Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

François Fillon n'est pas Nicolas Sarkozy.

17 Avril 2007, 20:56pm

Publié par Jacques Heurtault

Non, François Fillon n'est pas Nicolas Sarkozy ... Plus précisément Nicolas Sarkozy n'est pas François Fillon et c'est bien dommage ...

Il y a, chez François Fillon, de la pondération, qualité absolument indispensable à l'exercice d'une fonction dirigeante que je ne retrouve pas chez Nicolas Sarkozy.

Voici l'interview que François Fillon vient d'accorder au quotidien Sud Ouest :

Début de citation :

Nicolas Sarkozy a beaucoup droitisé sa campagne, ces derniers temps. Ne risque-t-il pas de perdre au centre ce qu'il va gagner à droite ?
François Fillon.
Je ne crois pas que l'on puisse dire que Nicolas Sarkozy mène une campagne droitière. Sa force est de s'appuyer sur un langage de vérité. Il a décomplexé la droite par rapport à des valeurs et des convictions qu'elle ne mettait plus suffisamment en avant. Mais son projet est suffisamment innovant pour répondre à beaucoup de préoccupations des Français qui se réclament du centre ou du gaullisme social, comme moi. A l'inverse, celui de François Bayrou comporte des éléments très droitiers : il veut supprimer l'ISF, pas nous; il veut mettre en place un système de retraite par points et selon la pénibilité, qui conduirait, par exemple, les enseignants à travailler plus longtemps.
Quant à notre conception de l'identité nationale, elle n'a rien à voir avec celle de M. Le Pen. Pour nous, l'identité nationale s'enrichit en permanence par l'intégration des populations étrangères.

Proposer de faire élire des députés à la proportionnelle, ce n'était donc pas un clin d'oeil au Front national ?
C'était une position de Brice Hortefeux, qui n'engage absolument pas Nicolas Sarkozy et qui n'est pas celle de l'UMP. Nous sommes attachés au scrutin majoritaire à l'Assemblée nationale. Nous pensons que la proportionnelle, même à petite dose, mine les fondements de la Ve République, qui repose sur le besoin de majorité pour gouverner. En revanche, nous proposons d'introduire de la proportionnelle au Sénat, qui, lui, n'a pas la possibilité de bloquer l'action gouvernementale.

Les Français sont-ils mûrs pour des réformes profondes ?
La France est mûre pour des réformes profondes. Ce sont les responsables politiques dont je fais partie qui se sont montrés plus timorés que les Français eux-mêmes. Combien de gouvernements ont renoncé à des projets simplement parce qu'un préavis de grève était déposé ! Bien sûr, les Français ne sont pas prêts à n'importe quelle réforme. Mais je les crois encore beaucoup plus critiques envers les hommes politiques qui ne tiennent pas leurs engagements, qui ont peur d'affronter l'impopularité et naviguent au gré du vent. Il faut du courage et de la clarté politique. Avec un chef d'Etat engagé, qui assume lui-même les réformes, avec un gouvernement resserré qui constitue une véritable équipe de France, avec l'assurance de gouverner sur la durée, je pense qu'on peut convaincre les Français et changer profondément le pays.

Par exemple, avec une nouvelle réforme des retraites remettant en cause les régimes spéciaux, ne craignez-vous pas un blocage du pays ?
En tout cas, c'est un risque à affronter. Car le maintien des régimes spéciaux au moment où l'on demande à tous les Français de travailler plus longtemps est une injustice insupportable qui sera de plus en plus mal ressentie. L'action ne doit pas empêcher la concertation. Le dialogue social sera préservé. Pour les retraites, il y a un rendez-vous prévu par la loi en 2008. D'autres réformes peuvent aller plus vite, comme l'instauration d'un service minimum dans les transports.

Justement : Anne-Marie Idrac, la présidente de la SNCF, dit qu'une loi n'est pas nécessaire.
Qu'elle le prouve ! Et la seule manière, c'est de démontrer aux usagers qu'un service minimum peut fonctionner sans loi. Nous avons dit aux organisations syndicales que, pour nous, l'essentiel c'est la garantie d'un service minimum. Si elles sont capables de proposer un système efficace qui aboutit à ce résultat, nous ne sommes pas « obsédés » par l'idée d'une loi. En revanche, si cet été il n'y a pas d'accord, alors nous proposerons un texte.

Avec un président beaucoup plus interventionniste, comme Nicolas Sarkozy, ne va-t-on pas vers un dépérissement de la fonction de Premier ministre ?
Nous allons vers une adéquation des principes à la réalité. Chacun sait que le Premier ministre exécute la politique du président de la République. Mais nous nous sommes enfermés dans un système où le président, pour se protéger, faisait semblant de ne pas assumer les réformes, notamment les plus difficiles. C'est un mauvais système, qui introduit un doute sur la détermination de l'exécutif, puisqu'on ne sait pas ce que le président veut vraiment !
Le quinquennat permet une concordance entre les dates de l'élection présidentielle et des élections législatives; le projet politique qui prime est donc celui du président. C'est lui qui doit être le chef d'orchestre. Il faut que le gouvernement se sente soutenu par le président et que l'on arrête de penser que le chef de l'Etat peut durer en changeant régulièrement d'équipe. Il faut dix ans pour installer une véritable politique du plein-emploi. Si vous menez deux politiques différentes au cours d'un même quinquennat, aucune des deux n'aura d'effet.

Vous sentez-vous prêt pour Matignon ?
Je m'interdis de penser même à l'après-premier tour de l'élection présidentielle. Annoncer à l'avance le choix du Premier ministre réduirait l'assise politique de notre candidat. Je me suis concentré depuis deux ans sur la préparation et la cohérence de notre projet.
Quant à la composition du gouvernement, elle dépend du message exprimé par les Français au premier et au deuxième tour.

Il inquiète, et vous pouvez rassurer : vous êtes complémentaires.
Les Français découvriront que Nicolas Sarkozy n'a rien d'inquiétant. Ce qui est inquiétant, ce sont les gens incompétents, qui n'ont pas d'expérience, les gens qui proposent des aventures institutionnelles. Ce qui fait la force de Nicolas Sarkozy par rapport à Ségolène Royal, c'est le travail que nous avons fait sur nous-mêmes depuis deux ans et qui nous a conduits à analyser nos handicaps et à proposer une rupture, d'abord avec nos propres erreurs. Ségolène Royal improvise car elle traîne un Parti socialiste qui n'a pas fait ce travail de fond.

Diriez-vous encore, comme en 2005 après votre éviction du gouvernement : « On ne retiendra rien de Chirac, hormis mes réformes » ?
C'était une phrase un peu prétentieuse. Je voulais simplement dire que quelques réformes ont été faites pendant les deux mandats de Jacques Chirac et que j'ai pris ma part à trois ou quatre d'entre elles, comme la fin du monopole des Télécommunications ou la réforme des retraites.

Fin de citation. 

Non, décidément, François Fillon n'est pas Nicolas Sarkozy. Il n'est pas, lui, candidat à la Présidence de la République. Et c'est bien dommage ... 

Commenter cet article

Jean-Pierre 19/04/2007 09:07

Bon sang, toutes les fautes de frappe. Je devrais me relire un peu plus... répandu... romantisme...

Jacques Heurtault 19/04/2007 12:24

Le rhum en "tisme" ne se répand pas! Il se boit ... avec ou sans "tisme". D'autant que, une fois pendu, il est difficile de se re-pendre ...

