Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Une solution : la retraite par points.

12 Décembre 2006, 15:22pm

Publié par Jacques Heurtault

Le bon sens est, de très loin,  la chose la mieux partagée au monde. C'est cette vérité première qu'il faut dire en premier ... A tel point que Montesquieu lui-même disait qu'il aimait bien les paysans car ils avaient beaucoup trop de bon sens pour raisonner de travers.

Il y a peu, je développais l'idée que le meilleur moyen de construire un régime de retraite viable, c'était celui de la mise en oeuvre des principes de la "répartition" (par opposition à la capitalisation, trop égoïste), basé sur un système par points tels que fonctionnent la plupart des régimes retraites complémentaires.

La première des réformes à faire dans ce domaine doit concernée la retraite de la sécurité sociale, gérée par la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse des Travailleurs Salariés.

Il semble bien que notre cher Sénat ait été , enfin, touché par la grâce. Je ne saurais affirmer qu'il s'agit des effets bénéfiques de l'Esprit Sain, ne souhaitant pas rendre le dossier encore plus complexe en y mêlant des considérations de religion.

L'excellent site "Sauvegarde Retraites" que je feuillette de temps à autre (vous avez le droit de faire pareil) m'apprends que le Sénat vient de se fendre d'un rapport allant dans ce sens.

Début de citation :

Dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007, au nom de la commission des Affaires sociale du Sénat, Dominique Leclerc a rendu un excellent rapport sur l'assurance vieillesse. A la fin de ces travaux, le sénateur préconise le remplacement des annuités par la technique des points.
Les annuités sont en vigueur dans la plupart des régimes de retraite de base : régimes spéciaux, fonctionnaires, salariés du privé, professions libérales, etc… C'est en fonction des annuités validées que chacun peut calculer, tant bien que mal, son droit à la retraite. Complexe et confus, ce mécanisme est incontestablement l'une des causes de l'archaïsme et de l'opacité du système de retraite français,. C'est un frein à toutes les réformes qui, aujourd'hui, sont devenues indispensables. La plupart des pays qui y avaient recours, comme l'Allemagne, l'ont abandonné.
Le système par points, au contraire, est synonyme de souplesse et de beaucoup plus de liberté pour les affiliés. Il est en vigueur, notamment, dans les régimes complémentaires des salariés du privé  AGIRC ARCCO. Sa généralisation pourrait permettre, à terme, de libéraliser le cumul emploi retraite, de laisser le choix individuel de l'âge de départ à la retraite et d'avoir une gestion beaucoup plus saine et équitable de l'assurance vieillesse.
La mobilisation de la Commission des Affaires Sociales du Sénat sur ce sujet est une très bonne nouvelle et mérite d'être saluée. C'est un encouragement pour notre association. C'est l'espoir, que demain, une vraie réforme pourrait enfin aboutir !

L'étude et analyse n° 8, réalisée par le Professeur Jacques Bichot : « Un plan pour sauver nos retraites » explique l'intérêt de la retraite par points. Elle est consultable en ligne, sur le site Internet de Sauvegarde Retraites, dans la rubrique « Etudes et analyses ».
Fin de citation.
N'hésitez pas à poser des questions si quelque chose vous paraît obscur ... C'est un sujet que je connais bien et sur lequel je peux vous apporter quelques éclairages utiles.

Commenter cet article

sergiozz 13/01/2007 19:09

A l'évidence, vous ne savez pas ce qui se passe concrètement dans les boîtes pour les "seniors".  Certains ont eu plus de chance que d'autres. On leur a proposé des pré-retraites "dorées" qu'ils sont de toute façon obligés d'accpeter car sinon on les met au placard. D'autres ont moins de chance et sont licenciés. C'est malheureusement la réalité du terrain en totale contradiction avec les discours des politiques. Tant mieux pour vous si on vous donne le choix.

