Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

La série continue : Soutien à François Fillon!

19 Juillet 2007, 08:59am

Publié par Jacques Heurtault

Oui au service minimum dans l'Education Nationale!

Oui aux retenues effectives sur salaire quand on fait grêve!

Oui à la mise en place d'un gardiennage dans les établissements scolaires quand un mouvement de grêve risque de contraindre les parents qui travaillent à rester chez eux pour pouvoir garder leur mômes, risquant ainsi de perdre, eux, une journée de salaire!

Oui au délai de prévenance, en cas de grêve programmée, appliqué à chaque participant afin, précisément, de pouvoir organiser ledit gardiennage ...

Oui à la retenue sur salaire calculée sur les heures d'enseignement non effectuées. Sur une base de 18 heures de cours par semaine, 4 heures de cours non effectuées doivent impliquer une retenue sur 4/18e du salaire hebdomadaire.

Oui à la mise en place du salaire horaire pour les enseignants! Cela veut dire, très précisément : une heure de cours "vaut" 1/650e du salaire annuel ... Donc une heure de cours non effectuée vaut une retenue de 1/650e du salaire annuel ...

Mais cela veut aussi dire : pas de limitation du droit de grêve dès lors que le délai de prévenance permet d'organiser le gardiennage des enfants ...  

Commenter cet article

sergiozz 26/07/2007 19:13

@totor
Je constate que tu te laisses influencer très facilement par le discours ambiant. L'affirmation d'un service public français moins performant que celui de ses voisins est totalement infondé. Les faits sont là pour le prouver. Pourquoi les anglais viennent se soigner dans les hopitaux publics en France ? Parce que leurs hopitaux sont pourris. Oui, il ya des choses à améliorer en France dans nos services publics, dans nos hopitaux etc... Mais qu'on ne vienne pas me dire que c'est mieux ailleurs. Tu prendrais le risque de prendre le train en Angleterre ?
Parlons de l'école. On nous bassine que le système scolaire en France est mauvais. Le niveau scolaire en France, en particulier dans le secondaire est meilleur qu'ailleurs. Il faut donner des exemples concrets, pas des affirmations sans fondement et sans preuve. Dans le lycée de ma femme, il y a eu un échange entre une prof française et une prof américaine. Afin de pouvoir revenir en France dans la classe supérieure, l'enfant de la prof française a été obligé de suivre des cours par correspondance au CNED car le niveau aux US est inférieur à celui de la France. Cela ne m'étonne pas du tout. Mes enfants ont eu des échanges avec des correspondants anglais, allemands. Là bas, ils glandouillent en classe, c'est la vérité.
Sur la comparaison des effectifs des enseignants et des élèves, il y a les stats et la réalité. Ma femme est prof et je peux t'assurrer qu'elle n'a pas vu d'évolution vers une baisse du nombre d'élèves par classe. Se méfier de ce que racontent les média et le pouvoir.
Quant au statut qui empêcherait les salariés d'être motivé, ce n'est pas un argument recevable. Dans tous les systèmes, certaines personnes en profitent. Personnellement, tout en gardant pour l'instant mon statut, j'ai connu l'évolution d'un système de rémunération à l'indice, à l'ancienneté vers un système au "mérite". Eh bien, j'ai constaté que cette évolution ne va pas dans le bons sens quant à la cohésion de l'équipe surtout que le boîte le fait dans la non transparence bien entendu.
Dire qu'un fonctionnaire n'a pas de possibilité de promotion est faux, il y a les concours internes. Avec ce système, pas de risque que celui qui soit promu soit celui qui lèche le cul du patron et qui fait croire qu'il bosse plus que son copain d'à côté.