Jean-Pierre 19/04/2007 09:05

Ce genre de propos est tellement outré qu'il en deviendrait drôle s'il n'était pas aussi répendu. Il existe encore aujourd'hui une sorte de ramantisme révolutionnaire dangereux. Vos lecteurs, Jacques, savent faire la part des choses. Ce n'est même pas la peine de censurer ce ou ces dangereux zouaves

Jacques Heurtault 19/04/2007 12:21

Ok. Je laisse courrir ...

Daumont Jean 19/04/2007 00:07

   Vieil adage : ce qui est excessif est sans importance...

Jacques Heurtault 19/04/2007 12:25

Donc je laisse les propos outranciers ... Ok.

Anne-So 18/04/2007 22:52

 
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."
Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793
 

Lettre ouverte à mesdames et messieurs les candidats(e)s à l'élection présidentiel
 

Puisque M Nicolas Sarkozy veut s'adresser à la France qui souffre et Mme Ségolène Royal être à l'écoute des Français, et bien qu'ils nous écoutent et nous lisent plutôt que de nous imposer par la force et en l'absence de toute concertation démocratique leur programme liberticide. Programme décidé volontairement et imposé en toute méconnaissance de cause une fois de plus en cénacles, cellules ou autre commissions et qui est le plus souvent constitué de personnes ne connaissant rien au problème vécu des situations et des demandes de l'ensemble des Français. Comme nous entrons dans une année électorale, l'occasion se présente pour exprimer nos revendications, nos souffrances face à un État de plus en plus américano répressif et ultra libéral. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, de la restriction de nos libertés face à un État de plus en plus américano-Orwellien. Et cet État répressif discrimine en premier lieu les personnes hors normes ou poussée dans l'anormalité sociale voulue par le pouvoir en place pour pouvoir mieux les criminaliser. Et après à qui le tour? Les associations qui soutiennent ces populations hors normes, ensuite les militants et enfin les mouvements et partis politiques. Une logique d'épuration ne peut s'arrêter que quand il n'y a plus rien à épurer, alors elle crève de faim de manque d'épuration, c'est sa propre nourriture. L'État Français est composé de 60 millions d'habitants avec autant de suspects et de délinquants potentiels, ce qui va du nouveau né(e) s de quelques heures aux centenaires. Ce qui faisait dire à Renan au XIXème siècle que les enfants né(e) s orphelins mouraient célibataires, se transforme en enfants nés (e) s suspects délinquants, mourons suspects délinquants. Entre 9 et 12 millions d'infractions, 10 millions de chômeurs, 500 000 gardes à vues, 400 000 SDF, 100 000 prisonniers…. Tel est le triste bilan de la France. Voilà où nous mène le tout sécuritaire : toute la population doit être et sera fichée, surveillée, enfermée dans une prison dorée pour soit disant lutter contre le terrorisme et la délinquance. Et il va de soit que le peuple doit la fermer et obéir bien entendu. Si cela ne s'appelle pas un régime totalitaire qu'est-ce que c'est…. Et cela mis en place par 12 lois répressives de sécurités intérieures liberticide, discriminatoire et arbitraires qui sous la houlette du bon vouloir d'un ministre de l'Intérieur plus puissant que ne l'était Louis XIV se permet de ficher, surveiller, criminaliser… tous les habitants de son pays! L'ex Ministre de l'Intérieur a-t-il si peur que ça de ses habitants qu'il se croit obliger de les faire tous surveiller?


Vous nous dites que nous sommes en démocratie? Quand il y a eu la candidature de la France pour les Jeux Olympiques, partout ont nous les imposait, journaux, télés, magasins et ceux/celles qui n'étaient pas d'accord n'avaient aucun droit de donner leur avis, ils étaient exclus d'office. Seuls ceux/celles qui étaient pour avaient le droit de donner leur avis et la plupart étaient des gens connus. Quand il y a eu les ventes d'appartements à la découpe, qui est venu défendre les habitants contre ces pratiques libérale et scandaleuse qui leur proposaient pas d'autres alternatives que vous « avez 6 mois pour acheter ou vous déménager » Qui? Personne! Vous nous dites que nous sommes en démocratie? A part Mme Royal et M Sarkozy où sont les autres candidats? Ils n'ont pas le droit de s'exprimer? Vous nous dites que nous sommes en démocratie? Une fois que vous nous avez accordé les élections ou référendum selon votre bon vouloir et que nous avons voté à condition que nous votions bien et dans votre sens, qu'est-ce que nous avons comme contre pouvoir pour nous défendre? Rien ! Pendant 5 ans nous subissons une dictature, une répression. Vous nous demandez de voter et de revoter jusqu'à résultat obtenue dans votre sens. Et une fois obtenue ce vote tant espéré par vous qu'aussitôt l'envie de nous faire revoter disparaît. La république n'est qu'une succession de coups d'États répétés qui porte à sa tête le plus habile Machiavel ou Mazarin imposé par les médias. Ces Warwick des temps modernes font et défont les candidats selon leurs intérêts et le peuple n'est là que pour confirmer par son vote la légitimité du coup d'État. Vous nous dites que nous sommes en démocratie avec 12 lois sécuritaires qui nous criminalisent et contre lesquelles nous pouvons rien faire à part manifester et vous ne nous écoutez pas! Vous écrire? Et vous ne nous répondez pas! Et si par malheur nous faisons trop de bruit par des manifestations qui vous mettraient mal à l'aise, les matraques seraient là pour nous calmer, nous le peuple souverain! Ce délit s'appelle le délit de rébellion! Et vous le savez MM les politiciens vous qui admettez sans le dire que tout vous est permis, les lois liberticides que vous nous faites subir, la police et gendarmes que vous nous envoyez ne sont faites que pour le fretin des vaincus et des simples administrés, le peuple souverain. Quand il y a eu la manifestation des lycéens contre la loi Fillon puis celles des étudiantes contre le CPE qui manifestaient pour exprimer leur désaccord face à cette loi, pour toute réponse vous avez envoyés les CRS avec matraquages et condamnation par la justice. Sommes nous toujours en démocratie? Le droit d'expression est-il toujours libre? Vous nous dites que nous sommes en démocratie? Et pour défendrent nos libertés qu'avons-nous? Nous ne pouvons pas demander de référendum, nous ne pouvons pas demander d'élections ni faire invalider une élection et encore moins d'empêcher un ministre de nous imposer ses lois scélérates. Comment pouvez vous nous dire que nous sommes en démocratie avec la loi des suspects et le délit de suspicion qui nous criminalisent sans même être coupable de quoi que ce soit et décidés par vous? Vous fumez devant quelqu'un? Vous êtes présumé coupable de rendre cette personne cancéreuse! Vous montez dans un avion avec un tube de rouge à lèvre? Vous êtes présumée coupable d'être une terroriste et de vouloir faire exploser l'avion! Vous jouez au poker en ligne? Vous êtes présumé coupable de trafic d'argent sale! Vous attendez quelqu'un en mini jupe et en talon? Vous êtes présumée coupable de prostitution passive! Vous portez une djellaba et une barbe? Vous êtes présumé coupable d'être un terroriste d'al Kaida! ……