Jacques Heurtault 13/01/2007 20:03

Si, si! Je sais très bien se qui se passe au sujet des pré-retraites ... La plupart sont parfaitement d'accord avec ce qui leur est proposé. Une personne licenciée dans ce cadre-là perçoit ses indemnités Assedics jusqu'à ce que ses droits à la retraite soient atteints (150 trimestres) sans pouvoir dépasser l'age de soixante cinq ans (65, pas 60!).Il faut voir le problème aussi sous l'angle macro-économique. Et, là, comme dirait Jacques Dutronc, "y a un cactus"! Un gros, même ... car ça ne peut pas tenir, économiquement, financièrement, socialement ...J'en arrive à me demander s'il ne faudrait pas mettre en place un temps partiel avec versement du complément par les Assedics Et une réduction du salaire, elle aussi compensée par les Assedics ... Tout un programme auquel je n'ai pas apporté de propositions audacieuses.

sergiozz 12/01/2007 21:50

Le retour à l'emploi des plus de 55 ans est une mascarade lorsqu'on vit concrètement ce qui se passe dans les entreprises. Les discours sur l'emploi des seniors sont purement démagogiques car on sait très bien que les entreprises poussent à la porte ces salariés qui leur coûtent trop chers afin de les remplacer par des jeunes avec des salaires moins élevés. La réalité, c'est que de plus en plus de gens quitteront le monde du travail sans avoir fait le nombre d'annuités car ils ne pourront jamais atteindre le nombre d'annuités requis qui ne cesse d'augmenter. Les DRH ont pris le pouvoir dans les entreprises et font de la gestion des ressources humaines en ayant les yeux fixés sur la pyramide des ages.

Jacques Heurtault 12/01/2007 23:32

Pour ce qui me concerne, j'ai 57 ans. Ce qui fait déjà 2 ans de plus que le seuil de 55 ans. Etant entré dans la vie active tardivement pour cause d'études dans le cycle de l'enseignement supérieur, il me faudra aller jusqu'à 64 ans ... Si la situation le permet, il est vraisemblalble que je demanderai la liquidation de mes droits à la retraite en même temps que mon épouse qui a deux ans et demi de plus que moi et qui restera, pour convenance personnelle, jusqu'au terme prévu .... Chacun voit les choses se lon son intérêt.

Jacques Heurtault 12/01/2007 19:53

Je n'ai tout simplement pas pu prendre connaissance du rapport du Conseil d'Orientation des Retraites. Je sais, par contre, que cet organisme a une composition plurielle. Toutes les sensibilités politiques y sont représentées. C'est un gage de sérieux indiscutable.En règle générale, je ne réagis pas dans les 24 heures à des publications de rapport. Je laisse passer du temps. J'attends que ça refroidisse ... mais pas trop.Il est bien certain qu'il faut en finir avec tous les régimes spéciaux en propsant aux salariés de ces régimes le choix simple suivant : - ou bien vous rentrez dans le rang; la récréation est terminée ...- ou bien vous voulez conserver vos avantages acquis et vous êtes désormais tenus de  vous les payer par un prelèvement spécifique sur vos salaires ( et sur le vôtres seulement!).Le retour à l'emploi de larges contingents de personnes entre 54 et 65 ans est une chose positive pour le système lui-même, son équilibre financier entre autres choses ...Je ne comprends pas le sens des inégalités de revenus pérennisées par le système d'épargne-retraite ...système dont je ne connais rien ou presque.  

Daniel Heurtault 12/01/2007 18:43

Au fait Jacques, je suis étonné que tu ne réagisses pas aux propositions du C O R.
Ce nouveau rapport du Comité d'Orientation des Retraites (organisme mis en place par la gauche) alerte les politiques sur la situation actuelle et propose des mesures complémentaires à la loi Fillon pour soigner les comptes (de plus en plus dégradés,3,5 milliards d'euros prévus en 2007!!): -réformer les rigimes spéciaux en allongeant les durées d'activité et d'assurance requises afin de tenir compte des gains d'espérance de vie. -améliorer le taux d'emploi des salariés de 55 à 64 ans qui est le plus faible des pays européens et remise en cause des départs anticipés pour carières longues. -réformer le système d'épargne-retraite dont les effets pervers reproduisent durant la retraite les inégalités de revenus des ménages durant la vie active. Cet organisme où siège les partenaires sociaux propose des mesures de bon sens. Qu'en penses-tu?

