, une autre voix s’élève. La droite avait besoin de rompre avec cette présence monolithique du ministre de l'Intérieur. Michèle Alliot-Marie ressuscite avec l’espoir de sa candidature la vigueur du souffle gaulliste et répond à l’impérieuse nécessité de faire vivre une tradition centrale de notre vie politique hexagonale.
 

Candidate de l’anti-sarkozysme, incarnation de la confiance et de la foi en la France contre la rupture américano-libérale, Michèle Alliot-Marie pourrait constituer un formidable rempart contre la suprématie de Sarkozy. Et surtout, MAM pourrait permettre de faire prendre conscience à tous les héritiers du gaullisme qu’ils font fausse route avec Sarkozy, candidat qui a honte de son pays. Voilà une nouvelle salvatrice. Enfin la lumière commence à réapparaître à droite, enfin le sarkozysme commence à vaciller.
 

En ces périodes tendues, marquées par les ravages du libéralisme et traversées d’inquiétudes profondes qui minent le moral du peuple, MAM pourrait incarner l’espoir d’une transformation républicaine de la France.
 

Nous ne soutenons aucun camp en particulier sur ce blog. Nous appelons simplement les consciences de droite comme de gauche à ne pas se fourvoyer dans les voies tracées par les discours médiatiques dominants. Il y a plusieurs alternatives à l’affrontement stérile ségo-sarko. La France et les Français méritent mieux que ces faux-semblants. Laissons s’exprimer et écoutons toutes les paroles. Laissons mûrir le débat, c’est de lui que naissent les décisions les plus sages et les plus audacieuses.

Fin de citation.

Je souscris complètement à la démarche qui consiste à laisser murir le débat!
Si cette annonce se confirme, voilà qui va mettre du sel dans la campagne (et même du poivre ...)!

 

Commenter cet article

James Arly 10/11/2006 15:46

A ce jeu là, dans l'imonde des horreurs des champs de bataille, les Irakiens continuent de compter en quart d'heure... Les 4 poilus restant viants ce jour en millions, c'est vrai : Combien de mort pour la première journé de la Bataille de la Somme ? Ah oui : Le chemin des Dames (j'y ai perdu quelques grands-oncles que je n'ai même jamais connus)...
Vous me direz que dans les quand de la mort nazi, c'était par trains entiers... Combien de trains au juste (qui ont "eu des conséquences, par la suiten, sur le développement économique de la France et de l'europe" selon vos termes).
Combien en même pas un clin d'oeil à Hiroshima et Nagasaki la catholique ?... Ah ce n'est pas la densité, ni le temps nécessaire qui compte, à ce jeu stupide là ?
On peut aussi compter les quelques 22 millions de russes soi-disant blancs, tant qu'on y est ! Mais c'était peut-être de l'artisanat !
Je n'aime vraiment pas ces décomptes là, ce que même De Gaulle se refusait à faire... Un peu de sagesse.
Je disais seulement qu'on ne gagne pas ni une guerre ni une bataille : On ne la perd pas, c'est tout ! (Sauf peut-être le cousin qui arrivait à les gagner, tout militaire qu'il était. Qu'est-ce que vous voulez, son père était avocat indépendantiste faction Paoliste que même mon ancêtre à voter pour lui à la conculta qui en fit le "Généralisme", jusqu'à ce qu'il perde bêtement la bataille de Ponte Nuovu : Les voyous qui lui servaient de mercenaires ne parlaient qu'allemand : Ils n'avaient pas compris qu'il fallait tenir les deux rives du Golu et pas une seule)

Jacques Heurtault 12/11/2006 22:34

Oui, vous avez raison! De la sagesse ... Je n'ai jamais voulu assimiler Napoléon à un Hitler en herbe ...

James Arly 08/11/2006 10:14

Ah ? C'est lui qui a ouvert les premiers camps de la mort ? Ou n'était-il pas seulement le soldat, sous-off, puis général avant que d'être empereur, qui cannona les Anglais à Toulon, les Autrichiens à Arcole, et d'autres en Egypte avec ses grognards de l'An II qui voulaient aller jusqu'en Chine ?
Toute une époque... Mes des millions de morts, ça je ne savais pas ! Magnifiques les "blog" : On y apprend plein de choses !

Jacques Heurtault 08/11/2006 11:03

J'ai mis un point d'interrogation à "millions". Un exemple : Austerlittz. 30.000 morts en 5 heures de combat ... Chaque bataille a étté à peu de chose près de même nature. Si je n'ai pas oublié ce que l'on m'a appris, Eylau, c'était 23.000 morts ... Qui plus est pas n'importe lesquels : des jeunes hommes dans la force de l'age. Ca a eu des conséquences, par la suite, sur le développement économique de la France et de l'Europe.