La démocratie n'est pas le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, cette démocratie n'a jamais existée, n'existe pas et n'existera jamais. La démocratie qui est le régime de la compétition légale pour le pouvoir suprême, régime de l'élection du chef (ou des chefs), est essentiellement fin du peuple et fin de civilisation. C'est la loi du nombre par laquelle une minorité d'individu qui s'empare du pouvoir par coup d'État finis par imposer sa tyrannie au peuple. Tous les politicien(ne) s le savent, leur but n'est que de créer du désordre tant que l'ordre désiré, c'est-à-dire le succès de leur groupe n'est pas obtenue. C'est donc par définition le désordre assuré, régulier et perpétuel. Quand il est franc, quand il est administré par une équipe radicale bien pénétré du libéralisme confessionnel, le régime républicain enferme quelque chose de profondément et de passionnément étranger, une arrière-pensée qui nous abaisse en particulier devant les Anglais ou les Allemands, qui les préfèrent à nous et qui nous subordonne à eux, un sentiment qui, s'il le fallait, sacrifierait la France à ces Étrangers adorés. Et c'est bien comme cela que s'est faite cette Europe Allemande qui nous asservit grâce à la trahison de nos élites préférant toujours la fuite en avant, toujours prêt à tout vendre pour leurs intérêts, leur carrière. Seul leur avenir, leur ego compte, la république c'est le règne de l'étranger, c'est la vassalisation, l'asservissement. Et la démocratie qui est le règne de l'étranger ne nous préserve contre aucune dictature elle nous y conduit, elle en est son ferment. Ce régime n'a jamais pu défendre Athènes contre la Macédoine et qui ne sauvât point Rome des barbares pas plus que la république de Weimar qui sombra à son tour laissant sa place au nazisme. Tout comme Albert Lebrun laissa sa place au maréchal Pétain, le Maréchal Hindenburg laissa la sienne à Adolf Hitler.. et l'UE suis le même chemin en se transformant en une sorte d'Union Soviétique sous tutelle Américaine.


C'est vous qui avez créez les délinquants en les poussant à la révolte et à la criminalisation en ne cherchant surtout pas à comprendre une situation mais en créant de nouveaux délits en décidant d'une façon purement arbitraire que telles ou telles personnes, que ses actes seraient délictueux ainsi que de l'endroit où elle se trouve et cela de manière purement formel. Face à cette imposition d'office de mise aux normes sociales, seules ceux/celles qui ne se soumettrons pas seront considérées comme des délinquant(e)s, des criminel(le)s, des terroristes et seront montrés du doigt, pourchassés et tout sera de leurs fautes parce que c'est toujours la faute de l'autre. Alors que ces personnes ne demandent qu'une chose, vivrent leur vie comme elles veulent, voilà comment la délinquance est crée. On commence par désigner une population hors norme qui par seule présence dans la rue dérange. Cette gène est transformée en délit : le délit de présence et de lieux, prostituées, SDF, gens du voyages… ce qui a pour conséquence d'exclure, de clandestiniser, de fragiliser d'avantage ces personnes en les empêchant de vivre leur vie sous prétexte de trouble l'ordre public. Excuse qui sert qu'à justifier l'urgente nécessité d'une loi répressive. Alors elles sont rejetées, blâmées surveillées, harcelées, insultées, humiliées et réprimés par des lois qui ne s'appliquent non pas pour améliorer l'intérêt général mais pour sanctionner, brimer les intérêts particuliers. On commence toujours par s'attaquer aux plus faibles, à ceux qui n'ont aucuns moyens de se défendre en créant une loi spécifique et petit à petit, cette loi qui n'est qu'une répression, étouffe de plus en plus les minorités dans le but soit de les faire capituler en criant grâce pour les obliger à rentrer dans la norme ou de les laisser mourir à petit feu pour les plus irréductibles. La société égalisatrice est en marche, elle broie toutes les différences sur son passage, elle interdit toutes réflexions, elle déresponsabilise, elle abrutie, elle met d'office sous tutelle politique puis sociale et financière la plupart des individus, elle étatise les familles. Petit à petit elle s'immisce dans leur vie de tous les jours, finis par y rentrer et en prendre le contrôle. Une fois le piège refermé sur ces personnes, elles deviennent de parfaits petits robots bien normés, bien éduqués, bien pensants, aux ordres de l'État totalitaire prêt à discriminer ceux/celles qui ne le sont pas, qui ont gardés leur indépendance ou qui lutte pour la garder. La démocratie égalitaire vagabonde et anonyme est la pire des dictatures. Et pour mieux surveiller et contrôler ces minorités devons-nous ressortir les étoiles et les triangles?


Ce sont les États Américains, Anglais, Français, Espagnol… qui ont crée le terrorisme d'État en allant dans les pays arabes et islamistes les bombarder, les tuer, les voler, les insulter, les humilier par la force des armes en leur imposant un gouvernement « plus docile » et un régime politique qui convient. Mais les habitants de ces pays se révoltent, viennent chez nous faire la même chose et vous osez crier au terrorisme avec un beau masque d'indignation de sophiste en oubliant que ce n'est que la monnaie de votre pièce. Alors comme riposte à cet engrenage de la violence que vous avez créé, vous mettez en place des « plans vigipirates » pour soit disant lutter contre le terrorisme en oubliant que c'est vous les terroristes! Par ces plans vigipirates vous installez un sentiment d'alerte permanente parmi la population, dont le but n'est pas de lutter contre le soit disant terrorisme mais pour mieux contrôler la société par la peur. Et pour ne pas relâcher la pression, de temps en temps des alertes à la bombe et autre colis piégés inventés ou des infos par les médias sont là pour nous le rappeler. Alors comme mesure, la première est de faire surveiller, ficher, fouiller tous les habitants comme de simple condamnés de droits commun et cela décidé d'un simple décret. De ce fait nous nous retrouvons à la fois victimes, coupable et otages. Victime d'un gouvernement qui nous criminalise, coupable du même gouvernement qui nous condamne en restreignant le peu de liberté qui nous reste et pris en otage parce que nous n'avons aucune autre possibilité que de subir cet engrenage. Mais si nous sommes considérés comme des victimes nous sommes en droit de réclamer des indemnités. Et si nous sommes suspectés d'être des présumés terroristes par la mise en application de la loi des suspects et du délit de suspicion, alors nous sommes en droit de poser plainte pour diffamation et calomnie. Comment peut-on être à la fois juge et voleur? Terroriste et victime?


