Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Si Ségo perd, elle devra s'en prendre à l'extrême gauche!

29 Avril 2007, 15:39pm

Publié par Jacques Heurtault

Mes craintes d'un possible torpillage de la candidature de Ségolène Royal de la part de l'extrême gauche du Parti Socialiste se confirment, hélas pour Ségo!

Voici un extrait du Figaro.

Début de citation :

La candidate PS était vendredi en meeting à Lyon, alors qu'au sein du parti beaucoup dénoncent son plan d'ouverture vers l'UDF.

 
QUEL meilleur endroit que Lyon, ville de tradition centriste, dirigée par le socialiste Gérard Collomb, pour mettre en scène une main tendue à l'UDF ? Hier, dans la capitale des Gaules, Ségolène Royal devait recevoir le soutien du président du Conseil italien, Romano Prodi. Royal avait annoncé il y a quelques jours la présence de Prodi à ce meeting, mais le porte-parole du dirigeant italien avait rapidement fait savoir que son emploi du temps ne prévoyait pas de déplacement. C'est donc par vidéo que l'homme de l'Olivier (la fédération de partis politiques transalpins, créée en 2005, dont Prodi est président) a déclaré son soutien à la candidate socialiste, comme l'avait fait son homologue espagnol José Luis Zapatero à Toulouse avant le premier tour.
 
Prodi ne peut voir que d'un bon oeil les appels du pied de Royal à Bayrou, lui qui dirige une coalition allant de l'extrême gauche au centre droit. En début de semaine, il affirmait d'ailleurs déjà qu'une alliance entre Royal et Bayrou apporterait « clarté et ordre » dans le paysage politique français. Sans compter que, le jour même du premier tour de la présidentielle française, les Démocrates de gauche italiens et la Marguerite, parti de Prodi, annonçaient leur fusion dans un grand « Parti démocrate », le nom que Bayrou veut donner lui aussi à son nouveau parti.
 
« Le geste de trop » 
 
Ségolène Royal avait aussi invité Dominique Strauss-Kahn à s'exprimer au cours de son meeting. Finie l'époque où la candidate - comme le 16 mars, en meeting à Charleville-Mézières - le snobait littéralement, refusant même de le rejoindre sur scène. Après avoir déjeuné, bien en vue avec lui mercredi à la terrasse d'un restaurant parisien, elle l'a emmené hier à Lyon dans son avion privé. Un proche de DSK s'amusait que son mentor soit désormais mis en scène dans le rôle de « l'aspirateur à voix centristes ». Alors qu'il y a encore une semaine, Michel Rocard était vilipendé pour avoir appelé à l'union PS-UDF ! À une semaine du premier tour, Royal joue donc le tout pour le tout pour amener à elle un maximum d'électeurs de Bayrou, faisant le forcing pour organiser un débat avec lui (lire page 6).
 
L'affaire fait plus que grincer des dents au sein du PS, dont les responsables apprécient peu de voir la ligne stratégique du parti bouleversée entre les deux tours par la can­didate et quelque proches, sans la moindre discussion ou même consultation de ses instances élues. Pour un proche de Laurent Fabius, la proposition de Royal de faire entrer des ministres centristes dans son gouvernement constitue « le geste de trop ».
 
Sur son blog, Pascal Cherki, conseiller de Paris et proche d'Henri Emmanuelli, laisse transparaître sa colère. « Ségolène Royal doit arrêter de courir derrière Bayrou qui refuse le débat droite-gauche. Cet homme est un imposteur ! », affir­me-t-il. Il dénonce « le numéro de curée magistralement exécuté » de Bayrou qui, pour « aspirer la gauche, doit faire semblant de moins aimer Sarkozy que Royal ». « Face à un Sarkozy qui avance sur une ligne bonapartiste revendiquant un État fort économiquement et qui de ce fait s'adresse à la France du non au référendum, Ségolène Royal ne doit pas tomber dans la sarabande du oui comme MM. Bayrou, Delors, Rocard, Cohn-Bendit et consorts l'y invitent », implore-t-il.
 
Jean-Pierre Chevènement, très en cour auprès de la candidate au point que certains le voient premier ministre en cas de victoire de la candidate PS, a aussi créé de l'émoi mercredi, notamment chez les candidats aux législatives. L'ancien ministre de la Défense affirmait, sur France Info, que la gauche « peut trouver des accords de désistement mutuel » entre candidats socialistes et UDF. « On a déjà donné des circonscriptions à Chevènement alors qu'il n'est plus rien, et maintenant il brade les nôtres aux UDF et nous serions priés de nous sacrifier. Mais on se moque du monde ! », s'insurgeait hier un responsable socialiste.

Fin de citation.

On notera tout particulièrement que ceux qui portent le fer contre Ségo, ce ne sont pas Laguiller, Besancenot, Schivardi, Buffet ou Bové ...

Ce sont des militants du P.S. eux-mêmes! Les noms sont cités ...

On notera enfin que personne ne soupçonne Bayrou de se rallier à Ségo. Il a été très clair : il veut simplement éclairer ses électeurs du premier tour ...

Emanant du Figaro, quotidien qui soutient, comme c'est son droit le plus strict, Nicolas Sarkozy, cette insistance à relayer les propos hostiles à Ségo venant de la part de militants du Parti Socialiste, est de bonne guère ... Il n'y a rien à y redire.

