Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Oui à un syndicalisme volontaire de masse!

11 Décembre 2006, 19:02pm

Publié par Jacques Heurtault

Je suis abonné au bulletin d'une organisation "Liberté Chérie" (ainsi qu'à beaucoup d'autres!) qui défend une orientation résolument libérale ... qui ne me laisse pas indifférent. Je souscris souvent  leurs analyses mais il y en a une avec laquelle je suis durablement en désaccord. Il s'agit de l'épineuse question des syndicats ...

Ce désaccord se confirme ce soir par la teneur de leur dernier bulletin.

Début de citation :

Voilà 4 ans que nous combattons le monopole de la "bande des cinq" : CGT, FO, CFTC, CFDT et CGE-CGC. Voilà 4 ans que nous dénonçons leur pouvoir démesuré alors qu’ils ne représentent que 8% des salariés, c’est-à-dire 4% des Français.

Aucun homme politique n’osait aborder publiquement cet épineux sujet avant la création de Liberté Chérie. A force de contre-manifestations et de passages dans les médias, nous avons contribué à ce déblocage intellectuel.

Il y a quelques jours, nous vous disions notre plaisir à découvrir la conclusion du Conseil Economique et Social. Celui-ci proposait enfin l’abrogation de l’arrêté de 1966, à l’origine des droits incroyables dont bénéfic ient les 5 confédérations syndicales. Cet arrêté les considère comme représentatives des salariés et leur confère de ce fait les prérogatives suivantes :

  • Droit de négocier les conventions collectives au nom de 100% des salariés
  • Droit de co-gérer les comptes de la Sécurité sociale au nom de 100% des Français. Pour la petite histoire, on notera que ces comptes représentent un montant de 400 milliards d’euros, c’est-à-dire une somme supérieure à celle du budget de l’Etat.


Il est donc excellent de vouloir supprimer cet arrêté de 1966. Malheureusement, le Conseil Economique et Social propose une solution de remplacement très dangereuse. Et le gouvernement prépare déjà un projet de loi.


Attention Danger !


Le gouvernement souhaite que la « représentativité » des syndicats ne soit plus déterminée de manière figée par cet arrêté de 1966 : il propose que la représentativité soit déterminée par des « élections » auxquelles l’ensemble des salariés participerait.


Autrement dit :


  • Si vous ne faites partie d’aucun syndicat et que vous n’adhérez pas à leurs idées, vous devrez tout de même vous plier aux volontés du syndicat élu puisque la majorité l’aura décidé ainsi ! Les conventions collectives continueront de s’appliquer à vous, même si le contenu ne vous convient pas.
  • Les syndicats seront toujours considérés comme aptes à gérer les comptes de la sécurité sociale. Peut-être que SUD remplacera la CFDT mais globalement le système ne changera pas. On se demande tout de même pourquoi ce sont les syndicats qui doivent gérer notre assurance maladie, notre capital retraite ou notre assurance chômage ! Pourquoi pas notre assurance auto ?


Qui plus est, l’avis du CES indique que les candidats aux élections devront être validés par un juge « indépendant ». On voit déjà venir à grand pas les principes d’une démocratie de cooptation, où ceux qui sont en place décideront de qui pourra participer aux élections.


La solution libérale



La question de la représentativité est simple pour les libéraux : les syndicats ne sont représentatifs que de leurs adhérents.

Cela implique que les conventions collectives ne doivent s’appliquer qu’aux adhérents des syndicats qui les ont signées.

Par ailleurs, il est évident que les syndicats, quel que soit le nombre de leurs membres, n'ont aucune légitimité pour gérer notre assurance mala die, notre capital retraite ou notre assurance chômage. Laissons cela à des personnes compétentes et responsables !


Nous vous remercions donc de faire suivre cet e-mail afin que nos idées se diffusent sur la Toile ! Profitons de l'existence d'Internet pour nous faire entendre !

Librement,

Le comité de Direction de Liberté Chérie

Fin de citation.

Je persiste et je signe : un pays moderne a BESOIN d'un syndicalisme responsable (autrement dit, pas celui dont nous sommes affligés, en France, maintenant!) et volontaire.

Je suis évidemment très hostile à cette idée saugrenue defendue par Ségolène Royal qui veut rendre l'adhésion à un syndicat obligatoire ... Je dois reconnaître qu'elle n'en parle plus ... Tant mieux! Elle aura sûrement été mal conseillée.

Je préconise que les syndicats ne reçoivent plus aucune aide directe ni de la part de l'Etat ni de la part des entreprises ... afin d'être astreints, s'ils veulent exister, à faire des adhésions ...

Cependant, il y a un problème technique. Dans un premier temps, il faut que l'Etat intervienne faute de quoi, ils vont tout simplement mourir ... Tous! Or, ce n'est pas souhaitable.

Vous lirez ci-dessous, grâce au lien, comment je propose de régler le problème.

http://www.propositions-audacieuses.net/article-974933.html

Autre sujet : je tente le changement de ma police de caractère : plus petite. Qu'en pensez-vous?

Commenter cet article

JASMIN 14/12/2006 23:17

Je viens de vous lire, et voilà que je me glisse sur le prompteur qui défile.

Il y a des citations qui font rêver et que j'aimerais vous faire partager.