Pour lutter contre le terrorisme et la délinquance que vous avez volontairement créé, vous avez mis en place un « sentiment d'insécurité» qui a pour but de contrôler plus facilement la population par la peur. Et pour mettre au pas cette population, casser ses résistances, on commence par harceler une minorité désignée de façon qu'elle se révolte contre ce qui l'opprime et que par sa révolte elle se mette elle-même dans l'illégalité poussée et voulue par l'État de façon qu'aux yeux du reste de la population elle soit considérée comme dangereuse et justifie ainsi l'application de lois d'urgence, répressives. Et pour justifier un « sentiment de peur » que vous avez créé, vous avez renforcé le nombre de policiers qui ont pour but de juger et de contrôler selon la situation. Alors une police justicière est crée, elle devient juge d'un délit par suspicion, par application de la loi des suspects mettant en pratique un empirisme à la fois subjectif, objectif et du lieu ou se trouve la personne. De fait une sorte de jurisprudence policière qui, ayant force de loi factuelle prend forme. Alors un climat détestable s'installe, livrés au libre arbitre du contrôle de la police, chaque personne se sent à la fois rassurée et inquiète devant la recrudescence d'effectifs de police dans les lieux publics. Rassurés parce que la présence peut faire de la dissuasion, inquiète parce qu'un sentiment de peur, de culpabilité de se sentir coupable de quelque chose même si elles n'ont rien faits est présent. La crainte d'un contrôle développe chez la personne contrôlée une méfiance, un stress, un malaise, une angoisse qui modifie son attitude et qui justifie par là même le contrôle, c'est un cercle vicieux dans laquelle la personne se trouve prise en otage d'un système malgré elle et dont elle ne peut plus se sortir. Et si elle ose, la peur du policier et la culpabilité imposée par la pression sociale sera là pour la rappeler à l'ordre et lui imposer de choisir : soit elle reste victime et elle subit, soit elle se rebelle et elle devient délinquante et elle sera de nouveau surveillé, contrôlé. Alors une haine, une animosité se développe chez certaines personnes qui se sentent de plus en plus à la fois victimes et harcelés. Mais ça ne suffit pas, il faut encore casser tout liens qui unissent les gens entre eux à quoi que ce soit, professionnel, confessionnel, relationnel, familiale sportive… Dont le but est de les isoler par tous moyens de façon à ce qu'ils se retrouvent seul face à la toute puissance de l'État Moloch, sans aide, sans secours et plus facilement manipulable. Et pour pouvoir surveiller 60 millions d'individus isolés, la génétique et l'électronique viennent au secours de l'État Moloch. En fichant tout le monde d'abord par les empreintes génétiques, puis pour pouvoir les suivrent plus facilement à la trace avec le passeport électronique et si ça ne suffit pas, des puces insérés dans son corps lui rappellerons qu'il n'est plus libre de ses pensées, mouvements et actes et tout cela surveillé par la milice. Et pour nous imposer de nouvelles mesures sécuritaires pour soi disant veiller à notre sécurité, quelles catastrophes allez-vous inventer pour nous faire subir, nous obliger à accepter une nouvelle dictature sécuritaire paranoïaque?


Comment pouvez-vous vouloir réunir la France de Barrès, de Péguy, de Maurras, de Blum, de Jaurès, de Briand quand c'est celle Pétain, de Darnand, et d'Henriot qui arrive à grand pas. Comment pouvez-vous vouloir réunir la Franc,e en excluant une partie de la population? En criminalisant les prostituées, les sdf, les chômeurs, les fumeurs en expulsant les immigrés, en insultant les jeunes de banlieues, en créant une milice pour surveiller tous les habitants, en créant le délit de suspicion, le délit de présence et en ressortant loi des suspects de 1791? Comment vous les candidats pouvez-vous vouloir unir tous les français avec la politique de terre brûlée d'exclusion des gens hors normes que vous rejetez et discriminez depuis des années? Et nous quels recours avons-nous face à ce simulacre de démocratie qui décide de quand nous devons voter? Qui décident à notre place ce qui est bien ou mal? Qui nous impose ce que nous devons faire ou pas faire? Qui nous imposent des lois, règlements arbitraires que vous nous obligez à subir pendant 5 ans si ce n'est plus? Quels recours avons-nous si ce n'est que celui de subir, de la fermer, de se cacher, de fuir encore et toujours ou de se révolter contre cette dictature de mise en conformité aux normes sociales que nous rejetons et que vous nous imposez? Et si nous nous révoltons nous serons condamnés pour délit de rébellion pour avoir voulus défendre notre liberté! Qui nous met en otage d'office avec comme choix : soit vous acceptez d'être surveilles fichés, fouillés, contrôlés. Soit vous refusez et vous être coupable de refus. Dans les deux cas nous sommes criminalisés d'offices. Allez vous créer le délit de clandestinité dans lequel vous nous poussez pour encore nous mieux réprimer? Et quand la commission, les États aurons la main mise sur le tout surveiller, le tout régenter chacun des citoyens tombera alors au dessous de rien. Et quand il faudra que tous agissent pour que quelqu'un agissent, chacun cessera d'agir, du moins avec initiative et progrès et notre activité sociale deviendra une répétition mécanique, de plus en plus lente, et qui tendra à l'inertie, le citoyens deviendra un robot. L'Etat inerte par lui-même, sera, en tant qu'Etat démocratique, destructeur et ruineux. La gestion financière de la République affaiblit déjà la production de la richesse : la gestion financière d'une République où règnera le socialisme d'Etat démocratique, frappera la production d'inertie tout en redoublant la consommation. Le vieux capital national aura vite fondu, si toutefois l'Europe lui accorde le temps de fondre. Alors l'Etat ne sera plus rien. Il finira par se surveiller lui-même concourant ainsi à sa propre fin.



Nos raisons contre l'Europe et la monnaie unique

Vous nous criminalisez, vous nous imposez une monnaie dont personne ne veut plus, vous voulez refaire passer en force le TCE par le parlement malgré notre rejet, vous voulez nous imposer par tous les moyens même illégaux votre Europe ultra libérale américanophile et vous vous étonnez que le nombre d'antieuropéens augmente? Comment après cela peut on vouloir se sentir européen dans cette Union Soviétique des États-Unis d'Europe? Cela ne fait qu'augmenter les antieuropéens ! Votre uniformisation américano stalinienne nous n'en voulons pas. Votre Europe, votre monnaie inique ! nous la rejetons entièrement tout comme nous rejetons votre mondialisme internationaliste !
 

