Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Ségolène Royal et les impôts.

13 Janvier 2007, 11:35am

Publié par Jacques Heurtault

Décidément, Hollande n'en rate pas une! Il doit vouloir naviguer en eaux troubles sur un canal de dérivation, du coté d'Amsterdam, là où il y a des dames ...

Le voilà qui vient de se commettre une nouvelle fois dans la sempiternelle et boueuse querelle des "riches" et des "pauvres" ... (quelquefois, au P.S., ça s'appelle les "gros" et les "petits" ... histoire de faire "peuple" sans doute).

Il veut taxer les salaires supérieurs à 4.000 euros par mois. Les députés sont-ils concernés? Non, sans doute, bien qu'ils soient dans la "tranche des 4.000 euros". Ce sont des députés. Ils doivent donc pouvoir bénéficier de dérogations puisque tout leur argent est consacré à la défense du peuple dont ils sont les élus ... J'ai envie de pleurer!

Quoiqu'il en soit, la candidate Ségolène Royal a remis les pendules à l'heure ... François Hollande porte-il des bretelles? Oui, apparement car Il semble bien qu'il vient de se les faire remonter ...

Voici la mise au point que Ségo vient de rendre publique.

Début de citation :

Ségolène Royal a promis vendredi qu'il n'y aurait "pas de fiscalité nouvelle qui décourage le travail" si elle est élue en 2007. Interrogée par la presse sur les hausses d'impôts proposées par François Hollande, lors de la présentation de ses voeux au conseil régional de Poitou-Charentes qu'elle préside, la candidate PS a ajouté : "Il faudra rééquilibrer la fiscalité, l'alléger sur le travail et peut-être la renforcer sur le capital si l'on veut résorber les déficits. Mais cela se fera sans augmentation des prélèvements obligatoires".

La candidate a rappelé qu'elle avait "mandaté un certain nombre de spécialistes pour mettre à plat (ces questions de déficit et de fiscalité), voir les pistes envisageables". "Le débat sur la question des graves déficits dont souffre la France aujourd'hui est indispensable (...). Le moment venu, dans le cadre du projet présidentiel, je dirai un certain nombre de choses sur ces questions", a-t-elle ajouté.

"Tout le monde a la légitimité de s'exprimer"

François Hollande a relancé le débat sur la fiscalité en se prononçant pour des hausses d'impôts pour les contribuables touchant un salaire net de plus de 4.000 euros par mois. "200.000 contribuables sont concernés", selon lui, 1,2 million de personnes, selon le gouvernement.

Faisant allusions à ces déclarations, la présidente de la région Poitou-Charentes a déclaré : "Tout le monde a la légitimité de s'exprimer. Tous les responsables politiques ont la légitimité pour faire des propositions, donner leur point de vue (...)". Interrogée sur le rôle de François Hollande dans la campagne, Ségolène Royal a répondu :  "Il est Premier secrétaire du PS, il a tout son rôle mais je veux rassembler les compétences au sein du PS et au delà. J'ai déjà rassemblé à l'extérieur du PS d'autres forces de gauche".

Fin de citation.

Commenter cet article

JASMIN 27/01/2007 18:39

Allez, je remets le post en ligne, sinon il va encore disparaître aux oubliettes.

J'aimerais vraiment lire nos spécialistes de la finance sur ce point particulier.

Jacques Heurtault 27/01/2007 19:10

Allo? Allo! Allo! Infreequentable, ëtes-vous là? Vous êtes demandé ... Nous avons tous besoin de vos lumières ...

jasmin 26/01/2007 21:27

Coucou tout le monde !

A propos de S.R.
Elle n'a pas été très loquace après la publication du chiffre astronomique des aides financières octroyées aux grandes entreprises de ce pays.
Il faut avouer que cette information tombait comme un cheveu dans la soupe, après son discours sur les aides qu'elle souhaitait apporter auxdites entreprises.
LE BUDGET DE L'EDUCATION NATIONALE !!
65 milliards d'euros ! rien que pour des entreprises...
On rêve.

Mais ces fameuses aides ne sont pas un secret de dernière minute.


Comment se fait-il qu'elles augmentent chaque année et que la France soit toujours incapable de se redresser, à l'instar d'autres pays européens ?

A quoi sert cette masse ? Où et comment sont-elles utilisées ?

Jacques Heurtault 27/01/2007 17:47

Très bonne question!Il y a deux manières de concevoir les aides :1. La loi, appliquable à tous 2. Le contrat, conditionné à la mise en oeuvre d'une certaine politique; auquel cas, il doit respecter les règles de concurrence ...J'aimerais que l'on me détaille les aides en question ... Je ne suis pas convaincu par ce montant!

