Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Les bonnes feuilles du jeune Ernest ...

6 Décembre 2006, 21:00pm

Publié par Jacques Heurtault

"Ah! L'un de vos enfants a un ami qui a des talents d'écrivain?"

C'est la question qui pourrait venir à l'esprit ...légitimement.  Pour autant, elle ne serait pas pertinente.

Le "jeune Ernest", c'est ce fameux cabinet d'audit comptable et fiscal, l'un des meilleurs du monde. L'un des plus chers aussi ... Le talent se monnaye. On n'a rien sans rien.

Vous avez évidemment compris qu'il s'agissait de Ernst and Young ... dont la réputation de sérieux n'est plus à faire. Vu le prix qu'il a fallu payer pour un rapport de 71 pages (40.000 euros), il faut que le sérieux soit ABSOLUMENT indiscutable.

Vous avez évidemment compris qu'il s'agit de ma commune, ma bonne Ville de Nogent sur Marne, sise aux portes de Paris, notre non-moins bonne ville-capitale en ses Etats. A la demande du Maire, Jacques Martin ( pas l'ancien animateur humoriste de la télé, l'autre, le mien, le nôtre à nous, Nogentais, beaucoup moins drôle car il pique fréquemment des colères sans qu'on comprenne toujours pourquoi d'ailleurs), ce cabinet  a été mandaté d'une mission d'audit  à mi-mandat. Afin d'y voir plus clair dans la situation financière de la commune qui, dit-on, était menacée d'être placée sous-tutelle préfectorale si rien n'était fait, sur le plan de la gestion, pour redresser la situation.

Rappelons que le précédent maire était mon amie (politique, sans plus!) Estelle Debaecker qui fût, à 80 voix près, battue aux municipales de Mars 2001, et dont je suis le colistier, aujourd'hui, dans l'opposition.

La situation des finances de Nogent était, à cette époque, on ne peut plus normal. Certes, pas riche. Mais certainement pas au bord de la banqueroute. 

Objectivement, je ne peux pas diffuser l'étude effectuée par le cabinet. Non que ce soit interdit, bien au contraire ... mais diffuser 71 pages d'un texte de culture comptable parfois esotérique sur un blog me paraît disproportionné. Quand Over-Blog nous donnera les moyens techniques de le faire (c'est en préparation), je ne manquerai pas d'alimenter ma banque de dossiers sur la plate-forme afin que les documents soient aisément consultables.

En attendant ce jour heureux, il faudra vous contenter des extraits choisis que je vais vous donner en lecture ... Comme il s'agit des extraits les plus croustillants, vous aurez la qualité à défaut d'avoir la quantité. Pour la clarté de l'exposé, j'ai été amené à apporter des précisons. Elles apparaissent toujours entre parenthèses avec la mention préalable "Ndlr", c'est à dire "note de la rédaction", en l'occurrence moi-même, afin que "le jeune Ernest" n'aille pas me reprocher de falsifier sa prose.

Début de citation :

Première partie : Diagnostic financier 2000-2003 et prospective financière 21004-2007.

Chapître premier : "Analyse rétrospective : une nette dégradation des soldes intermédiaires de gestion depuis 2000."   

"Les indicateurs ... de solvabilité financière sont en nette dégradation ... et atteignent des seuils d'alerte préoccupants en 2003 (Ndlr : ces lignes sont écrites au début 2004!). ... L'épargne de gestion, évaluée à 5,4 millions d'euros pour l'exercice 2000 (Ndlr : gestion Debaecker), est prévue à 0,4 millions d'euros pour 2003....L'encours de la dette s'est accru de 50% ( Ndlr : depuis la prise de fonction du nouveau maire)... La section de fonctionnement ne dégage plus les excédents nécessaires pour permettre de rembourser les emprunts souscrits : la capacité d'autofinancement nette évaluée pour l'exercice 2003 est négative : -2,1 millions d'euros .

Entre 2000 et 2003, les dépenses réelles de fonctionnement ont augmenté trois fois plus vite que les recettes réelles (respectivement +7 millions d'Euros contre +2 millions d'euros).

... La forte dégradation de l'équilibre de la section de fonctionnement (Ndlr : en seulement 33 mois de gestion!) remet en cause la capacité de la collectivité à rembourser les emprunts souscrits ... La collectivité serait contrainte d'emprunter pour rembourser le capital de la dette, fuite en avant formellement interdite pour les collectivités locales.

Chapître deux : l'Impasse financière dès 2004.

Scénario 1 : l'impasse financière dès 2004

Ces hypothèses n'intègrent aucun versement lié aux contentieux du parking Saint Germain (Ndlr : à Paris, j'en reparlerai dans un autre article) et à la résiliation de concession relative au parking (Ndlr : à Nogent, j'en reparlerai dans un troisième article).

... La dégradation de l'épargne de gestion compromet fortement la solvabilité financière de la collectivité. ... Une telle situation contraindrait le Préfet à déférer la ville devant la Chambre Régionale des Comptes.

Scénario 2 : des augmentations de recettes fiscales irréalistes sont nécesaires pour poursuivre la politique actuelle.