Cela fait maintenant 5 ans que nous avons changé de monnaie et nous en subissons les conséquences tous les jours de plus en plus lourde. Avant, avec 100ff on pouvait vivre pendant une semaine, maintenant avec l'équivalent 15 € on vit 2 heures à une journée : 7 fois moins et si le pouvoir d'achat a été augmenté par sept le niveau de vie lui, a considérablement baissé.
2000 2002 2007 %
Une brioche 0,90 FF 1 € 6,56 FF 13,71 %
Une baguette 1,40 FF 0,85 € 5,57 FF 25,13 %
Une bière en salle 12 FF 3,20 € 24 FF 0,50 %
Un café (comptoir) 6,50 FF 1,20 € 7,90 FF 0,82 %
Un café (en salle) 8,00 FF 2,30 € 15 FF 0,53 %
Un chocolat (en salle) 10,00 FF 3,70 € 24,27 FF 0,15 %
Un croque monsieur 15 FF 6,50 € 42,64 FF 0,35 %
Une tarte (restaurant) 8,00 FF 4,10 € 26 FF 0,30 %
Nous ne voulons plus de cette monnaie inique d'occupation allemande, froide et sans âme qui ne représente aucune identité, rien d'autre qu'une hégémonie financière qui ruine l'économie des ménages et nous appauvris de plus en plus, nous voulons revenir au Franc, ce n'est qu'une question de volonté politique rien de plus. Alors qui aura le courage de lancer un référendum sur le retour du Franc? Qui? Personne car une tel décision vous serait fatal et ce serait un rejet massif de l'Euro vous le savez très bien. Alors c'est évidemment bien plus simple de s'asseoir sur la souveraineté des peuples et de ne pas respecter le résultat de leur vote sauf bien sur quand cela va dans votre sens. Vouloir réformer la BCE pour lui faire perdre son indépendance est aussi absurde que de vouloir faire une politique économique et financière commune, cela ne fera que basculer de démos à César et de charybde en Scylla. D'abord parce que M Trichet ne voudra jamais abandonner ses prérogatives d'indépendance de la BCE et si toutefois c'était le cas, il faudrait par la suite que les ministres des finances arrivent à s'entendre sur une politique commune ce qui est impossible, les disparités sont trop énormes et notre économie est un boulet pour les autres pays. Nous voulons ni l'un, ni l'autre. Nous avons une dette qui augmente d'années en années et à force de vendre ce qui est vendable arrivera un jour ou il n'y auras plus rien à vendre, plus de marché à gagner et ce jour là qui est très proche que ferez-vous? Vous ne serez plus là! Notre pays vit à crédit en exerçant un métier de commercial qui vit sur ce qu'il vend et rembourse ce qu'il emprunte par un autre emprunt. Le problème est que non seulement il ne vend pratiquement plus rien mais qu'en plus il trouve le moyen de céder ce qui lui rapporte de l'argent et réduit les impôts. Si nous ne vendons plus rien à l'extérieur c'est parce que nos produit ne sont pas compétitifs, trop chers. Et de ce fait nous subissons une croissance nulle qui plombe notre économie et si nous continuons sur cette voie là nous allons entrer en récession. Comment voulez-vous redémarrer l'économie avec une croissance nulle? Quand il n'y a pas d'argent qui rentre vous payez les dettes avec quoi? Vous payez les salaires avec quoi? Vous mangez avec quoi? Bonjour l'austérité budgétaire et depuis plus de dix ans notre PIB a toujours été inférieur aux États-Unis. Nous ne pouvons et ne voulons pas aligner la monnaie unique sur le dollars pour faire une monnaie commune voire unique. Le dollars finirait par s'imposer sur le sol européen (grand rêve des américanophiles de Bruxelles) car c'est cela le but, nous mettre définitivement sous tutelle américaine. Vous me direz : mais il fallait voter oui pour le TCE, il y avait un article qui prévoyait justement le retour aux monnaies nationales. Non ! Nous ne voulons pas du TCE comme nous ne voulons plus de cette monnaie et encore moins le honteux traité de Maastricht qui ne fut qu'un traité de dupes ! Nous voulons une Europe des Nations indépendantes et souveraines. Et vouloir de nouveau nous imposer le TCE par un vote du Parlement comme vous le prévoyez en 2008-2009 contre l'avis du peuple qui a exprimé son refus d'une Europe ultra libérale et américanophile est d'une malhonnêteté. Messieurs et mesdames les parlementaires, nous vous rappelons que vous êtes élu(e)s dans ces assemblées par la volonté du peuple souverain et que vous en ressortirez par la volonté du peuple souverain. Quand un peuple dit NON à un référendum vous êtes tenues de respecter ce choix. Vous devez soit vous soumettre, soit le confirmer, soit vous démettre. Et que vouloir faire repasser un referendum par voix parlementaire contre l'avis du peuple cela s'appelle de l'abus de confiance et de pouvoir. A cela nous vous demanderons des comptes. Devons nous considérer que le peuple est mis d'office sous tutelle quand un vote ne correspond pas aux aspirations du gouvernement ou de la commission? Oui ! Car celui-ci dépend bel et bien du bon vouloir de ses instances dirigeantes qui décident si le peuple peut s'exprimer par référendum ou pas concernant l'avenir de leur pays. Ce peuple ou plutôt ces peuples subissent la dictature stalinienne de la BCE et de la commission qui impose d'une façon assez peu démocratique et très soviétisé ses directives et les gouvernements qui refusent de s'y soumettre sont mis à l'amende par la dictature en robe de Luxembourg et le peuple n'a son mot à dire, il la ferme et subit. Quand il est franc, quand il est administré par une équipe radicale bien pénétré du libéralisme confessionnel, le régime républicain enferme quelque chose de profondément et de passionnément étranger, une arrière-pensée qui nous abaisse en particulier devant les Anglais, les Allemands ou les Américains, qui les préfèrent à nous et qui nous subordonne à eux, un sentiment qui, s'il le fallait, sacrifierait la France à ces Étrangers adorés. Et c'est bien comme cela que s'est faite cette Europe Allemande qui nous asservit grâce à la trahison des élites préférant toujours la fuite en avant, toujours prêt à tout vendre pour leurs intérêts, leur carrière, seul leur avenir, leur ego compte. La République c'est le règne de l'étranger, c'est la vassalisation, l'asservissement et la démocratie ne nous préserve contre aucune dictature elle nous y conduit, elle en est son ferment. Ce régime n'a jamais pu défendre Athènes contre la Macédoine et qui ne sauvât point Rome des barbares pas plus que la république de Weimar qui sombra à son tour laissant sa place au nazisme Tout comme Albert Lebrun laissa sa place au maréchal Pétain, le Maréchal Hindenburg laissa la, sienne à Adolf Hitler.. et l'UE suis le même chemin en se transformant en une sorte d'Union Soviétique sous tutelle Américaine.


Alors pour répondre à ce déficit « démocratique » qu'est-ce que l'on nous propose comme solution? Un TCE et la classique fuite en avant, toujours plus d'Europe, toujours plus d'élargissement, toujours plus de… et l'élargissement actuel à part le Portugal et l'Espagne c'est la même Europe que celle de la seconde guerre mondiale et ce que Bismarck et Hitler n'ont pas réussi à faire militairement MM Barroso, Juncker et autre Trichet et consort font tout pour réussir cette entreprise scélérate dans le mépris des peuples. La France a dit non au TCE, de fait aucune directives ne devrait être appliquée en France et aux Pays-Bas et pour faire respecter ce choix français nous serons dans l'obligation de dénoncer la convention de Vienne de 1969 relative au respect de l'application des traités entre États. Or dans cette Europe stalinienne, non démocratique, ultra libérale et américanophile les gouvernements et parlements ne respecte même plus les votes de leur peuples préférant imposer leur choix par un vote des parlements mettant les peuples en tutelle d'office et décident de ce qui est bon ou mauvais pour eux. Quand est-il de la liberté des autres peuples? Espagne, 42% des électeurs ont votés, une minorité! sur les 42%, 76% ont dit oui! L'Espagne reçoit 118 millions de subvention de Bruxelles, avec l'arrivée des trois derniers pays ce sera 30% de moins que Madrid recevra, nous verrons bientôt si leur enthousiasme sera toujours le même. Finlande, quand le GVT a vu que le non grimpait de plus en plus dans les sondages celui-ci a préféré faire voter le parlement. Danemark, Irlande, Portugal, Royaume Uni, République tchèque et Suède. Ont suspendu leur propre référendum et pourquoi donc? Par peur d'un résultat négatif ou bien par peur que la vérité du rejet éclate au grand jour? Les Polonais sont très content de faire partis du machin européen, soit, demandons leur d'abandonner le Zloty et attendons simplement les premières directives les obligeant à respecter la liberté et le respect des minorité sexuelles après on en reparlera. Les Bulgares les Roumains et les slovènes qui ont subit 50 ans de dictature communiste avec une dizaines d'années de relative liberté seront ravie de s'apercevoir que leur parlement et GVT reçoivent directement les ordres non plus de Moscou mais de Bruxelles. Les autres pays n'ont pas eux cette chance leur GVT on tout simplement verrouillés le vote du peuple pour être sûr d'un résultat plus favorable. Alors que tous les peuples sont contre la monnaie inique. (Le dernier sondage du Financial Time le prouve). A vaincre sans péril on triomphe sans gloire! Maintenant les choses sont simples, si on continue sur cette lancée la France finira par une banqueroute comme l'Argentine et l'Union Européenne explosera comme l'Union Soviétique, elle en prend le chemin. A vouloir se faire aussi grosse que le bœuf, la grenouille finis par éclater et la théorie de l'élastique n'a jamais été démentis jusque là. Tous les empires quels qu'ils soient ont subit cette loi. Cette Europe est destinée à l'éclatement et rien ni personne ne pourras l'en empêcher. Aucun empire n'a survécu en Europe, ils ont tous péris, tous et celui-ci créé, imposé artificiellement et idéologiquement suivra le même chemin tel est la loi naturelle des empires. Tel est la vérité et ça sera tant mieux et le plus tôt possible. Vive la France indépendante et souveraine et vive le retour du Franc.