James Arly 07/11/2006 16:31

Arf ! Bien vu, Monsieur le Conseiller ! :-D

Jacques Heurtault 07/11/2006 19:21

D'autant que votre cousin (celui qui a réussi) porte la responsabilité de plusieurs centaines de milliers de morts (voire millions?) alors que de Gaulle ne saurait être accusé de pareils méfaits.

James Arly 06/11/2006 18:37

Pour le reste, vous êtes comme moi ? On ne gagne pas une bataille, on ne la perd pas.... Ca change complètement la perspective des enjeux... Mais à part le "Cousin Napoléon" (celui qui a réussi), personne ne semble savoir cette réalité !

Jacques Heurtault 06/11/2006 20:56

C'est vrai qu'à Eylau, on n'a jamais vraiment su qui avait gagné ... Quant à Napoléon, il a gagné des batailles mais il a perdu la guerre ...Alors que de Gaulle, lui, il a dit que la France avait perdu une bataille mais pas la guerre ... Et c'est lui qui a eu raison!

James Arly 06/11/2006 18:33

Ah M... ! La pôvre chérie ! Vous e l'auriez dit plus tôt, je m'en serai occupé : Je ne fais que des filles ! C'est mimi les filles... Mais là, je ne peux plus : Je suis marié !

Jacques Heurtault 06/11/2006 20:52

Chacun doit s'occcuper de sa chacune! Et chacune doit s'occuper de son chacun!

James Arly 06/11/2006 10:42

Quelle Affiche ! "Mama MAM" contre "Mamounette Ségo" ? La jeune grand-mère contre la mère au foyer ? Sublime... Belle façon de "casser" "Papounet Sarko-nabeau", celui qui aime tant son pays (et ses sales mômes des banlieues) Arf !
Y'a du "Chi" là-dessous... Magnifique !

Jacques Heurtault 06/11/2006 13:43

Il ya effectivement du "Chi" là-dessous ... D'autant que Juppé va s'y mettre lui aussi!Par contre, Mam ne peut pas être grand-mère car elle n'a pas d'enfant. Elle n'a jamais caché qu'elle en a souffert.la machine à perdre est-elle lancée, à l'UMP?

Jean-Pierre 04/11/2006 15:38

Elle est loin d'être ma candidate favorite... Elle serait probablement la candidate du "On ne touche à rien et on recommence" du chiraquisme (les thèses qu’elle souhaite défendre dans le cadre de la campagne présidentielle (souveraineté et indépendance de la France, multilatéralisme au niveau international, lutte contre le communautarisme à l’intérieur de nos frontières, mise en valeur et culture de nos atouts, contre l’idéologie décliniste). Nous verrons bien...

Jacques Heurtault 04/11/2006 19:25

Effectivement, nous verrons bien ... Une chose est certaine, ça va animer la campagne!

Daumont Jean 04/11/2006 14:52

J'ai eu personnellement l'occasion de rencontrer Michèle Alliot-Marie quand elle avait été nommée Secrétaire d'Etat à l'Enseignement auprès de Monory, Ministre de l'Education Nationale dans un gouvernement Chirac... J'avais alors regretté que Chirac n'ait pas nommé à ce poste un Ministre RPR... et je n'avais pas gardé un souvenir très admiratif après l'entrevue...Il est vrai qu'elle devait être "tenue sous le boisseau" par Monory, à qui on avait dû l'imposer alors qu'il n'était pas spécialement féministe...
   Ayant eu à l'origine une attitude réservée, je n'en suis que plus à l'aise pour souligner les qualités et même le "charisme" dont Michèle Alliot-Marie fait preuve, dans un ministère des Armées où les militaires, n'ayant jamais été dirigés par une femme, n'étaient certainement pas disposés à lui faire des cadeaux...Or elle est presque devenue leur "mascotte"...
  Dans ces conditions, je trouve que sa candidature éventuelle à la Présidence de la République - outre qu'elle est  "dans l'air du temps" - est une bonne chose sur le plan démocratique... Car le monopole de fait de Sarkozy était plutôt gênant : "à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"...  S'il a désormais une concurrente, tant mieux !...

Jacques Heurtault 04/11/2006 15:00

Reste à savoir si elle briguera l'investiture de l'UMP? Elle affirme clairement, dans la pure tradition gaulliste, que "l'élection présidentielle, c'est la rencontre d'un homme (ou d'une femme) et d'un peuple", récusant la logique partisane de l'investiture d'un parti.