Daniel Heurtault 17/01/2007 22:32

Après les impôts sur le revenu voilà l' ISF.Ca y est voilà les faucons ( ou les vrais?) du sarkosysme qui sortent leurs coups bas .... et ce n'est certainement pas fini!
Après le sacre du roi les bouffons s'agittent! Je suis scandalisé mais pas étonné  de leurs méthodes. Je m'attends au pire. Mais Ségolène reste digne et c'est l'essentiel.

Jacques Heurtault 17/01/2007 22:52

Pour se mettre à l'abri, elle aurait dû rendre public la composition et la valeur de son patrimoine ainsi que de ses revenus. Compte tenu des liens entre elle et François Hollande, ce dernier, Premier Secrétaire du P.S., doit en faire autant. Sinon, ça jasera ... Et ça, personne ne peut l'empêcher ...Quand on prend connaissance de l'espèce de brulôt lancer contre Sarkozy, émanant de trois rédacteurs du P.S habillés sous un pseudo, ça ne vaut guère mieux. Ségo a intérêt à se mettre complètement à l'abri de ce genre de pratique ...

Infreequentable 17/01/2007 18:14

On l'arrêtera quand ils en seront à 3.000 : plus aucun texte ne sera alors applicable.... Pourrons toujours causer et se la "péter". On en est déjà à à peine un tiers qui reçoivent leur décrets d'application. Parfois, il faut aussi trois, quatre circulaires ou instructions pour comprendre de quoi il s'agit (les meilleurs ayant été les textes sur la RTT de Aubry, qui arrivaient à se contredire : c'était vraiment limite...).
Et puis un jour, épuisés, les fonctionnaires qui "frabriquent" tous ces textes, finiront par dire d'énormes konneries. On descendra dans la rue leur couper la tête et les crédits : Ca s'appellera "le 4 août" et ils se rendront compte quu'ils ont scié la branche sur laquelle ils sont tous assis ! Boum....

Jacques Heurtault 17/01/2007 18:56

La nuit du quatre Août, OK! Mais pas les massacres de septembre ...

Infreequentable 17/01/2007 15:50

Votre conclusion (c'est le bordel !) est justement reprise par les "sages du Conseil". C'était en 2005 : vous avez vu ce qu'en ont fait "la représentation populaire élue démocratiquement", aidée par une "technocratie impériale" ? Ils ont eu le temps d'en rajouter 2 couches, en 1770 lois rien que pour 2006.... (toutes ne sont pas fiscales, heureusement, mais beaucoup ont leur "petite touche")

Jacques Heurtault 17/01/2007 17:26

Comment faire pour arrêter cette folie paperassière? Je vais finir par opter pour limiter les pouvoirs du Parlement au seul contrôle de l'exécutif ....Et si on prevoyait, comme dans les institutions européennes, de donner plus de pouvoirs au Sénat? Cela ne pourrait s'envisager que si on en réformait le mode d'élection pour permettre une certaine alternance .... qui n'a JAMAIS eu lieu depuis je ne sais même pas combien de décennies .... C'est une anomalie.

Infreequentable 16/01/2007 15:21

Précision : Si "ils" en comptent 416 niches, vous 800, j'en ai plus de 1.200 dans mes "tiroirs"... Sans compter ceux de la loi de finances 2007 et de la loi rectificative de finances de 2006 (que je n'ai pas eu le temps d'éplucher en détail)...

Jacques Heurtault 16/01/2007 15:37

Vous voyez bien que c'est le bordel complet! L'Etat ne sait pas gérer ....

Infreequentable 16/01/2007 15:19

416 niches, Monsieur, recensées par le Conseil des impôts... Dont les deux tiers pour les particuliers... Elles coûtaient 55 milliards d'euros à la Nation, soit un peu plus que l'Impôt sur le revenu... Mais AVEC DE TRES GRANDES APPROXIMATIONS... En fait, les trois services des impôts, plus INSEE, plus le CERC, ne savent pas trop.
D'autant que les 2/3 de ces 55 milliards iraient à quelques centaines de milliers d'entreprises, uniquement... Mais là encore, les "sages" nageaient un peu dans le brouillard... Pour en connaître un, il en rigolait au moment d'écrire ce rapoort là.
Pourquoi le seuil de 4.000 €/mois par personne a été retenu ? Parce que c'est sans doute juste ce que ne touche pas le couple SR et FH. Vous y avez été voir... : http://infreequentable.over-blog.com/article-5272132.html ! Sont pas riches, eux ! Et moi je suis plus que pauvre. Qu'est-ce donc pour les SDF du Canal Saint-Martin : eux au moins, ont le RMI (que je n'ai pas).
Personnellement, je serai pour un élargissement, comme vous, Jean-Pierre. Au moins par un impôt citoyen, même d'un montant symbolique et qui serait partiellement remboursé à chaque scrutin électoral : au moins, nous verrons moins d'abstentionistes et la Démocrative élective et représentative progresserait !