Ce scénario est construit sur les mêmes hypothèses que le premier. La variable d'ajustement n'est plus l'emprunt mais la fiscalité ...

L'augmentation de la fiscalité nécessaire pour atteindre ces objectifs est de 25% en 2004, puis 10% en 2005 et 2006 et 7% en 2007. Les cotisations payées par les contribuables en 2007 seraient ainsi augmentées de 62% par rapport à 2003 (Ndlr : elles avaient déjà été augmentées de 17% en 2002, ce qui porte la comparaison avec la gestion d'Estelle Debaecker à +89%!). Ces hausses sont bien évidemment considérables et difficilement réalisables. En outre, elles n'intègrent pas l'impact des litiges en cours (Ndlr : déjà cités plus haut. J'y reviendrai).

...Chapître trois : Transition.

... En tout état de cause, la préparation du budget 2004 (Ndlr : nous sommes en Janvier 2004 quand ces lignes sont écrites) s'avère très délicate compte tenu de la situation financière décrite. L'équilibre du budget ne pourra être atteint sans une augmention significative de la fiscalité directe (d'au moins 20 à 25%) et d'une réduction importante des dépenses de fonctionnement. Ces mesures sont le préalable à la préparation d'un plan d'action pour garantir la solvabilité de la commune à l'échéance du mandat municipal.
(Ndlr : des deux taux de majoration proposés, c'est évidemment le plus élevé que Jacques Martin a choisi d'appliquer ... juste après les élections cantonales (où il était lui-même candidat) et régionales où sa Première Adjointe, en charge de la gestion des finances et du personnel, Marie-Anne Montchamp (qui représente volontiers Michèle Alliot-Marie en certaines circonstances télévisuelles animées par Christine Ockrent), était, elle candidate. Ces deux élections se déroulaient en Mars 2004! On comprend mieux pourquoi le budget 2004 n'a pas été adopté en Février (avant les élections) mais en Avril (après les élections). On comprend encore mieux les préoccupations purement électoralistes si, comme il est dit, "il faut rétablir la solvabilité de la commune à l'échéance du mandat municipal". Monsieur Martin n'a qu'une seule préoccupation : lui, sa personne, son avenir personnel, son ... gagne-pain! Je rappelle que en 2000, la situation de gestion d'Estelle Debaecker était SAINE!)

Deuxième partie : Risques et marges de manoeuvre potentielles.

... La situation de difficultés financières ... incite à dégager des marges de manoeuvre sur l'ensemble des postes de dépenses et de recettes afin de ne pas recourir au seul levier d'action que constitue l'augmentation de la fiscalité locale.

... L'ensemble des recrutements depuis 2000 représente près de 60 postes et 1,3 million d'Euros de charges de personnel supplémentaires ... soit 9% de la masse salariale totale ...

Actuellement, 39 agents travaillent pour la sécurité et la surveillance du port et du parking (Ndlr : celui du port, précisément) ... masse salariale de 993 milliers d'Euros ...

Fin de citation.

(Ndlr : suivent, après ce descriptif pointant des dysfonctionnements ahurissants, des propositions diverses qui ressemblent à s'y méprendre aux recettes archi-classiques que tous les cabinets d'audit et autres "consultants" mettent habituellement en application pour redresser une situation financière compromise : cadrer les coûts, notamment les coûts de personnel. C'est un tout autre débat ...).

Je retiens trois grandes idées-force de ce document à plus de 560 Euros la page (presque 3.600 francs!) pour lequel nous avons dû batailler pendant plus de deux ans avant qu'il nous soit remis ( c'est dans ces circonstances que j'ai pu me rendre compte de l'invraisemblable mauvaise foi de Jacques Martin ( pas celui de la télé, l'autre, le mien, le nôtre à nous Nogentais!), lequel m'apparaît désormais, d'une manière aveuglante, comme un menteur et un dissimulateur, voire même -et là, je pèse bien mes mots, un ... tricheur, pour ne pas dire autre chose !

1. Estelle Debaecker est complètement étrangère à la dérive financière constatée, chiffres à l'appui, par l'un des plus réputés cabinets d'audit ... mondial (reconnu par l'ensemble de la profession).
2. Les seuls responsables sont Jacques Martin (pas celui de la télé, l'autre) et MAM (pas Michèle Alliot-Marie qui gère son ministère de la Défense avec un professionalisme reconnu, à droite comme à gauche, mais l'autre, Marie-Anne Montchamp, députée, première adjointe, qui fut interpellée par sa femme de ménage, sur le marché central de Nogent, en 2001, pendant la campagne électorale, parce qu'elle avait "oublié" de lui payer son salaire!)
3. Jacques Martin est un très mauvais gestionnaire, bien plus encore que Marie-Anne Montchamp, un de ces "politicards" de la pire espèce que la France entière rejette par tous les pores, tellement nos compatriotes sont excédés par toutes les manoeuvres  dont ils sont le témoin quasi-quotidiennement, ce qui en amène un nombre, hélas! croissant, à se réfugier dans l'abstention ou pire encore dans le vote Le Pen.  

Commenter cet article