1. Comment expliquez-vous que la croissance économique de la zone euro soit systématique inférieure à celle des pays européens qui ont conservé leur monnaie nationale depuis 2002, date du passage à l'euro ?
2. Avez-vous le sentiment que la Grande-Bretagne, le Danemark et la Suède, 3 pays de l'Union européenne qui n'ont pas adopté l'euro, se portent aujourd'hui plus mal que la France et les autres pays de la zone euro ?
3. Avez-vous le sentiment que les prix ont augmenté plus fortement qu'on nous le dit depuis le passage à l'euro ?4. L'euro a-t-il, comme promis par ses concepteurs, engendré plus de croissance et plus de prospérité ?
5. L'euro a-t-il, comme promis, favorisé l'emploi ?
6. Pensez-vous que l'euro ait plutôt été mis en place dans l'intérêt des citoyens ou des firmes multinationales et des marchés financiers ?
7. Les sacrifices demandés pendant les années 1990, dans le cadre des fameux critères de Maastricht, vous semblaient-ils justifiés maintenant que nous sommes passés à l'euro ?
8. Selon vous, l'euro a-t-il, comme promis, remis en cause l'hégémonie du dollar au niveau international ?
9. Avez-vous le sentiment de pouvoir donner votre avis sur la façon dont on gère l'euro et la politique monétaire?
10. Pensez-vous que les hommes politiques élus ont plus ou moins de pouvoir que les banquiers non élus de la Banque Centrale Européenne pour gérer l'euro et la politique monétaire ?
11. Avez-vous le sentiment que l'euro soit géré dans le sens des intérêts des citoyens de France et d'Europe ?
12. Connaissez-vous une union monétaire réunissant 12 pays qui ait durablement fonctionné dans le monde ?
13. Acceptez-vous, qu'en démocratie, on vous dise que "l'euro c'est pour toujours" ?"14. Comment expliquez vous que la croissance de la France soit de 0% depuis trois ans consécutif ?

15. Comment expliquez-vous que le pouvoir d'achat des Français baisse d'années en années depuis 4 ans consécutif ? 16. Comment expliquez-vous que les habitants en Europe soient de plus en plus nombreux contre la monnaie unique, le TCE et l'UE ?
17. Comment expliquez-vous que les pays asiatiques et américains ont une croissance supérieure à la « zone euro » ?
18. Pourquoi ne proposez-vous pas un référendum dans tous les pays d'Europe pour ou contre la sortie de l'Euro et de l'union Européenne ?

Non au mesure de sécurités contre-productives et criminelles

Le terrorisme d'Etat été inventé pour imposer une société de la peur afin de mieux surveiller, ficher, criminaliser l'individu! Nous rejetons la criminalisation de la société et nous exigeons l'arrêts de la paranoïa sécuritaire des fouilles des sacs, bagages à mains et des mises en sachets dans les aéroports, Les français ne sont ni des criminels, ni des terroristes. Nous exigeons que ces pratiques sécuritaires discriminatoires, réminiscence d'une autre Europe vichyste et totalitaire cessent immédiatement!

Les directives européennes décidés, pardons, imposés par 25 personnes sont applicables d'office dans tous les États sans passer par les Parlements nationaux sans demander l'avis de qui que ce soit! Et cette nouvelle réglementation répressive et arbitraire dans les aéroports qui du jour au lendemain décident que des millions de passagers, sur simple directive d'une institution même pas élus et dont sa légitimité ne repose sur rien se permet de décider que tous les voyageurs prenant l'avion seraient tous et toutes suspectés d'être des terroriste portant sur eux des explosifs en est le parfait exemple. De ce fait cette stupidité de vouloir mettre tous les objets dans des sachets est d'une paranoïa sécuritaire grave. Il y a un an, les mêmes personnes prenaient l'avion sans problème, portaient sur elles les mêmes objets et ça se passait très bien et maintenant elles se retrouvent suspectés de terrorisme pour la bonne et simple raison qu'elles se trouve dans un lieu qui définis le délit de suspicion d'actes terroristes appelé délit de présence et que d'autre part elles possèdent sur elles des objets qui les qualifiées aussitôt de terroristes! Vous êtes dans l'aéroport tout vas bien, vous franchissez les contrôles et ça y est vous êtes suspecté d'être une dangereuse terroriste, uniquement parce que vous possédez un tube de rouge à lèvre et autre produit de maquillage, bonjour la paranoïa…. Et tout ça mis en place par les 25 dictateurs de la commission européenne qui à elles seules décident de la liberté de circuler et de posséder ou pas selon leur bon vouloir et répondant aux injonctions des services de sécurités américains en donnant l'ordre de diffuser toutes les données personnelles des voyageurs en nom, prénom, n° carte de crédit…. Et validé par le Conseil d'État ! On ne peut pas faire plus faire parano, liberticide et vassal! Et au nom de la démocratie, de la liberté de la vie privé et de la circulation des biens et des personnes cette criminalisation ne choque personne? Doit-on ressortir les étoiles et les triangles?