Venant de la part de certains militants socialistes, cela apparait comme particulièrement étrange!

D'où cette analyse que je fais, très simple au demeurant. Des militants socialistes, depuis le début, sabotent la campagne de la candidate soutenue par leur Parti!
1. Ils ont tenté d'empêcher Ségo d'être investie. Ils n'y sont pas parvenus. Ségo a eu 60% de voix des militants du P.S.
2. Ils ont, en sous main, manoeuvré pour que les forces d'extrême gauche fassent un score "satsfaisant", c'est à dire élevé. Ils n'y sont pas parvenus. Ces forces d'extrême gauche ont réussi, ensemble, à franchir péniblement la barre des 7%.
3. Qu'à cela ne tienne, disent-ils! On ne l'a pas eu aux primaires internes, on ne l'a pas eu au premier tour de la présidentielle. On va bien finir par l'avoir au second tour ...   
 

Commenter cet article

GM 30/04/2007 11:34

Jacques, vous devriez cesser de lire Le Figaro... Ce n'est pas raisonnable pour votre coeur et pour vos nerfs : Ménagez-vous ! Les nogentais pourraient avoir besoin de vous ! Personnellement je porte mieux depuis des années.
Pour ce que j'en vois, je comprends que les "frères trois points", ceux du Fig, ceux du PS, ceux du centrisme (c'est un vrai nid à haut taux de fécondité et prosélytisme) font en effet tout pour "casser" Marie-Ségolène ! Ils ne la digèrent pas, quitte à casser la branche sur laquelle ils sont assis !
Et ce n'est même pas parce que NS en est ! Aucun leader politique en France n'est à l'une quelconque des obédiences : ce serait presque contradictoire avec leur vision du pays, même si tous en sont entourés à qui mieux mieux !...
Il va falloir décrypter ce phénomène étrange d'une France undergound qui manoeuvre à l'unisson, malgré ses divergences entre eux-mêmes, pour une France de l'autoritarisme affiché, contre une France qui se veut transparente jusqu'à l'absurde, dans le "débat participatif"...
Absurde, jusqu'à confondre une interview, celle qui m'est restée en travers de la gorge chez PPDA, la semaine passée dans "Face à la Une", avec le grand oral de l'ENA ! Principe : aucune idée qui pourrait froisser le jury, mais être capable de parler de tout et de n'importe quoi (un classique qu'on apprend à Science Po, notamment) !

Jacques Heurtault 30/04/2007 12:51

Je n'ai pas vu cet intervieww ... Je ne peux donc pas en parler!

Jean-Pierre 30/04/2007 11:23

Jacques, pourquoi croyez-vous que je vais voter Sarko ? Parce que si d'aventure Ségo etait élue, il faudrait peu de temps avant que des peaux de banane lui soit glissées sous les pas. Et ça, j'en ai plus qu'assez de ces gens qui se tirent dans les pattes.

Jacques Heurtault 30/04/2007 12:49

Etr vous avez parfaitement raison ... Sauf que, en ce qui concerne Ségo, elle a surmonté toutes les épreuves! Sarko ausi d'ailleurs! Y compris Clearstream, pourtant savamment préparé par de Villepin et Alliot Marie pour lui savonner la planche. Tous ces gens là ne sont pas nés de dernière pluie! Dans une certaine mesure, c'est rassurant!

arnaud 29/04/2007 23:20

Faites passer cette article en masse sur vos blogs et autour de vous
Les économies de Ségolène Royal depuis son arrivé à la tête de la Région Poitou Charentes

Depuis son arrivée à la Région, Mme Royal à mise la Région à la diette et à supprimé tous les privilèges de l'époque Raffarin qui aura tout de même durée trente ans.
- Indemnité des conseillers généraux: 100 000 euros : supprimé
- Fonctionnement groupe politique: 50 000 euros:   supprimé- Campagne de communication: 980 000 euros: supprimé- Restauration: 200 000 euros: supprimé- Brochette de l'été: 75 000 euros: supprimé- Fête du pain: 50 000 euros: supprimé- Galette primere: 50 550 euros: supprimé-Quatre véhicules sur 14 de la Région: supprimé
Ce qui fait que au total, Madame Ségolène Royal a économisé 1 505 550 euros soit 1 million d'euros + 505 550 euros économisés grâce à Mme Royal.
Cette argent est depuis utilisé pour des projets utiles comme:
-Le TER à 1 euros
- Chèques livres qui permettent au famille d'avoir leur livre scolaire gratuit.- Contrat Tremplin ( déjà plus de 3000 emplois créer dans la région)- Matériel pour les lycée (comme matériel informatique)- Mise en place de la démocratie participative- Mise en place des budgets participatifs(dans les lycée par exemples.)
Tout ce qui est marqué ci-dessus à était reconnu par l'UMP et par toute la classe politique comme étant la vérité, article paru dans le journal La Nouvelle République.
Mon blog: http://desirsdavenir86000.over-blog.net/

Jacques Heurtault 29/04/2007 23:54

Voilà qui est très interessant! Du coup, je mets un lien sur mon blog vers le vôtre.