Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Bernard Tapie candidat?

20 Février 2007, 15:18pm

Publié par Jacques Heurtault

Dans une période aussi cruciale pour l'avenir du pays , quand on se trouve, même pour seulement quelques jours, à l'étranger, même s'il s'agit d'un pays aussi proche que peut l'être l'Espagne, que fait-on?

Horsmis la visite du lieu, ce pour quoi on s'est déplacé, on achète la presse française ... En l'occcurrence Le Monde et/ou Le Figaro ...

C'est ainsi qu'au détour d'un simple entrefilet j'ai appris que Bernard Tapie avait songé à être candidat à la Présidence de la Réûblique! J'ai bien lu et ... relu, tellement l'information avait quelque chose de surréaliste!

Candidat? Tapie le taulard? Condamné pour malversations financières, il a songé à être candidat? Si j'en crois cet entrefilet, c'est vrai ...

Bien pire, c'est Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche qui, dit-il, l'aurait sollicité au vu d'un sondage très favorable lui attribuant un score plus qu'honorable ...

Là, j'en suis tombé sur le cul ... Enfin, presque ... (j'étais assis, dans un fauteuil, et ne risquais pas de tomber).

Faut-il que notre France aille vraiment mal pour en arriver à une telle hypothèse!

1. Un homme clairement condamné pour tripatouillages financiers peut, très normalement, songer à se présenter à la Présidence de la République, la fonction la plus haute de NOTRE REPUBLIQUE ...

2. Des sondés peuvent envisager de voter, en conscience, pour un ancien taulard ...au point de lui accorder une audience et une LEGITIMITE non néglégeable ...

3. Des commanditaires de sondages peuvent, très sereinement, coucher sur le papier le nom d'un ancien taulard dans le cadre d'une étude de faisabilité ... (car, dans ce genre d'exercice, il faut bien qu'une décision soit prise par ceux qui payent le sondage en question ...)

4. Le président d'un parti politique peut, très sereinement, accorder du crédit à une "étude caca-boudin"  de ce genre  ... au point de proposer au principal intéressé d'être LE candidat de son parti ...

5. La législation d'un pays démocratique peut permettre à un ancien taulard de se présenter à la Présidence de la République ...

6. Tous ceux qui, avant publication, ont trempé dans cette machination (je mets de coté les sondés ...) n'ont pas jugé bon de protester contre une telle éventualité ...

7. etc. 

Dieu merci, j'étais assis! Mais, ce n'était pas un rêve ...

Commenter cet article

Daniel Heurtault 21/02/2007 23:02

Tapie candidat...beurck! Surtout qu'il se taise et continue son métier de comédien qu'il exerce, paraît-il, avec talent !

Jacques Heurtault 21/02/2007 23:37

C'est bien ce qu'on lui reproche, justement! Pas de comédiens dans la politique! Les comédiens dehors!

Jean-Pierre 21/02/2007 09:29

Merci du coup de gueule. Vous savez ce qu'on disait des radicaux au XIXe ? Il sont roses à l'extérieur, blancs à l'intérieur et toujours près de l'assiette au beurre...

Jacques Heurtault 21/02/2007 11:27

Ah! Ah! Ah! ... Et, en plus, on les disait volontiers ... r ...ieurs!

Daumont Jean 21/02/2007 09:21

  Je vous prie d'excuser une erreur de manoeuvre qui m'a fait "poster" mon commentaire sur la Catalogne derrière votre article sur Tapie... Veuillez le supprimer, ainsi que le présent texte, ce que je ne peux pas faire... Merci !

Daumont Jean 21/02/2007 09:15

Je comprends votre enthousiasme pour la ville de Barcelone... mais je suis surpris par votre ...étonnement devant "l'autonomie" catalane... Influencé peut-être par votre "vie de ...château" dans un superbe appartement, vous aviez peut-être dans ce domaine construit un ..."château en Espagne"...
   En fait, la dictature "unitariste" de Franco a pu laisser une impression très "nationaliste" de l'Espagne... Or celle-ci n'a jamais connu une "unification" à l'image de la France capétienne puis jacobine... Il y a eu Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille qui ont fondé un royaume après la reconquista contre les musulmans dont la trace reste forte, noamment en Andalousie... Et le Pays basque et la Catalogne ont toujours été "à part"... Le père du Roi Juan Carlos le savait bien, qui avait conseillé à son fils de se rendre dès la disparition de Franco en Catalogne et au Pays basque, pour se faire reconnaître en quelque sorte...
   Pour les langues, même remarque : sur un fond "ibère", s'est greffé une influence latine, romane puis arabe... et il n'y a pas eu d'Edit de Fontainebleau pour imposer "l'espagnol" madrilène, ni de loi Jules Ferry pour interdire les langues locales...

Jacques Heurtault 21/02/2007 11:23

Vous avez bien raison de rappeler tout cela. Ayant fait des études d'espagnol, j'en étais resté à un "statut" relativement corseté ...