C'est bien le lieu et l'objet qui fait le délit et non plus la personne. Et vouloir ouvrir et fouiller nos sacs à mains, les faire vider est une atteinte à la vie privée. Ces objets ne sont pas considérés comme des bagages à mains mais comme des vêtements, des accessoire de mode, au même titre qu'un chapeau, parapluie, gants… que cela fait partis de notre vie intime, de notre quotidien et que c'est d'autant plus choquant que nous considérons cela comme un viol si on y fouille dedans! Vous nous dites tous les objets pâteux, j'aimerais que l'on me montre comment on peut faire exploser un rouge à lèvre, un mascara ou un gloss en clair tous les produits de maquillages même pas classé seveso. Devons-nous aussi démonter nos talons de chaussures des fois qu'un cordonnier mal intentionné y mette des explosifs liquides, pâteux ? Devons-nous aussi ôter nos serviettes hygiénique des fois que l'on y cacherais quelques objets ? Croyez-vous que nous avons le temps de coudre des explosifs dans nos vêtements, démonter nos ordinateurs, trafiquer les portables et autres appareils photos alors que les trois quart des voyageurs ne savent même pas ce que c'est qu'un explosif et encore moins le reconnaître…? Et toute cette mascarade qui énervent plus les voyageurs qu'autre chose pour quel résultat au final ? Pour faire du sécuritarisme aussi coûteux qu'inutile.
Cette politique est-elle vraiment utile, adapté? Cette réglementation a été mise en place non pas pour lutter contre le terrorisme mais dans un but scélérat qui est de surveiller, contrôler, fouiller tout le monde en prenant comme prétexte les « faux » attentats de Londres car le but est de contrôler les gens par la peur et pour cela il fallait inventer le terrorisme… On ne sais toujours pas faire la part des choses dans ce pays, c'est tout ou rien. Quant vous appréhendez, arrêtez des trafiquants de drogues, vous savez à qui vous avez à faire, vous n'embêtez pas tout le monde vous allez droit sur les personnes suspectés et vous ne pouvez pas faire la même chose pour les soit disant explosifs au lieu d'énerver tout le monde? Y aurait-il deux poids deux mesures? Que de temps en temps il y est un contrôle « étendue » admettons, mais tout le temps non. Imaginez vous-même, vous sortez de chez vous on vous contrôle, le soir vous rentrer chez vous on vous recontrôle et à chaque fois on vous demande d'ouvrir votre coffre de voiture et cela tous les jours. Comment réagiriez vous à la fin? Il existe d'autres solutions beaucoup moins contraignantes car on ne peut pas traiter une personne innocente et un coupable de la même manière. Une solution serait de faire le contrôle par le casier judiciaire du voyageur. Ce dernier à un casier vierge il n'y a aucune raison de passer au contrôle d'autant plus qu'il a déjà pris l'avion plusieurs fois sans problème. Le voyageur a un casier judiciaire chargé (condamnation lourde au Pénal : trafic de drogue, pédophilie…) il passe au contrôle. Ce système peut se faire soit au moment de l'achat du billet, l'hôtesse vous dit à quel passage vous pouvez accéder, soit vous passez le billet devant un code barre et sera indiqué sur la machine soit que vous êtes personnel accès à ce moment là vous embarquez sans passer par les contrôles, soit c'est écrit personnel non accès et vous passez par les contrôles., Pour les personnes qui ont un casier Judiciaire vierge il est inutile de transmettre les données privées de la personne à la CIA ça sert à rien, c'est une perte de temps. Par contre les autres qui sont déjà fichés, eux seront surveillés et suivi à la trace, je pense notamment aux pédophile, aux trafiquants de drogues, criminels… On peut aussi installer dans l'avion une armoire consigne pour les voyageurs qui préfèrerait laisser des affaires dans cette consigne, ou bien sur recommandation de l'hôtesse d'y déposer quelques objet qui pourrait devenir dangereux suite à un énervement dû à l'altitude. Une chose à faire serait d'arrêter d'alimenter le terrorisme en s'alignant sur la politique américaine interventionniste et de retirer tous les militaires Français présent dans les pays Arabes et islamistes ce qui réduirait les risques de menaces chez nous. Chaque pays devrait mettre en pratique cette politique qui à mon avis est la moins discriminatoire. Mais au lieu de cela vous passez votre temps à créer et entretenir le terrorisme qui vous fais vivre et cela sur notre dos !


Comment osons nous traiter les arabes, les islamistes de terroristes alors que c'est nous les occidentaux Américains, Anglais, Français, Espagnol… qui ont crée le terrorisme d'État en allant les bombarder, les tuer, les voler, les insulter, les humilier par la force des armes en leur imposant un gouvernement « plus docile » et un régime politique qui convient. Mais les habitants de ces pays se révoltent, viennent chez nous faire la même chose et vous osez crier au terrorisme avec un beau masque d'indignation de sophiste en oubliant que ce n'est que la monnaie de votre pièce. Alors comme riposte à cet engrenage de la violence que vous avez crée, vous mettez en place des « plans vigipirates » pour soit disant lutter contre le terrorisme en oubliant que c'est vous les terroristes! En comme mesure la première est de faire surveiller, ficher, fouiller tous les habitants de votre pays comme de simple condamnés de droits commun et cela décidé d'un simple décret, d'une simple directive. De ce fait nous nous retrouvons à la fois victimes, coupable et pris en otage. Victime d'un GVT qui nous criminalise et coupable du même GVT qui nous condamne en restreignant le peu de liberté qui nous reste! Et pris en otage parce que nous subissons cet engrenage. Vous nous parlez de principe de précaution mais contre qui? Contre quoi? Contre le terrorisme imaginaire que vous avez intentionnellement et volontairement crée? Non, contre nous même et que d'une façon arbitraire et scélérate vous avez décidez que tous les voyageurs prenants l'avion sont d'offices des victimes. Mais des victimes de qui? De la commission des 25 staliniens et de la complicité l'État Français vichyssois qui ferme les yeux. Mais si c'est le cas nous sommes en droit de réclamer des indemnités en tant que victimes. Et contre qui? Contre Bruxelles qui nous terrorise, qui par la même occasion nous transforme en présumés terroristes. Et si nous sommes suspectés d'être des présumés terroristes alors nous sommes alors en droit de déposer plainte pour diffamation et calomnie. Comment peut-on être à la fois juge et voleur? Terroriste et victime? Vouloir imposer un principe de précaution revient à considérer que par précaution vous devez protéger tous les voyageurs car ceci sont de potentiels victimes et en même temps ils sont suspectés d'actes de terrorisme parce qu'ils possèdent des produits, soupçonné de faire exploser un avion, décidé arbitrairement du jour au lendemain.


Tous les voyageurs se trouve dans la situation d'une garde à vue en mettant ou remettent des objet dans une poche en plastique ou comme des familles allant rendre visite dans une prison la précaution est la même. Doit-on imposer un n° d'écrou à tous les voyageurs avec empreintes digitales? A moins que la biométrie s'en charge? Doit-on justifier notre voyage avec feuille de route à respecter? Jusqu'ou va nous mener la paranoïa du sécuritarisme? Il y a 30, 40... cette répression n'existait pas et tout ce passait bien. Voilà comment on ressort la loi des suspects en créant le délit de suspicion et cela n'existait pas il y a un an! Bel exemple de liberté et de démocratie. Nous exigeons que ces pratiques sécuritaires discriminatoires, réminiscence d'une autre Europe vichyste et totalitaire cessent immédiatement ! Et qu'avons-nous comme possibilités pour lutter contre cette criminalisation des individus? Rien! On subit et on la ferme! Vous nous proposez la libre circulation des biens et des personnes et vous nous imposez une restriction contraignante et répressive des biens et des personnes. J'aimerais que l'on m'explique! Si nous devons circuler librement, ce contrôle absurde et contre productif ne devrait pas exister, il doit être supprimé. Et pendant combien de temps allez vous nous imposer cette contrainte par l'humiliation qui a pour but de rendre les gens plus docile et obéissent et qui consiste à faire déshabiller voire fouiller aux corps des innocent(e)s devenues du jour au lendemain coupables d'actes terroristes décides et imposé par vous-même ? 5 ans ? Dix ans ? 20 ans? Plus ? Devons nous allez chercher une feuille de route au commissariat ou l'Ambassade des EU, indiquant ce que nous devons emporter, de comment nous habiller, de justifier à la seconde près et au kilométrage près notre voyage ? Devons nous aussi revêtir la tenue orage des prisonniers de Guantanamo ? Ou bien peut-on espérer qu'un jour le bon sens l'emporte enfin sur la parano sécuritaro orwelienne ? Et tout cela bien sur au nom de la libre circulation de biens et des personnes qui n'est libre que sur le papier mais en réalité de plus en plus restrictive dans la réalité. Et pour pouvoir surveiller 500 millions d'individus isolés, la génétique et l'électronique viennent au secours de l'État Moloch. En fichant tout le monde d'abord par les empreintes génétiques, puis pour pouvoir les suivrent plus facilement à la trace avec le passeport électronique et si ça ne suffit pas, des puces insérés dans son corps lui rappellerons qu'il n'est plus libre de ses pensées, mouvements et actes. De quelles libertés parlons nous quand les gens finissent par abandonner leur libre choix pour le remettre dans les mains d'un système de sécurité qui les enferment de plus en plus dans une prison dorée, qui les déresponsabilisent et finis par les mettrent sous tutelles? Et pour nous imposer de nouvelles mesures sécuritaires pour soi disant veiller à notre sécurité, quelles catastrophes allez-vous inventer pour nous faire subir, nous obliger à accepter une nouvelle dictature sécuritaire paranoïaque? Une attaque thermonucléaire, atomique, chimique, bactériologique ? Une attaque d'extra terrestre ? Un virus ?