Jacques Heurtault 26/07/2007 23:04

Vaste et éternel débat! Il est tout à fait certain que le système de rémunération au mérite existe, statutairement, dans la fonction publique. Comment se fait-il que ça foire? Il n'est tout simplement pas appliqué dans l'esprit du fondateur ... car, réellement, inapplicable.

totor 26/07/2007 17:59

@Sergiozz, Quelques questions: T'est-il un jour venu a l'esprit de  comparer, autant que possible, les services publics a la francaise avec ceux de nos plus proches voisins? Parce qu'a depense publique egale, de nombreux services publics francais fonctionnent moins bien qu'en Allemagne, au Danemark ou en Suede. - T'es tu alors fais cette reflexion que, lorsqu'on a un statut extremement securisant mais avec de faible possibilites de promotion et de reconnaissance du travail, il etait relativement facile de "s'endormir sur ses lauriers", surtout aux moments de sa vie ou d'autres preoccupations prennent le dessus (vie de famille, loisirs, etc..) - Travaillant dans le secteur public, ne trouves tu pas etrange que se cotoient souvent des fonctionnairs extremement consciencieux qui font souvent le travail des autres et qu'ils gagnent strictement la meme chose que ces memes "autres", qu'il soit impossible (dans les faits, les statuts le permettent) de mettre un coup de pression sur les moins productifs. Je ne dis pas que cela n'existe pas dans le prive mais n'ayant pas le statut protecteur des fonctionnaires, ils subissent une pression qui freine considerablement ce type de comportement. Et en plus, ils ne travaillent pas pour l'interet general donc ils ne penalisent que leur boite. - Te demandes tu parfois comment,  il se fait par exemple, que le nombre d'enseignant a augmente d'environ 15% depuis 1990 alors que le nombre d'eleves a stagné? - T'interroges tu sur le role ambigu (et non pas negatif) des syndicats de la FP quand il s'agit de faire mieux au meme cout et surtout aussi bien pour moins cher? - Et enfin te demandes tu si, au final, il ne serait pas possible, a depense publique egale, de faire BEAUCOUP, BEAUCOUP MIEUX? A ce stade de la reflexion, mes interlocuteurs de gauche m'interpellent normalement en invoquant  au choix: les politiques qui ne savent pas gerer, les patrons qui se gavent, la "gratuite du service public" qui favoriserait les plus pauvres etc, etc... Mais remettre en cause le "rendement" du service public, ca, c'est sacrilege, c'est "toucher au modele social francais," c'est "opposer les uns aux autres", c'est sombrer dans l'ultra liberalisme etc... Et bien, etant moi meme fonctionnaire, je suis revolte par ce type de mentalite qui consiste a toujours accuser les autres plutot que d'accepter une introspection... Et il y a de quoi faire dans la Focntion Publique! Meme si evidemment tout n'est pas du ressort du fonctionnaire de base...

Jacques Heurtault 26/07/2007 22:58

Très bonnes questions, Totor! Je suis dans le même état d'esprit que vous.

sergiozz 26/07/2007 16:34

"Je confirme que beaucoup d'agents de l'Anpe attachent BEAUCOUP plus d'importance à leur statut qu'à leurs salaires. Cette chose me parait profondément anormale. Je souhaite que les priorités changent"
je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de choquant et d'anormal dans le fait de donner plus d'importance au statut qu'aux salaires, surtout si le statut permet une meilleure sécurité de l'emploi. Si vous aviez à choisir entre un CDD avec un salaire (échelle 100) de 125 à un CDI de 100 ? Moi, je choisis le CDI.  Donner beaucoup d'importance au statut ne veut pas dire qu'on s'implique moins dans son travail. Ce serait bien que vous assimiliez cela.