JASMIN 13/12/2006 13:14

Que l'art de l'écriture est difficile à pratiquer. Surtout lorsqu'elle est virtuelle, parce que ça va très très vite...Hop, on valide et c'est parti.
Il n'y a ni gestuelle, ni intonation, ni autre intervention qui dirige le destinataire vers une appréciation plus juste du commentaire.
Mais je sens que bien du monde est à cran....comme les enfants qui deviennent nerveux à l'approche du Père Noël.....

Jacques Heurtault 13/12/2006 14:26

ah! Que c'est beau .... Être "à cran" à l'approche des élections comme les enfants à l'approche de Noël! Moi, je suis parfaitement détaché .... Peu m'importe celui ou celle qui gagne ....Pourvu que ce soit un des trois (Bayrou, Royal, Sarkozy)...Ca m'embêrerait si c'était le borgne de Saint Cloud ou bien Besancenot ...  

Jean-Pierre 13/12/2006 10:22

Jacques, il y a des moments où vous passez au dessus de mon humour noir. J'ai trouvé la proposition d'Henry un tantinet cavalière notamment dans sa dimension vous demandant de vous abstenir de publier des articles contradictoires. Cette demande est franchement curieuse de la part de quelqu'un qui milite pour une démocrate...

Le lien vers Henry me paraît être :

http://www.segosphere.net/cs/

Bonne journée

Jacques Heurtault 13/12/2006 11:39

Dans ma précipitation, je n'ai pas fait attention. Pour rédiger une réponse à un commentaire, je n'ai pas l'ensemble de l'article sous les yeux ni tous les commentaires qui vont avec. Cela peut donner une impression tronçonnée.Henry appréciera ou pas ma réponse. Elle n'est pas négociable ... car il s'agit de principes intangibles auxquels il est exclu que je déroge. 

Jean-Pierre 13/12/2006 09:14

Effectivement. Une réforme est nécessaire et dans un deuxième temps, un système de points pourrait être bien plus juste et intéressante...

Jacques examinez bien la proposition de monsieur de la Patellière... aujourd'hui, vous êtes libre de vous exprimer, demain, un peu moins, puisque vous vous engageriez à ne pas publier d'articles apportant la contradiction à madame Royal, et pourtant vous auriez beaucoup à y gagner. (un poste de conseiller ?) Quel dilemme, n'est-ce-pas ?

Bonne journée

Jacques Heurtault 13/12/2006 09:37

Bonjour, Jean-Pierre!Vous avez dû mal lire ma réponse à la proposition "ségolèniste". Je me répète donc :1. Il est hors de question que je me censure si peu que ce soit.2. Je n'ai jamais utilisé des arguments de caniveau et JE NE LE FERAI PAS.3. Il n'y a aucun dilemne pour moi. Personne ne viendra me chercher pour me proposer je ne sais quel poste de conseiller auprès de je ne sais qui. Je suis beaucoup trop indiscipliné pour cela. Je ne peux tout simplement pas vivre sans ma liberté d'expression.Pouvez-vous me donner le lien vers  de la Patelière? Merci.
 

JASMIN 12/12/2006 23:42

Jacques et Mr Daumont,

Auprès de qui exactement considérez-vous les rachats de points intéressants ?
Pour ma part, je ne m'y risquerais pas auprès des caisses de retraite obligatoires.
Par ce geste, on assure leur fonds de roulement d'aujourd'hui, car elles sont très très mal.
Mais pour demain, que vont devenir ces gens qui se seront laissés tenter par les propositions desdites caisses ?