Jacques Heurtault 16/01/2007 15:36

Puisque même les spécialistes ne parviennent pas à s'y retrouver, c'est bien la preuve qu'il temps, plus que temps, de remettre de l'ordre dans tout ce bazar! 

Jean-Pierre 15/01/2007 14:44

Je verrais bien un élargissement de l'assiette de l'impôt sur le revenu et qu'une plus grande partie des Français paient leur part d'IR. Une remise à plat de toutes les éxonérations, pourquoi pas. Une plus grande justice fiscale ne ferait pas de mal. De quelle éxonérations liées à l'IS parlez-vous Daniel ?

Jacques Heurtault 15/01/2007 16:36

Je sais qu'il y a plus de HUIT CENTS niches fiscales ... Il est temps de remettre tout ça en place! Je preconise un taux unique sur l'assiette la plus large possible (ce qui permet à rendement égal, d'avoir le taux le plus faible possible et donc aide à faire disparaitre ce sentiment de matraquage.Bien entendu, je suis un partisan du prelèvement à la source!je crains que le PS, sur ces aspects, ne soit en retard d'une rame ...

Daniel Heurtault 15/01/2007 13:04

Je ne suis pas un spécialiste de la politique fiscale, mais il me semble que le PS et SR prévoient un impôt sur l'ensemble des revenus ( pas que salariés) et également une remise à plat de toutes les exonérations, notamment liées à l'impôt sur les sociétés.

Jacques Heurtault 15/01/2007 16:27

Si tu peux "surveiller" ce sujet pour moi, , je t'en remercie par avance. Ca m'intéresse énormément. Le sujet de la fiscalité, outre son caractère "tabou" est une pierre d'achoppement entre la drite et la gauche.

sergiozz 14/01/2007 21:17

nb : je renvoie mon post car à l'évidence, il y a eu un petit souci technique lors de mon 1er envoi ! Jacques, si mon post est en double, vous en supprimez un !
Mon épouse est prof certifié ( de maths) et je peux vous assurer qu'elle fait plus que 35 h par semaine tout compris. Et si on lui donnait les moyens (un bureau) pour bosser au lycée plutôt qu'à la maison, elle accepterait, mais en définitive, l'éducation nationale ne serait pas gagnante si le temps de présence total était de 35 H et si elle ne faisait rien à la maison. Ce qui m'exaspère, ce sont les gens qui traitent les profs de fainéants sans voir la réalité du travail. Je peux vous assurer que ma femme n'a pas le temps de faire des heures sup à l'extérieur. Mais sans doute que des jeunes enseignants débutants dans un établissement de banlieue font des heures sup pour pouvoir payer leur loyer.  Je cotoie certains collègues de ma femme. Je n'en connais aucun qui donne des cours à Acadomia ou des cours particuliers. Les propos de Copé sur les salaires des profs certifiés au dernier échelon  montrent la nullité de certains hommes politiques. Il est ministre du budget, ce type. Il aurait du donner sa démission sur le champ.

Jacques Heurtault 14/01/2007 23:14

Ok pour les infos. Merci!Sa démission pour une erreur de ce type, c'est sans doute un peu exagéré. Mais des excuses publiques, oui! N'ayant pas suivi l'affaire, je ne sais pas si il l'a fait.Le plus simple, pour mettre tout le monde d'accord, c'est de mettre tout le monde à la même enseigne ... Une sorte de dénominateur commun.Avec ma proposition consistant à permettre à tout salarié de refuser de faire des heures supplémentaires, même si son employeur l'exige, dès lors qu'il a rempli ses obligations contractuelles dans la limite maximale de la durée légale, on règle une bonne partie du problème. D'autant que la contrepartie, car il y a toujours une contre-partie, consiste à ne pas permettre que soit rémunérées à un taux horaire supérieur les heures supplémentaires librement acceptées, individuellement. De quoi calmer les stakanovistes ...

Daniel Heurtault 14/01/2007 20:40

La mise au point de Ségolène ROYAL me conviens parfaitement. Sur la fiscalité et les déficits publiques, elle a mis DSK . Quelqu'un de sérieux. Je pense que nous aurons des éclairages sur le sujet dans quelques semaines.
D'accord avec E.M sur sa remarque sur la jalousie; Mais sur les 35 heures dans l'établissement je rejoins Jacques.