Jacques Heurtault 26/07/2007 16:59

J'ai parfaitement assimilé le mode de fonctionnement de l'Anpe! Ca fait 13 ans que j'y travaille ... Deux choses à dire : 1. L'Anpe d'aujourd'hui, ce n'est pas celle d'il y a 13 ans!  Celle d'aujoy urd'hui est beaucoup mieux. Pour autant, elle n'est pas encore "bien"! 2. Il y règne un état d'esprit beaucoup trop égocentré sur le devenir des agents et pas assez sur le service rendu aux utilisateurs mais c'est en train de changer, petit à petit! Les projets en cours devraient apporter un gros plus et bousculer les vieilles habitudes! Je ne vais pas m'en plaindre!

sergiozz 25/07/2007 21:46

"Il y a une journée où tous les abus sont permis. "
Vous racontez encore n'importe quoi. Il faudra bien justifier votre absence ce jour-là, sauf peut-être à l'Anpe, mais maintenant Jacques Heurtault vient d'avouer qu'il s'agit de 2 jours par an ... l'info évolue progressivement.
Moi, je cotoie aussi beaucoup de fonctionnaires et je suis fonctionnaire moi-même et je sais donc aussi de quoi je parle. Parce que vous bossez dans le privé, vous vous permettez de nous donner des leçons. Je n'ai pas de leçon à recevoir de votre part.
"une fonction réellement publique", ça veut dire quoi ? Dans un post précédent, vous vouliez supprimer le statut aux infirmières. Elles n'ont pas une fonction réellement publique ? Allons, un peu de sérieux. Vous jalousez la sécurité de l'emploi des fonctionnaires mais ceux-ci en compensation étaient plus mal payés à niveau égal que dans le privé. Ensuite, le marché de l'emploi s'est dégradé et des gens comme vous viennent remettre en cause le statut.
C'est comme ceux qui jalousent les vacances des profs qui ne savent pas que le salaire des profs tient compte des vacances qu'ils ont dans l'année. Bien entendu, on se garde bien de dire cette vérité en mettant en avant les soi-disants privilèges des fonctionnaires. Ces discours rétrogrades sont puants.  
 

Jacques Heurtault 25/07/2007 22:43

Il faut demander à Jean Pierre ce qu'il a voulu dire là. Pour l'Anpe, je maintiens qu'il s'agit bien de DEUX jours par an ... SANS LE MOINDRE JUSTIFICATIF! Pour le reste, j'ai cru comprendre que Jean Pierre assimile les fonctions réellement publiques aux fonctions qui ne peuvent en aucun cas être dévolues au secteur privé. Il s'agit des fonctions "régaliennes" (l'armée, la police, la Justice, la collecte des impôts pour l'essentiel).Je confirme que beaucoup d'agents de l'Anpe attachent BEAUCOUP plus d'importance à leur statut qu'à leurs salaires. Cette chose me parait profondément anormale. Je souhaite que les priorités changent!

Jean-Pierre 25/07/2007 19:46

Sergiozz, vous pouvez me traiter de réactionnaire, ça ne me vexe pas, parce que je sais que ce que nous dénonçons, c'est une réalité. Je côtoie pas mal de fonctionnaires, je sais de quoi je parle. Quant au statut de la FP, oui, je pense qu'il faut le mettre en cause pour tous ceux qui n'exercent pas de fonction réellement publique. Et que s'il y a réellement service au public, le droit de grève doit sinon supprimé, en tous cas très encadré.

Avant d'avoir un arrêt maladie il faut tout de même aller voir un médecin. Il y a une journée où tous les abus sont permis.

Jacques Heurtault 25/07/2007 20:34

A l'Anpe, ce n'est pas nécessaire! Une simple déclaration suffit ... Un coup de téléphone!

sergiozz 25/07/2007 18:06

Eh bien, faîtes le ménage à l'ANPE. Mais, ne généralisez pas à l'ensemble du secteur public. Le statut des agents de l'ANPE, ce n'est pas le statut de la fonction publique. C'est la 1ère fois qu'on me dit qu'on peut se mettre en arrêt de maladie sans justificatif !! 

Jacques Heurtault 25/07/2007 20:32

Pour deux jours par an ... Et les agents de l'Anpe y tiennent! Beaucoup plus qu'à leurs salaires, peut-être!Quant à faire le ménage ... je ne demande pas mieux! Mais "on" ne veut pas me laisser faire ... 

sergiozz 25/07/2007 17:21

Vous avez évoluer dans votre commentaire. Au départ, vous parliez de syndicalistes de l'ANPE en maladie, maintenant vous parlez d'agents de l'ANPE. C'est le médecin qu'il faut condamner. Je vois mal aller voir mon médecin pour lui demander un  arrêt maladie parce qu'il y a grève dans ma boîte. Un médecin intègre signe un arrêt maladie lorsque son patient est vraiment malade.