Voilà où nous mène le tout sécuritaire : toute la population d'Europe doit être et sera fichée, surveillée, enfermée dans une prison dorée pour soit disant lutter contre le terrorisme et la délinquance. Et il va de soit que les peuples doit la fermer et obéir bien entendu. Si cela ne s'appelle pas un régime totalitaire qu'est-ce que c'est…. Et cela mis en place par des directives et autres règlementation répressives de sécurités intérieures liberticide, discriminatoire et arbitraires qui sous la houlette du bon vouloir d'un Président de commission plus puissant que ne l'était Staline se permet de faire ficher, surveiller, criminaliser… tous les habitants de 27 pays (500 millions d'habitants!) M le Président Staline a-t-il si peur que ça des habitants des pays d'Europe pour qu'il se croit obliger de les faire tous surveiller? Et quand la commission, les États aurons la main mise sur le tout surveiller, le tout régenter chacun des citoyens tombera alors au dessous de rien. Et quand il faudra que tous agissent pour que quelqu'un agissent, chacun cessera d'agir, du moins avec initiative et progrès et notre activité sociale deviendra une répétition mécanique, de plus en plus lente, et qui tendra à l'inertie, le citoyens deviendra un robot. L'Etat inerte par lui-même, sera, en tant qu'Etat démocratique, destructeur et ruineux. La gestion financière de la République affaiblit déjà la production de la richesse : la gestion financière d'une République où règnera le socialisme d'Etat démocratique, frappera la production d'inertie tout en redoublant la consommation. Le vieux capital national aura vite fondu, si toutefois l'Europe lui accorde le temps de fondre. Alors l'Etat ne sera plus rien. Il finira par se surveiller lui-même concourant ainsi à sa propre fin.
1. Combien d'avions ont explosés en vol depuis les vingt dernières années ?
2. Combien de détournements d'avions ont eu lieux depuis les vingt dernières années ?


3. Pensez-vous que c'est utile de considérer tous les voyageurs comme de présumés terroristes ?
4. D'après vous où y'a-t-il le plus de mort, en voiture ou en avion sur une année?
5. Pensez-vous que tous les voyageurs savent ce qu'est un explosif ?
6. Pensez-vous que tous les voyageurs prennent l'avion avec des explosifs régulièrement sur eux ?
7. Cette politique sécuritaire paranoïaque est-elle vraiment utile ? Et pour quels résultats ?
8. Comment expliquez-vous la contradiction de la libre circulation des biens et des personnes et les contraintes de contrôles dans les aéroports ?

Jacques Heurtault 18/04/2007 23:27

J'hésite à vous censurer purement et simplement .... Je demande à mes lecteurs de me faire connaitre leur opinion sur cette éventualité. S'ils disent oui, je vous vire. Sans le moindre état d'âme!  

Loïc 18/04/2007 18:10

J'aime bien aussi François Fillon. Il a d'ailleurs son blog sur overblog, et j'y fais parfois un tour.Mais, quand même il faut bien dire qu'il caricature avec un peu de mauvaise foi les positions de Bayrou (simplement parce que c'est un concurrent) Dire qu'il propose de supprimer l'impôt sur la fortune, alors qu'en fait François Bayrou propose de la remplacer par un impôt sur la patrimoine, à taux plus faible, mais assiette plus large, avec moins de niches fiscales, c'est de la désinformation. Selon moi, c'est plus pertinent que le bouclier fiscal mode UMP. De même, si je suis d'accord que la pénibilité est difficile à définir, l'exemple des enseignants souvent utilisé par l'UMP est essentiellement une figure rhétorique.C'est ce que je reproche entre autres à Nicolas Sarkozy, il sait bien convaincre, mais sait-t-il raisonner. Car, pour raisonner, il faut faire la part au doute.Pas facile, dans le monde politico-médiatique.

Jacques Heurtault 18/04/2007 18:59

A quatre jour d'une consultation électorale majeure, les propos des uns et des aures ne peuvent plus être objectifs! Donc, on passe ... L'idée d'un impôt sur le patrimoine lancée par François bayrou est une copie adoucie de ma proposition ... J'en suis très fier.

Daumont Jean 18/04/2007 17:11

Vous faîtes là des mathématiques modernes où 1 + 1 ne font plus 2..., et dans ce cas, étant de formation classique, j'y perds mon latin...

Jacques Heurtault 18/04/2007 17:47

Dominus vobiscum. Et cum spiritu tuo ... Deo gratias. Alleluia! Mon latin est un peu faible, j'en conviens. Mais j'espère qu'avec ce petit rappel les choses vont vous sembler plus claires. Je vous confesse (sic!) que ma position n'est pas très orthodoxe (re-sic!) et que mes développements puissent ne pas vous paraitre très catholiques (re-re-sic!)... Non, non, ne protestez pas! (re-re-re-sic!). Vous voulez tout autant que moi que notre bon vieux pays s'en sorte et affronte enfin sa réalité qui n'est pas au beau fixe. Pour cela, il nous faudrait un de Gaulle! Hélas! Nous n'en avons pas sous la main. Tout le monde s'accorde à penser que la France en produit un par siècle en moyenne. Il va donc falloir attendre un peu ... Or, nous n'avons pas le temps d'attendre.Je vous confirme que si Nicolas Sarkozy est élu, bien qu'il soit probable qu'il n'obtienne pas ma voix, il obtiendra mon soutien. En particulier face aux épreuves ... qui ne manqueront pas.

Daumont Jean 18/04/2007 14:33

 C'est un fait avéré que François Fillon n'a pas apprécié son éviction lors du choix de Villepin comme 1er ministre, alors même qu'il avait réalisé une oeuvre aussi difficile que méritoire... et encore inachevée à propos des retraites... Et il paraît également avéré qu'il sera le 1er ministre de Sarkozy, si celui-ci est élu... Homme sage et pondéré, estimé dans tous les milieux politiques, il est l'image même du "rassembleur" nécessaire à Sarkozy pour sortir de sa réputation "droitière"...

Jacques Heurtault 18/04/2007 15:47

Et s'il devenait vice premier ministre de François Bayrou, le premier ministre étant Ségolène Royal? Ca ne serait pas mal non plus, non?

Jean-Pierre 18/04/2007 11:22

Pour moi, Fillon n'a pas besoin d'être président, premier ministre lui irait plutôt mieux. Nous verrons début juin comment se dessine le nouveau paysage politique. De toutes façons, une page se tourne et c'est très bien. Même si Ségolène est élue, plutôt que Sarkozy, le changement devra être au rendez-vous. Le handicap de Ségolène, c'est le PS et sa recomposition au centre gauche qui devra se faire pendant un mandat présidentiel. Il aurait été préférable pour tout le monde que ce soit fait avant.

Jacques Heurtault 18/04/2007 11:47

Entièrement d'accord avec votre analyse, Jean-Pierre!