Que pensez-vous de celles-ci :

"La liberté signifie la responsabilité. C'est pourquoi la plupart des hommes la craignent" (B.Shaw)

"Ceux qui veulent la liberté sans agitation, sont des gens qui veulent la pluie sans orage". (M.Twain)

et enfin ...

"La franchise est une inconscience de la mesure" (J.Rivière)

Bonne nuit à tous.

Jacques Heurtault 14/12/2006 23:33

Excellentes citations! Elles vont intégrer le "prompteur"....Bonne nuit à tous!

JASMIN 14/12/2006 19:11

Personnellement je pense que + on multiplie le nombre d'interlocuteurs, + la cacophonie et le pugilat s'installeront.
Par ailleurs, j'aimerais bien rencontrer des gens "compétents" chez les représentants des syndicats (politique ou d'entreprise), ce qui est loin d'être le cas. L'idéologie et l'auto satisfaction priment, ce qui nuit fortement à la qualité des échanges.

Jacques Heurtault 14/12/2006 21:06

Vous avez mille fois raison! L'idéologie, le discours creux, convenu, que l'on pourrait presque écrire soit même avant de l'entendre .... Désolant. J'exagère un peu mais pas beaucoup ... 

Albert Nonyme 14/12/2006 15:41

Le syndicalisme, obligatoire ? Ce ne serait guère sérieux. Un syndicat est supposé être une association libre et volontaire d'ouvriers et d'employés destinée à négocier plus facilement et plus favorablement des accords sociaux dans le cadre d'une entreprise. Donc, rien qui ne puisse regarder l'EtatSi les syndicats veulent attirer des membres, ils doivent montrer en quoi leur travail a amélioré les conditions de travail de leurs adhérents. Il y a en fait, là comme ailleurs, un marché, avec de l'offre de syndicalisme et de la demande de syndicalisme. Si la demande de syndicalisme est faible, il n'y a pas de raison pour qu'un tiers intervienne : cela veut juste dire que la plupart des gens préfèrent ne pas avoir de syndicat.A l'opposé, si un syndicaliste considère que la demande de syndicalisme est trop faible, c'est à lui d'agir : en obtenant davantage de résultats face à l'employeur, ou en adoptant un discours moins idéologique, plus crédible et plus proche des aspirations de ceux qu'il compte séduire. C'est ça qui manque au syndicalisme français : le réalisme. Et tant que l'Etat prétendra favoriser les syndicats, ces derniers n'auront aucune raison de prendre en compte la réalité.

Jacques Heurtault 14/12/2006 16:08

Vous avez bien compris, je pense, que je ne voulais pas d'adhésion obligatoire? Vous ne croyez donc pas qu'un ETAT moderne a BESOIN d'interlocuteurs responsables au niveau national? Ni les entreprises au niveau des branches d'activité?Par ailleurs, je suis totalement d'accord avec votre analyse sur le syndicalisme en entreprise. 

JASMIN 14/12/2006 11:10

...l'adhésion obligatoire à un syndicat ...

En douce, encore une liberté qui va nous échapper, par delà le fait que les syndicats sont "comptablement" parlant très mal, vu le nombre adhésions qui s'éteignent.
Il y a des caisses à renflouer et que tout le monde mette la main à la pâte, c'est ainsi que je comprends les propos de Mme Royal.
Ce qui me préoccupe, chez ceux qui s'expriment en ce moment, c'est cet emballement pour "CONTROLER"...tout contrôler.

Bientôt, il faudra une permission pour aller "PISSER" Monsieur, et pas plus de deux fois par jour.
C'est lamentable.

Jacques Heurtault 14/12/2006 11:35

C'est effectivement lamentable. Il semblerait que les propos de Ségolène Royal ont été déformés. Elle s'adressait aux militants du Parti Socialiste et elle disait, en substance," Vous devez adhérer à un syndicat. Cela vous permettrait d'être beaucoup plus en  prise avec le réel". De ce point de vue, on ne saurait lui donner tort!Que pensez-vous de ma proposition ?

pierre bayle 11/12/2006 23:54

Jacques, d'accord pour une police réduite (aucun sens détourné dans mes propos), on ne perdra rien en lisbilité mais cela m'évitera de tourner indéfiniment la molette de ma souris.
Sur le fond : d'accord aussi pour renforcer les centrales syndicales existantes sur une base volontaire, l'idée étant, comme je vous l'avais dit après votre première note, que Ségolène s'adressait surtout aux militants d'un parti qui a un peu perdu le lien avec "sa" base syndicale. Rien à voir avec l'adhésion obligatoire à un syndicat unique comme dans les dictatures ou les ex-"démocraties populaires". Quant aux centrales en question, leur périmètre est spontanément évolutif, comme on le voit avec Sud ou avec le regain de la CFTC. 
Cordialement,
Pierre  

Jacques Heurtault 12/12/2006 08:41

Si voulez dire que les adhérents du PS devraient, statutairement, adhérer à un syndicat, je ne saurais vous en blâmer ... Ca leur mettrait un peu de "plomb" dans la tête ... (au sens figuré, évidemment!).Que pensez-vous, pierre, de cet olibrius "ségolèniste" qui vient me dire de quelle manière je dois gérer mon blog ... si je veux "militer" pour Ségolène? Il doit être bien jeune et bien inexpérimenté pour se permettre une telle sortie ...