Jacques Heurtault 25/07/2007 17:27

Mais, à l'Ano pe, les agents ont le droit de prendre deux jours d'arrêt sans avoir à fornir de justificatifs! C'est écrit noir sur blanc dans le référentiel de gestion des agents .... Il y a donc bien des agents ANPE, syndicalistes de surcroit qui utilisent ce stratagème!

sergiozz 25/07/2007 16:04

M.Heurtault,
Vous êtes sur votre blog donc vous pouvez raconter n'importe quoi mais d'affirmer que vous le faîtes en réponse à mon commentaire N°5 que les jours de grève sont payés dans l'Education Nationale, ça dépasse les bornes. Et vos exemples de syndicalistes de l'ANPE qui se déclarent malades, ce ne sont pas des arguments. Si c'est le cas, ce sont des cons et des cons, il y en a partout même chez des syndicalistes. Un agent malade n'est pas déclaré gréviste, donc je ne vois pas l'intérêt d'agir ainsi. Ensuite, le reste de vos commentaires et de ceux de Jean-Pierre sur l'interdiction du froit de grève et la remise en cause du statut de la fonction publique, c'est une preuve de plus de vos idées réactionnaires. Et comme le dit votre frère  qui dit toujours des choses très censées, c'est toujours de votre part agiter le privé contre le public.  

Jacques Heurtault 25/07/2007 17:15

Les agents Anpe malades un jour d'appel à la grève, ça exixte! L'objectif est de mettre les agences locales en situation de ne pas fonctionner. Peu leur importe que ce soit par une journée de grève ou par une journée  "maladie" .... Ce que je raconte, ce n'est pas du pipeau! Ni du saxo, d'ailleurs .... (dommage! j'adore le saxo!).

Jean-Pierre 25/07/2007 10:56

C'est drôle comme le blocage vient toujours des patrons. Les bons syndicalistes seront donc toujours victimes de vilains patrons.

Je persiste à dire que l'on devrait réfléchir à la pertinence du droit de grève pour les agents de la fonction publique. Un agent de la fonction publique n'est pas n'importe quel ouvrier. Il a justement un statut particulier. Ce statut ne devrait pas permettre à un agent de se mettre en grève. Ou bien sortons du statut particulier et les fonctionnaires deviennent des employés comme les autres avec le droit de se mettre en grève.

Jacques Heurtault 25/07/2007 12:27

Cette suggestion mérite un examen attentif ... Je dirai même treès attentif!Personnellement, je suis partisan de ne donner le statut de fonctionnaire qu'aux personnes qui, par la signature des actes, engagent l'autorité de l'Etat d'une part ainsi qu'aux agents exerçant des fonctiuons régaliennes (militaires, policiers, magistrats, collecteurs des impôts, etc ...). Donc pas aux enseignants (mais au directeurs d'écoles publiques), pas aux infirmières ni aux médecins ni aux chercheurs (mais au directeurs d'hopitaux publics) etc ...

déache 24/07/2007 14:20

ramsès, vos arguments sont vieux comme le mouvement syndical ouvrier. La grève est le résultat d'un échec des négociations quand elles existent....Et c'est parce que le dialogue social n'existe pas en France que ce problème perdure.
Vous parlez de naphtaline dans laquelle sont les secrétaires généraux des syndicats mais il n'y a pas que les syndicats dans un conflit, il y a aussi les patrons et pour la fonction public, les ministres et les présidents des grandes entreprisespubliques ou les directeurs des grandes administrations nommés par eux, qui sont loin d'être neutre dans le blocage d'un conflit...
Là encore vous agitez le public contre le privé.....