Jacques Heurtault 14/01/2007 21:02

D'autant que je ne propose qu'une chose : mettre, pour chaque prof, un bureau (SON bureau) à sa disposition. Tous les professeurs d'université ont le leur et personne ne leur demande d'y être présents en permanence ... J'entends bien un bureau, à l'écart! Pas dans la cour de récréation ...Sur la fiscalité, autre sujet beaucoup plus épineux, une question me viens à l'esprit : Pourquoi  le P.S. est-il toujours aussi ringard sur cette question essentielle? L'essentiel des prélèvements obligatoires reposent sur les salaires. Vouloir qu'il reposent aussi bien et dans la même proportion, sur les autres revenus devrait recueillir l'unanimité des militants du P.S! Or, ce n'est pas le cas! Pourquoi?

E.M. 14/01/2007 20:06

Oui, peut-être... mais les ragots ne m'intéresse pas... Enfin, je veux dire que les gens qui jalousent les autres sont stupides. Si encore cela améliorait leur vie mais ce n'est pas parce que je vais dormir dans mon lycée que le peuple vivra mieux ! ;-)

Jacques Heurtault 14/01/2007 20:59

Si tu veux faire de la politique, tu dois, impérativement, prendre en compte ce que les gens pensent et disent, même, et surtout, si tu crois qu'ils ont tort ...Je n'ai jamais entendu qui que ce soit soutenir que les profs devaient dormir dans leurs lycées. Encore heureux sinon, on aurait, pour le coup, le droit de sortir de sortir de ses gonds!   

E.M. 14/01/2007 18:54

Non, ta dernière proposition ne me plaît pas. là, par exemple, je suis également en train d'organiser ma semaine et je pense que je vais corriger des copies jusqu'à une heure du matin. J'aime cette liberté et je veux la garder. Que SR s'occupe d'autre chose ... ;-)

Jacques Heurtault 14/01/2007 19:33

Dont acte! C'est pourtant avantageux pour les enseignants ... Cela couperait court aux ragots affirmant qu'ils ne font rien...

E.M. 14/01/2007 18:00

Tout d'abord, je tiens à préciser qu'un enseignant a sur son salaire une retenue pour sa retraite qui est de 7,85% de son salaire brut.
Un certifié à l'échelon 11 (indice 658) a un salaire brut de 2959,87 euros. Un certifié Hors classe (indice 783) a un salaire brut de 3522,16. Si la direction d'un établissement l'exige, un enseignant est obligé d'accepter une heure sup et rien de plus.
Evidemment, il y en a certains, paraît-il, qui font des heures sup ailleurs... ;-)

Jacques Heurtault 14/01/2007 18:21

Merci pour l'info sur la retenu pour la retraite. L'intérêt bien compris des fonctionnaires, c'est d'accepter que soit mis en place une caisse retraite complémentaire qui leur soit propre et qu'ils soient affiliés à la caisse de Sécurité Sociale comme tout le monde! Pourquoi, diable, ne le veulent-ils pas?Pour ce qui est des heures suplémentaires, il est bien connu que des enseignants du publics donnent des cours privés. Cela ne me choque pas ... à condition que ces mêmes enseignants ne revendiquent pas , par ailleurs, une réduction du temps de travail avec maintien du salaire!Je suis par contre d'accord pour reconnaitre que une heure d'enseignement ne vaut pas une heure de travail "normal". Il est admis que une heure d'enseignement vaut, tout compris, 3 heures de travail. Le pls simple, c'est de donner un bureau à chaque  enseignant afin qu'il puisse rester dans son établissement 35 heures par semaine. Comme tout le monde!

E.M. 14/01/2007 12:50

Oui, c'est pas top...
Et que penser de Copé qui se trompe sur les salaires des certifiés ?
Parfois les gens de pouvoir devraient être plus attentif au recrutement de leur équipe !

Jacques Heurtault 14/01/2007 16:33

Bonsoir Eric!Je ne sais si les français arriveront à tomber d'accord sur la notion de salaire. En toute logique,  le chiffre à prendre en considération doit être l'ensemble des éléments de la rémunération (toutes primes confondues), bruts, annuels ... Si un professeur certofié fait des heures supplémentaires qu'il ne peut refuser, ça doit être pris en compte.Si on s'en tient au traitement de base (points d'indice x valeur du point), net des retenues habituelles, net d'impôts, on n'arrive évidemment pas au même résultat!Pour ce qui me concerne, en brut, cela fait, en 2006 : 31043 euros soit 2.500 euros brut par mois environ. Mais, j'exerce en temps partiel, à 90%. Rapportés à un temps plein, cela me fait donc presque 2.800 euros ... brut.Un professeur certifié ne paie pas de cotisation pour sa retraite puisqu'il est fonctionnaire. Il faut donc introduire un correctif ...A partir de ces éléments tu dois être capable de nous dire combien un professeur certifié gagne, à quelques euros près ... en brut annuel Je te remercie de nous donner une réponse. Ca éclairera les lecteurs du blog.