Jacques Heurtault 13/12/2006 07:31

Moi, je ne me place pas dans une logique de rachat de points ...mais dans celle d'une réforme en profondeur.Vos craintes quant au devenir réel des points rachetés (en réalité, des trrimestres) sont bien réelles ... en l'absence de réformes!

Henry de la PatelliÚre 12/12/2006 23:32

Bonsoir Monsieur Heurtaux
Nous recherchons des sites et des blogs sérieux, de bonne réputation, mis à jour régulièrement, proposant des débats intéressants. C'est le cas de "Propositions audacieuses" que nous lisons depuis un certain temps déjà.
Accepteriez-vous de publier des articles relayant les idées de Ségolène Royal ? Chaque jour, nous pourrions vous envoyer 1 ou 2 textes selon les thèmes. En contrepartie, vous auriez un lien vers votre blog sur Ségosphère. Beaucoup de visites en perspective. Bien sûr, il faudrait éviter de publier des articles hostiles ou apportant la contradiction à Ségolène Royal.
Vous voyez, nous vous proposons une façon simple et efficace d'obtenir une fréquentation assidue de votre blog. Vous y gagnerez en notoriété et lorsque l'élection sera passée, votre blog continuera sur sa lancée, fort de la fidélité de ses lecteurs habituels. Vous avez vraiment beaucoup à y gagner, Monsieur Heurtaux.
Nous pouvons commencer quand vous le souhaitez. Votre promesse de respecter ce contrat moral nous suffit.
Merci de votre compréhension, Monsieur Heurtaux.

Jacques Heurtault 12/12/2006 23:41

Vous ne pouvez pas me demander de ne pas porter la contradiction sur TOUT ce que dira Ségolène Royal ... Aujourd'hui, je n'ai pas choisi entre François Bayrou, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Ce sera sûrement l'un des trois ... puisque j'élimine :1. les rigolots2. les extrêmistes3. les porteurs du NON au referendum.Vous avez par contre ma parole que mon blog ne dérivera pas sur des arguments de caniveau! D'où qu'ils viennent!. Il en va, justement, de la crédibilité de mon blog qui commence à être connu pour son sérieux ... et son contenu novateur.

Daumont Jean 12/12/2006 18:20

Merci pour cet excellent article que je vais transférer sur un site personnel "Retraites" . Bien entendu, je vais consuler le site "Sauvegarde Retraites"... Dans l'immédiat, et vous savez pourquoi, la 1ère question qui me vient à l'esprit est celle de l'acquisition de points pour des chômeurs ou des malades de longue durée...

Jacques Heurtault 12/12/2006 22:34

Dans mon esprit, les points s'achètent pour tous le monde au même prix. Il ne faut pas que ce soit les actifs ayant un emploi qui paient pour les actifs sans emploi (autrement dit les chômeurs). Actuellement, ce n'est pas le cas. Les chômeurs acquièrent des points gratuits  qui sont en réalité payés par les actifs qui cotisent à l'assurance chômage (les fonctionnaires ne sont pas concernés!). Il faut penser ma proposition dans sa globalité et la mettre en perspective avec l'allocation  d'existence qui, elle est financée par un impôt proportionnel calculés sur l'ensemble des revenus (et pas seulement lles revenus des salariés).Je rappenlle également ma proposition qui organise le financement de l'Assurance chômage par un prélèvement fiscal sur tous les revenus (ce n'est donc plus une assurance mais une solidarité parmi d'autres) et des pénalités payées par les entreprises sur la base d'un montant forfaitaire à la rupture du contrat, ajustable selon le principe de la répartition (si le chômage monte, le prélèvement est plus élevé pour les entreprises mais pas forcément pour les personnes physiques).Même raisonneùment pour les malades de longue durée. Ils doivent bénéficier de la solidarité par le moyen fiscal.