Jacques Heurtault 24/07/2007 23:08

Comment se fait-il que le nombre de jours de grève dans le public est très supérieur au nombre de jours dans le privé? Pourquoi le taux de syndicalisation dans le public est-il supérieur au même; taux dans le privé? Pourquoi y a t-il autant de syndicats divisés entre eux? J'ai déjà répondu à tout ça! Il faut aller lire mon blog ...

ramsÚs 23/07/2007 23:29

Le droit de grève est quelque chose de primordial, nos parents et grands-parents ont fait beaucoup d’avancé afin qu’il existe, et il faut le conserver.
Seulement, en France, je m’étonne toujours des grèves, des motifs et des gens qui les font. Je ne suis pas fonctionnaire, et libre à chacun de choisir sa voie et ses choix. Seulement, la grève doit être motivée et justifiée. Il m’arrive parfois de me poser la question de la signification de « justifier ».
Il y a 3 ans, il y avait une grève (le lendemain) dans l’école primaire de ma fille. Quand j’ai demandé le motif de cette modification, on m’a répondu : « je suis Solidaire avec mes Collègues ».  Super !! Depuis, je suis Solidaire avec elle, j’ai mis ma fille dans le Privé, comme çà je ne l’embête plus.
Je pense qu’un petit peu  d’ouverture du monopole public vers le privé, permettrait de recentrer les grèves et les motifs..
Certains vont dire que je suis chiens, peut-être salaud (allez, je vais pousser jusque là !!). On nous prévoit, peut-être une grève pour la rentrée dans l’Education ; mais pourquoi attendre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Il n’y a pas besoin d’être un détective privé pour savoir où passe leurs vacances nos hommes (et femmes) politiques…  Moi, lorsque quelqu’un m’emm….de, j’attends pas !!!! Alors, où se trouve actuellement ces personnes mécontentes………… Pourquoi ne manifestent-t’elles pas devant la Résidence de leur Ministre de Tutelle. Je vous laisse méditer.
Et puis, la dernière chose, et peut-être la plus importante : le droit de grève est une chose, empêcher les autres de travailler en est une autre. Car, si les gens ne peuvent se rendre à leur travail, ils doivent, soit prendre des RTT soit des congés (non souhaités) : il ne faut pas se tromper de combat, les autres salariés n’ont rien à voir dans tous cela. Les manifestants devraient s’organiser pour mettre la pression sur leur interlocuteur et non sur
la Population Lorsqu
’il y a un conflit, j’ai souvent l’impression que l’on ressort de la naphtaline les secrétaires généraux des Syndicats : allez, c’est le mois de Septembre, je « solde » mes arguments !!!!!
Le jour où les Syndicats auront tous compris, ils organiseront des grèves comme celles que l’on peut trouver chez Air France, par exemple :
Jour 1 et 2 : grève des pilotes, jour 3 et 4 : grèves des stewards, jour 5 et 6 : grèves du personnels au sol, jour 7 et 8 : grèves des contrôleurs aériens, jour 9 et 10 : grèves des avions (ben si, ils ont bien le droit aussi !!!), et on recommence au début !
Bref, le manque à gagner se chiffre en millions d’Euros et ne se rattrape pas, et peut-être qu’une partie de clientèle qui ne reviendra pas.  
Tout çà pour dire, le droit de grève : oui, mais pas n’importe comment et pour n’importe quoi.

Jacques Heurtault 24/07/2007 23:05

Globalement d'accord mais sur tout!

déache 23/07/2007 15:52

Entièrement d'accord avec sergiozz, les jours de grève ne sont pas payés et c'est normal. Quand un conflit dure trop longtemps, pour sortir du conflit, lors des négociations de fin de conflit, parce que tout le monde y a intérêt, il arrive que des modalités de retenues sur salaire soient acceptées.....

Jacques Heurtault 24/07/2007 23:02

Les conflits longs font effectivement l'objet de modalités particulières ... et je trouve ça normal! Ne pas confondre avec les journées sporadiques ... Dans un passé récent, à l'Anpe, des responsables syndicaux n'ont pas hésité à se déclarer malades certains jours de grève! Ils étaient donc payés ... sans être au travail!

sergiozz 23/07/2007 15:01

"Oui aux retenues effectives sur salaire quand on fait grêve!"
Laisser supposer que quand on fait grève, on n'a pas de retenue sur salaire est d'une malhonnêteté caractérisée faisant croire que dans le public, lorsqu'on fait grève, on est quand même payé !! J'ai à mon actif de nombreux jours de grève et mes jours de grève n'ont jamais été payés et c'est normal, alors arrêtez ces désinformations malhonnêtes.  

Jacques Heurtault 24/07/2007 22:59

Ce n'est pas vrai à l'Education Nationale ni à la SNCF ... Mais ça tend à le devenir!

déache 22/07/2007 10:36

537 conseillers dans les cabinets ministérielss!!!!!
17 par portefeuille ministérie!!!
63 pour le seul premier ministre!!!! plus 326 députés de droite à sa botte!
Avec tout ça, j'espére qu'il trouvera des solutions au service minimum dans les services publics en cas de grève!!!! et on comprend bien maintenant pourquoi il n'a pas besoin de réunir une grande concertation social!!!
Sur la légitimité du pouvoir il n'y a pas de doute et il peut faire tout ce qu'il veut, en théorie. Iil y a en effet, une différence importante entre une majorité d'électeurs qui a porté une majorité au pouvoir et le corps social ( pour faire court :les syndicats et les associations) qui se constitue en comité de défense des intérêts d'une communauté . Si ce gouvernement ne prend pas en compte ce phénomène, il va au devant de gros problèmes.

Jacques Heurtault 24/07/2007 22:58

Du temps de Jospin, c'était exactement pareil! Il y avait plus de 60 conseiller techniques à Matignon et beaucoup dans les ministères ... Il y avaient beaucoup de ministres!Par ailleurs, je ne suis pas du tout disposé à permettre qu'une minorité de "militants" puissent, à eux seuls, empêcher un gouvernement légitime de mettre en oeuvre la politque pour laquelle il a été élu ... Cela s'appelle "respect de la décision des électeurs"!

Jean-Pierre 19/07/2007 18:15

Ah ! Les enseignants, quels poètes ! J'ai l'impression qu'ils se voient comme des professions libérales au lieu de se sentir au service du public. Il y a quelque chose qui cloche.

Jacques Heurtault 20/07/2007 01:20

???

déache 19/07/2007 12:08

Que FILLON continue comme ça et la rentrée va être chaude....très chaude même!

Jacques Heurtault 19/07/2007 13:44

Tout dépend si cette proposition fait ou non partie du programme du candidat élu. Il ferait bon voir qu'une minorité prétende empêcher l'élu de mettre en oeuvre son programme ... qui plus est en utilisant des moyens illégaux .... De toutes les façons, il reste l'arme de la réquisition légale : tout agent public qui s'y refuse est automatiquement révoqué AVEC perte de son droit à pension. C'est dans la loi déjà en vigueur depuis de fort nombreuses années .... mais jamais appliquée! 

Marie-Suzanne 19/07/2007 11:52

Ces dispositions me semblent équitables...... juste une petite remarque :  le mot gardiennage... ne pourrait -il pas être remplacé par ....étude surveillée.ou activité  pédagogique assurée ou.......... ouvrons la boite aux suggestions   !

Jacques Heurtault 19/07/2007 13:39

Oui, évidemment! Toutefois, il s'agit là d'une autre demande qui se situe plus sur la continuité que sur la nécessité de parer à l'urgence d'une situation créée par un ecours intempestif à la grêve ....Je suis favorable aux études surveillée pour les parents qui le souhaitent pour leurs enfants. Elles doivent bien entendu être gratuites .... mais les encadrants doivent être, eux, payés! Cela va de soit.